Nucléaire: A quoi joue Greenpeace?

Aucune surprise. Le blog Cpolitic l’affiche d’emblée à son fronton, en guise de rappel mais aussi comme provocation: « 100% Ecologic ». Alors forcément quand Greenpeace défend une cause et investit moyens humains et financiers pour défendre celle-ci, la plupart du temps la raison demeure fort louable.
Ainsi on apprenait cette semaine, qu’au Canada, la forêt primaire reste encore menacée par l’industrie forestière, bien aidée par les néoconservateurs au pouvoir là-bas: Greenpeace et des Cris veulent barrer la route à l’exploitation forestière
Quid de la protection de la Nature? Quid de la protection des indiens autochtones? Le pouvoir de l’argent rend aveugle bien des Hommes en particulier lorsqu’ils sont aux commandes d’une municipalité, d’une région voire d’un Etat. En France, nous le voyons tous les jours.
Il faut bien penser à financer la prochaine campagne électorale…

Justement de ce côté-ci de l’Atlantique, les feux sont braqués sur le nucléaire, et notamment le transport de déchets ultimes entre la France et l’Allemagne.
Car notre si beau pays, la Franchouillie, peut s’enorgueillir de disposer de l’une des rares, sinon l’unique, usine de retraitement de déchets nucléaires de la planète. Même nos amis russes, pourtant excellents et précurseurs en la matière ne sont pas prêts.
Enfin « retraitement » est un bien grand mot. Tout comme le fait d’oser associer le « nucléaire » à de « l’énergie propre ». Un greenwashing de marketeux devenu insupportable qu’il conviendrait de sanctionner devant les tribunaux pour publicité mensongère.

Oh le beau camion! Oh le beau compteur Geiger qui crépite! Brrrrr!

Areva possède comme clients des industriels de l’électricité comme EDF ou GDF-Suez en France. Ceux-ci ont besoin d’uranium, source d’énergie, se présentant sous forme de barre. Mais ces barres s’usent et leur utilisation engendre des déchets. Pour des raisons de coûts, Areva a mis au point un système de recyclage de ces barres, permettant de les renvoyer ensuite chez leurs clients, les transformant en nouveau combustible pour les centrales nucléaires. Mais il reste encore une perte, les déchets ultimes, non recyclables, radioactifs pour des milliers d’années, conservés dans des cylindres de verre inerte.
Ne pouvant rien en faire, légalement, le pays producteur doit les récupérer. Charge à lui d’en faire ce qu’il veut, la technologie humaine étant ce qu’elle est, la plupart des pays ont choisi de les stocker.
L’Allemagne a fait le choix d’un stockage en plein air, dans une forêt sous haute surveillance.

Toujours est-il que Greenpeace, comme tous les anti-nucléaires, se passionne pour ce transport routier le plus radioactif de l’histoire. Joli symbole, l’idéal pour une campagne de sensibilisation du public aux dangers du nucléaire. Mais actuellement, sauf un acte de terrorisme, sauf accident de la route avec explosion du véhicule, il n’y a pas de risque pour l’environnement concernant ces déchets.
En revanche le centre de La Hague en présente un, un risque massif, démesuré, immédiat, pour l’environnement, les eaux, les animaux et nous, les êtres humains, si stupides à scier la branche sur laquelle nous sommes assis.
En voilà, un vrai symbole, le centre de La Hague, le plus beau de tous, car il constitue l’engrenage maudit de cette industrie de la honte, oui, de la honte.
Surtout qu’il y a de quoi en faire un scandale bien plus grand que ce camion…

Lors de l’émission diffusée sur Arté, présentée par le transfuge PPDA, la journaliste à l’origine du reportage avait rendu publique les travaux de Greenpeace. On y apprenait que:
1/ EDF, via Areva, renvoyait en Russie ses déchets pour y être stockés pour plusieurs années, allant à l’encontre des lois russes comme de la législation européenne sur les déchets industriels. Après un battage médiatique sans précédent, grâce à la plus célèbre organisation écolo de la planète, EDF a dû se résoudre à arrêter ce transfert, Areva parlant de « fin de contrat »
2/ Le Centre de la Hague n’est pas propre: non seulement il rejète en toute légalité 400 mètres cube de déchets visqueux radioactifs via un tuyau plongeant dans la Manche mais en plus il dégage des gaz radioactifs, notamment du krypton 85 dispersé sur tout le Cotentin, la France puis l’Europe entière. avec les vents… le tout dans l’indifférence générale sans aucune étude d’impact!

