Sénat: Les superprivilégiés de la République

Il n’y a rien de plus insupportable que les injustices, les inégalités, les avantages à certaines communautés de privilégiés en temps normal. Il est d’autant plus inacceptable et inaccepté lors qu’une telle crise économique accable le pays.
Ajoutez y le côté « donneurs de leçons » et « planqués » pour que les privilèges de nos parlementaires deviennent inadmissibles de nos jours. Finissons le tableau par le côté « inefficace » voire « inutile » pour demander l’arrêt complet de cette gabegie.

Pas de démagogie, pas de populisme, ni antiparlementarisme d’aucune sorte. Juste une analyse des faits, rien que des faits, analyse réalisée par l’expert en à la matière, par Yvan Stefanovitch et son homologue Robert Colonna d’Istria. Jugez en plutôt:
– 1260 fonctionnaires au Sénat
– salaires de 2 000 euros à 20 000 euros, le maximum étant pour le poste secrétaire général, véritable « nounou » des sénateurs équivalents des questeurs de l’Assemblée Nationale
– 32 heures par semaine! Que les Sénateurs soient de gauche comme de droite, là bizarrement personne n’est contre le fait de faire moins que les symboliques 35h!
– 4 mois de vacances pour bien se reposer de leurs intenses travaux
– Prime de nuit systématique pour les jardiniers, et femmes de chambre
– 11 540 euros net d’indemnités par sénateur dont seulement 50% fiscalisable!
– billets ratp, air france, sncf… gratuits!
– des prêts immobiliers à des taux préférentiels défiant toute concurrence.
– Comble de la honte: une prime de 1000 euros par mois d’informatique! Soit un ordinateur neuf haut de gamme en 2010 par mois

Les superprivilégiés de la République

Contrairement à l’Assemblée Nationale, la plupart des Français ne connait pas son sénateur. Et pour cause:
– 90 sur 343 sénateurs sont assidus, 120 seraient plutôt présents à temps partiel
– Même si un sénateur est absent 3/4 fois: aucune application de la loi quant aux pénalités financières. Une forme de délinquance donc et évidemment d’impunité.
Le meilleur exemple: Jean-Noël Guérini (PS), opposé à la grève à Marseille, mais qui se permet de faire grève – car aux abonnés absent au Sénat. Étrangement question indemnité aucune grève.

Encore plus fou:
– Aucun droit de regard de la cour des comptes sur ceux du Sénat:
300 millions d’euros sont donc gérés de manière totalement libre sans aucun contrôle!
11,4 millions d’euros (en 2007) rien que pour l’entretien du Jardin du Luxembourg!
Exemple de Mr Delanoe, maire de Paris, se croyant de gauche, qui refuse pompeusement le cumul de mandat en acceptant de prendre sa retraite de sénateur. Mais cela cache autre chose: il aura droit à 1869 euros de retraite par mois, avec seulement 6 ans de cotisation. Socialiste vous avez dit?
– La moitié des sénatrices/sénateurs sont fonctionnaires: ils peuvent donc cumuler leur retraite de fonctionnaire.

Pour l’anecdote, les auteurs mentionnent même que le meilleur plan est d’épouser un sénateur en fin de vie. En effet, de toute la sphère publique, c’est le plus fort taux de réversion: 66%!
Ainsi une assistante, ayant épousé un vieux sénateur, a pu lors de son décès récupérer: 6000 euros / mois de la retraite de son mari + les 11643 d’indemnités parlementaires par mois, soit plus près de 18 000 euros mensuels!

Rien n’a changé (ou si peu) depuis le départ de Poncelet!
poncelet
Sénat : la retraite dorée de Christian Poncelet

De manière plus connue, le Sénat est réputé pour être le lieu de planque des candidats célèbres des partis politiques ayant perdu la face durant les dernières élections. Citons par exemple Robert Hue ou Dominique Voynet, Charles Pasqua ou Jean-Pierre Chévènement.
D’où une impunité de réforme, puisque tous les partis profitent d’un système géré en interne, par les sénateurs eux-mêmes. Aussi ubuesque que si un salarié pouvait décider de son propre salaire, de ses primes et de sa retraite.
En outre, en matière de vote des lois, c’est l’Assemblée Nationale qui a de toute manière le dernier mot. Alors à quoi bon, garder une deuxième source de frais?
Finissons par préciser que depuis De Gaulle, le Sénat censé représenter les collectivités locales, de Métropole et d’Outre-Mer, ainsi que nos expatriés, ce Sénat a toujours été de « droite », malgré les vagues roses.
Un Sénat, artificiel, déconnecté du peuple bien loin de la représentativité démocratique légitime à son maintien et son fonctionnement.

Proposition Concrète
Évidemment nous serions tentés de demander déjà, une diminution des indemnités, l’impossibilité de cumuler les différentes retraites, des primes « informatiques » inacceptables et LE contrôle obligatoire et légitime de la Cour des Comptes, faisons fi d’éventuels conflits entre pouvoirs.
Mais finalement, dans les contraintes budgétaires, dans un souci de rentabilité, d’efficacité par rapport au travail fourni: comment ne pas demander la pure et simple suppression du Sénat?
La situation en France comme dans le Monde est devenue trop grave pour accepter de telles injustices!

