Steve Jobs, Nouveau Symbole de la Flambée Mondiale de Cancers

1955-2011. 56 ans. Nul doute que si vous avez passé le cap des 60 ans, vous venez de franchir le rubicon salvateur. D’autres, celles et ceux situés dans la cinquantaine, comme Steve Jobs n’ont pas eu cette chance. Connu ou pas, riche ou pas, le crabe ne fait strictement aucune distinction.
Plutôt que de sortir les mouchoirs une énième fois, plutôt que de se répandre en souvenirs ou de se gargariser en hommages liés au côté visionnaire de l’individu, il serait temps de profiter du tremblement de terre médiatique qu’engendre ce décès et de braquer les projecteurs sur les causes de cette flambée mondiale de cancers.

Car contrairement à ce que la majorité de personnes croit, le cancer n’est pas une maladie normale liée au vieillissement, le cancer (la dégénérescence des cellules) n’est pas une maladie « naturelle ». Sans rentrer dans les détails et pour faire simple, elle est principalement due à des agents extérieurs (radiation, produits chimiques…) qui provoquent une altération de l’ADN présent dans le noyau de nos cellules, associé à une altération du système immunitaire, qui aurait dû détruire la tumeur, mais qui au contraire laisse proliférer « la sale bête ».
Évidemment, ensuite, il peut y avoir des prédispositions génétiques pour développer un cancer, suivant les antécédents familiaux, mais ces prédispositions n’expliquent pas tout. Au contraire, à l’instar du comportement sédentaire des gens, elles sont trop souvent mises en avant pour expliquer la maladie voire la justifier.

Car, comme le dit le célèbre adage, « la vérité est ailleurs ». Notre eau, notre air, notre terre, notre alimentation, notre environnement quotidien s’avèrent pollués de produits chimiques produits par le même dénominateur commun: l’industrie chimique. Cette même industrie qui a bien dû se reconvertir au lendemain des guerres mondiales, transformant la destination de ses produits (gaz moutarde, zyklon b…) comme de « ses compétences » en des services plus pacifiques (PVC, engrais, défoliant, matières grasses hydrogénées, médicaments…) censés améliorer notre monde moderne. Et de générer alors un cercle vicieux très rentable, puisque la même industrie qui vous rend malade tente, moyennant finance, de vous guérir.

Ainsi récemment, la revue scientifique Sciences & Avenir a réalisé tout un dossier sur les médicaments qui accentuent les risques de développer la maladie d’Alzheimer. Le genre de maladies qui, comme le cancer, a explosé ses 20 dernières années et dont les présidents de la République successifs ont voulu des plans d’actions nationaux « plan cancer » pour Chirac, « plan Alzheimer » pour Sarkozy. C’est dire les informations alarmantes que doivent avoir les autorités sanitaires de notre si beau pays… des mesures d’ampleur qui tranchent d’ailleurs avec les longues années de retard pour l’interdiction de telles ou telles molécules ou produits. (PCB, Bisphénol A, matériaux comme l’amiante…). Les lobbies étant diablement efficaces et très généreux avec certains de nos élus.

Steve Jobs n’est qu’une victime de plus. A notre échelle, en France, ce fut Patrick Roy, le député de la 19ème circonscription du Nord, dont le décès à l’âge de 53 ans, provoqua l’émoi de la classe politique comme de ses administrés. Il devient urgent, non pas d’interrompre ce fléau du jour au lendemain, simplement impossible, mais de prendre les mesures de santé publique pour revoir les protocoles des autorisations de mises sur le marché de tous les produits chimiques, afin de réduire l’ampleur des dégâts humains et environnementaux dans les 5, 10, 15, 25 ans à venir. Si gouverner c’est prévoir, c’est aussi protéger les populations des lobbies criminels.
Devant un tel constat, un éminent cancérologue, le professeur Victor Izraël, vice-président de l’Institut national du cancer, s’est même résolu à se présenter aux prochaines élections, afin de tirer le signal d’alarme, de par notamment le manque de moyens criant de dépistage.

