Nucléaire: La Vie des Centrales Prolongée par des Experts Pro-Nucléaire!

« On n’est jamais mieux servi que par soi-même » Une fois encore, le célèbre adage a été magnifiquement illustré par le lobby nucléaire avec ce nouveau rapport remis à Eric Besson et prônant l’allongement de la durée de vie des centrales nucléaires françaises. Une épaisse compilation de pages au contenu cousu de fil blanc et paraphé par une commission au nom pompeux « Energies 2050 ». Mais qui y’a-t-il derrière cette équipe « d’experts »?
Car devant une telle importance stratégique, la France d’en bas s’attendrait à une pléiade de personnalités de renom, toutes indépendantes de la filière de l’atome. Que nenni…

Le contenu
– La France doit «s’interdire toute fermeture administrative d’une centrale nucléaire» qui n’aurait pas été décidée pour des raisons de sûreté, et «la trajectoire optimale pour notre pays consiste à prolonger la durée de vie des centrales existantes aussi longtemps que l’autorité de sûreté nucléaire le permettra»
– La France doit compenser les fermetures progressives de centrales par la construction d’«un petit nombre d’EPR»
– La France doit «préparer l’avenir en poursuivant, au côté du développement des énergies renouvelables, le développement de la génération 4» de centrales, et ce, «tout en laissant ouverte la question de la part du nucléaire en 2050 et même en 2030»
– La France doit «s’engager courageusement dans une politique de vérité (c’est-à-dire de hausse) des prix de l’énergie et des émissions de CO2»
Non ce laïus ne provient pas d’un tract de l’UMP pour nous vendre la vision sarkozienne de sa vision de l’énergie nucléaire, mais bien du rapport sur la politique énergétique de la France de 2050.
L’objectif est clair: on minimise les énergies renouvelables (au côté de…), on priorise toujours le nucléaire en prévoyant la fin des trop vieilles centrales et en les remplaçant par des EPR, on prépare l’opinion publique à une hausse des tarifs.
Mais alors, pourquoi diable confirmer par des « experts » ce que d’autres experts – nos ministres et président visionnaires – nous avaient déjà annoncés?

Les « vrais » experts?
La composition de la commission Energies 2050 n’est pas secrète.
Ainsi le groupe d’experts a été dirigé par le professeur Jacques Percebois (diplômé de l’Institut d’Études Politiques, docteur d’État es sciences économiques) et Claude Mandil, (ingénieur sorti en 1976 de l’X, ex-directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie ou AIE)
On commence donc très fort, puisque l’un ne connait strictement rien à la physique et aux contraintes techniques du nucléaire, quand le second sort du moule pro-nucléaire de Polytechnique.
En sachant simplement qui dirige l’équipe de l’étude, on connaissait alors à l’avance le contenu de celle-ci, d’où la bronqua par anticipation des ONG écologistes dès septembre 2011.

Revenons sur nos co-présidents:
Voici le cursus de Claude Mandil selon notre cher Wikipédia:
En 1981, il devient Conseiller Technique chargé des questions industrielles au cabinet du Premier ministre, Pierre Mauroy.
En 1984, il devient PDG de l’Institut de Développement Industriel (IDI), une Banque publique d’investissement, qu’il quitte en 1988 à la suite d’une reprise, qu’il avait préparée, de l’entreprise par ses salariés.
En 1988 il est nommé Directeur Général du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM).
À partir de 1990, il devient Directeur Général de l’Energie et des Matières Premières au Ministère de l’Industrie, avant d’être nommé Directeur Général Délégué de Gaz de France en octobre 1998, puis Président de l’Institut français du pétrole en avril 2000.
De février 2003 à septembre 2007, Claude Mandil était directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie (AIE)
En aout 2009, il est nommé membre de la commission Juppé-Rocard sur le grand emprunt national.

Nous sommes donc en présence d’un homme du système, appelé par la gauche comme par la droite, toutes deux éminemment pro-nucléaires, obéissant aux ordres de la hiérarchie de l’Etat, spécialiste des énergies dites fossiles et du milieu industriel de l’énergie, ancien membre d’une agence pro-nucléaire Agence internationale de l’énergie.
Pour couronner le tout, Mr Mandil s’avère être actuellement administrateur de Total SA, entreprise s’engageant de plus en plus fortement dans…le nucléaire
1er conflit d’intérêt puisque Claude Mandil préside une commission chargée de concevoir la stratégie énergétique de la France alors qu’il est en parallèle de ses activités, membre d’une société pro-pétrole et plus récemment pro-nucléaire!

