Restos du Coeur Collecte 2011: Danone et Carrefour, ces enfoirés!

A l’occasion de la collecte 2011 des Restos du Coeur, du 16 au 22 mars, 3 000 salariés de Carrefour et Danone vont se mobiliser, en plus des dizaines de milliers de bénévoles. Un geste fort louable pour une opération nécessaire voire vitale pour de nombreuses familles ou personnes seules dans le besoin.
Car il faut bien qu’une structure associative compense les dégradations causées voire agrandies par un Etat aux abonnés absents. Le National Sarkozism, comme les pouvoirs précédents de droite comme de gauche, étant si proches du peuple, les conditions de vie de celui-ci ont même empiré depuis la création des restos.
De 8,5 millions de repas en 1985-1986, les restos du coeur ont servi 103 millions en 2010, avec 12,5% de hausse entre 2008 et 2009. Les chiffres parlent d’eux-mêmes…

Ah la fausse promesse de zéro SDF…
resto du coeur

A cette occasion, Cpolitic participe par ce billet à l’opération et grâce à la générosité des deux géants de la distribution et de l’agroalimentaire puisque « chaque billet publié sur les Restos du Cœur, Danone et Carrefour s’engagent à offrir 10 Repas aux Restos du Cœur ».
L’objectif est ainsi de battre les 16 675 repas de l’an dernier, offerts via la blogosphère.

Mais si Cpolitic veut bien rendre hommage à ces deux entreprises privées dans cet élan de générosité, il parait nécessaire de rappeler la réalité des faits, passés et présents.
Car s’il est tout à fait admirable qu’une entreprise fasse preuve d’un tel humanisme, n’oublions pas qu’en fait, il n’est question ici, que de communication pure et dure afin de restaurer une image souvent égratignée.
Oh évidemment pas de mauvaises intentions des salariés qui se prêtent bien volontiers à l’opération, durant leurs heures de travail, payés par leur employeur devenu l’espace d’un instant si généreux.
Mais l’ombre de la manipulation médiatique – le fameux plan com’ – rôde autour des têtes pensantes de la direction.

Etre humain plutôt que paraitre humain
Au lieu de compenser ponctuellement les symptômes de la misère, peut-être serait il bon que les dirigeants de Danone et de Carrefour se posent des questions sur le management et la politique de leur groupe respectif… histoire de ne pas faire grossir la vague du chômage et d’emplois précaires.
Le devoir social d’une entreprise demeure proportionnel aux bénéfices net de celle-ci.
Comment concevoir alors le licenciement de salariés alors même que leur usine reste rentable et leur société mère bénéficiaire?
Comment justifier des pratiques de pollution volontaire des denrées pour empêcher toute récupération des invendus au-delà de la date de consommation?
Comment continuer à consommer des yaourts alors que les emballages sont peu ou pas du tout recyclables?
Comment admettre des actes évidents de discrimination de salaire… dans un même département?

Rappelons ainsi que Danone a, à sa manière, participé à cet effort de misère, avec les licenciements des ouvriers des usine LU de Calais et d’Évry-Ris-Orangis.
Rappelons que pour de tels faits, Danone a même poursuivi des journalistes pour le boycott et le détournement du logo.
Rappelons que les consommateurs soucieux de leur empreinte écologique, attendent désespérément des pots de yaourts recyclables et recyclés.
Rappelons que Danone est n°1 mondial du secteur des produits laitiers frais, n°2 mondial eaux en bouteilles soit 1,67 milliards d’euros de bénéfice net en 2010, pourrait faire bien plus que 10 petits repas par article, certainement déductibles fiscalement.
Rappelons les publicités mensongères prenant les consommateurs pour des gogos notamment Actimel (35 millions de dollars de pénalités aux USA)
Rappelons les marges énormes faites par la Grande Distribution, et notamment par Carrefour: 11,3% de hausse pour son bénéfice net soit 382 millions d’euros en 2010… en pleine crise!
Rappelons les pressions exercées sur chacun des fournisseurs (agriculteurs comme industriels locaux), en terme de prix comme de volume, mais aussi sur toute la filière avec par exemple la logistique. (scandale des prix agricoles relevés par l’UFC Que Choisir)
Rappelons ainsi qu’entre 1992 et 2010, le prix de la viande de bœuf payé à l’exploitant diminuait de 8 %, pendant que le consommateur payait sa viande 50 % de plus.
Rappelons enfin les agrandissements illégaux des centres commerciaux sans aucune autorisation légale…mais avec souvent la bienveillance des élus locaux ou nationaux.
Rappelons enfin un scandale commun à Danone et Carrefour, le prix du lait à 200 € le litre, la prouesse Actimel

