Propagande: BASF créé de la chimie…et des mensonges!

« Donner envie aux nouvelles générations de faire de la chimie est important pour notre avenir, c’est pourquoi nous avons créé dans 32 pays le « Kid’s Lab », un laboratoire où les enfants découvrent la chimie et la science en s’amusant à faire des expériences » ou encore « et si nous réconcilions les enfants avec les tubes à essai ? » et « chez BASF, nous créons de la chimie » voilà les accroches du n°1 mondial de la chimie pour sa nouvelle campagne de publicité, pardon, de propagande.

Vous avez ainsi dû voir leurs publicités basées sur cette image:
basf propagande
Belle image d’un « ch’tit nenfant » innocent jouant avec des tubes aux formes arrondies, très colorés ou comment représenter la Science en s’amusant, une science forcément inoffensive, utile et ludique.
source image http://hk.science.museum

Qui dit plan marketing, dit site web. Profitant de l’année de la chimie – oui 2011 est l’année de tout même des arbres – la propagande BASF continue sur la toile. On peut y lire entre autres articles des anecdotes certainement inventées de toute pièce:
« La vie de mon petit-fils après le « Kids’ Lab »
« Zheng Hanzhi, âgé de six ans, est mon petit-fils. On dirait parfois que son intérêt pour la science est inné. En 2003, il a rejoint le Kids’ Lab de BASF de Shanghai. Pour Hanzhi, des explications simples et des dessins pleins de couleurs ont donné vie au monde merveilleux de la chimie. En suivant les instructions du professeur, il a pu réaliser trois expériences fascinantes et ses yeux pétillaient de joie.

Depuis, les notions de « BASF » et de « chimie » se sont profondément ancrées dans son esprit. C’est étonnant à quel point Hanzhi, qui n’était encore qu’au jardin d’enfants, aime la chimie. Il se régale en lisant Chemistry (les séries de livres sur la recherche) et en apprenant des choses sur le pouvoir magique d’absorption du charbon actif. Lorsqu’il vit à quel point la rivière Suzhou était sale, il déclara qu’il était grand temps de protéger l’environnement. Il a comparé la forme du système périodique des éléments à un coq, écrit la formule moléculaire pour le méthane, en a dessiné la structure moléculaire, puis a réalisé l’expérience de la solution NaCl chez lui.

Tout cela montre bien que les expériences chimiques ont suscité la curiosité et la soif de connaissances de mon petit-fils. Le Kids’ Lab de BASF est une idée originale et ingénieuse. Un tel effort généreux et sincère aide les enfants à élargir leur horizon et à augmenter leurs connaissances. Et les enfants comme mon petit Hanzhi se souviennent bien du nom « BASF ». C’est aussi bien en tant que grand-mère qu’en tant qu’employée que j’aimerais adresser tous mes remerciements au Kids’ Lab de BASF. »
Quand le sirupeux concurrence le grotesque… S’il fallait décerner le prix de la plus belle entreprise, de la plus humainement utile pour l’Humanité, ce serait BASF. Pathétique.

Côté employé, la vision idyllique de la chimie et de la société BASF ne sont pas en reste. Cela donne également un long baratin sur les valeurs humaines, l’Homme étant une place centrale de l’entreprise. Et la marmotte met le chocolat dans le papier d’alu?
« J’avais la chimie dans le sang »
140 de BASF, cela signifie une multitude d’histoires personnelles. Chacun de nous a une histoire personnelle, ses propres souvenirs ou son expérience chez BASF. Moi aussi, j’ai une histoire et j’aimerais en profiter pour vous la raconter. J’aimerais vous raconter comment j’ai commencé chez BASF.

J’ai commencé chez BASF en 1976, il y aura bientôt 29 ans de cela. A cette époque, il était clairement de tradition en Allemagne pour les chimistes organiciens diplômés de l’université d’entrer chez Bayer avec leur diplôme flambant neuf, étant donné que la société Bayer avait toujours les meilleurs chimistes. De même, la société Hoechst avait toujours le meilleur personnel de vente et BASF toujours les meilleurs ingénieurs.
J’avais la chimie dans le sang. Cependant, j’ai décidé à l’encontre de l’esprit universitaire. Ignorant les traditions, je choisis BASF.
J’ai choisi BASF à cause de son personnel et parce que chez BASF le personnel joue un rôle clé. L’ouverture d’esprit, le respect, la sincérité et la chaleur dont j’ai fait personnellement l’expérience à mon arrivée lors de mon entretien d’embauche eurent sur moi un effet marquant et durable. Pour moi qui venait de sortir de l’université, ce fut une expérience extraordinaire que je n’ai jamais oubliée.
Les expériences qui me firent un tel effet ne se limitèrent pas seulement à mon premier jour. Elles ont continué de m’accompagner tout au long de ma carrière. Et elles continuent de confirmer ma décision d’avoir rejoint BASF. »

Là si votre petit cœur n’est pas devenu tout mou par autant de bons sentiments, c’est qu’il est de pierre…ou que vous n’êtes pas assez naïfs.

