Le Point: Le Torchon de la Presse Papier sur Internet

Coup sur coup dans la matinée, la rédaction de LePoint.fr a fait très fort. Difficile de trouver des concurrents poids, à part peut être LeFigaro ou FranceSoir.
Ainsi, en pleine crise financière et sociale, en pleine campagne présidentielle, nous avons eu droit à 2 articles d’une grande profondeur éditoriale et journalistique intitulés respectivement: « Les bottines rouges de Rachida Dati » et « pourquoi Le Pen a eu raison de se taire face à Mélenchon ».
Petite revue de détails…

Envoyée spéciale à Lille, Pauline de Saint Remy, journaliste caniveau du Point, nous fait l’honneur d’un article sur les chaussures de l’ancienne Garde des Sceaux.
En déplacement ubuesque avec un certain Sarkozy, Rachida Dati a donc trouvé une fois de plus moyen de faire parler d’elle en misant tout sur le journalisme ras-des-pâquerettes, plus friant des frivolités de l’apparence vestimentaire que des longues et pénibles investigations économique ou politique.
Et Rachida a eu parfaitement raison.
Qu’apprend-on dans l’article? Cherchons bien, ce n’est pas évident…
Que Rachida ose parler au nom du peuple pour le peuple:
« Je connais votre courage, les difficultés auxquelles vous êtes confrontés » tout en critiquant « cette gauche qui parle au nom des habitants des quartiers populaires sans les connaître »
Pas de surprise: du Rachida pur jus, elle qui n’a pu monter en grade qu’en cirant les pompes voire en pompant autre chose…
Que Rachida n’est pas aimée au sein même de la majorité populiste
Ainsi notre Pauline, non sans courage et avec un certain talent, se permet au péril de sa vie de retranscrire les propos du député UMP Jérôme Bignon qui lançait rageusement sur son compte tweeter (oui pas directement à Rachida, un coup de bottine aux fesses serait vite arrivé) :
« Je suis venu à Lille, car je suis engagé à fond derrière Nicolas Sarkozy, pas pour écouter les vedettes américaines de Paris 7e. »
Que de scoops! Du lourd, du très lourd. Pas sûr que cela compensera la note de frais pour aller à Lille… sauf si l’article reflète les ordres hiérarchiques.

Mais le cœur de l’article reste sans nul doute les propos de la foule en délire, des propos qui donnent toutes ses lettres de noblesse au hobby à caractère professionnel de Pauline de Saint Rémy: « Oh ! Ah ! C’est Rachida ! T’as vu ses chaussures ! Trop flash ! »
Rien sur le bilan de Rachida Dati, la bouchère de la Justice, n’ayant su trancher que dans le vif de la carte judiciaire française durant son trop-long mandat.
Quid de la récidive des délinquants sexuels? Quid des moyens fournis aux magistrats pour faire leur travail?
Rien sur ses propos contre Nicolas Sarkozy depuis son exil à Bruxelles, depuis l’investiture forcée de Fillon à Paris, pour contredire l’amnésie Datiesque.
Rien sur ce contre-exemple de la discrimination réussie, qui déshonore toute une génération de fille et fils d’immigrés.

Il fallait un bourreau – une bourelle? – pour faire le sale boulot, brader la Justice de ce pays, démembrer les tribunaux, accroître les retards sinon les erreurs judiciaires.
L’UMP l’a trouvée.
Il fallait une cruche pistonnée pour faire un article pro-Rachida – « Rachida Dati […] aura réussi à montrer en un clin d’oeil et deux claquements de talon à ceux qui en doutaient qu’elle n’a rien perdu de sa combativité hors du commun. »
Le Point l’a trouvée.

le point
source hellopro.fr

Et de nous dire humblement, ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain. Le reste de la rédaction vaut certainement mieux!
L’article « Débat : pourquoi Le Pen a eu raison de se taire face à Mélenchon » aura raison de notre optimisme naïf puisque c’est Michel Richard, directeur délégué de la rédaction du Point qui est l’origine de cet édito, éminemment provocateur et… creux.
L’intellectuel de service, qui fait passer les autres journalistes de la rédac pour des gueux, nous sort ses arguments pour défendre Marine Le Pen:
– Parce qu’il faut une sacrée assurance pour rester ferme, vingt minutes durant, face aux assauts d’un contradicteur aussi mordant que Mélenchon.
– Parce que refuser de débattre passe d’emblée pour une esquive, une de ces reculades présumées pouvant trahir la peur.