Cpolitic veut bien rendre hommage pour autant d’énergies dépensées dans une juste cause, celle des Restos du Coeur…mais il faut être honnête.
Reconnaissez, dirigeants de Carrefour et Danone, en bons enfoirés que vous êtes, que votre généreuse opération n’est là que pour restaurer l’image de vos empires et compenser, s’il était possible, les ravages de vos désastreuses pratiques quotidiennes en matière d’écologie, de social et d’économie.

Oyez, oyez braves gens de la France d’en bas: rendez-vous dans vos magasins Carrefour: du 16 au 22 Mars 1 repas est offert aux Restos pour l’achat de 4 produits!
A votre bon coeur.

Si seulement Coluche était encore là…

Les Restos du Coeur en 2009/2010, c’était:
830 000 Personnes accueillies
58 000 Bénévoles
103 millions Repas distribués
2 056 Centres et annexes
70 Restos Bébés du Cœur
30 000 Nombre de bébés de moins de douze mois aidés
98 Camions et points repas chauds

Pour faire un don en ligne, c’est par ici!

Publicités

7 réflexions sur “Restos du Coeur Collecte 2011: Danone et Carrefour, ces enfoirés!

  1. Difficile de se définir une ligne de conduite cohérente avec ses convictions quand ça touche le cœur et par là même, venir en aide ou, tout simplement en soutien, à des personnes, des familles, des mômes vivant des précarités insupportables et en même répondre à l’appel hypocrite de ces deux grands groupes qui affament plus qu’ils ne nourrissent.

    Je dois reconnaître que CPolitic a trouver les mots justes dans son analyse de cet appel à la générosité.

    J’avais commencé à pondre une parodie de la dernière chanson des enfoirés (On ne demande pas la lune) et puis j’ai laissé de côté l’idée, étant trop partagé entre les flinguer ou les ignorer ces artistes que les restos ne rémunèrent pas mais qui bénéficient de larges conditions de vie onéreuses pour une association en déficit, lors des tournées (hôtel, restaurant, frais divers…) que ces mêmes artistes ô combien pétés de tunes (sans le h ;-) ) pourraient régler de leurs poches bourrées d’oursins.
    Si ces artistes avaient au moins le mérite de se mettre au même rapport d’égalité des intermiteux du pestacle qui trime pour quasi que dalle lors de la fameuse tournée des encu… oups ! enfoirés, ce serait déjà un peu plus respectable.

    Au final, je suis fatigué de m’indigner mais je vais tout de même faire l’effort d’aller dans le Carrefour du coin (où je ne fout jamais les pieds) histoire de faire des « achats utiles ».

    J'aime

    1. @Ervé
      Merci ;-) On blâment souvent les bobos de vedette, mais l’idéal serait qu’elles n’aient pas venir faire leur promo implicite et que les Restos n’aient pas de repas à servir.

      J'aime

  2. Maitre Kar’four sur un parking haut perché ,
    Tenait entre ses caisses des Danones.
    Maitre Coluche, par le gout alléché,
    Vint lui mander petite aumone.
    « Eh bonjour , Monsieur du Gateau
    Que vous êtes joli, que vous me semblez bio.
    Sans mentir, si de vos caisses,
    Tous les jours vous faites des prouesses
    Des généreux donateurs devenez le roi »
    A ces mots l’actionnaire ne se sent plus de joie
    Et communiquant de sa belle voix
    Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
    L’Enfoiré s’en saisit, et dit : « Mon bon seigneur,
    Apprenez que pour votre malheur
    J’frais pas votre pub à ceux qui m’écoutent :
    Cette leçon vaut bien un yaourth, sans doute.  »
    L’actionnaire, honteux et confus,
    Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.

