Colonna: Erreur Judiciaire, Oubli Médiatique et Complot Politique

Sans aucune preuve matérielle. La cour spéciale de Paris doit juger en son âme et conscience le cas du berger le plus célèbre de France. Et sur la base de quoi? De témoignages. Ce n’est pas la première affaire à se baser uniquement sur des témoignages mais, ici, le doute plane pour deux raisons: la crédibilité des témoins et la manière d’obtention de ces témoignages.
Les témoins sont constitués des membres du commando présents le soir du meurtre du préfet Erignac et de… leurs familles. Les uns valident le rôle de tireur du berger, les autres ne peuvent qu’affirmer sa présence. Quant à ces révélations, elles ont été faites lors de gardes à vue jugées irrégulières par la défense (contraire à l’article 6 parag. 3 de la convention européenne des droits de l’homme (CEDH)), autant dire dans des situations peu propices à la vérité.
Et dans la mesure où ces seuls éléments s’évaporent, du fait de la rétraction des témoins, plusieurs mois ou années après les avoir faites, on ne peut qu’en déduire, en toute impartialité, que le dossier d’accusation est vide, désespérément vide.

Qu’importe, l’accusation en face, ni tenant plus, fait alors sortir de son chapeau une mystérieuse lettre où Yvan Colonna menace un des membres du commando, son ami Pierre Alessandri, qui s’accuse depuis (et à tort après la reconstitution in situ) d’être le tireur. Ni plus, ni moins. Une preuve indirecte à une participation, une épine dans le pied de la défense… si cette lettre n’était pas une simple photocopie.
Soyons pragmatiques: le dossier est donc rempli à ras bord d’accusations niées ensuite par leurs auteurs et d’une lettre à l’authenticité douteuse.
La cour spéciale de Paris va donc juger des 22 prochaines années d’un homme sur cette base. Pour rappel, nous sommes bien au XXIème siècle et en France, en 4ème année de National Sarkoziste, mais en France.

L’accusation n’a donc rien d’autre. Pas d’interprétation possible, rien que les faits, il n’y a véritablement rien d’autres. Force est de constater que si cette cour prononce la culpabilité d’Yvan Colonna, nul besoin d’être juriste de formation, mais juste d’être lucide et logique, elle commettra à coup sûr une effroyable erreur judiciaire. Ce ne sera ni la première, ni la dernière, mais simplement une de trop.
Car en face la défense possède de solides arguments: pas moins de 5 témoins oculaires (4 badeaux et l’ami même du préfet décédé) affirment officiellement devant la cour qu’Yvan Colonna ne correspond pas à l’homme vu le soir du crime! Que faut-il de plus?
L’expert en balistique d’abord sûr de lui dans les précédents procès, puis dans des interventions suivantes étrangement plus timoré, ose annoncer que la stature du berger n’est pas compatible avec le tireur.
Avec ces deux éléments à décharge, nous n’avons pas le doute, ce doute qui oblige déjà une cour, les juges ou des jurés à prononcer un acquittement faute de preuves suffisantes. En revanche, nous avons la preuve que l’assassin qui a tué froidement le représentant de la République Française en Corse, le préfet Erignac, n’est pas Yvan Colonna. Et pire, nous avons une certitude: le véritable coupable court toujours.