Quelle courage! Quelle femme! Marine Présidente! à en croire Mr Richard
Pire, l’arrogant journaleux, digne de devenir patron de Minute, nous montre qu’il n’a pas dû voir la même émission politique que nous: Marine Le Pen a moins pâti de son vrai-faux face-à-face avec Mélenchon que de son vrai débat avec François Lenglet
Dans la réalité, Marine Le Pen a foiré son plan com’ du début jusqu’à la fin. Incapable d’argumenter sur les questions économiques, ridiculisée sur le prix de la baguette stable malgré une dévaluation, elle finira sur un long et pénible monologue pathétique menaçant à maintes reprises de partir, refusant tout débat démocratique et démontrant par là même le vide sidéral du programme FN comme de sa légitimité à défendre l’égalité des hommes et des femmes.
Le téléspectateur moyen n’aura pu ainsi que constater le défaussement aussi systématique que minable de Marine Le Pen pour éviter la question de Mélenchon, courtois et posé, à propos du droit à l’IVG (inspiration ultra-catholique) et du non-remboursement par la sécurité sociale prônée par Marine et ses amis fachos. Le candidat de gauche finira la mise à mort commencée par François Lenglet en citant les votes concrets voulus par des élus FN, en totale opposition avec le plan com’ officiel du parti LePéniste.
Toutefois, le Pierre Richard du journalisme, se garde bien de rappeler cette farandole incroyable de points communs entre la châtelaine fasciste de Saint Cloud et la plume xénophobe de la parodie de président, Henri Guaino, prouvant s’il en était besoin, la proximité – pour ne pas dire l’extrême proximité – entre l’Union des Médiocres Populistes et le Front Haineux.

Non vraiment, si le ramage du Point 2.0 se rapporte au plumage du Point version papier, toute cette rédaction d’incompétents distillant ici et là leurs préjugés et leurs opinions les plus néfastes, sans aucun souci d’informer honnêtement ne mérite que de perdre leur emploi… fictif.
Devant une telle médiocrité, ne soyons pas si choqués alors de lire sur des médias plus indépendants et moins encartés politiquement que « des quotidiens de la presse proposent une taxation des FAI et des moteurs » pour compenser la récompense de leurs basses œuvres: la perte progressive mais pleinement méritée de leur lectorat.

Pour information: Michel Richard est l’auteur de « l’homme qui ne savait pas faire semblant » (Editions Larousse)
Commentaire du sarkoziste torchon Figaro: « on trouvera l’antidote du moment aux poncifs de l’anti-sarkozysme. Dans ce petit essai minutieux, Michel Richard, directeur adjoint de la rédaction du Point, démonte les attaques contre le nouveau «Poutine soft » ou le «Sarkoberlusconisme», selon le titre d’un autre livre réquisitoire publié ces jours-ci. «  C’est dire…

Advertisements

4 réflexions sur “Le Point: Le Torchon de la Presse Papier sur Internet

  1. En allant comme vous sur le site du Point, je n’avais pas cliqué sur le premier article à cause de son titre qui ne laissait présager que de la m… en boîte.
    Pour le second, j’ai voulu être curieux, mais avec prudence. Avais-je donc tout faux sur le débat télévisé ? Pourquoi l’auteur pensait-il que la Le Pen avait bien fait de se taire ? Y avait-il des arguments qui m’auraient échappé ? Ben non. Le titre attrape-nigaud relevait finalement de la même tromperie mais le contenu de l’article en disait plus sur le parti-pris de l’auteur pour défendre l’indéfendable.
    Et dire que des internautes tomberont peut-être dans le filet de ces élucubrations, car c’est fait pour ça vu que c’est gratuit sur internet.
    Seul point positif pour nous, si l’on peut dire, les auteurs de ces articles à dégueuler peuvent toujours se gratter s’ils comptent nous arracher le moindre euro pour alimenter leurs salaires, des salaires assurés depuis belle lurette à 50% par les pages de pubs tout aussi vomitives occupant la moitié de leur magazine papier.
    Votre décryptage est parfait et salutaire. J’y souscris pleinement.
    Cordialement.

    J'aime

    1. @Castronovo
      Merci ;-)
      Effectivement plus on prend du temps pour lire leurs « papiers » et plus on se rend compte de la médiocrité comme de la partialité des auteurs.
      Tout sauf des journalistes, espèce en voie de disparition.

      J'aime

  2. Salut, j’ai moi même cherché à comprendre, je l’explique dans cet article http://politiko.fr/politique-nationale/des-paroles-et-des-actes-qui-perd-gagne/

    Je pense que c’était un piège pour Mélenchon, heureusement j’ai encore confiance en l’esprit critique des français, et la capacité de JLM à démontrer le contraire de ce qu’affirme une poignée de gratte papiers.

    L’inconvénient de leur version web, c’est qu’à part si on veut imprimer, on ne peut pas se torcher avec :(

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s