« Apprivoiser les Français » et « Moi, j’ai fait le Doigt » quand les lapsus de Valls en disent long…

Pauvre Manuel.Il vit un grand moment de solitude avec cette loi Travail, ce 49.3 et cette grève dure. La fatigue s’accumule. Et les coaches en communication ou ses talents de comédien n’y changeront rien.
Déjà l’année dernière, il avait osé une « lutte contre l’emploi ».

Valls: Solitude du coureur de fond

Lapsus révélateur n°1.
Ainsi, lors des traditionnels débats à l’Assemblée Nationale, cette semaine, notre premier sinistre donne les raisons du déblocage des dépôts de carburant par les CRS. L’argument prévu expliquait « que les français doivent pouvoir s’approvisionner… » mais son inconscient le plus profond a parlé à sa place:

« les français doivent pouvoir s’apprivoiser »

Trouble de l’intéressé quand il comprend que son erreur a un sens lourd, agitation de l’opposition qui n’en revient pas.

Car nos politiciens une fois au pouvoir doivent suivre la politique dictée par l’Union Européenne, ici une politique libérale avec un Parlement majoritairement de droite (députés européens élus par… les citoyens européens dont les français!).
Jean-Claude Junker le président de la Commission Européenne l’a d’ailleurs dit ouvertement (Sources: Figaro / Le Monde):

la réforme du droit du travail voulue et imposée par le gouvernement Valls est le minimum de ce qu’il faut faire

Problème: le peuple français n’a pas donné mandat à François Hollande pour cela en 2012. Bien au contraire. D’où la confrontation logique et justifiée.

 

Lapsus révélateur n°2.

Après avoir parlé des casseurs puis de sa conception du dialogue et de la démocratie sociale (sic!), en plein Sénat, Manuel Valls nous gratifie d’un nouveau lapsus (7ème minute de la vidéo présente sur Public Sénat):

Moi j’ai fait le doigt

Là encore, arrêt de l’intéressé conscient du sens de sa phrase et agitation des sénateurs de tout bord.

manuell valls j'ai fait le doigt

Bas les masques!
La plaisanterie a donc assez duré. La politique française se voit imposer un diktat par Bruxelles. Et Manuel Valls le sait tellement bien qu’il en bafouille! Mais comment reconnaître que l’on a dupé volontairement le peuple?
Le Français moyen, naïf, croyait pouvoir changer son vote des élections européennes (ou que celui-ci n’avait pas d’importance?) en choisissant un président dit « de gauche ».
C’était sans compter sur la malhonnêteté de François Hollande et de ses complices d’un Parti Social Démocrate bien trop libéral lui-aussi. Car c’est bien connu:

« les promesses électorales n’engagent que celles et ceux qui les croient »


Comme résoudre le conflit alors?

Trois solutions:

  • Soit un retrait pur et simple de la loi Travail, solution la plus rapide mais la plus dégradante pour le pouvoir en place, et qui s’accompagnerait forcément d’une démission du gouvernement entier
  • Soit l’organisation d’un référendum, coûteux mais logique puisque le 49.3 court-circuite le débat parlementaire. Les représentants du peuple étant muselés, il serait logique que ce soit le peuple directement qui prenne la parole sur ce sujet épineux et lourd de conséquences, qu’est la modification du code du travail. Si le résultat s’oppose à la loi, là encore la démission du gouvernement est inévitable.
  • Soit l’intervention d’un médiateur, nommé par le Président de la République pour sortir de l’ornière. De longues semaines de tergiversations au résultat forcément pipé qui, au final, risquerait d’aggraver la situation économique et sociale, mais seul stratagème qui permettrait à Hollande de redorer son image.

Tout le reste n’est que bavardage et gaspillage d’argent public.

 

Grèves et Blocages: Tour d’horizon de la Sphère Politique Française

Une telle actualité reste l’idéal pour faire tomber les masques. Pour comprendre dans quel camp se situent réellement les politiques, faisons ainsi un petit tour des propos rapportés ou tweetés de nos « élites ».
Il y en aura pour tout le monde!
Au programme: Le PS nous prend de haut (et pour des cons) tout en confirmant son statut de « deuxième droite », la droite fait du FN light, le FN compte les points tout en soutenant… la Police. Et la vraie gauche fait ce qu’elle peut pour se faire entendre et défendre le droit de grève.

