Mediator: Nicolas Sarkozy était avocat d'affaires pour Servier

Les Echos et Libération « balancent » le faux-scoop du jour: Nicolas Sarkozy a été l’avocat historique pour le pitoyable laboratoire pharmaceutique Servier, du nom de ce docteur-gourou Jacques Servier, 9ème fortune de France. Comme tout scoop, l’information calme. On imagine ici et là, la fierté des « journalistes », le champagne du rédac chef…tout en continuant le travail quotidien d’enquête. Chapeau bas!

Manque de chance ou de compétence, selon l’humeur du moment, l’information est disponible pour n’importe quel quidam dans un excellent livre « Histoire secrète du patronat : De 1945 à nos jours« …publié fin octobre 2009!
Profitons-en d’emblée pour souligner la qualité de l’œuvre, qualité de l’investigation menée par des journalistes, de vrais journalistes celles et ceux qui méritent indubitablement leur carte de presse.
Frédéric Charpier (journaliste indépendant), Benoît Collombat (journaliste France Inter), Martine Orange (journaliste Mediapart), David Servenay (journaliste rue89), Erwan Seznec (journaliste économique) voilà des noms à inscrire au panthéon du Journalisme pour ce début du XXI-me siècle… là où les collaborateurs au régime du National Sarkozism sont légions et déshonorent toute une profession. Un excellent choix pour les fêtes…où vous découvrirez les relations abjectes et paradoxales entre patronat et syndicat, entre politique et hommes d’affaires, où la morale la plus basique n’existe plus. Et cela n’a été que de mal en pis depuis l’après guerre, pour atteindre le paroxysme actuel.

Histoire secrète du patronat
Source image: bibiosurf.com

Revenons à nos moutons: page 570-571
« Avocat au barreau de Paris depuis 1981, Nicolas Sarkozy crée avec 2 confrères (Michel Leibovici et Arnaud Claude) en 1987 un cabinet spécialisé dans l’immobilier et le droit des affaires (Arnaud Claude et associés) […] En 1995, Nicolas Sarkozy apportera d’ailleurs de nouveaux clients au cabinet, comme le groupe pharmaceutique Servier, Bernard Arnault et LVMH, ainsi que quelques vedettes du show-biz. […]
Dernier extrait pour l’anecdote: « Ce n’est qu’en 2006 que Nicolas Sarkozy s’acquitte pour la première fois de l’impôt sur la fortune: 1988 euros, selon son état major de campagne »

Ainsi donc, comment ne pas croire que Nicolas Sarkozy, avocat « historique » de Servier depuis cette année là (1995) ne puisse rien connaître des dessous de l’affaire Mediator comme des autres casseroles du groupe et son fameux Isoméride.
Ne prenons pas Nicolas pour plus bête qu’il n’est: le sieur connait tout de Servier comme de son sulfureux fondateur Jacques Servier. Des pratiques des ressources humaines clairement xénophobes aux financements officiels (et occultes?) des partis politiques du RPR de Chirac au FN de Le Pen (et d’autres? vu l’amnésie de Martine Aubry et Bernard Kouchner), jusqu’au trafic d’études de pharmacovigilance comme des us et coutumes des visiteurs médicaux (Cadeaux à gogo, du stylo aux voyages, en passant par les week-ends dans des relais et châteaux). Que ne ferait-on pas pour vendre du « médoc »?

