Bisphénol, Nucléaire, OGM, CO2: Parodie de Grenelle à la Borloo

Avant de s’offusquer, de s’étonner, de constater l’ampleur du magnifique rien ou du pas grand chose accompli par l’infâme Jean-Louis Borloo, attachons-nous à rappeler son parcours professionnel.
Wikipédia nous précise ainsi l’étendu du savoir-faire du Columbo gouvernemental:
– licencié en droit, philosophie, en histoire et sciences économiques en1972
– MBA d’HEC en 1976
– Début 1980: avocat d’affaires, un des mieux payés au monde (sic!) dont un de ses plus célèbres clients n’est autre qu’un certain Bernard Tapie
– Présidence de l’USVA (Union sportive Valenciennes-Anzin) jusqu’en 1991
– Restaure l’économie de 3 arrondissements du Nord de Valenciennes, de Douai et d’Avesnes en obtenant d’importants financements de l’Union Européenne au titre de l’Objectif 1 de la politique régionale communautaire
– co-Fondateur de Génération Écologie (1990) avec Brice Lalonde, Haroun Tazieff, Noël Mamère
– Maire de Valenciennes de 1989 à 2002
– Dès 1992, il mène une liste indépendante et arrive à s’octroyer 10 sièges sur 72 disponibles pour la gestion de la région Nord Pas de Calais
– Avril 1993, devient député de la 21e circonscription du Nord
– 1997, renouvelé dans son mandat de député mais apparenté au groupe UDF et sous étiquette Force démocrate (FD)
– Directeur de la campagne de François Bayrou pour l’élection présidentielle de 2002 (sic!)
– Décembre 2005, avec André Rossinot, co-président du Parti radical, parti autrefois associé à l’UDF, et depuis 2002 à l’UMP.
– Flop des maisons Borloo annoncées en grandes pompes 3 ans plus tôt, des maisons à 100 000 euros
– Un mois avant l’élection présidentielle de 2007, il annonce soutenir Nicolas Sarkozy
– Actuellement président du Parti radical et vice-président de l’UMP, et depuis le 23 juin 2009 ministre d’État, ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer, en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat

Voilà un homme passionné de Mao Zedong, bouffant à tous les râteliers, à l’empreinte politique très sociale, plutôt orienté à gauche, à la fibre écolo même, qui finalement rallie un néoconservateur déjanté. Un parcours hétéroclite pour un homme qui ne l’est pas moins, par sa dégaine, ses réussites et l’étendue politique de ses alliés.

à boire borloo l'alcoolo

Mais au final, quel est le bilan du prétendant au poste de premier ministre, lui qui « s’y voit déjà » présentant un « Grenelle de la fiscalité », tel un cheveux sur la soupe?
Ce n’est finalement pas un hasard si Jean-Louis Borloo, a d’abord été ministre de l’Économie, des Finances et de l’Emploi de 18 mai 2007 – 19 juin 2007 avant de remplacer Alain Juppé englué dans les scandales, au poste de ministre d’État, ministre de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement durables.
Borloo a fait ce qu’il a pu, ce que les lobbies ont bien voulu lui laisser faire. A voir si l’intéressé avait vraiment le cœur à l’ouvrage…
Le Monde titrait hier « Il y a eu un essoufflement du Grenelle de l’environnement » Soyons sérieux, seulement il y avait eu ne serait-ce qu’un souffle, un vrai…

Nucléaire
Inutile d’analyser le dossier en détail, juste de savoir si Borloo a tenu sa promesse faite à Elise Lucet lors de l’émission Pièce à conviction: le Scandale de la France Contaminée consacrée aux stérils radioactifs enfouis sous les routes, les trottoirs, et même les maisons de France et de Navarre. Évidemment, non. Rien n’a été fait: aucun grillage, aucun panneau. Aucun contrôle du ministère. Aucune mesure du groupe Areva ayant repris les activités de la COGEMA.
Après le scandale soulevé par Greenpeace, l’export de déchets industriels radioactifs, en contradiction avec la loi russe, comme la législation européenne, Borloo et ses équipes se sont contentés d’une enquête via le Haut comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire (HCTISN).
Il aura fallu une énième action de l’association écolo pour que Borloo pour qu’étrangement Areva laisse fuiter une « fin de contrat »
Mais peut être qu’en temps que futur premier ministre, Jean-Louis le faux écolo aura enfin son mot à dire, la tradition française voulant que le dossier nucléaire se traite en haut lieu, certainement pas dans les mains du ministre de l’écologie. Rêvons…

