Alep : Ne nous habituons pas

Vibrant hommage aux civils d’Alep réalisé par Raphaël Glucksmann sur le plateau de Quotidien appelant « naïvement » à ne pas nous habituer à une telle barbarie.

Car comment ne pas réagir devant le massacre perpétré par les troupes de Bachar le Boucher de Syrie et de  Vlad l’empaleur Poutine de Russie contre les civils?
Les méthodes rappellent les pires crimes nazis de la deuxième guerre mondiale mais aussi, plus proche de nous, la Tchétchénie (dont Grozny) et le massacre de Srebrenica.
Les femmes, les enfants, les vieillards, les hommes, blessés ou non subissent les bombardements incessants de l’aviation russe, puis au sol des représailles de l’armée syrienne. A la seule différence, que cette fois-ci le monde voit de leurs yeux, minute par minute, sur les réseaux sociaux, via Facebook, Instagram ou Twitter, la barbarie humaine.
Et de lire alors les exécutions sommaires d’employés des hôpitaux, des bombardements sur des dispensaires en observant les trajets des ambulances, de raser des écoles, de tuer impunément les femmes et les enfants. Les crimes contre l’Humanité demeurent quotidien. Impensable en 2016.

Alep civils

 

Le philosophe et essayiste dénonce alors 4 choses:

  • le peu de sanctions imposées à la mafia de Poutine par la communauté internationale avec cette ridicule ONU. Seul un coup au portefeuille peut faire réfléchir cette clique criminelle, soutien financier et militaire de Bachar Al Assad
  • une politique étrangère américaine catastrophique, Barack Obama laissant Assad et Poutine franchir la limite rouge des armes chimiques
  • une Europe faible diplomatiquement, où chaque pays parle de sa propre voix et demeure inaudible et impuissante
  • une Europe bientôt coincée entre deux pays nationalistes Russie et USA, avec à leur tête Poutine et bientôt Trump, deux pays se « torchant » avec les droits internationaux. (Deux pays auxquels nous pouvons aisément ajouter la Chine, cette dictature)

fillon poutine bachar

D’Alep à La Présidentielle Française
Et Yann Barthès de diffuser alors deux vidéos compromettantes:

  • François Fillon, qui ne dénombre que deux entités, les contre-terroristes (les troupes de Bachar Al Assad) et les terroristes, tout en précisant soutenir les premiers.
  • Jean-Luc Mélenchon qui osait en février dernier répondre par un « oui » franc et massif à Léa Salamé au sujet de son soutien du bombardement d’Alep par les troupes russes

Et de nous interroger alors: peut-on voter pour de tels individus pour la présidentielle ?
Comment peut-on s’habituer à une telle barbarie, une telle injustice? comment peut-on cautionner les horreurs de Poutine? Ignorance ou Incompétence? Aveuglement ou soutien délibéré? Naïveté ou complicité?
Car le doute est là. Un doute? Une ombre insidieuse. Mettons de côté Fillon, résolument hors course. Le projet politique, économique, écologique et social de Jean-Luc Mélenchon ne fait aucun pli, mais ce soutien tantôt clair tantôt flou à l’impérialisme russe, in fine aussi fou et déraisonné que celui des USA, fait tout simplement peur.
Mélenchon et son parti se révoltent contre le terrorisme d’Etat d’Israël contre les Palestiniens. Très bien? Mais pourquoi la Syrie fait-elle exception?
Rien ne justifie la violence contre les civils par un terrorisme d’Etat. Rien n’explique non plus le soutien à cette violence.
Comment un individu aussi clairvoyant sur les sujets majeurs que se doit de maîtriser un président, peut-il oser cela? Que cela cache-t-il?
Nous ne nous l’expliquons pas. Et la réflexion continuera jusqu’en mai, jusqu’au dernier jour, jusqu’à l’urne.
Car l’électorat a le droit de savoir, de connaitre la vision diplomatique des candidats, et il ne mérite certainement pas d’être insulté par de piteuses questions pour éviter le sujet.

Et après…
Et si un matin, Vladimir Poutine se réveille et décide qu’il veut plus que la Crimée, plus que l’Ossétie-du-Nord? Qui nous dit que la folie russe s’arrêtera aux portes de l’Europe? Quelle armée pourra s’opposer à la puissance de feu russe?
Nul doute que les USA de Trump fermeront les yeux et oublieront leurs alliances passées.
Qu’adviendra-t-il de l’Union Européenne sans une Europe de la Défense digne de ce nom face à la barbarie nationaliste?

Nous sommes tous des civils d’Alep. Ne l’oublions pas. Ne nous habituons pas.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s