Résumons: PS+CFDT+MEDEF+LR+UDI+FN contre… tous les autres (y compris MJS, la jeunesse du Parti Socialiste!).

Commençons par les félons du PS et ses collaborateurs:

Le Foll (PS) annonce que si le chômage reprend, ça sera de la faute de la CGT et des méchants syndicats. Comme si, nous étions dans le plein emploi (sic!) Source

si ça va mieux en termes de croissance, de la capacité que l’on a à créer de l’emploi, la responsabilité de bloquer un pays et donc de remettre en cause la croissance qui est en cours et donc les créations d’emplois qu’on peut espérer derrière […], chacun mesurera la responsabilité qui est la sienne.

 

Laurent Berger (CFDT) confirme sa réputation de collabos du PS et du MEDEF de la pire des manières – Source

« Il est hors de question que le gouvernement renonce à ses engagements, que ce soit en retirant la loi ou en la vidant de sa substance. Ce serait un coup dur pour les salariés, car ils perdraient le bénéfice des nouveaux droits reconnus par le texte »

« Je n’ai pas peur des vociférations de l’extrême gauche, quels que soient ses porte-voix. Je fais le pari de l’intelligence collective, qui consiste à construire des compromis équilibrés. Si l’on préfère miser sur l’extrême gauche en lui accordant une place surdimensionnée à un moment où par ailleurs le FN prospère, ce sera la porte ouverte à l’hystérisation, la fragmentation et la radicalisation de notre société. »

CFDT le poids des chaines

Le PDG de Total (membre du MEDEF) Patrick Pouyanné, bafoue clairement le droit de grève en menaçant d’arrêter les investissements. Source

« Si nos collègues veulent prendre en otage, pour une cause étrangère à l’entreprise, un outil industriel, il faut qu’on se pose la question de savoir si c’est là que nous devons investir »

MEDEF Le marionnettiste de Loi Travail
MEDEF Le marionnettiste de Loi Travail

 

Michel Sapin (PS) ose: le droit de grève est illégitime. Source

« Il y a aujourd’hui des actions, qui sont des actions de blocages, soit de blocage des raffineries, soit de blocage des dépôts, qui ne sont pas, à ce stade là, dans les conditions dans lesquelles ça se déroule, (…) des actions légitimes »

 

Najat Belkacem (PS) nous confie sa vision dédaigneuse et paternaliste : le Président c’est le Papa, le Peuple c’est l’enfant. Le Papa éduque l’enfant, même si l’enfant ne comprend pas, c’est pour son bien. Merci Najat

Pardon pour ce bon sens peut-être un peu trop classique pour certains mais je trouve qu’un responsable politique, et en particulier un responsable politique au sommet de l’État, qui préside aux destinées d’un pays, d’une certaine façon il a un peu un rôle équivalent à ce que peut avoir un père de famille ou une mère de famille à l’égard de ses enfants

Réfléchissez à la façon dont vous vous comportez avec vos enfants. N’est-il pas utile que de temps en temps, vous leur donniez confiance en eux-mêmes, vous leur disiez où on va et comment on y va ? Parce que vous, vous avez l’ensemble des informations utiles pour éclairer, justement, leur chemin.

 

Manuel Valls (PS) considère que les syndicats pratiquent des actes anti-démocratiques voire terroristes. Rien que ça! Eric Ciotti sors de ce corps! Source

« Continuer des actions qui visent à retirer le texte, ce n’est pas démocratique. Il n’y aura pas de retrait de ce texte sinon on ne peut plus réformer. Ça suffit, c’est insupportable. »

« la CGT est dans un processus de radicalisation »

 

Myriam El Khomri (PS) confirme son mentor dans la métaphore terroriste = syndicaliste

« la prise d’otage des Français »

El Khomri: L'effrontée du code du travail

Et pendant ce temps-là…
notre si cher président Flanby 1er tente l’impensable et montre encore une fois, inconsciemment ou non, sa rupture avec le peuple. Et toujours dans la modestie.

« Je fais l’Histoire. D’une certaine façon le peuple français fait sa propre Histoire »

« Ce qui m’anime, m’habite presque, c’est qu’est-ce que j’aurai laissé comme trace, qu’est-ce qu’un autre n’aurait pas pu faire et que j’ai entrepris »

Hollande La Débandade

Cap à droite, la vraie, la première!