Échange remboursement de la Sécurité contre financement de campagnes électorales
Les premières remontées d’informations concernant la dangerosité le Médiator remontant au moins à 1998, Sarkozy, lui, savait forcément. Et en 2010, une telle information fait froid dans le dos, lui dorénavant chef de l’Etat, souhaitant officiellement faire la transparence sur ce dossier, alors que les victimes – on les comprend – veulent des têtes: celles des responsables qui ont laissé faire ça, vendre et même rembourser par la Sécu un poison.
Manque de chance, à l’instar du Karachigate, l’actuelle parodie de président de la république est mouillé jusqu’au coup. Au lieu de dé-rembourser (pour un montant de 423 millions d’euros) voire d’interdire la commercialisation de ce type de produit, Nicolas Sarkozy non seulement ferme les yeux, mais en plus décore par légion d’honneur (sic!) et encense même Jacques Servier, fabricant du Mediator. Joli conflit d’intérêts.
Et la tentative de diversion (même si elle est peut être légitime) sur la responsabilité d’autres partis politiques ne suffira pas à détourner les regards lucides de la vérité.

A ce titre, afin de faire toute la lumière sur l’affaire, de 500 à 1000 morts, bien loin des 14 morts de Karachi, Nicolas Sarkozy devrait en toute humilité démissionner, afin que la Justice puisse travailler sereinement.
Ne rêvons pas: le petit vampire de Neuilly Sur Seine ne lâchera jamais son prestigieux trône pour de telles « fables ». Non, il ira jusqu’au bout, tel un Laurent Gbagbo français. Plutôt crever, ridiculiser le pays, voire faire tuer des innocents, plutôt que de renoncer à ses ambitions, son pouvoir et à sa carrière.
Une absence totale d’Ethique dans la lignée d’un maire qui se tape la mariée…en l’occurrence Cécilia Isabel Ciganer, épouse de feu Jacques Martin. Un Jacques qui apprenant un jour la nouvelle baffa avec force l’effronté ami du couple. Une chute de cheval expliquera officiellement l’œil au beurre noir.

De gauche à droite: Jacques Martin, Cécilia Isabel Ciganer, Marie-Dominique Culioli, et Nicolas Sarkozy
jacques martin Cécilia Isabel Ciganer Nicolas Sarkozy

Voilà donc, des journalistes avant ce Libération (ayant le culot de mettre à la seule disposition de ses abonnés web la fausse exclusivité), avant Les Echos, qui ont fait un travail remarquable non seulement sur Sarkozy mais sur toute l’histoire du patronat de l’après guerre jusqu’à 2009, dont il n’est qu’un acteur voire un pion.
Cette bible du journalisme d’investigation politico-socio-économique vous éclairera également sur l’histoire industrielle de la France (pourquoi le minitel? à qui ont profité les barres de HLM?), les pratiques ignobles du pantouflage de nos haut-fonctionnaires, le financement des syndicats, du patronat et des partis politiques, comme sur la vraie nature des politiciens d’aujourd’hui, notamment ceux se réclamant faussement de gauche (DSK, Martine Aubry…). 687 pages: à recommander à tous les étudiants en (vrai) journalisme. Il fallait mentionner la qualité de ce travail. C’est chose faite.

De Karachi à Mediator…
Dernière anecdote: le passage mentionné ci-dessus fait partie du chapitre « L’ère des tueurs 1998-2009 ». A prendre au sens propre comme au figuré.
Et concernant, ses médicaments génériques Biogaran dans le slogan est cyniquement « votre santé nous est précieuse… », faut-il s’attendre à de pareilles pratiques et donc de pareils scandales?

A lire également: Les petits secrets des grands patrons
Laboratoire Servier : la honte de l’industrie pharmaceutique française

Histoire secrète du patronat de 1945 à nos jours – 687 pages – Editions La Découverte (30 octobre 2009)

Dernière mise à jour 24/12/2010

Publicités

18 réflexions sur “Mediator: Nicolas Sarkozy était avocat d'affaires pour Servier

  1. Bof bof,

    le fait que Badinter ait défendu la société Givaudan dans l’affaire du Talc Morange me semble bien plus grave (36 enfants morts, plus de 200 touchés).

    D’une part Badinter les a défendu après coup, en toute connaissance de cause, certainement juste pour les honoraires.

    D’autre part pour un gauchiste, normalement défenseur de la veuve et de l’orphelin, défendre un industriel négligent la fout vraiment mal.

