De la dangereuse banalisation du Front National et de ses idées

Chaudement, sincèrement, amicalement. Le Front National peut remercier Nicolas Sarkozy. Sans lui, l’arrivage de nouveaux arguments électoraux, excuses et autres raccourcis fallacieux n’auraient pu émerger. Sans lui, pas de vague de contestataires, les déçus de la gauche et de l’extrême-gauche, nouveaux électeurs du Sarkozism… et nouveaux dégoutés du Sarkozism.
Sans lui, pas de reprises des thèmes favoris du FN dans les médias (l’identité nationale, la fameuse laïcité, l’obsession de la burqa, les prières dans les rues…), et donc pas de banalisation des idées d’extrême-droite en lieu et place des vrais sujets.

Un des premiers « people » à surfer sur les immondices du FN fut Dieudonné. Fort heureusement, la Justice a fait son travail en temps et en heure. La tolérance a ses limites et la venue d’un négationniste sur une scène de spectacle constitue clairement une de ces limites. Comme la limite à un certain humour…devenu au fil du temps, littéralement infecte. Le tout en fondant son discours haineux sur un combat pourtant légitime: celui des palestiniens face à la politique de colonisation (voire pire) entretenu par les politiciens, nationalistes ou fanatiques religieux israéliens.

Puis avec le concours du Sarkozism, les chroniqueurs et autres apprentis journalistes comme Zemmour, ont eu le droit de citer dans des émissions de la télévision publique. Ainsi même condamné, par on-ne-sait-quel miracle, la petite crotte bruyante du PAF va encore toucher de l’argent de la redevance télévisuelle. Hier on apprenait qu’il serait débarqué en septembre…avant d’avoir un démenti de la direction en personne de France TV.
Alors que n’importe quel quidam en indélicatesse avec la justice, pour des motifs bien moins graves, aurait été immédiatement écarté de l’antenne.

Plus récemment nous avons eu le scandale de la Fédération Française de Football. Ah Médiapart toujours là, où on ne l’attend pas. Les fouilles merdes 2.0 ont fait une fois de plus un travail hors du commun…des médias français.
Voilà leur mérite: oser balancer des faits, là où leurs confrères ayant les mêmes sources, se seraient auto-censurés. Il en avait été ainsi des enregistrements du majordome de Bettencourt, sagement refusés par la journaliste du Monde. Oups!
Ah le foot pro, si populaire, si facilement politisable donne une fois de plus une bien mauvaise image.
Interprétation scandaleuse, manipulation, infamie. Le succès, le travail, le courage de Médiapart fait bien des jaloux quelle que soit la sphère y compris dans celles des collègues, spécialistes en décryptage d’actualité.
Ainsi parlait David Schneiderman à propos de l’équipe d’Edwy Plenel: « Ces informations sont, comme souvent sur Mediapart, très intéressantes. Leur interprétation est détestable » dans son article Racisme : les dirigeants du foot français condamnés sans preuves
Oui vous avez bien lui « sans preuves ». D’emblée le titre prête à rire quand on relit les propos des personnes citées. Quand Laurent Blanc se plaint de la force, de la puissance des sportifs, toujours les mêmes, « les blacks », n’est ce pas là, une preuve de racisme? Ou sinon de complaisance avec ces collègues pour le moins peu dérangés de parler en ces termes d’un sujet sensible. Peut-on parler de phénomène de groupe ? Laurent Blanc défendu avec force hier par Malek Boutih aurait-il ainsi « fait comme les autres » par mimétisme victime d’une réunionite aigüe? L’enquête le dira.
L’absence ou pas de preuve porterait alors simplement sur la réalité des propos. Problème pour Schneiderman, Laurent Blanc s’est quasi-immédiatement excusés. S’excuse-t-on pour des propos non prononcés?
De toute manière, qui pourrait penser que Mediapart balance une telle bombe sans en avoir la preuve matérielle (un enregistrement audio) et une authentification de celle-ci ainsi que des recoupements avec des personnes du milieu footballistique? Visiblement uniquement Mr Schneiderman.
La concurrence est si rude sur le fond de commerce du web 2.0 de l’actu que tout est bon pour faire du « buzz », du « scoop », y compris craché sur les collègues et par là-même banaliser le sujet ainsi dénoncé: les quotas de sportifs d’origines africaines (Afrique noire ou du Maghreb) dans le football français.