Si vous en doutiez encore après cet article, lisez le dernier livre de Yvan Stefanovitch…

Merci ErvéDo pour l’enregistrement de RMC sur lequel est basé cet article.

Publicités

14 réflexions sur “Sénat: Les superprivilégiés de la République

  1. Bonjour !
    Jean-Pierre Brard, député du groupe GDR de Seine Saint Denis, fait une tirade magistrale sur les retraites et sur les fortunes Française. Une sortie en bon et due forme qui mérite réflexion.

    Voir ici :

    Bon dimanche !

    Evré

    J'aime

  2. Bonjour,

    même si tous les avantages cités dans l’article apparaissent insupportables, il est tout de même important de signaler que les sénateurs sont autonomes financièrement. Critiquer leur privilèges reviendraient en fait à faire le lit de la capitalisation car on pourrait vous rétorquer: « Pourquoi ne voulez-vous pas de fonds de gestion pour toutes les prestations sociales, puisque celles du Sénat vous semble trop élevées ? »
    Sans compter que le Sénat a montré dans le passé une capacité certaine à rééquilibrer le pouvoir (cf. contre De Gaulle).
    Que le Sénat soit de droite n’est pas une fatalité, le Sénat a déjà été de gauche dans le passé !! Les clefs de l’alternance au Sénat sont juste plus complexe et nécessite un autre investissement politique géré dans la durée, plus loin de la politique médiatique à outrance. Maintenant que la droite s’est engagée pleinement dans cette voie, on peut constater dans les exécutifs locaux un certain rééquilibrage. En effet, nombre de villes de province, petites ou grandes, sont gérées par des hommes de gauche, préparant l’alternance future au Sénat.
    Le Sénat est ainsi une institution démocratique qui fait fi de l’air du temps, totalement contra-cyclique, ce qui est tellement rare dans notre paysage politique où en gros on vote pour un camps, il nous ment, nous déçoit, alors on vote pour l’autre camps, sans pour autant obtenir une adhésion programmatique, comme cela peut exister dans d’autres pays.

    Notre démocratie est malade, je suis d’accord avec vous, mais ce n’est clairement pas le Sénat son principal cancer. Loin de là …

    Les principales réformes à exiger/demander sont toutes celles qui concernent la transparence. Exhiber les salaires trop élevés de la République, sans forcément pointer du doigt leur bénéficiaire, montrer les avantages des uns et des autres (conservateurs des hypothèques, directeur du trésor, entreprise semi-privée sous contrôle de l’état, mission de conseil, budget marketing des ministères, collaborateurs, etc…) aura un impact plus fort que la simple suppression d’une institution qui a déjà prouvé son intérêt dans le passé. Réaffirmer son rôle, à savoir la défense des collectivités locales et des territoires, ce qu’a bien trop tendance à faire l’Assemblée Nationale – cf QAG ou autres interventions à l’assemblée purement électoralistes…-, serait d’après moi bien plus efficace.

    J'aime

    1. @Fabrice_BM
      « le Sénat a déjà été de gauche dans le passé » Oui avant De Gaulle (sic!). Comment légitimer une assemblée non représentative des choix locaux de son peuple?

      « la défense des collectivités locales et des territoires, » Impossible puisque la tendance politique du moment n’est pas représentée!
      Son rôle est donc

      « les sénateurs sont autonomes financièrement… » Surtout quand ils cumulent des mandats ou des professions, autonomes avec un tel pactole par mois, pour les résultats que nous avons, cela laisse rêveur.
      Simple: soit une profonde Rupture, soit une dissolution pure et simple de cette parodie de démocratie, dont use et abuse les partis politiques.

      Merci pour votre commentaire pertinent et sérieux, mais malheureusement il ne fait que rabacher le discours classique pour défendre un Sénat archaïque et inefficace en face du vrai cancer: le National Sarkozism

      Cdt,
      Cpolitic

      J'aime

  3. Le Sénat doit être supprimé : au début de la Première République, il n’y avait que l’Assemblée Nationale.

    Ce n’est qu’en 1795 que les Thermidoriens ont créé une seconde assemblée.

    De même, pendant la Deuxième République, il n’y avait que l’Assemblée Nationale.

    Supprimons le Sénat.

    J'aime

  4. @cpolitic

    Merci tout d’abord d’accorder du sérieux à ma réponse. Construire un tel argumentaire prend du temps, et cela fait plaisir que cela soit reconnu.