    De plus Badinter s’est servi ensuite de ses fonctions de garde des sceaux pour faire amnistier tout le monde. Un scandale absolu, qu’aucun gauchiste ne dénonce…

    Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_du_talc_Morhange

    J'aime

    1. @Olivier
      J’avoue ne pas connaître cette affaire. En quoi cela excuse ou justifie les actes de Nicolas Sarkozy. Les deux sont méprisables et condamnables comme le dit justement @Michel.
      Malgré l’apparence de certains articles, et une lecture trop rapide et superficielle de ce blog, celui-ci n’est pas un blog de gauchiste!
      Car sous Mitterrand, il y aurait eu le même genre de blog critique… mais le web n’existe pas!

      Cdt,
      Cpolitic

      J'aime

  2. Réponse à Olivier.

    Vous êtes de mauvaise foi.

    Dans la référence que vous citez, il est écrit:

    « L’affaire est jugée en octobre 1979. »

    Or, en 1979, on était sous Giscard d’Estaing, Mitterrand n’était encore que candidat d’opposition. Il deviendra président en mai 1981.

    En 1979, Badinter n’était qu’avocat, membre d’un parti d’opposition qui n’avait encore jamais gouverné.

    J'aime

    1. @des pas perdus
      Un scandale à chaque page! Si seulement il était plus médiatisé… et plus lu: la preuve avec Libé qui nous ressort un scoop d’il y a un an!

      J'aime

  3. @Sarkaustique

    Je ne suis absolument pas de mauvaise foi, lisez complètement l’article de wikipédia.

    Votre Dieu Badinter, votre héro qui a aboli la peine de mort, n’est qu’un avocat affairiste, prêt à vendre sa mère.

    Il a donc défendu un industriel richissime et négligent (pour le moins…) contre des familles humbles, endeuillées par la mort d’un bébé, à cause de la défaillance dudit industriel. C’est un scandale absolu.

    L’affaire a été jugée fin 1979 et en 1981, François Mitterrand devenu président de la République amnistie définitivement tous les condamnés sur proposition de son nouveau Garde des Sceaux, ROBERT BADINTER.

    C’est tout simplement dégueulasse, songez aux familles des victimes, mettez vous à leur place…

    Et ce type va se présenter toute sa vie comme un héro gauchiste, défenseur du faible.

    Je me marre…

    J'aime

  4. @ Olivier,

    Ok, je suis en faute. Je n’ai pas lu la suite de l’article dans Wikipedia. Acceptez mes excuses.

    Néanmoins, sur
    http://www.jeanpierremaschi.com/sclerose-en-plaques/idees-scientifiques/82-amnistie-maschi
    on peut lire ceci :

    « A l’occasion des élections présidentielles de Valéry Giscard d’Estaing en 1974 et de François Mitterrand en 1981, des Lois d’Amnistie avaient été votées le 16 juillet 1974 et le 4 août 1981.
    A chaque fois mon avocat avait essayé d’obtenir l’amnistie de ma radiation à vie, ce qui avait été refusé car les fautes qui m’étaient reprochées étaient contraires à la probité. »

    Par ailleurs, sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Amnistie_en_France , on lit ceci:

    « Amnistie collective présidentielle
    Elle a lieu après chaque élection présidentielle. Globalement, le champ des mesures d’amnistie se réduit à chaque élection présidentielle :
    · en 1981, le texte comprenait 14 domaines d’« exclusion », c’est-à-dire des catégories de crimes et de délits indélébiles »
    puis ceci :
    « Amnisties individuelles
    En 1981, les mesures individuelles étaient réservées à quelques profils d’auteurs d’infraction : les personnalités s’étant illustrées dans les domaines scientifiques, culturels et humanitaires, les résistants et engagés volontaires en temps de guerre. En 1988, la mesure a été étendue aux Français qui se distinguent dans le domaine économique, et en 1995 [sous Chirac, NDLR]aux personnalités de l’humanitaire. »

    Reste à retrouver si l’amnistie de X, (Talc Morhange) entrait dans le cadre de l’amnistie collective, ou des amnisties individuelles. Celles-ci nécessitent une demande écrite de l’intéressé (voir cas du Dr Maschi) ; et si le cadre de cette amnistie là a fait un « détour » pour pouvoir englober amnistier X.

