Sarkozy, ce Dr Maboul de l’Hopital Public

A en croire les fanatiques de la secte Union des Médiocres Populistes, Nicolas Sarkozy serait le meilleur candidat pour la prochaine élection présidentielle. Faisons l’hypothèse abracadabrantesque que oui. Pure hypothèse, rassurez-vous, l’objectif étant évidemment de l’invalider…avec par un exemple un sujet clé comme l’hôpital public.

Commençons par une actualité troublante sinon révoltante: le manque de draps et de linge à l’AP-HP Oui vous avez bien lu, en ces temps d’économie budgétaire, il manque le minimum vital pour (sur)vivre à l’hôpital. La scène ubuesque se déroule en France, pays soi-disant civilisé, en plein XXIème siècle. Asimov et Kubrick n’auraient jamais pu imaginer cela. Et bien les néoconservateurs ultra-libéraux comme certains de leurs amis déguisés en socialistes… l’ont fait!
Les mauvaises langues pourraient croire à une opération de com’ de la CGT? Que nenni puisque Rose-May Rousseau, représentante CGT au conseil de surveillance de l’hôpital Henri-Mondor à Créteil (Val-de-Marne) précise bien que « Cette situation dure depuis plus d’un an ».
Et Marie-Christine Fararik (secrétaire syndical Sud AP-HP) d’expliquer le phénomène parfaitement prévisible: « On nous parle de vols mais cela est marginal. Depuis des années, l’AP-HP n’a pas investi. Or, le linge s’abîme vite. Trop usés, les draps partent à la poubelle. »
Petite question: comment se fait-il qu’il n’y ait pas d’argent pour du linge – on imagine les centaines millions d’euros que ce budget doit représenter (sic!) – mais que l’Etat UMP ait pu gaspiller 2,5 milliards d’euros via Roselyne Bachelot (toujours membre du gouvernement)?

sarkozy dictateur sacha baron cohen

Continuons par deux hommages:
– l’un à l’Institut de Puériculture et de Périnatalogie de Paris en liquidation judiciaire en octobre dernier. Oui, un établissement public de soins, créé en 1919, centre d’expertises pour la prise en charge des prématurés, peut avec une vision comptable être démembré et réparti en « lots ». C’est beau le progrès, non?
– l’autre en souvenirs des milliers de morts de la canicule de 2003 par la faute d’une politique comptable, personnifiée notamment par Mr Mattéi, devenu depuis Président de la Croix-Rouge française!

Terminons par la toute nouvelle idée truculente de Nicolas 1er à propos de l’engorgement des urgences. La tête pensante des néocons de ce pays a donc fomenté la création d’« une maison avec des médecins libéraux » de manière systématique à proximité des urgences. Là, difficile de ne pas tomber dans le coma devant une telle orgie de connerie bureaucratique.
Pourquoi? Parce que Nicolas Sarkozy et sa troupe d’élites se trompent dramatiquement de cause: « Quel est le problème de l’hôpital ? Il y a trop de gens qui viennent aux urgences »
Faux, 100% Faux le diagnostic, alors le remède…

Gouverner c’est prévoir.
Vu le niveau de nos politiciens, cet adage a dû être revu à la baisse question ambition. Il serait bon qu’ils se contentent de bien s’entourer et de bien se documenter sur chacun des sujets.
Manque de chance pour la France et son peuple, même en réduisant nos exigences, l’Union des Mauvais Plaisantins s’avère en être incapable. Incapables de lire un simple livre édité en 2007 – Histoire d’Urgences – d’un certain Patrick Pelloux (président de l’Association des médecins urgentistes hospitaliers de France), homme de terrain par excellence, représentant ces hommes et femmes, anonymes le plus souvent, qui sauvent des vies tous les jours. A l’opposé même de ces gratte-papiers de partis politiques…
C’est écrit en français, dans un français normal, pas de tournures alambiquées, un style direct et efficace, bien plus lisible donc que « La Princesse de Clèves ». Pire, inutile de le lire en entier pour avoir l’information clé, tant recherchée.
On y découvre ainsi que la vraie cause de l’engorgement des urgences est (roulement de tambours) le manque de lits hospitaliers. Plus on ferme de lits, plus les personnels médicaux doivent se battre au téléphone pour trouver des places de libre dans les différents établissements de santé. D’où l’engorgement après le triage des patients suivant le diagnostic.
Solennellement, le blog Cpolitic demande donc le déblocage d’un budget gargantuesque de 17 euros afin que l’UMP détermine rapidement la vraie cause, et trouve donc le vrai remède à ce problème majeur de l’hôpital public français, qui n’est pas et ne sera jamais une entreprise.
Comme si cela ne suffisait pas, la pseudo-solution proposée confine au ridicule puisque on habille Jean pour déshabiller Jacques en imposant même les médecins libéraux à venir dans des maisons de santé (construite par Bouygues? sur quels terrains? de quels droits? par la force?)… alors que leurs patients habituels en ville restent à soigner!
D’où la réaction du même Pelloux à cette annonce télévisuelle Sarkozienne: « c’est une blague? ».

