Grève des Agents de Sécurité: Joyeux Noël Sarkozy!

Rappel des faits: les Agents de Sécurité des aéroports de Roissy et Lyon font grève pour une revalorisation salariale et une amélioration de leurs conditions de travail. Une grève qui par définition bloque ou ralentit les embarquements dans les aéroports précités, agaçant les voyageurs criant leur mécontentement à l’instar du gouvernement en place. Les rédactions des JT mettent ainsi l’accent sur la paralysie des transports, une fois encore en période de vacances (Noël étant en plus sacré!), sur ces pauvres voyageurs otages d’une minorité de ronchons jamais content de leur sort, ronchons qui comme chacun sait sont « des privilégiés » puisque faisant grève.

Grève surprise: une prise d’otage! En France, lorsqu’une grève est organisée, les syndicats de ce secteur des agents de sécurité doivent déposer un préavis de grève 7 jours avant.
En conséquence, ADP et les compagnies aériennes et les voyagistes étaient parfaitement au courant des situations difficiles que les clients allaient rencontrer. De plus, les syndicats sont allés au-delà de la loi, c’est à dire, qu’ils ont prévenu bien avant le délai légal les partenaires sociaux et les représentants de l’Etat français.
Pas d’effet de surprise, pas de prise d’otage puisque si les responsables d’ADP entre autres avaient simplement communiqués ces informations, les familles souhaitant partir en vacances auraient pu choisir un autre moyen de transport.

Pourquoi cette période?
Si les syndicats avaient appeler à des journées de mobilisation le 15 janvier, auraient-ils eu le même bras de levier vis à vis des directions des entreprises de sécurité pour tenter d’imposer? Certainement pas. Donc le choix de telles périodes de vacances (et donc de trafic passager important) demeure parfaitement normale et logique, ce qui ne l’est pas c’est bien l’absence de négociation.

Grève pour le plaisir
Le préavis de grève demeure une demande de négociations sur des points précis entre les parties en présence. Si l’une des deux parties refusent la négociation ou si la négociation n’aboutit pas, il y a grève.
Pour cette grève des agents de sécurité, nous sommes dans le premier cas, à savoir une absence de négociation voulue par les représentants patronaux.

Réaction de Sarkozy
La parodie de chef de l’Etat a « demandé aux ministres d’être extrêmement attentifs à l’évolution de la situation et de prendre toutes les mesures nécessaires et opportunes compte tenu de cette évolution »
D’une part cela sous-entend que le p’tit nerveux souhaite briser la grève, potentiellement par la force, un savoir-faire français dixit MAM. D’autre part, on ne peut que s’interroger sur la cohérence des propos « demandé aux ministres ».
En quoi une telle grève peut concerner le ministre de l’Agriculture par exemple?

Un joli cadeau pour le Noël de Nico. Négociera-t-il? Ou fera-t-il tout par la force?
sarkozy simple flic

Réaction du cerveau de Sarkozy
Le conseiller spécial de Nicolas 1er, Henri Guaino, a annoncé qu’ « à partir d’aujourd’hui (mercredi), de ce soir en particulier, il ne sera plus possible que l’Etat ne prenne pas ses responsabilités » dans les aéroports.
Et d’ajouter « Je ne vois pas ce que ça aurait de choquant de remplacer pendant un certain temps des agents de sécurité privée par des agents de la force publique »

Réactions des syndicats de Police
« les policiers n’ont pas vocation ni à devenir des ‘briseurs de grève’ ou des supplétifs à un patronat ayant une attitude irresponsable », d’après Nicolas Comte, secrétaire général d’Unité police SGP-FO, premier syndicat de gardiens de la paix, plutôt de gauche. Le second syndicat Alliance, plutôt de droite, s’est contenté de constater que telles demandes d’interventions ne relevaient pas de leurs « missions premières ».

Médiatisation
On peut s’interroger sur ces articles et reportages tournant en boucle, notamment sur les chaines infos, alors que la grève ne touche qu’une toute petite partie de la population.
Combien de personnes dans votre entourage prend l’avion en cette période de fêtes, mais aussi, période de crise? Combien vont fréquenter les aéroports concernés?
La surmédiatisation semble évidente pour une grève clairement justifiée socialement parlant.