Marc Le Fur (LR) se demande – à raison -l’intérêt d’un état d’urgence si une telle pagaille est possible. Rassurons-le, on se demandait aussi comment il était possible de mitrailler en plein Paris et dans une salle de concert pendant un plan Vigipirate écarlate. Quant à la lucidité de la parodie de président et son « ça va mieux »…
Source

« Comment cela est-il possible alors que nous sommes en plein état d’urgence, interroge-t-il ? Le « ça va mieux » du Président de la République apparaît comme un propos extraterrestre. »

 

Juppé (LR) joue l’amnésique… ou au con. Qui sait?

Forcément un petit rappel de ses exploits, de notre part…

 

Roger Karoutchi (LR) joue au psy avec le PS. Source

« Le candidat de la droite arrivera quel qu’il soit avec son programme sur la réforme du code du travail. S’il est élu, il aura la légitimité pour dire : je ne prends personne en traître, j’ai été élu largement, je l’applique. Là, l’un des problèmes, c’est que François Hollande n’a pas été élu sur ce programme là »

 

Eric Ciotti (LR) imagine déjà l’armée intervenir avec des chars AMX contre la CGT. Source
On rappellera que la CGT revendique près de 700 000 adhérents alors que tous les partis politiques en France confondus plafonnent à près de 400 000. Circulez et taisez vous!

« Il faut réquisitionner, comme Nicolas Sarkozy l’avait fait en 2010. C’est une mesure d’intérêt général, on ne peut pas laisser le pays bloqué par une petite minorité. »

 

Bruno Le Maire (LR) résume sa vision: syndicat = passé et obsolète, libéral = futur et progrès. On l’adore, forcément.

 

Xavier Bertrand (LR) rappelle le gouffre entre Paris et la Province, par rapport aux propos du secrétaire d’Etat des Transports, Mr Vidalies, niant les pénuries d’essence.

« au président de la République, au premier ministre, sans délai, sans tarder, de prendre les mesures de réquisition qui s’imposent, notamment dans les raffineries, pour qu’il n’y ait pas cette pénurie qui existe aujourd’hui, même si, à Paris, on dit qu’elle n’existe pas ».

 

Sarkozy(LR), lui, n’a pas changé. La France Forte.

 

sarkozy terroriste

 

Dupont Aignant (DLF) a choisi son camp: La Police…. comme le FN. On avait déjà un pauv’ con de Nicolas, pas besoin d’un deuxième.

 

Florian Philippot (FN) se fout de notre gueule. Magie des sondages, quelle que soit la réponse des sondés, gouvernement ou syndicats responsables, le FN est gagnant. Une nouvelle preuve concrète de la stupidité des sondages, aux multiples biais. Toujours proche du peuple le FN…

 

Jean-Vincent Placé continue sur sa lancé de la collaboration au National Hollandisme. Non à la CGT. Non au droit de grève. Source

« Il est totalement inacceptable et irresponsable de bloquer les raffineries »

Jean Vincent Placé Opportuniste
Tournons maintenant la barre à gauche…

Montebourg (Parti ?), lui, prépare son avenir et prend la posture, « intelligente », du gant de velours dans une main de fer: la médiation. Pour ce faire, il lance même le Projet France, histoire de récupérer toutes vos idées. Une sorte de démocratie participative bis. Un arrière-goût douteux de déjà vu…

Source

« le gouvernement a la responsabilité de débloquer la situation ». « Comme on dit dans mon pays: ‘Faut qu’on se cause' » Et « un référendum sur la loi Travail serait une bonne recommandation ».’Je ne cèderai pas' ». « Je nommerais un médiateur, j’organiserais le dialogue »

 

Noël Mamère (Ecolo) nous offre un moment de lucidité sur ce gouvernement de droite, la fameuse « deuxième droite ». Source

« Manuel Valls, ce n’est pas la gauche. Les Français sont complètement perdus puisqu’à gauche, le gouvernement mène une politique de droite »

À quoi sert l’état d’urgence sinon à faire reculer nos libertés ? Il faut que les Français sachent qu’on est en train de faire reculer l’Etat de droit. »

« Un franchissement de la ligne rouge. » à propos de la déchéance de nationalité

 

Le Parti de Gauche partage la vision de Mamère (sans mauvais jeu de mots)

 

Mélenchon (Parti de Gauche) ne fait pas dans le détail. On verrait bien aussi le départ du commanditaire Hollande.