A l’horizon des enjeux politiques de 2012, il serait bon de voir dans les programmes des candidats de vraies mesures courageuses visant à réaliser cette révolution. Commençons par nettoyer les organismes de surveillance à l’échelle nationale et européenne de leurs membres corrompus. Imposons le principe de précaution, ou plus grave, imposons enfin aux industriels irresponsables l’interdiction de certains composés par rapport aux études déjà existantes mais gentiment mises de côté (Aspartame, Bisphénol A, Phtalates…)
De manière cynique, Apple a d’ailleurs sa part de responsabilité dans l’utilisation de produits potentiellement dangereux, outre l’aspect des ondes électromagnétiques, avec la quantité de composés toxiques dans ces iphone et autres succès, produits signalés par Greenpeace.

Réduire ces bombes chimiques invisibles permettra, peut être, à l’Humanité de ne plus se voir priver d’être qui lui sont chers, célèbres ou non, géniaux ou non, sacrifiés sur l’autel de la rentabilité à court terme.

A lire impérativement pour les personnes se sentant concernées, le livre Notre Poison Quotidien de Marie-Monique Robin
Notre Poison Quotidien de Marie-Monique Robin

A lire également cet article « Les français ont trop de produits chimiques dans le sang »

Publicités

8 réflexions sur “Steve Jobs, Nouveau Symbole de la Flambée Mondiale de Cancers

  1. Effectivement, il est certainement bon de rappeler que le cancer n’est pas une maladie naturelle… tout le commencement est là. Sans aucun doute l’industrie chimique est la prochaine cible à abattre.
    On commence à parler des phtalates… mais ils sont toujours autorisés. La première fois que j’en ai entendu parlé, c’était il y a plus de 15 ans lorsque je travaillais dans une entreprise fabricant des appareils d’analyse pour les labos et donc la chimie. Un spécialiste chimiste de la maison m’avait alors expliqué l’existence de ces substances et leur nocivité, en me donnant l’explication suivante : chaque fois que tu racles le pot de yaourt avec ta cuillère pour ne pas perdre du précieux contenu tu arraches quelques molécules de ces phtalates (http://fr.wikipedia.org/wiki/Phtalate ) qui finissent dans ton corps… les spécialistes savent… et depuis longtemps. Les lobbys résistent.
    Mais comme vous le dites, cette industrie aussi s’auto-alimente, créant les pestes chimiques qu’elles vont ensuite essayer de combattre avec d’autres armes chimiques… l’essentiel est que ça fasse du fric aux deux bouts de la chaîne.

    J'aime

  2. Que l’industrie chimique soit responsable de certains cancers c’est probable, mais dans quelles proportions et dans quels types d’expositiion? Selon le rapport 2007 de l’Académie nationale française de médecine, le tabac reste la principale cause de cancer. Viennent ensuite l’alcool, le surpoids et l’insuffisance d’exercice physique, puis les expositions professionnelles et les traitements hormonaux de la ménopause de la femme. Première cause de décès en France, 240 000 morts pas an, plus que les maladies cardio vasculaires, 20 fois plus que les suicides, 40 fois plus que les accidents de voiture. Alors oui, nos modes de vie modernes sont responsables mais pour autant il ne faudrait pas chercher un seul bouc émissaire. Les institutions européennes ont pris le problème à bras le corps avec le règlement REACH et il est vrai que le lobby chimique a fait de la résistance, mais c’est quand même mieux que rin. (http://ec.europa.eu/enterprise/sectors/chemicals/reach/index_fr.htm)
    Et enfin vivre, c’est s’exposer aux risques : ne faisons plus rien et il ne nous restera plus qu’à ……….. mourir d’ennui!!!!

    J'aime

    1. @Loubomyr
      Wahou quelle vision « ne faisons plus rien et il ne nous restera plus qu’à ……….. mourir d’ennui ». Bien au contraire, on ne doit pas, on ne devrait jamais, sacrifier la santé des gens sur l’autel du progrès technique ni des emplois qu’il génère. C’est bien là, le problème.
      Lisez le livre de Marie Monique Robin, et vous comprendrez que se fier à l’Académie nationale française de médecine revient à se fier aux études des industriels.
      De plus vous comprendrez sur quoi repose le règlement REACH, et vous serez moins « optimiste ».
      Evidemment que le tabac est cancérigène mais le problème c’est que le lobby chimique se cache derrière ce genre de mauvaises habitudes pour se dédouaner des effets nocifs des autres produits présents au quotidien dans notre alimentation.
      Votre commentaire reflète d’ailleurs exactement le résultat de leur merveilleux lobbying: vous doutez de la dangerosité des produits chimiques, ou plus précisément, vous la relativisez.
      Le lobby chimique a gagné.

