Emeutes à Londres: l'Orange Mécanique de David Cameron

Comment ne pas être consterné devant de telles images? Saccages, pillages, violences gratuites, incendies de magasins, d’entrepôts, de maisons particulières, de pâtés de maisons entiers même. Des images ahurissantes que l’on pourrait croire sorties tout droit d’un film d’anticipation tel que « 27 semaines plus tard » ou encore « Orange mécanique ».
Et de se demander ensuite pourquoi? Pourquoi tant de haine, tant de violences? puis dans la foulée, les interrogations naturelles « Que fait la Police? Que font les autorités? »

A la première question, il faudrait simplement avoir vécu plusieurs mois, plusieurs années déconnectés de la réalité pour ne pas comprendre. Le Royaume-Uni vit sa plus grave crise économique d’après guerre. La raison de ces violences demeure éminemment économique et sociale.
Le modèle anglo-saxon reste basé sur le chacun pour soi, les riches sont très riches et les pauvres toujours plus pauvres, en temps de prospérité, la liberté d’entreprendre étant au-dessus de tout. Alors forcément durant cette crise mondiale, dans un pays où les protections sociales sont faibles, le peu de service public ayant été lessivé par le nouveau pouvoir, dans un souci ironique de rigueur, nous en arrivons à des extrémités pareilles.
David Cameron a misé sa campagne sur son modèle de Big Society qui n’est autre qu’un désengagement de l’Etat comme celui qu’on peut voir en France. Les différentes responsabilités sont ici octroyées à des « associations de bénévoles » et des collectivités locales. Un délire encore plus grand qu’en France avec le même point commun: des responsabilités transférées mais sans les budgets qui vont avec ou avec des sommes dérisoires.
Comprendre en langage châtier:  » je vous laisse les emmerdes, je garde le pognon, et je m’autosatisfais des économies budgétaires réalisées. (7,2 milliards d’euros ici) »
Évidemment cela ne marche qu’un temps, étant une vision bureaucratique à très courte terme de la gestion rationnelle d’un pays.

Au final, on se retrouve avec un laxisme étatique évident, qui provoque alors de telles images au JT du soir. Les jeunes désœuvrés à qui les activités associatives ont été retirées en période estivale (faute de budget) n’ont d’autres occupations que l’oisiveté.
Et nous savons toutes et tous ce que cela entraîne, que ces jeunes soient blanc, noir, marron, jaune… : violence, agression, vol, meurtre et tout ce que peut générer la connerie humaine, sans limite.

Si les coupables sont évidemment les criminels eux-mêmes, les responsables demeurent les autorités et notamment les responsables politiques, qui par leur incompétence ou par choix, ont laissé pourrir la situation.
Dans le premier cas, c’est grave, dans le deuxième, avec la mort d’individus, c’est de la non-assistance à personne en danger.
D’où le maire de Londres, le jeune fou Boris Johnson (plus prompt à offrir un tandem au couple royal qu’à protéger ses concitoyens) pris à partie par une habitante londonienne, ayant vu un parpaing passé en travers de son salon. Cette femme demandait sa démission. Qui pourrait être contre?
Car pour simple réponse à la question qui brûlait les lèvres de tout le monde, « Où était la police? », il eut ses mots « nous allons rajouter des effectifs supplémentaires ». Ce matin, les 16 000 policiers déployés n’ont permis qu’une chose: déplacer les violences à Manchester!

Mais le plus incroyable dans cette affaire, c’est bien la tournure que prennent les événements. D’abord les politiciens aidés des pseudo-journalistes ont cru bon de rendre coupable les technologies de ces horreurs. Tour à tour Blackberry puis Twitter ont été pris pour cible.
Les responsables de Blackberry sentant le vent tourné ont donc proposé naturellement leurs services aux autorités britanniques pour aider à identifier les fauteurs de troubles. Sauf qu’en signe de protestation, un groupe de hackers a pris le contrôle du blog officiel de la firme BlackBerry tout en menaçant de diffuser les coordonnées personnelles des employés de RIM habitant l’Angleterre.
Dans la même lignée, le torchon « The Sun » propose de dénoncer ces crétins. Comme à l’accoutumée, cela part d’un bon sentiment, « arrêtons les vilains méchants », mais cette irrépressible envie de faire justice soi-même et/ou de dénoncer autrui annonce d’elle-même des bavures et des débordements dignes des heures les plus sombres de l’Histoire.
Côté techno toujours, les particuliers s’organisent pour lutter contre la criminalité, puisque la police s’avoue bien faible face aux débordements de violence. Ainsi des amateurs proposent de créer un outil de reconnaissance faciale des casseurs sur la base des services de face.com.
Sur un autre plan, plus diplomatique, le président iranien utilise ces événements comme propagande contre l’occident.
Voilà ce que peuvent engendrer le laxisme, l’incompétence voire la volonté de profiter d’une situation de chienlit par certains politiciens.

Car à un plus haut niveau de l’Etat, Mr Cameron présente un magnifique mobile pour avoir laisser faire, hypothèse que certains pourront trouver farfelue… Mais rappelez-vous, il n’y a pas si longtemps, la Grande Bretagne était secouée par le scandale Murdoch éclaboussant largement le premier ministre du pays
La solution de la diversion. Pas de complot réel ici, mais juste l’astuce de profiter de la situation.

Orange Mecanique David Cameron

Que faire alors? A ce niveau de violence, la pédagogie n’a plus sa place. Comme l’explique un habitant de Londres, bien plus légitime que nous assis dans notre fauteuil, à juger de la situation, « Il faut déclarer l’état d’urgence ». Ni plus ni moins. Avec des objectifs précis, l’intervention de l’armée doit rester une solution, devant le manque de moyens policiers, et ce, malgré tous les risques que cela comporte. Pour protéger les biens et les vies humaines avant tout.

Voilà finalement un bel exemple où nous mènent les politiques conservatrices de nos dirigeants: tensions et injustices sociales, liquidation des services publics, augmentation de la dette publique au profit des banques privées. Il serait temps de taper du poing sur la table contre ce cancer de nos sociétés.
Agir sur la cause réelle, profonde et non, quand il est trop tard, sur les conséquences d’une mauvaise gestion globale d’une société.

Publicités

5 réflexions sur “Emeutes à Londres: l'Orange Mécanique de David Cameron

    1. @Lutopick
      C’est pas faux. Le foutoir, la chienlit a toujours profité à quelqu’un…

      J'aime

  1. Encore une fois CPol commet un sacrilège (pour moi) en détournant un de mes objets fétiches !!! j’ai tout sur ce film un nombre incalculable de fois vu et revu : l’affiche en plusieurs tailles, le bouquin, les photos, le vinyle, le CD, le DVD !!! et voilà que CPol nous met la tronche à Cameron dessus !!! Ben merde (Cameron, ça rime avec Cambrone) mais il sera beaucoup pardonné, tant le sujet est brulant (c’est un euphémisme) et le talent évident. Rappelons aussi que Camerone est une bataille perdue par notre glorieuse légion étrangère lors de l’aventure mexicaine de Napoléon III. Notre Naboléon (dit aussi Sarkon 1er) va t il lui aussi connaitre sa défaite de Camerone du XXI ème siècle dans les rues des villes? Car la situation française n’est guère meilleure que l’anglaise.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s