Finissons par la vision du groupe par le groupe lui-même:
« BASF est le leader mondial de la chimie : The Chemical Company. Son portefeuille d’activités comprend des produits chimiques, des matières plastiques, des produits d’ennoblissement, des produits pour l’agriculture, des produits de chimie fine ainsi que du pétrole et du gaz. Partenaire fiable, BASF crée de la chimie pour contribuer à la réussite de ses clients dans la plupart des industries. En proposant des solutions intelligentes et des produits de haute qualité, BASF contribue activement à répondre aux grands défis mondiaux, tels que la protection du climat, l’efficacité énergétique, l’alimentation et la mobilité.
BASF a réalisé en 2010 un chiffre d’affaires de 63,9 milliards d’euros et employait 109 000 collaboratrices et collaborateurs »

Côté social et environnement, « L’eau aime la Chimie » :
basf propagande

basf propagande
Du greenwashing à gogo pour l’industrie chimique, celle par qui toutes les pollutions arrivent!
source images: http://www.sircome.fr/

Après cette description angélique et utopique« des solutions intelligentes et des produits de haute qualité » qu’ils vous disent! – on comprend aisément que chimie = progrès = miracle technique, chimie = futur, chimie= science = éducation = emploi, chimie = dépollution = écologie = humanitaire.
Arrêtons ce florilège d’associations nées du citron des ripoux du marketing, place maintenant à la triste réalité, bloc Cpolitic oblige!

Enquête 2.0
Parcourons le web à la recherche d’informations concernant BASF. Démarrons avec wikipédia:
« BASF, abréviation de Badische Anilin und Soda-Fabrik : « Fabrique d’aniline et de soude de Bade », est un groupe de sociétés fondées à Ludwigshafen en 1865. Elles produisaient à l’origine des colorants dérivés du goudron. Le premier procédé de production était basé sur la récupération de sous-produits venant de la gazéification du charbon en gaz de ville. C’est à partir de cette récupération qu’a pu être produite le colorant aniline.
Elle devint rapidement l’une des plus grandes entreprises de l’industrie chimique européenne. Ses effectifs passèrent de 7 000 personnes en 1900 à 24 000 en 1920. Augmentant ainsi la population de Ludwigshafen de 5 000 à 60 000, puis à 100 000 habitants. »

Jusque là rien d’alarmant. Cela décrit une success story industrielle allemande. Mais…

« En 1925, le groupe est rattaché à l’IG Farben pour former un consortium qui devint l’une des pièces maîtresses de l’économie de guerre allemande.« 
Tout de suite la vision angélique précédente s’assombrit, le passé n’étant jamais bon à rappeler dès qu’il est question d’industrie.
« IG Farben produisit de nombreux produits chimiques : ammoniac synthétique (duquel étaient dérivés des engrais azotés, des explosifs) et des biocides ou gaz d’exterminations dont le Zyklon B » […]
Ce que l’on pouvait imaginer, se confirme. Nous sommes très loin du gentil « ch’tit nenfant » aimant la chimie!

Petite anecdote désopilante – si, si – concernant IG Farben
« Le slogan de la société était Arbeit macht frei (le travail rend libre), avant même qu’il ne soit apposé à l’entrée des camps de concentration et des camps d’extermination nazis1. » Sympathique entreprise, non? Une entreprise tellement merveilleuse que les dirigeants seront jugés au procès de Nüremberg, inutile de rentrer dans les détails sordides, tout le monde a compris.