    De toutes façons, l’amnistie consécutive à une élection est, comparée aux autres pays, presque une curiosité de la République Bananière Française.

    J'aime

    1. @Sarkaustique @Olivier
      Content de vous voir sur la même longueur d’onde…à la magie de Noël ! ;-))
      Badinter, encore une parodie d’homme politique proche du peuple…

      Cdt,
      Cpolitic

      J'aime

  5. Bon de toutes façons, si on se met à compter les scandales…

    La démocratie étant le moins pire des régimes, qu’est-ce que ça doit être les autres…

    Joyeux Noël à tous.

    J'aime

  6. L’article est assez intéressant mais on voit mal ce que « le maire qui se tape la mariée » vient faire dans cette histoire. Certaines personnage très respectables par ailleurs étaient de véritables salopards avec les femmes (Victor Hugo ou Albert Einstein pour ne citer que ceux-là). On s’en fout un peu que dans sa vie privée Sarko soit un mec génial ou une ordure, c’est quand sa vie privée ou son passée influencent directement sa politique qu’ils ont une pertinence (cf. servier).
    Sinon, il y a quelques petites erreurs :
    – « Nicolas Sarkozy créé avec 2 confrères » -> créait
    – « Une absence totale d’Ehique » -> éthique
    – « à qui a profiter les barres de HLM? » -> à qui ont profité
    – « etdes partis » -> et des

    J'aime

    1. @1234
      Et bien l’histoire de la mariée, c’est pour bien cibler le personnage question éthique, justement. Une digression n’a jamais fait de mal à personne quand même ;-)
      Quant aux fautes, elles ont été corrigées grâce à vous. Merci beaucoup

      Cdt,
      Cpolitic

      J'aime

  7. @ tous : est-ce qu’on pourrait arrêter de minimiser les scandales en renvoyant aux scandales précédents ? Est-ce qu’on pourrait faire un peu mieux que de banaliser les turpitudes de la droite en évoquant celles du mitterrandisme ?

    Ce qui était inadmissible hier l’est toujours aujourd’hui. Et aujourd’hui, ce sont les histrions qui promettent des « républiques irréprochables », qu’il s’agit de déloger – et vite, avant que la démocratie en lambeaux ne bascule totalement.

    J'aime

    1. @Folcoche
      Difficile de ne pas être d’accord avec vous…
      Mais il faut bien prendre en compte les arguments des internautes de passage ;-)

      J'aime

  8. Si c’est un « scoop » !

    Tout est relatif sachant que les vrais massmédias, les livres tel celui qui est cité et Internet ne jouent pas avec le même public ! Seuls les vrais massmédias, c’est à dire quelques chaines de télé et quelques quotidiens font directement l’opinion. Eux-seuls sortent des scoops, les autres jouant pour des microcosmes.

    Ceci dit l’édition politique et l’internet ne travaillent pas pour rien. Lorsque c’est devenu trop gros les vrais massmédias sont finalement obligés de suivre…

    Alors apparait le scoop ! §:o)

    J'aime

  9. soit, c’est un scoop… ¶

    considérons pour acquis ces différentes couches d’infos qui remontent en surface ou non [massmédias / couvertures médiatiques larges…]. Dès lors, proposons à tous de comprendre (par tous les moyens disponibles), au-delà de l’apparence politicienne, par qui et comment sommes-nous dirigés : http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1974

    …scoop toujours :->

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s