yvan colonna le fugitif

Curieusement, les médias, comme les « peoples », ne s’emballent pas. Le procès Colonna, 3ème opus, n’enflamme pas les rédactions malgré l’importance du sujet. La vie d’un homme est en jeu et il va probablement payé pour un crime odieux dont il n’est pas l’auteur, mais quelques articles traditionnels pour décrire et commenter le procès. Sans plus.
Où sont les Zola du XXIème siècle pour défendre ce nouveau Dreyfus? Aucun ne veut prendre la défense d’un misérable berger, pas assez bien pour un ténor de la littérature, un philosophe guindé, ni même un candidat courageux à la présidentielle 2012? Trop risqué peut être de se prononcer? Il est vrai qu’au XXIème siècle, le courage, l’honneur, la justice demeurent des termes bien moins prestigieux que l’argent et le pouvoir.
Alors même que les personnalités dites « intellectuelles » peuvent mobiliser les foules pour une inconnue à l’autre bout du monde, pour la même raison, à savoir un jugement couru d’avance, une justice tronquée et une peine forcément abjecte au regard de l’innocence de l’être condamné, ici rien. Pas la moindre action, pas la moindre réaction. Seul le milieu corse indépendantiste, trop sulfureux vu de la Capitale, milieux auquel a effectivement appartenu Yvan Colonna, reste en émoi, ne serait-ce pour manifester son agacement face à cette France à jamais perçue comme colonisatrice et despotique.
Et les autorités judiciaires et politiques de la métropole ne vont pas tarder à lui donner raison.

Après ce dénigrement médiatique, défendre un berger ex nationaliste, on peut voir dans ce procès un magnifique complot politique. Ainsi par un fabuleux hasard, dans un article précédent, nous révélions cette incroyable probabilité qu’un certain Nicolas Sarkozy puisse connaître la famille Colonna, y compris ce Yvan.
Comment ne pas s’étonner que le politicien véreux connu pour son réseau mafieux politico-industrialo-financier soit le même qui annonça l’arrestation du « La police française vient d’arrêter Yvan Colonna, l’assassin du préfet Érignac », piétinant la présomption d’innocence fondement de notre système judiciaire et qui soit à la tête du pouvoir lors de cette troisième audience? Car nul n’est dupe, la cour dépend du Garde des Sceaux, qui dépend lui même du petit Nicolas qui passait ses vacances en Corse.
Et comme pour alimenter cette machination, et commander le choix des juges, un attentat à été perpétré en Corse. 8 personnes ont été blessées dont 2 enfants. Le nationaliste corse Charles Pieri a été arrêté dans la foulée. 2 pistolets Glock retrouvés. Quel butin pour la police anti-nationaliste!
Sauf que le véritable problème dans cet attentat reste la cible, totalement inhabituelle sur l’ile, un immeuble de civils… aussi inhabituelle que le moment, la veille du verdict. Comme si quelqu’un ou un groupuscule organisé voulait rappeler aux juges que le milieu nationaliste = terroriste et qu’il faut condamner Yvan Colonna.
A moins que le message, ce qui est plus grave, ne s’adresse directement aux juges et à leurs familles en cas de mauvaise décision… une cible bien éloignée des indépendantistes corses tant en terme de localisation que de pratiques. Compatible en revanche avec d’éventuelles barbouzes de notre état sarkoziste policier.

Finalement plusieurs questions demeurent, quelle que soit la décision des juges. Pourquoi Pierre Alessandri s’accuse-t-il d’un meurtre dont il ne peut décrire la scène avec précision? Pourquoi Yvan Colonna a été nommé par le commando? Le fait que celui-ci ait été perçu comme une balance par les membres du commando, qu’il ait été contacté par ce commando, suffit-il à l’envoyer en prison pour un crime qu’il n’a pas commis?
Yvan Colonna ne paye-t-il pas plutôt une mauvaise entente, une querelle de familles entre les Colonna et les Culioli, nom de la première femme d’un certain Nicolas Sarkozy?
Si seulement les protagonistes pouvaient parler, cela éviterait une transposition de l’affaire Seznec en Corse.

Il n’y a plus qu’à attendre la motivation accompagnant le verdict…

Sources:
Au dernier jour des plaidoiries, la défense dépose de nouvelles conclusions
Aucun témoin ne reconnaît Yvan Colonna
Procès Colonna: Un témoin tente un «coup de théâtre»
Colonna: la défense plaide l’acquittement
Procés Colonna: du rififi chez les experts

Lien connexe:
Procès Colonna: Une nouvelle Affaire Dreyfus?