Le 9 avril 2009, BASF a acquis une position majoritaire dans Ciba Specialty Chemicals. Ciba sera intégrée dans BASF comme division à part entière.
Qu’est ce que Ciba? Une petite teinturerie en 1869 qui devient au fur et à mesure des rachats, fusions, partenariats (Geigy, Funk Seed Internationel, Alza Corp…) un leader dans « les médicaments et de produits chimiques pour l’industrie et l’agriculture », notamment pesticides et fongicides à la fin des années 1970. Scandale dans les années 80 avec les pratiques commerciales pour vendre la Ritaline, substance destinée au traitement de l’hyperactivité*, pour des abus de prescription. En 1996, fusion avec Sandoz pour former Novartis, la partie produits chimiques reste sous la bannière Ciba, racheté par BASF.
*hyperactivité un syndrome retrouvé chez les enfants de personnes exposés aux pesticides…

A l’instar de l’entreprise Monsanto, notre ami BASF fabrique donc des pesticides mais produit également des OGM. Ah les bons organismes génétiquement modifiés, un miracle du génie génétique et du lobby biochimique.
Le 2 mars 2010, sa filiale, BASF Plant Science, obtient l’autorisation de culture dans l’Union européenne de la variété de pomme de terre transgénique qu’elle a mise au point, « Amflora », dont l’amidon composé quasi exclusivement d’amylopectine est particulièrement adapté aux besoins de l’industrie papetière (cette variété n’est pas destinée à l’alimentation humaine)
Une magnifique création dont vous nous parlions déjà dans Barroso promoteur de la patate OGM, créée par l’inventeur du Zyklon-B
Nous y soulevions les problèmes majeurs:
– la dissémination possibles (et depuis prouvés) de gènes résistants aux antibiotiques
– l’utilisation de terres agricoles pour au final produire du papier
– les conséquences sanitaires pour la chaine alimentaire puisque cette patate pourra être donnée aux animaux d’élevage.

Mais n’oublions pas que BASF reste le leader des biocides avec notamment le Régent TS qui se base sur le fipronil, aux effets ravageurs sur les abeilles égalisent ceux du Gaucho. Régent (BASF) et Gaucho (Bayer), deux saloperies issues de l’industrie chimique dont nous abordions les effets dévastateurs sur les abeilles dans Maya L’Abeille en Danger de Mort!.
Pour le Régent TS, un non-lieu a été rendu, non-lieu dont se vante BASF. Certes le produit ne tue pas directement mais la mort des abeilles, avec notamment le syndrome d’effondrement, serait dû à la conjonction des insecticides type Gaucho et d’un champignon. Le Régent comme le Gaucho demeurent donc loin d’être totalement innocents…
Étrangement le Gaucho reste interdit et le Régent autorisé alors que le Gaucho est moins létal en terme d’écotoxicologie que le Régent! (DL50 : 97 mg/kg contre 410 mg/kg – masse de substance nécessaire pour tuer 50 % des animaux dans un lot d’une population donnée) Pour les néophytes, un comparatif plus parlant: le Gaucho a été classifié comme Nocif alors que le Régent est Toxique (symbole tête de mort!) et nuisible à l’environnement. Il faut croire que le lobbying de BASF pèse plus lourd que celui de Bayer. Le coup de pouce Barroso? (cf. patate OGM)
Au final, une entreprise mondiale qui tue les abeilles peut-elle raisonnablement se prévaloir d’aimer la Nature?

Récapitulons: du médicament au gaz de combat en passant par les biocides (pesticides et fongicides) et OGM, nous avons vu toute la panoplie de ce que peut faire un petit chimiste devenu savant fou. Les ravages de cette Science sans conscience détaillés dans l’excellent livre Notre Poison Quotidien de Marie-Monique Robin.
Non vraiment BASF va devoir encore attendre de nombreuses années pour nous faire croire que la Nature ou « les enfants aiment la chimie ».
A l’image de Monsanto, BASF reste à ranger dans la catégorie « Entreprises agissant Contre l’Humanité ».

———-

A lire aussi:
Barroso promoteur de la patate OGM, créée par l’inventeur du Zyklon-B
L’amour est une réaction chimique
BASF aime les abeilles ? ou les tue ?
Monsanto: Une firme contre l’Humanité
Notre Poison Quotidien de Marie-Monique Robin.

Sources: http://www.basf.fr/ecp2/Press_releases_france/20111018_BASF_campagne

Publicités

Une réflexion sur “Propagande: BASF créé de la chimie…et des mensonges!

  1. Sacré boulot !

    Le « ch’tit nenfant », sur la belle pub « tout en couleur » : il n’aurait pas opéré ses expériences à Toulouse, en 2011 ?

    Banzaï

    PS : PS – EELV – BASF – OGM – UMP – RSA – EURO – FIGARO – GOGO…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s