//platform.twitter.com/widgets.js

Le rebelle Mélenchon

 

Finissions avec Philippe Martinez, le patron de la CGT
Source

 « Nous sommes déterminés à aller jusqu’au bout pour le retrait du projet de loi Travail ».

« Débloquer des raffineries est illégal, Sarkozy l’avait fait et a été condamné »

« Le gouvernement tourne le dos à ses engagements, Hollande a dit qu’il serait le président du dialogue social. Il en paie les conséquences »

Affiche Tract CGT Compte à rebours


Et vous, électrices, électeurs, vous en pensez-quoi?

 

 

 

 

 

Loi Travail et CRS: L’Affiche Choc de la CGT

La CGT récidive. Malheureusement, au-delà la provocation parfaitement légitime, dans ce tract, la réalisation est plutôt bâclée, et ce, contrairement aux précédentes.
Pire, pour illustrer un compte à rebours, c’est une image prise sur Google Images qui a été récupérée.

CGT tract bombe
En conséquence, afin que le gouvernement (et les autres) ne se servent plus de ce genre de bévue d’amateur en photoshop, voici quelques propositions d’affiches aussi provocantes mais qui restent dans les limites du raisonnable.
Le combat mené reste, lui, parfaitement justifié et va bien au-delà de la CGT.

Affiche Tract CGT Panne d'essence

Affiche Tract CGT Compte à rebours

Affiche Tract CGT Morts CRS

Cannes 2016 : Le Palmarès Complet en Exclusivité

Cpolitic s’avère déjà en mesure de vous annoncer le palmarès complet (y compris la Palme d’Or) du Festival de Cannes 2016… des politiques!

Prix du Scénario, avec « (Tout sauf) Elle », un scénario écrit à deux mains par Marine et son papounet tortionnaire négationniste Jean-Marie Le Pen. Un film qui nous plonge dans les méandres d’une personnalité politique cherchant à écarter son père de son propre parti, pour assouvir sa soif de pouvoir et d’argent. Le tout sur fond de corruption, de financements occultes et de règlements de compte entre néo-nazis. Un film dur et ultra-violent. Pour adultes.
Tout Sauf Elle avec Marine Le Pen

Prix de la mise en scène pour le réalisateur du film « Au bistrot du bon coin » avec évidemment l’inimitable comique Nicolas Sarkozy, lui qui ne sait pas ce qu’est un « bon coin »(sic!) . On peut y voir un politicien véreux sur le retour, s’amuser à refaire son florilège de mimiques et de sketchs au risque de tomber dans les propos fascistes ou ridicules.
Objectif: retrouver un semblant de crédibilité, faire plus « peuple », pour les prochaines élections. Peine perdue évidemment, le public s’étant lassé des pitreries et des promesses karchérisées. L’immunité s’éloigne et la prison se rapproche.
Sarkozy Le Bon Coin

Prix d’interprétation féminine pour Nathalie Kosciusko-Morizet alias NKM pour son rôle dans « The Neon Demon ». Quand l’égocentrisme devient un narcissisme maladif et dangereux. Il est ainsi question d’une obsession de sa beauté, de sa grandeur, de son intelligence qui l’emmène loin, très loin… de nous. La pauvre. Une magnifique actrice.
The Neon Demon avec NKM

Prix d’interprétation masculine On ne le présente plus. Dans « Le Loup de Valls rit », remake français de l’excellent « Loup de Wall Street », Emmanuel Macron campe un gentleman flambeur qui fait enrager son patron, Manuel Valls. Sa folie n’a plus de limite, son arrogance, sa vénalité et sa prétention non plus. Une comédie dramatique qui détonne et qui défile à un rythme d’enfer. En pleine crise sociale et économique, ce banquier reste le roi de la provocation… pour votre plus grand déplaisir.
Macron le Loup de Wall Street

