Trump : Pourquoi cela ne peut pas arriver en France

Un choc. A l’instar des derniers attentats en France, impossible d’écrire quoi que ce soit sur un tel événement. Seul le temps possède cette capacité à nous faire recouvrer nos esprits, à analyser les chiffres, récupérer les informations « à froid », avec toujours cette obsession: comprendre.

Combien?
Aussi étonnant que cela puisse paraître, comme Al Gore en 2000, Hillary Clinton a remporté les élections… en nombre de voix, mais a perdu en nombre de grands électeurs. Les grandes métropoles, bassins d’emplois, ont massivement voté pour les démocrates tandis que les campagnes et le milieu ouvrier se sont tournés vers le milliardaire.
Mais le pire a été cette abstention principalement du côté démocrate. Une abstention record de près de 47 %. Fini l’engouement pour un vote comme Obama a pu le connaitre. Voter pour la première femme présidente n’a pas suffi à enflammer les foules.

Pourquoi?
L’ère Obama s’achève sur un goût amer de déception. Beaucoup de promesses n’ont pas été tenues, du fait que le président des USA sans le parlement a ses côtés n’a pu faire passer les textes de loi les plus forts.
– Le pire ce sont ces fermetures de mines de charbon imposés par le gouvernement de Washington pour protéger l’environnement… abandonnant alors des milliers de comtés à la faillite pure et simple. Le peuple ouvrier, la substance même du parti démocrate, n’a donc eu d’autres choix que de voter pour l’ennemi de leur ennemi! Alors qu’au contraire, il fallait un vrai plan Marshall pour faire la transformation des USA vers les énergies vertes, former les futurs chômeurs aux emplois de demain.
– Rajoutons à cela que ce n’est pas Obama mais bien Hillary Clinton, une femme détestée depuis l’ère Bill Clinton : lorsqu’elle a essayé de faire passer sa loi sur la réforme de santé (et oui déjà à l’époque). Son mari avait dû prendre un virage politique à droite toute en la priant de sortir de la Maison Blanche, où elle avait un bureau.
– Cette popularité catastrophique a été clairement sous-estimée par des sondages baisés se basant sur des panels aucunement représentatifs. Un désamour accru par les liens de Hillary Clinton avec les grands lobbies de la Finance, ces fameuses réunions à plusieurs centaines de milliers de dollars et la fondation Clinton financée par des émirs du pétrole! Totalement déconnectée des pauvres américains…. l’électorat habituel des démocrates.

trump american psycho
L’intêret personnel au détriment de celui du peuple.
Justement les lobbies, l’establishment. C’était le cheval de bataille de Trump : un argument massue, simple à comprendre, basé sur des vérités, qui a magnifiquement fonctionné,  et ce malgré toutes les casseroles, toutes les saloperies que le Donald a pu faire ou raconter.
En face, il aurait fallu un candidat alternatif, déconnecté des lobbies proposant lui aussi une vraie relance, un vrai espoir. Ce candidat existait, mais le clan Clinton a tout fait pour le faire taire: Bernie Sanders. Une primaire doit justement permettre aux militants de choisir le candidat le plus approprié. Or du fait des malversations de la secrétaire générale du Comité national démocrate (DNC), cette sélection n’a pu se faire.
Seul Sanders pouvait insuffler un engouement et un espoir rassembleur dans les urnes.
Hillary Clinton a finalement fabriqué sa propre défaite en préférant son intérêt personnel à l’intérêt du peuple.

Trump, le mensonge
« Oh joie! Oh bonheur! Enfin un candidat qui sort du sérail, des sentiers battus, anti-système. S’il a fait fortune, il sait redresser l’amérique! Enfin un homme qui connait le monde de l’entreprise. »
Sauf que l’intéressé a réussi en 15 ans de téléréalité à faire gober tout et n’importe quoi à l’américain moyen voire en-dessous de la moyenne intellectuelle.
Non Trump n’est pas un self-made-man typique, son père était un promoteur immobilier en vue, le Donald a donc vécu avec une cuillère en argent depuis sa tendre enfance. On fait mieux comme « candidat du peuple ».
Il a pu « réussir » grâce à la fortune familiale et a investi dans les hôtels et casinos, voulant à tout prix faire mieux que Papa: avoir sa tour à Manhattan!
Sauf que le Trump demeure plus malin que doué en affaire, et sa mégalomanie l’a vite rattrapé: les banques ont sauvé les affaires Trump, calculant qu’elles avaient plus à gagner en renflouant ses sociétés en faillite.
Mais d’où vient finalement l’argent de Trump? Son nom. C’est devenu une marque qui se vend aux 4 coins du monde, de Toronto à Singapour où l’on retrouve des hôtels et casinos Trump… qui ne lui appartiennent pas!
C’est donc un formidable commercial mais certainement pas un entrepreneur.