Publicités

9 réflexions sur “Colonna: Erreur Judiciaire, Oubli Médiatique et Complot Politique

  1. A trop vouloir critiquer tout ce qui se passe en Sarkozye, il me semble ce jour (comme parfois à d’autres occasions) que notre CPol s’éloigne de sa déclaration d’utilité publique pour son blog : 100% Apolitic, Cynic, Humoristic, Laïc, Ecologic et de ses (nos) têtes de turcs favorites, le Nain tout à l’égo et les sarko boys !!!
    Cette affaire Colonna (qui avait été abusivement baptisée affaire Erignac par les médias moutonniers) et le (trop) long feuilleton de ses procès à répétition n’est pas représentative de toutes les dérives du national sarkozysme et des tripatouillages de la clique des néo libéraux au pouvoir. Elle a commencé bien avant l’arrivée sur le trône de l’agité du bocal neuilyéen et, si erreur judiciaire il y a, c’est celle de notre système qui a bien du mal à se remettre en question ; cette actualité n’est pas propice à l’exercice de l’humour grinçant et salvateur qui fait le charme de notre blog préféré – je dirais même que, perso, ce procès Colonna, çà m’emmerde grave !!!! Le clan des Corses n’a même pas la dignité de foutre la paix à la veuve du préfet assassiné.
    Par contre, la mise en examen de Georges Tron, çà, ça m’intéresse beaucoup plus : un Umpiste, traitre à Villepin pour un portefeuile ministériel (que dis-je un portefeuille, une bourse, un « baisenville » plutôt !!), petit baronnet de Draveil, convaincu de son impunité et de son droit de cuissage, voilà qui est beaucoup plus représentatif des us et coutumes des politicards de cette droite honnie qui se croyait triomphante il y a quatre ans et qui n’a toujours pas compris que le monde change.
    Suivre les tripatouillages des margouillats de Total et de l’autre famille hongroise du 92 dans l’affaire des gaz de schistes, voilà qui me semble plus prometteur, sujet à de beaux papiers, à de belles photoshoperies!!! Imaginons par exemple un photo montage représentant ce fameux maire de banlieue, cigare au lèvre, braquant un révolver sur la tempe de la ministricule de l’environnement en lui disant « Tu la sens la grosse montée de mon gaz de schiste ».
    Suivre les déconvenues de nos petit amis du Sud Ouest, bâtisseurs de yourte, injustement poursuivis par un préfet interprétant les normes d’urbanisme pour mieux faire obstacle à une tentative originale d’habitat alternatif et renforcer le pouvoir des bétonneurs et pavilloneurs, voilà qui me semble digne de l’intérêt d’un blogueur écologique.
    Bref il y a suffisamment d’exemples représentatifs des excès du néolibéralisme en Sarkozie pour se pencher encore sur les tribulations d’un berger corse (curieux, un berger qui peut s’offrir cinq avocats !!), adhérent à un mouvement nationaliste violent lequel mouvement est lui même poseur de bombes et plus ou moins lié à la mafia de l’ile dite de beauté – et ce, depuis des lustres !!!!

    J'aime

    1. A trop vouloir faire un commentaire rebelle et enflammé, vous en oublieriez presque le pouvoir énorme du petit Nicolas inversement proportionnel à sa taille.
      Pour rappel, il était ministre de l’intérieur à l’époque de l’arrestation. Amplement suffisant pour déjà influencer les modes opératoires des arrestations.
      Et donc pas besoin d’être parodie de président pour imposer un bouc émissaire…
      Et pour assurer la continuité de l’influence néfaste, c’est une place de choix.
      Le pourvoi en cassation repose certainement sur le fait que, une fois 2012 passé, l’espoir d’une innocence reconnue est possible!
      A moins que les intérêts se trouvent bien au delà de la sphère sarkozienne.
      Et toutes nos excuses, si les histoires de pieds et de doigts de George Tron vous intéresse plus qu’une justice aux ordres et le destin d’un homme.
      Nous ne prononcerons pas sur les autres sujets que vous évoquiez, dans la mesure où comparer ce qui ne l’est pas, n’a pas réellement d’intérêt.
      Terminons par votre « curieux, un berger qui peut s’offrir cinq avocats ». Sachez que comme beaucoup d’affaires, il se peut que certains avocats se payent par le côté médiatique de l’affaire, mais plus sûrement, c’est le milieu indépendantiste qui gère (les amis des amis…)