    Comme quoi l’excès d’image et de com ne remplaceront jamais une vrai attitude écologiquement et socialement responsable

    J'aime

  3. Hier, sur ce billet, j’ironisais sur un sondage « caché » qui donnerait ls résultats suivants aux présidentielles : En 1 La Marine – En 2 Le patron du FMI – En 3 Nainpoléon . Eh bien ça y est !!! il est sorti aujourd’hui ce sondage ; le pire cauchemar de Sarko (si ce sondage est vrai et si les écarts le confirment car nous n’avons pas eu droit ce matin à des commentaires impliquant prudemment les fourchettes) , le pire cauchemar de Sarko est donc là, étalé devant nos yeux ébahis !!!! Sauf …… Sauf si c’est encore un tripatouillage réalisant un marketing mix de la peur et du nécessaire combat entre les deux clowns Koko de ParisNeuilly et Eska de WashingtonNeuilly; Français demain, dès le premier tour il faudra voter utile !!! Vive la bipolarisation !!! Deux partis, c’est bien suffisant !!!!
    Voilà, c’est surement ce que pensent les grosses têtes, les conseillers, les politologues, les sherpas, les … enfin tous ceux qui entourent les zélées zélites et leurs zélotes de la finanze internazionale !!!
    Le seul commentaire que j’ai saisi au vol en prenant mon café, c’est celui du spécialiste de la langue de bois à la sauce moutarde de Meaux et qui disait en substance qu’il faut écouter les français !!! Ah bon, parce que jusqu’ici il(s) n’avai(en)t pas écouté ? Et que peuvent ils bien comprendre au travers de leur hygiaphone stérile ? Alors moi, je vais leur transmettre le message du peuple, en clair :
    1/ J’en ai tellement mare de ce MERDIER que je suis au bord du SUICIDE POLITIQUE
    3/ J’ai une grosse colère mais encore un PETIT ESPOIR avec DSK
    3/ Mais surtout DEGAGE Sarko, ON N’EN PEUT PLUS de l’état UMP.

    J'aime

  4. La République est plutôt bonne fille avec les ex-ministres qui ont quitté le gouvernement. Ceux qui ne sont pas députés héritent souvent de postes prestigieux.

    Michèle Alliot-Marie va pouvoir retrouver son siège de député sans être réélue. Ce que lui permet la loi, ainsi qu’à tout ministre quittant un gouvernement. Auparavant, ils devaient se soumettre au suffrage des Français lors d’élections législatives partielles. Ils ne se privent presque jamais de profiter de cette automaticité.

    Ce fut le cas auparavant de Christian Blanc, éjecté du gouvernement pour cause d’achats dispendieux de cigares.

    Mais aussi de Xavier Bertrand, qui avait quitté le ministère du Travail, ou d’André Santini, à la Fonction publique. Cela leur permet de retrouver, en cumulant souvent avec un mandat local, une rémunération de 8 700 euros par mois, à laquelle s’ajoutent de nombreux avantages.

    Seule l’ancienne ministre du Logement, Christine Boutin, avait renoncé en 2009 à retrouver son siège de députée des Yvelines après son éviction du gouvernement, pour mieux accepter une mission sur la « dimension sociale de la mondialisation », rémunérée plus de 9 000 euros par mois, somme à laquelle une polémique l’a poussée à renoncer.

    L’attribution de missions est d’ailleurs devenue une forme de compensation assez courante.

    Michel Rocard et Alain Juppé en ont bénéficié en leur temps.