Comme au casino, aux élections, la banque gagne toujours.
A l’instar d’une Marine Le Pen, ce sont trop souvent les donneurs de leçons qui feraient mieux de balayer devant leur porte.
Donald Trump fait partie de la bourgeoisie américaine. Durant son mandat, il ne va certainement pas aller à l’encontre des intérêts de ses amis richissimes.
Et de voir déjà les futurs membres (horribles!) de son gouvernement très conservateur et très pro-Finance, comme Steve Mnuchin présenti pour le poste de sécrétaire du Trésor équivalent à ministre de l’Économie… un ancien de Goldman Sachs!
Côté promesses de campagne, Trump fait mieux que Hollande et Sarkozy réunis, puisque son site web efface jour après jour les annonces pour finalement les remettre (devant la bronca) :
– interdire l’accès des USA aux musulmans
– renier les accords de Paris sur le climat
Il semble plus facile d’être candidat que d’assumer le poste de président…
Et le cauchemar sera total quand les amis de Trump prendront les rênes du pays avec notamment une Sarah Palin à la Défense.

Un effet Trump chez nous?
Inutile de se voiler la face. En mai 2017, le PS va se prendre la raclée qui fera passer la branlée de Lionel Jospin du 21 avril 2012 pour une punition d’écolier.
On se retrouve d’ailleurs dans le même scénario: un peuple vouant un espoir dans un candidat dit « de gauche », proche du peuple, qui finalement, une fois en poste, ne tient pas ses engagements et se révèle même complice de la Finance.
Hollande s’avère ainsi directement responsable de la montée en puissance de l’extrême-droite en ayant é toutes les attentes de son électorat, dont la plupart n’avait pas voté pour lui mais bien contre le National Sarkozism.
En France, 2 cas de figure possible:
– soit les français se réveillent et votent pour leur Bernie Sanders, alias Jean-Luc Mélenchon (une fusion avec le parti EELV y aiderait forcément)
– soit ils succombent une fois de plus à cette fausse alternance, passant de la seconde droite (le PS) à la première (le LR) en élisant un repris de justice comme Alain Juppé (ou pire encore).

trump KKK

Pourquoi le FN ne passera pas
Mais Marine le Pen et ses accolytes néo-nazis auront beau faire pour essayer de récupérer le phénomène Trump, le Fhaine n’arrivera jamais au pouvoir pour 2 raisons, celles qui nous différencient des Etats- Unis:

  • un suffrage universel direct: pas de grands électeurs, et donc celui ou celle qui a le plus de voix gagne.
  • un scrutin à 2 tours qui permet d’éviter les mauvaises surprises et de faire voter les plus indécis au deuxième tour, faisant un front républicain. (Rappelez-vous le 2ème mandat de Chirac et ce 82% digne des républiques bananières)

Mais évidemment, à droite, du PS au LR, comme déjà vu dans ses primaires infâmes, les idées nauséabondes du FN s’imprègnent toujours plus d’années en années dans le parti (anciennement) Gaulliste. Le vrai risque est là. Ainsi parlait le fasciste Manuel Valls:

Que nous dit la démocratie américaine et chacun bien sûr a son analyse: le besoin de frontières, le besoin de réguler l’immigration, la nécessité bien sûr (…) de combattre le terrorisme et de nommer le totalitarisme islamiste. Le besoin aussi de mieux redistribuer les richesses, le besoin de protection pour les classes moyennes qui vivent ce sentiment de déclassement

Pour parler et promettre, toujours beaucoup de monde. Pour agir, il n’y a plus personne.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s