La question est donc:
Pourquoi, par le biais d’une campagne de communication dont elle a le secret, Greenpeace ne demande pas l’arrêt des rejets radioactifs, sous toutes les formes possibles et inimaginables, par le centre de La Hague?

Par extension:
Pourquoi Europe Ecologie-Les Verts via Cécile Duflot, ne crient-ils pas au scandale?

Pourquoi Corinne Lepage toujours si prompte à se faire remarquer et donner de la voix pour exister politiquement, n’écrit-elle pas à Nicolas Sarkozy pour arrêter ces rejets qui polluent la France et l’Europe entière?

400 mètres cube de déchets visqueux radioactifs sur nos côtes françaises tous les jours!
Du gaz radioactif répandu dans la nature, tous les jours…
Voilà le vrai scandale. Et Greenpeace, le sait, l’a prouvé, mais Greenpeace ne fait rien.

Plus d’infos:
Areva, Andra, EDF: Le Cauchemar du Nucléaire… et de la Honte!
Pièce à conviction: le Scandale de la France Contaminée
Chut ! Areva cesse d’exporter ses déchets radioactifs en Russie

Publicités

4 réflexions sur “Nucléaire: A quoi joue Greenpeace?

  1. bonjour,

    La France a beaucoup investie dans les centrales qui représentent une grande partie de la consommation électrique dans le pays, et cela tout en sachant pertinemment que les déchets radio-actifs ne peuvent être détruits pour le moment.

    Il me parait difficilement concevable de changer de méthode de production électrique qui pourtant est la seule solution afin d’éviter toute contamination de l’environnement.

    Pour Greenpeace, certainement qu’une intervention à la Hague ne serait pas assez médiatisée, parce que malgré leurs bonnes intentions que je soutiens de toute façon, ils aiment bien passer à la TV :)

    Cdl

    J'aime

    1. @La blogatière
      Justement c’est maintenant qu’il faut faire la révolution énergétique dans 5-10 ou 20 ans!
      Les allemands avaient eu le courage de la faire, avant que Merkel capitule devant les lobbies.

      Cdt,
      Cpolitic

      J'aime

  2. C4est effectivement le moment. Avant il y avait l’argument du faible cout du nucléaire. EDF et l’état faisait tout pour afficher un MWH nucléaire pas cher : Il paralati du coût théorique de ~32 € le MWH.

    Plusieurs études internationales avaient montré qu’on est au dessus de 40€ depuis longtemps (inefficacité de gestion, très faible productivité des agents sur le terrain, prise en compte de la déconstruction, faible disponibilité,…).

    C’était impossible à prouver, mais le débat sur la loi NOME a obligé Proglio à le dire officiellement : en dessous de ~42 € ce n’est pas rentable.
    Or à ce prix là le gaz est + rentable. (cf. Rapport champsaur préparant la loi NOME. A l’époque il paralit encore de 32€ pour le nucléaire HAHAHA). Y compris : la compensation Carbone qui est totalement artificelle, la sous évaluation du coût des capitaux à bloquer pour le nucléaire (3% !!)

    Malheureusement personne à l’assemblée ou dans les média ne fait le lien. D’un côté les études pour favoriser le nucléaire dans mix énergitique à long terme continuent de parler de 32€, voir de moins de 30 pour l’EPR, de l’autre quand il s’agit de vendre l’éléc nucléaire aux concurrents au prix de revient on dit 45… Car il faut étendre la durée de vie.
    Et bah, ne prolongez pas la durée de vie si ce n’est pas rentable. Déconstruisez et remplacez par du Gaz, voir des EPR si ils sont tellement moins cher et mieux sécurisés.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s