Prix du jury Nous avons à faire un trio ici, les félons centristes ex-écolos, Pompili, Cosse et Placé. Prêts à tout pour occuper des maroquins dans le gouvernement de Valls, au point de « Trahir » (le nom du film) leurs idées et leurs amis de 30 ans à EELV. Un excellent coup de poker de François Hollande qui a du même coup décapité le groupe parlementaire écologiste de l’Assemblée Nationale. Un thriller machiavélique!
Trahir avec Emmannuelle Cosse et Jean Vincent Placé

Grand Prix qui récompense un film plus accessible que la Palme d’Or, trop compliqué à comprendre pour les sans-dents que nous sommes. « On a retrouvé la 7ème compagnie »: une comédie avec pour vedette, Jean-Vincent Placé. Le bouffon comique nous revient en pleine forme, allégé par son régime: il interprète un sénateur qui souhaite aller jusqu’au bout de sa lubie de jeunesse, devenir colonel dans les troupes d’élite. Allez comprendre! Un bon moment de rigolade, totalement déjanté et dérangeant, au point que le jury lui remet ce Grand Prix.
Jean-Vincent Placé Colonel : la 7ème compagnie

Palme d’Or « Juste la Fin du Monde » avec François Hollande. Un drame poignant sur la fin de règne d’un homme perdu dans ses convictions politiques. Poignant car il ne sait plus s’il est de gauche ou de droite. A-t-il seulement été de gauche, un seul jour de sa vie? Le film pose la question sur la vie après la mort médiatique et les conséquences quotidiennes provoquées par la maladie d’Alzheimer. Cette maladie horrible qui vous fait oublier toutes vos promesses et vos principes moraux. A réserver à un public averti.
Juste la Fin du Monde Palme d'Or

« Nous ne voterons plus PS »

Trahi par Mitterrand en 1984. Trahi par Hollande en 2012. Inutile d’insister. Quand on s’aperçoit de son erreur, on apprend, et on change! Seul l’imbécile ne change pas d’avis, et reste sur ses positions.

Alors évidemment, l’ appel aux graphistes du journal Fakir, « nous ne voterons plus PS » sonne comme une évidence.

Comme son mentor, Hollande a menti au peuple et a fait l’extrême inverse de ce qu’il promettait, obéissant aux principes de la deuxième droite.
C’est d’autant plus frustrant que ce même olibrius :
– oublie que nous avions voté CONTRE Nicolas Sarkozy et son National Sarkozism et certainement pas POUR la candidature PS
– s’entête maintenant, tel un mythomane, dans son délire du « ça va mieux » en essayant de convaincre l’auditoire de l’inconcevable.

D’où la réponse de Cpolitic à cet appel du journal Fakir, par deux images (inspirées du travail de FRIP):
En mai 2017, PS, on va régler les comptes

Tarhis, Nous ne voterons plus PS

Pourquoi?
Car il n’y a qu’à lire – si vous n’étiez pas convaincu(e) – l’interview pitoyable accordée hier à radio UMP, Europe 1, le flanby mythomane persiste et signe:

Oui, mon rôle, c’est d’agir, c’est de bouger. La crise des réfugiés, c’était prévu dans le programme ? La guerre au Mali, c’était prévu ? Ce qui s’est passé en Centrafrique ? Le fait que nous ayons des actes de terrorisme de cette gravité ? Quand j’ai pris les décisions au lendemain des attentats, ce n’était pas par rapport à un programme »

Et bien non, ton rôle cher Flanby, n’est pas de « bouger pour bouger » mais de réformer avec intelligence le pays, dans la droite ligne des principes socialistes de Jaurès, et de manière utopique (avec le recul), selon votre programme électoral.

– Dossier des réfugiés
Ainsi tu aurais dû gérer avec humanité l’arrivée des réfugiés, à l’instar de Mme Merkel (que nous ne pouvons pas supporter par ailleurs). Nous en sommes très loin: Jungle de Calais : l’enfer des femmes migrantes.
Pas prévisible? Rappelons alors la base de la présidence de la république, cher Flanby:

« gouverner, c’est prévoir »

– Dossier des attentats
Encore une fois, tu mens honteusement face à des journaleux ne connaissant pas leurs dossiers. Pour rappel (encore), les attentats terroristes étaient parfaitement prévisibles (le Bataclan avait déjà été menacé dès 2010 et les salles de concerts menacées!) Mais l’incompétence crasse de la chaine de commandement – des menaces ont été ignorées – a fait plus de 100 morts, 9 mois après la première attaque de Charlie Hebdo qui aurait dû servir de vaccin!
Pire en plein plan Vigipirate écarlate, pourpre, maximum, suprême premium… (ridicule surtout), les forces de l’ordre ont mis plus de 20 minutes pour intervenir. Une honte.