Petit Problème
Les dernières réunions organisées se sont faites entre les représentants syndicaux des salariés, le médiateur de l’Etat français dépêché en urgence, et les directions des entreprises de sécurité. Problème dans le cas des réunions à Roissy: ces derniers ne pouvaient prendre de décision sans l’avis des représentants de leur donneur d’ordre, à savoir ADP, Aéroports de Paris.
Ou comment perdre du temps et prendre les gens pour ce qu’ils ne sont pas!

Grève justifiée
Pas de privilégié ici, juste des salariés ayant des contrats précaires, en CDD, payés au lance pierre au SMIC ou en-dessous, par des sociétés privées faisant plusieurs centaines de millions de bénéfices et tout aussi radines les unes que les autres.
Ainsi rappelons-nous de Securitas France, qui dans un énorme élan de générosité n’avait pas hésité à offrir, dans le cadre la prime sur dividende demandée par le gouvernement Fillon, un chèque de 8 euros à tous ses salariés! La maison mère suédoise Securitas, avait quant à elle réalisée en 2010 un bénéfice net (en recul de 18% certes) de 41 millions d’euros.
Devant un tel dédain, Xavier Bertrand en personne n’avait pas hésité à taper du poing sur la table, et certains des salariés dégoutés s’étaient organisé pour reverser leurs « primes » aux Restos du Coeur!
De plus, de par le turn over important, certaines sociétés n’hésitent pas à former à la chaine et pour pas cher leurs nouveaux et temporaires salariés. D’où des personnels mal formés et des failles de sécurité importantes comme avaient pu le constater des reporters de l’émission Envoyé Spécial en janvier 2011, embarquant alors des armes en pièces détachées. Certains employés au scanner des bagages plaçaient ainsi les colis dans le sens du tapis roulant faisant diminuer les statistiques de détection de 50%, en plus du fait qu’ils n’étaient pas formés à reconnaitre des pièces isolées d’armes à feu ou de détonateurs. Ayez confiance!

L’arroseur arrosé
Les politiques les plus néoconservateurs et démagogiques se plaignent de ses grèves traditionnelles en période de fête.
Petite subtilité, dans ce domaine des Agents de Sécurité, ce sont les dirigeants de l’Etat français en 1996 qui ont décidé de privatiser le secteur et d’octroyer ce juteux marché à des entreprises privées, en lieu et place des douaniers. A l’époque, Jacques Chirac était président pendant qu’un certain Alain Juppé occupait la fonction de premier ministre! C’est donc un comble: la droite privatise et cette même droite critique la privatisation 15 ans plus tard.

Gouverner c’est prévoir, messieurs les politiques! Alors assumez vos erreurs, que diable! Il ne fallait pas privatiser la sécurité des passagers, un secteur décidément trop sensible.

Témoignages de salariés, confirmés par le rapport du 13 décembre sur la sûreté aérienne, les députés PS Daniel Goldberg et UMP Didier Gonzales:
« Nous sommes mal vus par les passagers parce que nous effectuons des palpations. Ce qu’ils ne savent pas c’est que certaines palpations sont décidées de façon informatique. Le quota de palpations a augmenté de 20% alors que nous sommes moins nombreux qu’avant »
« On nous demande de faire passer les passagers de plus en plus vite, c’est du commercial avec une option sûreté. C’est dangereux »

« Nous ne sommes pas des enfants gâtés. Nous faisons un vrai métier qui a son importance pour la sûreté des gens. La preuve c’est que le gouvernement s’est aperçu qu’on ne peut pas nous remplacer par n’importe qui puisqu’il demande aux policiers de le faire »

« Nous sommes sans cesse surveillés, au moindre petit souci, on nous fait un rapport »
« Nous devons pointer en arrivant et en partant. Je connais un salarié à qui on a retiré 21 centimes sur son salaire parce qu’il a pointé avec une minute de retard ! »

« Nous ne demandons pas des avantages, nous demandons une reconnaissance »

,

Advertisements

3 réflexions sur “Grève des Agents de Sécurité: Joyeux Noël Sarkozy!

  1. Tout à fait de votre avis : c’est le refus de négocier des patrons qui entraîne la grève. Et tous ces cris d’orfraie sont d’une hypocrisie sans nom ! Et si les journalistes français avaient un peu d’estomac ? Ces informations manipulées ne seraient pas possible.
    Bravo pour l’article parfaitement documenté et rappelant fort bien les faits !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s