    C’est aussi le cas du maire de Sarlat et ancien ministre de l’Outre-Mer, Jean-Jacques de Peretti. Il s’occupe depuis janvier d’une mission sur la mise en œuvre de la réforme des collectivités locales. Il a été pour cela détaché du poste de conseiller d’État auquel il a été nommé en 2006. « Je ne perçois aucune rémunération supplémentaire pour cela. J’ai simplement un bureau qui m’est attribué », assure-t-il. Le rapport sera rendu en juin.

    D’autres choisissent aussi de devenir avocat. C’est par exemple le cas de l’ex-ministre des transports, Dominique Bussereau, qui donne également un cours à Sciences Po Paris. « J’attends la réponse du barreau de Paris. Je veux aider nos entreprises de transports à l’exportation dans des pays où j’ai eu l’occasion de les accompagner. Mais je respecterai la déontologie en n’intervenant pas sur le terrain national, afin d’éviter tout conflit d’intérêt. »

    Mais, pour de nombreux ministres, l’avenir passe aussi souvent par des nominations de prestige. Elles leur permettent de retrouver des rémunérations autour de 10 000 euros par mois (plus ou moins selon les postes) et un certain nombre d’avantages.

    Xavier Darcos a ainsi été nommé ambassadeur et administrateur à la tête de l’Institut français. Il n’a pas souhaité répondre à nos questions.

    Silence également du côté de Philippe Douste-Blazy, secrétaire général adjoint des Nations unies, chargé des financements innovants depuis 2008.

    Tout comme Rama Yade, promue à 34 ans ambassadrice de France auprès de l’Unesco – ce dont se sont offusqués plusieurs ministres, dont Luc Ferry, qui a officié à l’Éducation nationale. Elle n’est pourtant pas la seule.

    Fadela Amara a été nommée inspectrice générale des Affaires sociales ; Roger Karoutchi, ambassadeur auprès de l’OCDE.

    D’autres avaient aussi bénéficié avant des largesses de l’État. Par exemple Jean-Jacques Aillagon, en tant que président de l’Établissement public du château de Versailles, ou Martin Hirsch, président de l’Agence du service civique.

    http://www.sudouest.fr/2011/03/11/les-anciens-ministres-bien-recases-339113-652.php

    J'aime

  5. J’ai travaillé bénévolement dans le domaine social de 1989 à 2003 pour aider un grand pote qui a dirigé plusieurs associations ou centres d’hébergement. Je faisais essentiellement du travail de secrétariat, compte-rendus de suivis des personnes ou de réunions avec les responsables d’autres associations et j’ai également participé à un groupe de recherche où j’ai assumé ma part en faisant des compte-rendus de livres sur le sujet. Je suis donc en mesure d’affirmer qu’au début des années 90 – période où la crise battait son plein les multinationales de l’agro-alimentaire de même que les grandes surfaces fournissaient très largement la Banque alimentaire et pour les grandes surfaces, donnaient à diverses associations de proximité les produits proches de la date limite ou qui ne pouvaient être vendus pour diverses raisons mais tout à fait consommables.

    A partir du moment où les prix ont explosé (passage à l’euro en 2002) c’en fut fini de leur générosité qu’il faut saluer : ils préfèrent maintenat jeter les produits (en les arrosant d’essence) plutôt que les donner. quant à la Banque alimentaire, je ne dispose pas de données mais je suis à peu près certaine que les dons se sont taris de même manière.

    C’est quand même dur à avaler pour les consommateurs. Tant que les multinationales ont été généreuses, je n’ai jamais lésiné (je n’étais pas plus riche qu’aujourd’hui) à donner un chariot bien rempli. J’y mettais même des couches pour les bébés et des produits d’entretien ou d’hygiène parce que mon expérience m’avait apprise que ce sont des produits aussi nécessaires que la bouffe pour les personnes démunies ou sans logement. Maintenant, c’est fini. C’est bien joli de mobiliser des employés des multinationales : ça ne mange pas de pain ! Qu’ils recommencent à donner aux associations et à la Banque alimentaire et je serais à nouveau partante.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s