      Et histoire d’en remettre une louche, on trouve des défenseurs de DSK dans l’intelligentsia française malgré les preuves qui s’accumulent, alors que pour défendre le simple berger: personne! Etrange puisque sa présomption d’innocence en vigueur en france et non aux USA a été piétinée et que sa culpabilité n’a été étayée d’aucune preuve matérielle. Quant au mobile, si vous l’avez, appelez nous!

      J'aime

  2. Avec mes excuses : j’ai été trop pressé de soumettre mon commentaire et du coup je ne vous ai pas mentionné la bonne nouvelle pour les Léa et Tom, les « campeurs » en yourte http://www.halemfrance.org/spip.php?article75. Comme dit Daniel Mermet, « on ne perd pas à tous les coups » Faites suivre cette info, car maintenant le jugement va faire jurisprudence et traduit une petite picée de bonheur dans un monde de brutes

    J'aime

  3. A propos de mon « commentaire rebelle et enflammé » : si tous les lecteurs de ce blog étaient toujours à 100% d’accord avec ce qui y est écrit, ce ne serait pas drôle !!! De plus mon commentaire est aussi celui d’un républicain et d’un citoyen traversé – à propos de cette affaire – par des réactions parfois épidermiques et des sentiments complexes (pour ne pas dire contradictoires) :
    1 Il ne nous appartient pas de commenter une décision de justice, surtout si elle n’est pas terminée.
    2 J’en ai mare que mes impôts servent en partie à financer les fraudeurs de toutes sortes en Corse, région gangrénée par un nationalisme poseur de bombes lié à la grande criminalité et Colonna, il faisait bien partie de cette mouvance. C’est surement un défaut mais je n’ai aucune compassion pour le destin d’un homme qui a soutenu à un moment ou un autre cette idéologie néfaste.
    3 S’il est innocent, alors pourquoi en mai 1999, les parents d’Yvan Colonna ont-ils écrit à Mme Erignac pour lui demander pardon et pourquoi a t il été en cavale pendant quatre longues années ?

    A propos de l’influence de NabotLéon : « Il était ministre de l’intérieur à l’époque de l’arrestation. Amplement suffisant pour déjà influencer les modes opératoires des arrestations. » Oui, certes, mais pendant une partie de la cavale de Colonna, Sarko effectuait lui aussi une traversée du désert ; même s’il a déclaré alors que la police avait arrêté l’assassin du préfet Erignac, ignorant ainsi délibérément la présomption d’innocence, c’est peut être aller un peu loin que de lui accorder une volonté de nuisance conduisant à une condamnation à coup sûr. Si Colonna est innocent et condamné, c’est le « système » qui a dysfonctionné, beaucoup plus que le résultat de la volonté dirigiste d’un seul homme.

    A propos des « histoires de pieds et de doigts de George Tron » : je sens comme une nuance d’ironie macho et de dédain dans l’expression alors que le combat des femmes pour le respect et la lutte contre les abus de pouvoirs constituent des enjeux majeurs pour le mieux vivre ensemble de demain.

    A propos de « autres sujets ………….. n’a pas réellement d’intérêt » : alors là désolé, mais l’écologie et la recherche d’un mode de vie alternatif, ça a un intérêt plus que réel, vital !!!!

