Vidéos: Squatt Jeudi Noir, Mélenchon, Demorand, Veolia et du Bedos

Squatt Jeudi Noir, Mélenchon, Demorand, Veolia et du Bedos, il y en aura pour tous les goûts. Et vous conviendrez en quelques vidéos que ce monde ne tourne pas rond, à tous les niveaux. Mais vous n’en doutiez pas…

Logement et le squatt de Jeudi Noir, 22 avenue Matignon, située juste derrière l’Elysée. Sur ce document, on peut constater la liberté avec la loi, prise par les CRS, sur ordres, afin de maintenir illégalement un blocus. Étrangement un député européen peut entrer mais pas un simple citoyen. Y’aurait-il toujours « Egalité » entre les mots « Liberté » et « Fraternité » aux frontons des mairies?

Pour information, le bâtiment squatté a été également occupé par l’établissement financier ACSH LCF Rotschild. C’est d’ailleurs les restes de son logo en forme de blason qu’on peut voir sur la porte teintée à l’accueil. Rotschild tout un symbole…étonnant donc que seul AXA soit mentionné. Les anciens locataires de part leur secteur d’activité devrait être aussi précisé.
Sinon, on ne peut que regretter que Jeudi Noir et de trop nombreuses d’associations se cantonnent à Paris et les beaux immeubles dans de chics arrondissements, car en banlieue il y a bon nombre de pavillons vacants depuis plusieurs années qui devraient être réquisitionnés légalement par la loi DALO.

Vives altercations (et non pas clash) entre Demorand et Mélenchon.
On sent depuis le début de l’interview une certaine tension dans les échanges entre les deux hommes, la première véritable provocation étant ce « un peu court, jeune homme » de la part de…Nicolas Demorand, un comble vu son âge, après une réponse qui lui a déplu: le vote des salariés en France serait en droite et non bien ancré à gauche en raison des mensonges des médias.
Susceptible, le pseudo-journaliste déguisé en racaille de banlieue, habits indignes en tout cas d’un professionnel, invitant du public et se sachant retransmis par internet en vidéo.
Une telle interview sent le piège à 100m contre le vent, et l’ordre a certainement été donné à Demorand de titiller le Mélenchon jusqu’au bout. N’y parvenant pas, afin de faire booster l’audimat, il lui lance le coup du « suffrage universel direct » dans les dernières minutes.
Au final, Mélenchon ne quitte pas vraiment le plateau énervé, comme beaucoup se sont empressés d’écrire ici ou là…dans la mesure où nous sommes déjà à la fin de l’interview!
Que ne ferait on pas pour buzzer sur internet chez Lagardère Média.

Les ficelles étaient bien grosses. (version courte 2ème video juste après)

A comparer à d’autres interviews:

Ce que l’on peut reprocher à Mélenchon, c’est l’absence total de sang froid, nécessaire sinon obligatoire dans l’exercice du pouvoir, quel que soit le niveau des fonctions prises. Dès le départ, on le sent remonté, « au taquet », alors même que l’intervieweur n’a même pas commencé ses attaques. Chaque énervement, chaque gueulante du leader du Parti de gauche, le ridiculise un peu plus et discrédite son discours.
Il y serait temps d’y remédier… son engagement en politique, la passion qui l’anime, ne suffisent pas à expliquer ses emportements.
Quant à Demorand, ses idées politiques – PS courants bien à droite – le transforme de fait en animateur vociférant plutôt qu’en journaliste indépendant et sérieux.

Autre vidéo, le business de l’eau par les entreprises privées… et notamment Veolia qui veut censurer le documentaire allemand « Water Makes Money » en poursuivant ses auteurs pour diffamation.
Force est de constater que l’omniprésence du groupe, avec l’aide d’André Santini, parrain des eaux de Seine, à de quoi soulever des interrogations.

Mélenchon super star… nouvelle intervention de l’intéressé sur France Inter, bien plus apaisé et blagueur, le rouge étant son élément. Toutes les réponses sont fort bien documentées, notamment celles des langues régionales… sauf la dernière question, à propos de Cuba, qui ne serait pas une dictature pour lui.(sic!)
Petit rappel wikipédiesque: La dictature désigne un régime politique dans lequel une personne ou un groupe de personnes exercent tous les pouvoirs de façon absolue, sans qu’aucune loi ou institution ne les limite.
Après ses emportements sur bon nombre de journalistes, à tort ou à raison, là c’est sur le fond que Mélenchon perd toute crédibilité.

Autre réticent à cette vision de l’Europe, Jean-Pierre Chévènement. Celui qui avait refusé la première guerre du golfe, à raison, nous revient en ayant trouvé le coupable, le père fondateur de cette version: Jean Monnet.

On finit avec de l’humour civilisé mais totalement éméché (voire pire?) de Nicolas Bedos discourant sur son agenda de la semaine et ses goûts en politique. C’est frais, vivant et plein de bon sens, question non-choix pour la présidentielle de 2012. Le fils de son père en plus jeune… avec sa désormais culte « Montebourg sent le pognon comme Borloo sent le pinard ». Comme si DSK défendait les ouvriers et Christine Lagarde, les SDF!

Publicités

3 réflexions sur “Vidéos: Squatt Jeudi Noir, Mélenchon, Demorand, Veolia et du Bedos

  1. Alors que le petit monde médiatico-politico-cucul papillone autour du scandale du torchon de l’expert du copié-collé estampillé TF1, je vous signale la sortie en poche de l’excellent livre d’Emmanuel Todd, paru en 2008 « Après la démocratie ».
    Deux ans après sa parution, cet essai sur la décomposition des démocraties comporte une première partie dans laquelle l’auteur s’interroge sur les raisons qui nous ont conduit, nous peuple de France à élire le gugusse de l’Elysée et c’est pour lui l’occasion d’un portrait au vitriol dont voci quelques lignes ….

    «Un président hyperactif mais impuissant, pédalant vigoureusement sur une version politique du vélo d’appartement» …………..
    « Au fond, nous devrions être reconnaissants à Nicolas Sarkozy de son honnêteté et de son naturel, si bien adaptés à la vie politique de notre époque. Parce qu’il a réussi à se faire élire en incarnant et en flattant ce qu’il y a de pire autour de nous, en nous, il oblige à regarder la réalité en face. Notre société est en crise, menacée de tourner mal, dans le sens de l’appauvrissement, de l’inégalité, de la violence, d’une véritable régression culturelle» ………..
    «Ni au lycée ni à l’université, Nicolas Sarkozy ne fut un brillant sujet. Il a redoublé sa sixième, n’a obtenu aucune mention au baccalauréat et a achevé sans hâte les études de droit qui lui ont permis de devenir avocat… L’incohérence intellectuelle du président bling-bling, sa capacité à dire tout et son contraire, son mépris des bonnes manières, bref son manque d’éducation ont pu plaire aux citoyens qui se considèrent comme des laissés-pour-compte du système éducatif… » ……..

    Après cet apéritif, vous aurez certainement à coeur de déguster l’ensemble du menu, alors courrez acheter le bouquin ….. ou volez le puis faites le passer

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s