Effet boule de neige…bien blanche
Car c’est bien là, le problème, cette banalisation ignoble, presque insubmersible, presque naturelle, au point que la Fédération française de Foot se voit défendue par un certain Eric Zemmour! Qui se ressemble, s’assemble.
La première défense, la bi-nationalité n’a pas fonctionnée. La seconde, le fait que la Fédé ait privilégié les qualités physiques aux qualités techniques depuis le début des années 90 semble être une nouvelle voie pour défendre l’indéfendable.
« Où est la discrimination raciale ? Où est le scandale ? (…) Est-ce vraiment anormal qu’ils servent d’abord à former des jeunes joueurs qui pourront un jour jouer sous le maillot français ? Le vrai scandale est d’investir du temps et de l’argent dans des joueurs qui une fois arrivés à maturité vont faire les beaux jours d’autres sélections »
Il est navrant de voir que le candidat en panne pour les présidentielles 2012, coincés entre Villepin, Borloo, Sarkozy, Boutin et Marine, Nicolas Dupont-Aignan en profite également pour ouvrir son clapet. Ah la récupération politique…
Doit-on lui rappeler combien rapportent des joueurs de foot, d’où leurs salaires aussi scandaleux que mirobolants?
Voir partir les bi-nationaux demeure un risque, mais un risque calculé, qu’il faut prendre pour qu’émergent de nouveaux Zidane. Plus le panel de candidat est grand, plus les chances de découvrir et/ou de créer la perle rare est grande.
Nul besoin de quotas pour sélectionner les meilleurs, juste besoin de vrais sélectionneurs dignes de ce nom. Messieurs les sportifs ne détournez pas l’utilisation principale des mathématiques afin de pallier vos erreurs de recrutement ou pour asseoir vos lubies de voir ainsi moins d’hommes de couleur au milieu du terrain.

Oncle FN
Merci à Ervédo

Autre domaine, où les idées de Marine Le Pen et sa clique se voient clairement banalisées, les médias d’actualité. Après Schneiderman, voici Philippe Cohen qui n’hésite à pas citer dans ses tweets Nation presse, pro-FN, relayant des sondages d’Opinion Way, pro-UMP. Difficile de faire moins crédible donc. Le blogueur lambda (à savoir l’auteur de cet article) s’avisant de le titiller sur sa crédibilité journalistique entachée par une telle citation, la réponse fut une allusion à une négation des réalités.
Si l’ancien chef adjoint de l’hebdomadaire Marianne et actuel rédac’ chef de la version web 2.0 du journal pense que la réalité sort de la plume de Opinion Way et de Nation Presse, cela fait froid dans le dos quant à l’objectivité rédactionnelle dudit canard électronique. On imagine le tri des informations allant dans le sens des idées de l’intéressé et de ses collègues d’écriture, tel un inspecteur incompétent menant une enquête à charge.
Faut-il alors s’étonner de lire dans sa biographie wikipédiesque, sa co-écriture d’un livre intitulé Notre métier a mal tourné : deux journalistes s’énervent (sic!) avec la sulfureuse Elisabeth Lévy? Le genre de femme moderne qui veut interdire aux catholiques d’appeler leur enfant Mohamed, ça ne s’invente pas! Quant au livre, Jean-François Copé a bien écrit « Promis, j’arrête la langue de bois », alors…
Drôle de notion du journalisme finalement… que nous les non-journalistes blogueurs ou blogueuses, ne pouvons évidemment pas comprendre, tellement niaiseux et amateurs que nous sommes.

Citons aussi cette anecdote personnelle, le côtoiement d’un néo-nazi sur le quai de la gare pas plus tard que ce début de semaine. Ayant vu ce genre d’animal humain, uniquement à la télévision, le choc psychologique demeurera certainement tristement mémorable.
Total look: Une tête rasée de près, un piercing à l’oreille, les rangers remontant presque jusqu’aux genoux, la croix du p’tit Jésus à l’envers en guise de pendentif (oui le néo-naze peut être aussi sataniste), le tout intégralement en noir. Une jeune femme normalement habillée l’accompagnait, ou plus exactement, se tenait de lui à une distance respectable pour ne pas être (trop) associée à l’énergumène tout en pouvant lui parler. (sa soeur?)
Le côté croquignolesque de l’anecdote: à 10 mètres à peine une « horde » de femmes d’Afrique du nord habillées comme dans leurs pays d’origine.
Ah que le bonheur aurait été immense si une douce voix de la SNCF avait annoncé: « le prochain train sera un train court, veuillez s’il vous plait vous répartir sur la largeur du quai », histoire que le néo-nazi se fasse encercler par « des êtres venus d’ailleurs ».
Finalement quel genre d’homme est-on pour se laisser enflammer (de l’intérieur) par cette peur de l’autre, de l’étranger. Celle-ci est inscrite dans nos gènes, mais notre conscience, notre caractère, notre éducation ont fait le reste pour humaniser nos relations avec une personne inconnue.
Visiblement le processus de civilisation n’a pas eu lieu sur tout le monde.
Témoignage de l’inné et de l’acquis: quand vous croisez ainsi quelqu’un dans la rue, la plupart du temps inconnu, vous comme lui, vous ne pouvez vous empêcher (ou presque) de le regarder dans les yeux, pour déterminer à l’avance si celui-ci à potentiellement un comportement hostile ou non. Héritage de nos origines… L’acquis faisant ce fameux reste pour ne pas le tenir en respect, le temps des cavernes étant révolu.
Mais le plus choquant, c’est bien l’ignorance réelle ou non des gens autour, sur cet individu à l’accoutrement aussi détonant qu’une femme en burqa en plein marché à Neuilly-Sur-Seine. A croire que tout était normal, plus rien ne semble étonnant et tout le monde s’en fout. Pourtant avoir une crête bleue est une chose (votre liberté individuelle), se déguiser en néo-nazi en est une autre.
Finalement en face de tel olibrius, nous en venons à nous poser d’étranges questions: Quel genre d’amis a-t-il? A quoi occupent-ils leur temps libre? voire Comment est sa décoration intérieure? Comment va-t-il réagir s’il se sent observer? Tout en pensant au pire…
D’où un sentiment d’insécurité bien présent.