    Alors, au bout du compte : Colonna, Georges Tron et ses papouilles, Tom, Léa et leur yourte, quels points communs ? Dans une société de plus en plus violente et de plus en plus judiciarisée, nous avons là des affaires judiciaires, à différents stades de nos procédures, reflets de cette société et des courants contradictoires qui la traversent. C’est également pour cela que nous pouvons, à propos de notre justice, dans ces affaires de société, ressentir en même temps des doutes sur son efficacité à propos de Colonna, des espoirs avec la mise en examen du Maire de Draveil et une franche satisfaction avec l’heureuse issue des pérégrinations de Tom et Léa. En matière de justice comme en toutes choses dans ce monde, rien n’est tout blanc ou noir mais tout est gris ; cessons de vouloir laver plus blanc que blanc et essayons de colorer ce gris.
    Pour revoir l’historique de l’affaire Erignac Colonna, il n’est pas inutile de se plonger dan l’article qui est cosacré dans Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Assassinat_de_Claude_%C3%89rignac#L.E2.80.99enqu.C3.AAte

    J'aime

  4. CPolitic

    J’ai bien lu l’ensemble de ce qui précède, et pour ma part, je pense qu’automatiquement celui que l’on accuse, quel qu’il soit, ne va ps avouer avoir fait l’acte pour lequel il est accusé, et prouver une culpabilité ou une innocence, c’est comme chercher une aiguille dans une botte de foins, ainsi Colonna n’a rien fait…DSK non plus…Tron également….Ferry n’a fait que répéter des on-dits, Chirac n’a que parlé d’humour corrézien, et le doigt tendu du socialiste n’a jamais existé….bref…..plus le temps passe, voire les années, il devient pratiquement impossible sauf pour l’intéressé, de savoir ce qu’il en est véritablement….et donc pour finir…Omar m’a tué…film à l’affiche cette semaine.
    Amicalement
    genevieve

    J'aime

  5. Laissons faire la Justice. C est la veuve du préfet qui souffre depuis tant d année. La Corse ne doit plus être un Etat de non droit.

    J'aime

  6. @Geneviève
    Je rêve où vous nous comparez Tron et DSK avec Yvan Colonna? Ce n’est pas une question d’avouer ou non. En France, on est censé démontré la culpabilité de la personne poursuivi (contrairement aux USA)
    Où sont les preuves? Voilà la question!!!

    @paix68
    Laissons faire la vraie Justice. Or ce n’est pas une Justice impartiale ici.
    Et pour rappel, la tête d’un innocent ne fera pas revenir le préfet Erignac: et l’assassin court toujours.
    Mais ça évidemment tout le monde s’en fout? L’essentiel c’est d’avoir un coupable c’est ça?

    C’est parce qu’il est corse que Yvan Colonna a le droit d’être jeté en prison sans raison?
    Bonjour la discrimination!

    J'aime

  7. CPolitic

    Je rectifie… je ne confonds rien, je dis qu’en général il est bien rare qu’un accusé quel qu’il soit et même pris en flagrand délit, ne commence pas par dire qu’il est innocent avec plus ou moins d’insistance et de conviction et l’aide de ses avocats. ensuite, il s’agit de le faire avouer, en réunissant suffisamment de preuves pour dénoncer sa culpabilité, à ce jeu, il y a évidemment les erreurs judiciaires qui font que l’on accuse un réel innocent.
    Les années passes et Monsieur Colonna est-il innocent ou coupable ? lui seul a la réponse en son for intérieur ? et la justice est bien lente pour dénouer cette histoire.

    Et pour images, je cite DSK innocent, Tron également, Chirac qui plaisante, et un doigt bien vu a la télévision mais nié, …bien sûr des petits actes si l’on peut dire, car pour moi le viol ou les aggressions sexuelles ont leur importance et peuvent aller jusqu’à la mort de la femme, ce que l’on voit en ce moment avec le viol sur les joggeuses. Donc rien de plus, que la première défense est de crier à l’innocence, même lorsqu’il y a flagrant délit ! il est vrai que nous sommes en France et pas en Amérique….
    Bonne journée
    Genevieve
    .

    J'aime

    1. @geneviève

      Et bien je rebondirai sur le flagrant délit puisqu’il n’est constitué dans aucun des cas cités: Tron, DSK, Colonna… sauf pour le député PS et son doigt dont l’innocence parait donc ridicule.
      Mais il est vrai qu’en politique, plus qu’ailleurs, le ridicule ne tue pas.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s