Bisphénol A
Dans la plus pure volonté des lobbies, Jean-Louis Borloo ainsi que sa collègue la truculente Roselyne Bachelot ont gentiment fermé les yeux.
L’Agence européenne (corrompue) pour la sécurité des aliments (AESA) a affirmé le 30 septembre 2010 que ce produit ne présentait pas de risque pour la santé dans des doses inférieures 0,05 mg/kg de poids corporel.
En France, seule l’utilisation dans la fabrication des biberons a été interdite, Chantal Jouanno, seule contre tous, contrairement à l’avis européen, maintenant l’interdiction.
Mais hormis les biberons: rien, nada, le néant le plus total. Alors que deux études, l’une américaine l’autre française prouvent le fait que le Bisphénol A peut pénétrer dans le sang par simple contact, et qu’à certaines doses, il entraîne des troubles de la stérilité, en diminuant la qualité du sperme.
Et de découvrir la présence de cette saloperie chimique dans des concentrations 10 fois supérieures à ce que nous trouvons dans l’alimentaire (emballage plastique, intérieur des boites de conserve…) dans les facturettes de caisses et distributeurs automatique de billets.
Mais on voit mal Mr Borloo proposer une loi visant à interdire à brèves échéances l’utilisation de ce composé pour ce genre d’utilisation. Combien de millions d’euros gaspiller pour protéger la fertilité du bon peuple? Que dirait les banques et la Grande Distribution? Quant à Mme Bachelot…

OGM
Après le Grenelle de l’environnement difficile de montrer un attachement aux OGM. Officiellement c’est une opposition via une réglementation et une remise à plat de celle-ci. Officieusement de part les influences néfastes d’une Europe lobotomisée par les lobbies (notamment Monsanto), le combat pro/anti OGM ne fait que commencer.
Toujours est-il que le 12 février 2009, l’Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) a rendu un énième avis positif sur le Mon810, le maïs transgénique de Monsanto.
En Europe, du maïs et du soja OGM sont massivement importés alors qu’ils contiennent des gènes de résistance à un herbicide.
Certes Jean-Louis Borloo a été l’un des ardents défenseur du moratoire sur les OGM. Malheureusement, tout vice-président de l’UMP qui l’est, son parti a soutenu la réélection d’un certain José Manuel Barroso président de la Commission Européenne. Ce dernier étant un pilier des pro-OGM avec la récente décision d’importation d’une pomme de terre transgénique, prénommé joliment l’Amflora, ainsi que de nouvelles variétés de maïs.
A lire un récapitulatif complet des décisions politiques prises sur le dossier OGM

Taxe Carbone
C’était l’une des clés de voûte du Pacte Ecologique, pourtant signée par le candidat Sarkozy, n’a pas été tenu. Evidemment, les National Sarkozistes argueront de la Crise rendant impossible une telle application.
Pas sûr que Mère Nature puisse comprendre une telle excuse. « La maison brûle » disait Chirac devant l’ONU. « Laissons brûler » répondent ses successeurs, « elle nous coûte trop cher »!

Autoroutes
Le National Sarkozism étant financé par le lobby du béton – Bouygues et sa filiale Colas – difficile d’aller contre ces intérêts. Alors les illusions ont été créées et les failles utilisées. Ainsi de nombreux projets ont vu leurs demandes publiées avant la date fatidique de fin 2009, date où des critères écolo-responsables seraient rentrés en jeu.
En outre, dès qu’il s’agit de désengorger un territoire, le béton peut couler. Tous les abus sont permis… Ce qui a transformé Borloo en véritable ministre des autoroutes.

Aides Fiscales
Il n’y a qu’à savoir lire pour comprendre que le temps du Grenelle est bien lointain, et que toutes ses bonnes intentions n’étaient que du vent dans les éoliennes de la com’, à l’image de la conférence de Copenhague.
Niches fiscales : le Ministère de l’Ecologie rabote les aides vertes. Borloo y « proposait de réduire, d’au moins de moitié, la réduction d’impôt de 50 % offerte aux particuliers qui installent des panneaux photovoltaïques sur leur propre maison »

Jean-Louis Borloo, défenseur d’hommes d’affaires véreux tel Bernard Tapie, a été un médiocre Ministre du Développement Durable, mais il aurait pu faire un excellent Ministre de l’Economie et des Magouilles.
Dommage que comme beaucoup de zouaves à la ferveur écolo (Yann Arthus Bertrand, Nicolas Hulot…), il ait vu l’écologie comme une nouvelle source de revenus comme de réussites électorales.
Il y a des évidences qui ne trompent pas: les Paris-Bruxelles en avion, plutôt qu’en TGV Thalys, de celui qui se voulait l’ardent défenseur de la Nature, resteront dans les mémoires.

En premier ministre, le faux écolo alcoolo promet déjà!
borloo l'alcoolo sarkozy avion france

Articles Connexes:
Pièce à conviction: le Scandale de la France Contaminée
Barroso promoteur de la patate OGM, créée par l’inventeur du Zyklon-B
Areva, Andra, EDF: Le Cauchemar du Nucléaire… et de la Honte!
Chut ! Areva cesse d’exporter ses déchets radioactifs en Russie

Publicités

Une réflexion sur “Bisphénol, Nucléaire, OGM, CO2: Parodie de Grenelle à la Borloo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s