A propos de néo-nazi, terminons notre petit tour de la banalisation des idées du FN, par cette plainte déposée par la CGT. L’objet de la procédure est la présence d’une affiche à la gloire du dictateur moustachu allemand à l’intérieur même des locaux des CRS de Perpignan.
Évidemment nous ne ferons aucune généralisation mais le souci réside dans le fait que le responsable a eu obtenu un blâme, du même niveau que celle qu’un officier de police en tenue peut avoir en fumant dans la rue, dixit le secrétaire départemental de la CGT, Pierre Place.

En fait, la recette du fascisme demeure toujours là même: vous avez le contenu (pouvoir d’achat, chômage, logement, précarité, sécurité…), vous avez les vieux réflexes nauséabonds (la haine de l’autre, la peur de l’étranger, l’égocentrisme), vous avez le terreau (la misère sociale et/ou intellectuelle).
Il ne manquait plus qu’un nouvel emballage, plus propre, moins 39-40, plus présentable, capable de recueillir l’attention de toutes les générations. Marine Le Pen, la voilà. Et l’étincelle blonde a mis le feu aux poudres avec ses discours sandwiches, mélangeant habilement une tranche de vérité au-dessous d’une rondelle d’ignominies.

Publicités

5 réflexions sur “De la dangereuse banalisation du Front National et de ses idées

  1. 1- Les « idées » d’extrême droite se sont toujours développées sur le terreau de la crise économique et de la misère sociale.
    2- Ces « idées » simplistes sont ressenties comme une réponse simple, voire évidente, à des problèmes compliqués.
    3- En tout homme il y a un « coté obscur de la force » et un coté clair mais le premier est plus facile à stimuler que le second.
    4- Dans un groupe, quelque soit sa taille, lorsqu’un individu sort une connerie, il y en a toujours un autre pour surenchérir.
    5- Un orateur, face à un groupe, cherche toujours à convaincre le maximum de gens et à s’adapter au niveau du groupe : plus le niveau est bas, plus le discours est simple.
    6- Plus une proposition est ellaborée, cherchant à répondre au réel besoin, moins elle a de chances d’être comprise et admise.

    Vous pouvez penser que je fais montre de psycho-sociologie de café du commerce mais vous pouvez vérifier par vous même dans votre environnement quotidien. C’est parce que les politiciens utilisent tous les mêmes grilles de lecture et les mêmes techniques de communication et d’écoute du pays qu’ils en arrivent à ce nivellement par le bas et c’est cela qui favorise le déploiement de la Bête Immonde. C’est beaucoup plus facile dire « C’est la faute du voisin, de l’Europe, de la mondialisation » que de décliner les raisons collectives de notre situation actuelle et d’expliquer solutions douloureuses à mettre en oeuvre pour y remédier. Depuis la fin de la dernière guerre mondiale on nous entretient dans l’idée de la recherche du confort et de la croissance perpétuelle ; alors maintenant qu’on est dans la merde on se raccroche à n’importe quoi pour essayer de s’en sortir. Ca me rappelle la fable de la bouse et du Moineau :

    Un moineau trouva fort confortable de se mettre au chaud dans une bouse de vache toute fraiche.
    Avec le temps la bouse devint dure et l’oiseau s’épuisa à essayer d’en sortir.
    Désespéré, plus il s’agitait et plus il criait son désespoir.
    Se présentant comme un sauveur, un chat lui tendit la patte, le sortit et …… le mangea !!!
    Moralité :
    A- avec les meilleures intentions du monde, tu peux te mettre dans la merde.
    B- quand tu es dans la merde, ça ne sert à rien de crier.
    C- quand tu es dans la merde, méfies toi de ceux qui veulent t’en sortir !!!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s