Un petit mot pour…

Un petit mot pour lui, lui et ses semblables, ces autres enfants, ces hommes et ces femmes qui meurent de faim.
Les médias nous obligent à regarder à un ou deux endroits à la fois. Crise boursière, émeutes au royaume de son inutile et abjecte majestée, bourbier en Afghanistan, guerre curieuse autant qu’enlisée en Libye. Comme les JT ne durent au plus qu’une trentaine de minutes, sur l’ordre du prince de la médiocrité, il faut bien trier les informations. Les rédactions tentent de parer au plus pressé, au plus sensationnel, au plus facile.
La trop grande misère ne fait pas vendre, surtout quand elle est cyclique. Le petit affamé, noir en plus!, les télespectateurs, les occidentaux, ont déjà donné. Cela n’attire plus personne.

famine

Tu as du pétrole pour Exon et Chevron? Non? Et bien les amerloques ne viendront pas te secourir.
Tu peux acheter des armes à Dassault ou EADS? Non? Et bien les sarkozistes resteront en métropole.
Il ne reste qu’une solution. Mourir en silence. Loin des caméras.
Allez ne soyons pas salauds. On te trouvera bien un Bono pour faire pleurer dans les chaumières, sauver un peu notre honneur et se donner ainsi (un peu) bonne conscience. Ce rebelle du rock irlandais qui pense plus à son pognon planqué dans des paradis fiscaux, plus proche de ses sous que de ses paroles.

La suite ne va pas faire plaisir…
La solution? Oh il ne faudrait pas grand chose. Même pas besoin d’un porte-avions, de missile Tomahawk, ou d’une guerre à un million la journée, juste une petite force d’interposition pour faire déguerpir une minorité d’abrutis fanatiques sanguinaires armés de AK-47 et qui obligent les peuples à fuir vers les zones les plus arides de leur pays.
Car la famine a bon dos! Les associations humanitaires s’entêtent à endiguer les conséquences mais profitent de la situation pour engranger le peu de dons de ses radins d’occidentaux. Un peu comme un certain tsunami. Où est passé l’excédent? Mystère…
Alors que le vrai problème reste et demeure de protéger les populations pour leur permettre de rester sur des terres fertiles.
Vous croyez que l’Ethiopie c’est 1 127 127 km² de désert? Alors regardez et vous comprendrez (presque) tout:

ethiopie
Les couleurs parlent d’elles-mêmes, pas besoin de traduction…

Encore un problème où les intérêts privés de certains prennent le pas sur le besoin le plus primaire des peuples désarmés: manger!
Association, milices, états. Plus que tout autre sujet, ce type de drame aux causes purement humaines, nous donnent envie de gueuler, nous les impuissants, C’ Politic!

Publicités

4 réflexions sur “Un petit mot pour…

  1. Merci pour cet article qui recadre bien les choses. On dit beaucoup de choses qui n’ont ni queue ni tête sur la corne d’Afrique. Moi mon point de vue c’est aussi que si ces populations n’ont pas grand-chose, c’est parce que même au delà de la corruption, les recettes fiscales de ces pays vont directement dans des paradis fiscaux. Je vais publier ton article sur la page Facebook d’aidons l’argent pour faire réfléchir un peu tout le monde ;)

    J'aime

  2. CPolitic

    Corne de l’Afrique……pourquoi font-ils autant d’enfants puisqu’il n’est pas possible de les nourrir, ne pourrait-on pas leur apprendre à limiter les naissances en leur fournissant les moyens et les informations ? c’était juste une question……parce qu’on nous présente les mêmes photos tous les ans en période d’été, photos devant lesquelles on ne peut rester insensibles !…..

    Maintenant si ces pays ont des recettes fiscales…. il faudrait savoir d’où elles viennent et où elles vont !…. franchement, j’ai du mal à comprendre !….et je relis vos informations, il s’agirait encore une fois de fanatiques qui affament le peuple en profitant des dons ?
    amicalement
    genevieve

    J'aime

  3. Le peuple indigent sert de fond de commerce à l’élite ploutocrate ? Plus les affamés seront pitoyables et plus ils rapporteront (par l’apport des aides internationales) à ceux qui détiennent le pouvoir ? Mais c’est inhumain !!!

    J'aime

  4. On croyait que le pire de l’histoire moderne concernant l’apathie générale (pour ne pas dire l’hypocrisie) de nos gouvernements et économies occidentales face au problème de la faim dans le monde avait été atteint avec l’explosion de la « bulle internet « au début 2000. Tout l’argent disparu en pure perte (sinon une petite partie dans la poche de quelques spéculateurs aussi chanceux qu’avisés) , parti en fumée pour rien, eh bien cet argent donc aurait suffi à mettre un terme à la faim en Afrique (pas un pays, mais tout le continent) avec des solutions pérennes et durables, au delà des distributions d’urgence : c’était bien autre chose que le sac de riz porté par le « bon docteur Kouchner ». Et depuis le gaspillage continue : il suffit de compter les milliards de dollars encore envolés ces derniers mois. Et tout cela pourquoi ? Parce que les « investisseurs » ont préféré « investir » dans la dette des états occidentaux, que maintenant ils ont peur et qu’ils retirent peu ou prou leurs billes ; Là encore de l’argent gaspillé parce que nos gouvernements ne nous ont pas parlé le langage de la vérité et qu’ils ont préféré financer leurs slogans électoraux avec de la dette. La montagne de fric qui est partie là dedans aurait quand même pu servir à autre chose.
    Et c’est ce gaspillage, combiné avec des intérêts géostratégiques (ah la sacro-sainte réale politik !!!) et la corruption généralisée en Afrique (quand ce n’est pas l’interception des convois humanitaires par les milices ou l’organisation quasi scientifique de la famine par les bandes armées ou le dictateur en place) qui font que la situation perdure !!!
    N’oublions pas non plus que la pression organisée par le lobby agro-industriel aboutit au résultat imbécile qu’il est moins cher (ou plus rentable si on inclus les pots de vins et autres rétro commissions) pour une économie africaine, quel que soit le pays, de s’organiser en exportant une mono production (banane, café, cacao, arachide, coton) et en important des produits alimentaires finis issus d’agricultures subventionnées plutôt que de mettre en oeuvre des productions vivrières sur place !!! Là aussi est le scandale : il est moins cher pour la ménagère d’Abidjan d’acheter du poulet d’élevage congelé venant de France ou d’Allemagne que d’acheter un poulet vivant, élevé dans la campagne la plus proche. Et quand la situation s’amplifie, quand le système s’emballe, on en arrive au cauchemar de la Corne de l’Afrique : ce pays ne peut plus exporter que la mise en scène et l’image de sa misère!!!
    Devant cet état de fait, les gouvernements, conscients de leur impéritie n’ont plus qu’à jouer sur nos sentiments, voire nous culpabiliser, en faisant appel à notre générosité par le biais des ONG.
    Il en va de la faim dans le monde comme de beaucoup d’activités humaines : c’est le règne de la loi de Pareto, aussi appelée loi des 80/20, : environ 80 % des effets sont le produit de 20 % des causes. Et c’est la démagogie de nos gouvernements occidentaux qui, empêchant de jouer sur ce faible pourcentage des causes, fait perdurer la situation.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s