Et Jacques Percebois, qui est-il? Bien au-delà de son pedigree d’économiste « diplômé de l’Institut d’Études Politiques, docteur d’État es sciences économiques, il est également agrégé des Facultés de droit et de sciences économiques », et de son gentil profil de professeur en université, forcément au-dessus de tout soupçon – un prof pensez donc et en plus « Officier des Palmes Académiques » – on trouve sans aucune difficulté les positions occupées par ce monsieur:
– Membre du Conseil d’Administration de GRT Gaz (Administrateur indépendant, depuis 2005) filiale du groupe GDF SUEZ
– Membre du Conseil Scientifique de Gaz de France de 1996 à 2002
– Membre de la Commission « Charpin-Dessus-Pellat » sur les perspectives économiques du nucléaire en France
– Membre du Conseil scientifique de l’Ecole d’Eté sur le droit nucléaire organisée chaque année à Montpellier en août-septembre par l’Agence de l’Energie Nucléaire (AEN, OCDE) et l’Université de Montpellier 1 (jusqu’en 2009)

Faut-il rappeler que GDF Suez, tout comme Total, possède dans son giron industriel des intérêts dans le nucléaire via sa filiale Electrabel en Belgique?
Pour l’anecdote, Mr Percebois a reçu en 2007 à Florence le « 2006 Outstanding Contributions to the Profession Award » décerné par l’International Asssociation of Energy Economists.
Qu’est ce que le IAEE? D’après leur site internet, cette association internationale est représentée en France par l’Association des Economistes de l’Energie (AEE)
« L’AEE est un forum d’échange sur les questions liant la science économique et les technologies de l’énergie, en intégrant également les dimensions sociétale, environnementale et politique.
L’AEE est constitué par un réseau de 450 participants et membres sélectionnés dans les milieux académiques et industriels. Les principales universités et centres de recherche français y sont représentés, de même que les grandes sociétés du secteur : AREVA, Electricité de France, GDF SUEZ, Total et les grands organismes publics CEA, ADEME et IFP. »

Dans la partie actualité du site web, il est même fait mention « d’une approche économique de la sûreté nucléaire ». Quel cynisme!
On aimerait demander à Mr Percebois si ce thème revient à parler de la position du curseur entre protection de l’environnement et la rentabilité à tout prix.
2ème conflit d’intérêt pro-nucléaire puisque Jacques Percebois préside une commission chargée de concevoir la stratégie énergétique de la France alors qu’il est en parallèle de ses activités, membre d’une société pro-nucléaire et se fait récompenser par le lobby!

Les rapporteurs
Ont été nommés Dominique Auverlot et Etienne Beeker, du Centre d’analyse stratégique (CAS). Sachant que le CAS appartient aux services du Premier ministre, que la patron du CAS est Vincent Chriqui (nommé par décret du 13 janvier 2010) nommé par Fillon donc, il serait étonnant que Dominique Auverlot et Etienne Beeker s’opposent à la vision UMP sur l’énergie.
Il en va de même pour Richard Lavergne, de la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) du ministère de l’Ecologie, Stéphanie Combes et Raphael Contamin, pour la Direction générale du Trésor du ministère de l’Economie.
Quant à Guy Maisonnier, de l’Institut français du pétrole énergies nouvelles (IFP-EN), il suffit de lire l’histoire de Institut français du pétrole – notez l’ajout subtil de « énergies nouvelles » à la suite du Grenelle II. L’institut est depuis devenu établissement ce qui lui permet « pour valoriser le résultat de ses activités », à « prendre des participations dans des sociétés industrielles ou commerciales. Ces participations peuvent être détenues par une ou plusieurs personnes morales existantes ou créées à cet effet ». Il semble aisé d’imaginer les abus possibles..avec l’argent du contribuable pour défendre les positions des différents lobbies énergétiques via ses activités
– « la réalisation directe ou indirecte d’études et de recherches dans les domaines scientifique et technique et la valorisation sous toutes formes de leurs résultats » ;
– « la formation de personnes capables de participer au développement des connaissances, à leur diffusion et à leur application » ;
– « l’information des administrations, de l’industrie, des techniciens et des chercheurs sur les connaissances scientifiques et les techniques industrielles ».