      J'aime

  3. Wahou me voilà fort marri de m’être mal exprimé et/ou d’avoir été mal compris!!!
    Je ne relativise pas la dangerosité des produits chimiques, je dis simplement qu’en absence d’étude croisant tous les facteurs de risques, il ne faut pas désigner un seul coupable. Dans un monde complexe, les solutions simples n’ont plus cours. De par mes activités professionnelles, j’ai la prétention de connaître assez bien le dispositif REACH et même si c’est imparfait, même s’il a été allégé (par rapport au projet initial) par la réelle et « efficace » influence du lobby chimique à Bruxelles, ce n’est pas un bébé à jeter avec l’eau du bain.
    Il représente un progrès par rapport au vide juridique qui précédait et les contraintes qu’il implique auprès des industriels représente déjà un sacré défi à relever. Rome ne s’est pas fait en un jour et la vigilance des citoyens sera nécessaire pour relancer les débats et les contraintes.
    Et puis il ne faut pas confondre danger, dangerosité et risque :
    Un produit dangereux a priori peut très bien s’avérer sans risque en fonction de son utilisation et à l’inverse un produit anodin peut devenir facteur de risques avec une utilisation mal appropriée!

    J'aime

  4. « le crabe », il est en nous.
    Ce sont nos comportements vis-à-vis de notre propre nature qui déclenchent ou pas tel ou tel cancer.
    La dénaturation est un fait de l’Homme qui joue au légo.
    « le crabe » n’est pas une maladie, juste un nom donné à une multitude d’attaques contre-nature que nous nous infligeons au nom de…
    A choisir, j’ai pris une option funéraire qui me verra servir de compost dans un petit coin sympathique sous les tropiques du cancer.

    Cordialement,

    Ervé

    J'aime

  5. Il y avait une autre façon de réagier à la disparition de S Jobs – Voici celle que m’a envoyé mon frère, issue de Rue89 :

    « Tiens, en voilà, un cas d’école. Comment l’analyser, l’hommage tonitruant du système médiatique occidental, et de l’internationale des geeks, à la mort d’un grand patron californien qui faisait travailler des Chinois sous-payés dans des usines polluantes, pour créer des gadgets inutiles, imposés au public à coups de pub, et de matraquage marketing ? Comment l’analyser ? Un hommage justifié à un génie créateur ? Une habile et diabolique opération d’extorsion de consentement, que seul pourrait dénoncer un Chomsky, ou tout autre dissident radical ?

    Vous êtes, nous sommes, bien embêtés. D’une seconde l’autre, on balance. Bienfaiteur ou vendeur ? Fournisseur de plaisir, ou de simple addiction ? Comme si le personnage de Jobs, l’apport de Jobs, et toute la mythologie Apple, n’étaient descriptibles que dans le balancement. Tyran, oui, mais visionnaire. Créateur, oui, mais pas inventeur. Indispensables gadgets, oui, mais gadgets tout de même. Bien embêtés devant cet oxymore en abîme, car réfléchir à notre rapport à Apple, c’est réfléchir à la tyrannie de la séduction, à notre soumission au plaisir, à nos aveuglements opportuns, à notre navrante capacité d’obéissance aux injonctions douces, si douces.

    C’est le moment ou jamais de faire une déclaration de conflit d’intérêt. Alors voici l’aveu: chez nous, à @si, rares sont les bureaux sur lesquels n’est pas posé le tendre doudou. Et à côté de moi, à l’instant, alors que j’écris, je le couve des yeux, posé à mes côtés, le made in China fétiche et complice, qui ne me quitte plus jamais, ne juge pas mes manies inavouables, et où dorment ensemble mes musiques secrètes, mes tendres souvenirs, où des voix amies sont à portée d’un glissement de doigt, cette trouvaille infernale qui m’a capturé comme des millions, des centaines de millions d’autres.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s