– Dossier de l’écologie
Flanby mythomane, tu nous dis:

« Manifester c’est un droit, casser c’est un délit, et donc ce sera puni. »

Normal: la loi est la loi! Sauf que dans le même temps, en plus de la violence policière, tu imposes ton aéroport de Notre Dame des Landes.
Nous répondons simplement:

« Et bétonner une zone humide, tuer des centaines d’espèces protégées, au mépris des engagements de la COP21, au mépris de la loi sur l’eau, ce n’est pas un délit? »

– Dossier Loi Travail
Encore une fois, le Flanby Mythomane, tu mens comme tu respires.

« Trop de gouvernements ont cédé (…) pour que moi-même, dans des circonstances pas faciles, je cède dès lors qu’un compromis a été trouvé. » […] « Les syndicats réformistes sont derrière ce texte et les socialistes sont une majorité à la voter. »

On apprend ainsi que le 49.3, c’est un compromis! Un comble, puisque justement cela empêche aux parlementaires de modifier le texte, et imposer alors la version présentée. A croire que vous, Le Président de la République, vous ne vivez pas dans le même monde, ou pire, vous feignez de ne pas connaître le principe du 49.3, vous qui, en 2006, le trouviez d’une « brutalité »

Toi et ton PS de malheur
Tant sur le plan économique, sur le plan social ou même de la sécurité intérieure, vous avez été en-dessous de tout. Et nous te confirmons que cela ne va mieux que pour toi, tes amis et surtout tes finances personnelles.
Alors, soyez en sûr, toi et ton parti, nous ne voterons plus jamais pour vous.

Loi Travail : L’inspecteur Harry (Manuel Valls) tire au Magnum 49.3

49.3: Une « Dirty Khonnerie » pour reprendre le jeu de mot facile avec le nom de la parodie de ministre du travail. Une loi qui ne résoudra pas le problème du chômage mais qui cristallise déjà l’échec cuisant d’un quinquennat pathétique.

Curieusement, ce qui était un déni de démocratie, une brutalité même (sic!) en 2006 devient 10 ans plus tard, un moyen constitutionnel et même de dialogue. Ou l’art de prendre l’électorat, le peuple pour des cons…

Et à la violence politique du déni de démocratie, à la violence policière des CRS agissant sur ordre, mais surtout, à la violence sociale du chômage qui engendre 14 000 décès par an, la rue réplique naturellement et de manière prévisible par la violence. Il faut être naïf sinon stupide pour s’en étonner.

Premières victimes : les antennes locales du Parti Socialiste.

Inspecteur Harry - Manuel valls 49.3

Loi Travail: Qu’importe la motion, pourvu qu’on ait la censure

pourvu qu’on ait la censure… et la démission de ce gouvernement de félons.
Mais non, au final, la montagne accouche d’une souris: 246 voix pour la motion au lieu des 288 requis.

 

Côté Assemblée

La mascarade de démocratie continue et l’assemblée nationale, dans son ensemble, donne un bien triste spectacle.

A droite
Après une assemblée bondée hier, curieusement les bancs se sont étonnamment vidés aujourd’hui, notamment à droite. Quand on sait qu’il y a ce quota de 288 « POUR » à obtenir pour voter la motion, on comprend alors, en une simple image, que la droite s’est littéralement dégonflée et que la motion ne passera jamais, frondeurs du PS ou pas.
assemblée nationale vide loi travail

 

A gauche
Question opposant « de gauche » au gouvernement, le pathétique succède à l’inutile.  Commençons par le groupe écologiste (notamment Miss Duflot), qui a refusé tous en cœur de voter la motion. Quel courage!

Côté frondeurs du PS, aucun socialiste n’a voté la motion de droite! Citons ainsi les exceptionnels lâches Benoit Hamon et Christian Paul plus préoccupés par leur mandat et leur carrière de politicard que par l’intérêt général.

Heureusement certains députés se distinguent du lot de pleutres et ont osé le tout pour le tout en toute logique, pour s’opposer à la loi travail et au gouvernement par tous les moyens.