Les spécialistes
– Jean-Marie Chevalier: professeur d’économie et directeur du Centre de géopolitique de l’énergie et des matières premières (pro-nucléaire)
– Jean-Marc Jancovici: consultant et ancien proche de Nicolas Hulot, maintes fois épinglé sur ce blog, donnant des cours au Mines, maison mère du lobby nucléaire en France
– Colette Lewiner: directrice générale de la branche « énergie et utilities » de Cap Gemini mais ancienne dirigeante de SGN-Réseau Eurisys, filiale du groupe Areva
– Christian de Boissieu: président délégué du Conseil d’analyse économique (CAE) mais membre du comité éthique d’Areva (pro-nucléaire)
– Pierre Gadonneix: ancien président directeur général d’EDF, Président du Conseil mondial de l’Energie, formé à l’X (pro-nucléaire)
Seul Christian de Perthuis, professeur d’économie associé à l’Université Paris-Dauphine et directeur scientifique de la chaire Economie du climat, seule personnalité dixit Greenpeace à ne s’être pas affichée « comme défenseur de l’énergie atomique ».

La nomination
Le plus truculent dans cette affaire de commission Energies 2050 reste la main mise de Bercy – ministère des Finances – derrière un ministère de l’écologie qui n’a d’écologie que le nom:
« Par ailleurs, Bercy souhaite que ce travail soit cohérent avec celui de la commission Trajectoires 2030-2050 – Vers une économie décarbonée lancée en juin 2011 par Nathalie Kosciusko-Morizet. Pour cela, les deux commissions s’appuieront sur des membres communs, notamment le professeur d’économie Christian de Perthuis, et sur les services des deux ministères. De même, les deux commissions pourraient se réunir à l’occasion de la conclusion des travaux de la commission initiée par le ministère de l’Ecologie. » (source ActuEnvironnement)
Comprendre « on ne prend aucun risque, on prend les mêmes membres pro-nucléaires et on recommence »!
Et pour ceux qui n’aurait pas compris la pieuvre nucléaire, NKM censé défendre le développement durable, n’a pas eu la chance de faire les Mines, mais uniquement l’X.

Le boulet du nucléaire
Ainsi depuis l’après-guerre, c’est TOUJOURS, et nous répétons TOUJOURS, le lobby du nucléaire qui a organisé et organise des commissions sur le nucléaire, qui contrôle le nucléaire, qui fait des études stratégiques sur les énergies du futur.
Vu l’ampleur des conflits d’intérêts à tous les niveaux, il est donc tout naturel que la France reste prisonnière d’une énergie aussi puissante que dévastatrice et donc sans aucun moyen de voir ailleurs, là où l’énergie s’annonce plus verte et plus sûre.

Merci encore à Total, GDF Suez, EDF et Areva, de décider de ce qui est bon ou mauvais pour la politique énergétique de la France de demain.

Sources:
Wikipedia
Association des Economistes de l’Energie
Actu-environnement.com: ici et
Les Echos

Advertisements

7 réflexions sur “Nucléaire: La Vie des Centrales Prolongée par des Experts Pro-Nucléaire!

  1. Quel talent ce Besson : « commander » un rapport sur le nucléaire en octobre 2011 histoire de l’avoir entre les pattes à une soixantaine de jours de la présidentielle…

    J'aime

  2. Bonsoir,

    Vous associez systématiquement le fait d’être diplômé de l’Ecole Polytechnique à celui d’être un partisan pro-nucléaire. Aucun écologiste ne serait donc assez doué pour intégrer cette école ??

    Cordialement

    J'aime

  3. Merci infiniment, me voilà rassuré. J’étais follement inquiet à la lecture de cet article. Mais une question reste en suspens : comment diable Alain Liepietz a-t-il bien pu parvenir à échapper au joug du « moule pro-nucléaire de Polytechnique » ?

    J'aime

    1. @Lecteur
      Nous ajouterons à l’excellente réponse de @Autopsy qu’il y a toujours des exceptions aux règles, des personnes sachant sortir des sentiers battus, sinon du moule.
      Fort heureusement sinon les humains seraient plus proches des robots!

      Un choix courageux qui l’a forcément éloigné des postes prestigieux et hautement rémunérés dans telles ou telles grosses entreprises.
      La plupart n’ont pas le courage de dire non.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s