Non malheureusement tout ceci n’a rien d’une blague. Le candidat sortant et sa palanquée de dangereux incapables continuent de baser leur politique, quelle soit de l’hôpital public ou non, sur des préjugés infondés, des ambitions électoralistes et une vision comptable de l’économie et du social de notre pays. Personne ne sait si nous aurons une France Forte en 2017, mais après 5 ans, on ne peut que constater une France Sarkozienne Faible sinon Agonisante.
En revanche, on imagine déjà le dictateur Sarkozy s’il est réélu… il y a urgence à s’y opposer!

A lire également:
Des médecins réclament la suppression de l’exercice privé à l’hôpital public
Bachelot et NKM: « A votre santé Messieurs Dames! »
Alcool pour les Mineurs: Roselyne Bachelot un tantinet Faux-Cul?

Publicités

4 réflexions sur “Sarkozy, ce Dr Maboul de l’Hopital Public

  1. Expérience personnelle lors d’une prise de rendez-vous pour contrôle de la vue et examen approfondi des yeux au service ophtalmo de l’hôpital d’Aix-en-Provence. Le secrétariat me propose le choix (?) entre une consultation publique ou une consultation privée.
    Différences : Un mois d’attente pour la première avec prise en charge directe des deux actes par la sécu et ma mutuelle, deux semaines pour la seconde avec paiement cash et remboursement ensuite des deux actes par la sécu et ma mutuelle. N’ayant aucun goût pour le privé, je n’ai pas hésité une seconde, j’ai opté pour la première solution.
    L’ophtalmo exerce donc, avec la complicité de l’Etat, une activité en libéral au sein de l’hôpital public ! Et il est loin d’être le seul dans ce cas ! On m’a dit que l’hôpital ne peut pas s’y opposer afin de retenir ces médecins et d’éviter leur fuite vers le privé.
    Et je ne vous parle pas du méga-projet de polyclinique privée autorisée par l’ARS à flanc de colline protégée au sud d’Aix, avec le prétexte d’équilibrer la carte sanitaire de la ville à parité entre le public et le privé. Or, comme on le sait, alors que le public a l’obligation d’accepter tout le monde, le privé sélectionne ses « clients » par la taille du porte-monnaie.
    Pas besoin d’aller chercher plus loin les raisons de Sarko de démanteler le service public de la santé, tout comme ceux de l’école d’ailleurs. A cet égard, les témoignages et les démonstrations de Patrick Pelloux chaque semaine dans Charlie Hebdo sont édifiants.
    Cordialement.

    J'aime

    1. @Castronovo
      « On m’a dit que l’hôpital ne peut pas s’y opposer afin de retenir ces médecins et d’éviter leur fuite vers le privé. » Évidemment faux quant à la fuite!
      il faut interdire purement et simplement ces pratiques honteuses.
      Au JT de France2 d’hier soir, un journaliste s’est fait passer pour un patient souhaitant un examen d’urologie. 1 semaine d’attente 100 euros contre 2 mois et 26 euros pour le même médecin dans le même hôpital. La différence de prix, on appelle ça un bakchich dans les autres métiers.
      Abject!

      J'aime

  2. Vu en effet ce reportage de F2 qui va dans le sens de ce que j’ai évoqué dans mon message.
    Oui, il faut interdire ces pratiques. On verra bien si ces médecins (environ 10% de l’effectif) rejoignent le privé. Ces menaces me font penser au même chantage à l’exil que font les grandes fortunes quand on parle de les taxer.
    Cordialement.

    J'aime

  3. CPolitic

    Je confirme qu’en matière d’ophtalmologie, dans un centre spécialisé, il m’arrive également d’être obligée de prendre deux mois à l’avance un rendez-voius, par contre pour un rendez-vous en privé avec dépassement d’honoraires, le temps d’attente devient nettement moins long. On observe que même dans les hôpitaux, on peut toujours choisir le rendez-vous moins long et privé avec des prix variables vers le haut !….Il y a beaucoup d’ordre à remettre dans tout celà, car si l’on peut payer toujours plus, on est servi plus rapidement et avec des égards !…
    Amicalement
    genevieve

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s