Le Courage Politique a un nom (liste non exhaustive):

  • Mme Attard (Nouvelle Donne)
  • Mr Chassaigne (PCF)
  • Mr Amirshahi (ex-PS)
  • Mr Lassalle (MoDem)

image attard vote

 

 

Côté gouvernement
Pour donner le change d’un débat, alors que tout le monde est d’accord ou presque vu le résultat du vote de la motion, plusieurs échanges :

manuel valls assemblée nationale lcp

 

Le président du groupe PS (parti des salopards) a rétorqué à la droite:

« Vous avez oublié l’état dans lequel vous avez laissé notre pays »

Bruno Le Roux semble avoir oublié que son Hollande a continué en pire le travail de sabotage de Sarkozy, bien loin du « le changement c’est maintenant » pour lequel notre Flanby national avait été élu.

Car nous en revenons toujours au même problème: si encore, cette loi Travail faisait partie du programme électoral, le peuple pourrait, avec ou sans 49.3, l’accepter. Sauf que Hollande n’a jamais été lu pour cela. Il n’a ni le soutien du peuple, ni de ses représentants, et aucune majorité depuis 4 ans. Le groupuscule du président s’avère être en minorité depuis le début de son quinquennat, d’où ce coup de force.
Comment dès lors gouverner le pays sinon par la violence politique et policière?

 

Au final, côté hémicycle, à l’image de la déchéance de nationalité, on assiste encore un spectacle ridicule où tout semble écrit d’avance.
Les frondeurs n’arrivent pas  à fronder réellement, se faisant même dessus à l’idée de voter une motion de droite et perdre leur carte du PS (et donc les budgets) pour les prochaines élections. Et la droite fait semblant de s’opposer, en désertant les bancs de l’assemblée car le texte les arrange bien: même Sarkozy n’avait osé faire passer un texte aussi libéral. Le MEDEF, aurait aimé plus, mais peut déjà s’estimer heureux d’avoir fait passer bon nombre de ses idées.

MEDEF Le marionnettiste de Loi Travail
MEDEF Le marionnettiste de la Loi Travail

La quelque poignée de députés courageux vraiment de gauche, elle, ne peut rien faire contre une majorité de parlementaires corrompus, lobotomisés ou égoïstes.
Le gouvernement du Parti des Salopards a donc eu un boulevard pour faire passer son projet de loi en première lecture.

 

Côté Peuple

De nombreuses violences dans les cortèges, mais cette violence, rappelons-le, reste exacerbée par les CRS qui mettent la pression et s’autorisent tout et n’importe quoi: effet de nasse, flashball au-dessus des épaules, tirs de lacrymogène en plein visage, ou à la sortie des écoles, tir sur une journaliste d’une grenade de désencerclement etc…

Face à la foule non-violente, les forces de l’ordre avancent en tapant contre leurs boucliers, montre la vidéo publiée sur le site des « Inrocks ».

Alors qu’il filme la scène, Cyril Castelliti reçoit une grenade à ses pieds. Ce type de grenade, lorsqu’elle explose, projette des billes de caoutchouc comme une bombe à fragmentation. »Malgré les demandes du service médical de la manifestation, les forces de l’ordre ont refusé de l’exfiltrer du cortège »

Une violence planifiée et évidente de la part des forces de l’ordre… qui justement agissent sur ordre mais ne sont pas là pour l’imposer, ou plutôt, au moment qui arrange le pouvoir.
Objectif (confirmé par un CRS!) : laisser faire les casseurs, les provoquer, mélanger ces casseurs et vrais manifestants pacifistes, pour in fine décrédibiliser le mouvement sur les chaines d’infos comme Bfm ou Itélé, résumant l’opposition populaire à des jeunes anarchistes violents.

Valls le CRS SS

Une bataille perdue, mais pas la guerre.
Mais rien n’est fini et même tout ne fait que commencer puisque la loi Travail va aller au Sénat (moults amendements prévus) puis reviendra ensuite en deuxième lecture à l’Assemblée Nationale.
Là encore, le gouvernement sera bien obligé d’invoquer une nouvelle fois le 49.3 et de nouveau, des motions de censure pourront être déposées. Ce qui laisse augurer d’une belle ambiance à l’assemblée comme dans les rues… avec tous les débordements possibles et imaginables.