    Pour revenir sur les contre-arguments. Vous dites: le sénat est archaïque: le problème est que son évolution est lente ! C’est maintenant lors des prochaines sénatoriales que vont se matérialiser les fruits des alternances locales qui se sont opérées d’abord en 2004 puis ensuite en 2008. Pour autant, méfiance, il y aura sous peu les cantonales, et rien ne dit que celles-ci seront un raz-de-marée socialiste, communiste ou autre. Nous verrons bien. Quoiqu’il arrive, le Sénat est à contre-temps. Et c’est justement son rôle. C’est uniquement en 2011 que nous allons voir les effets du vote de 2004 dans les régions socialistes et de 2008 dans les conseils municipaux socialistes. Est-ce un mal ? Je ne le pense pas.
    Est-ce qu’il est grave que le Sénat face une place plus importante aux territoires qu’aux électeurs ? Je ne suis pas non plus certain. Est-il normal d’opposer les territoires ruraux, certes faiblement peuplés, mais tout autant stratégiques que certains territoires urbains ! La question serait alors : « Pourquoi la gauche française déserte ces territoires, si tel est le cas ? » Et même là je ne suis pas sûr. Regardez l’action de S. Royal: tantôt décriée, tantôt encensée, il semblerait qu’elle trouve de plus en plus un écho favorable du côté des agriculteurs de sa région, ce qui à n’en pas douter formera des sénateurs de gauche le moment venu.

    A mon humble avis, le principal problème des démocraties modernes est de faire rêver les électeurs sur le court terme, alors que seules les choses futiles et inutiles se réalisent rapidement. Des réformes structurelles de la société (attention, pas réforme au sens « Sarkozy », c’est à dire « Régression sociale », ne me faîtes pas dire ce que je n’ai pas dit :-) ) nécessite du temps, de la négociation, et bien sûr du consensus. Nos démocraties modernes, à l’image de la société, sont malades de l’immédiateté, de l’absence de réflexion profonde et bien sûr de recherche de consensus larges.

    Revenons maintenant au débat – légitime ! – qui animait votre message. Vous signaliez – à juste titre ! – que les rémunérations et avantages tant des élus que des fonctionnaires de cette assemblée étaient très gracieusement rétribué. Vous avez de mon point de vue tout à fait raison. Seulement rappelez aussi que le Sénat est auto-géré, qu’il n’émarge pas au budget de l’Etat pour pouvoir asseoir son indépendance (Merci Gaston Monnerville !). Ainsi, la seule manière pour obtenir une forme de modération de toute cette administration est l’exigence de transparence totale, qui entraînera mécaniquement la régulation, comme par exemple l’Assemblée Nationale s’est sentie obligée de prendre acte de l’excellent travail de l’association Regards Citoyens, qui dénonce, entre autre mais pas seulement, l’absentéisme parlementaire. Sinon, vous contreviendriez à la séparation des pouvoirs, ce qui est justement le principal problème de la présidence Sarkozy, à savoir, penser qu’au fond, seule une bonne dictature – avec un chef visionnaire entendons-nous :-) – est efficace, pour gouverner un pays fusse-t-il une démocratie.

    Ce dont nous avons besoin dans notre régime est de plus de représentation parlementaire, avec une majorité plus représentative du vote du peuple. N’oublions pas que la majorité actuel représente 15% des votants: triste résultat, j’en conviens. Pour cela il faut plus de fédéralisme, plus de vote à la proportionnelle (pour éviter l’effet du « premier emporte tout »), et bien sûr sortir de la guerre permanente qui consiste à opposer toutes les populations.

    Pour ce qui est de la modernité: l’âge au sénat a fortement diminué, et il est plus féminisé que l’AN:
    http://www.senat.fr/senateurs/elections/2008/senatoriales2008/d/liste_composition_par_age_elu.pdf
    Dois-je aussi ajouter que c’est la seule de nos assemblées à avoir élu un représentant noir à sa tête (Monnerville), et ce dès 59 !! Quand on voit les problèmes actuels de racisme de notre société, cela fait beaucoup réfléchir.

    Je pense qu’il ne faut pas enterrer le Sénat trop vite, même si lui donner un joli coup de balai lui ferait du bien. Notez que le renouvellement de la chambre par 6 ans au lieu de 9 ans va contribuer à accélérer les alternances, ce qui semble être votre voeu le plus cher.

    J'aime

    1. @Fabrice_BM
      Je vous avoue que cela me change de trolls FN incapables de pisser 1 ligne sans faute d’orthographe.

      « archaïque: le problème est que son évolution est lente » limite paradoxal… Il faut un Sénat en phase avec le peuple et ses aspirations, comme ses changements d’humeur politique. La réduction du mandat à 6 ans fera certainement la différence. Et 6 ans de « retard » suffisent amplement pour avoir le recul permettant de ne pas tomber dans le piège des « modes ».

      « opposer les territoires ruraux, certes faiblement peuplés, mais tout autant stratégiques que certains territoires urbains »: quel intérêt d’avantager telle ou telle population, de toute manière, si cela ne reflète plus à l’instant t, mais plutôt à l’instant t-9 ans et bientôt à t-6ans, les souhaits politiques des gens, qu’ils soient ruraux ou urbains?
      Pourquoi ne pas intégrer cela dans le mode de scrutin à l’Assemblée Natinonale?

      « Nos démocraties modernes, à l’image de la société, sont malades de l’immédiateté, de l’absence de réflexion profonde et bien sûr de recherche de consensus larges. » Difficile de ne pas être d’accord. En revanche, malade de nos administrations, il ne faudrait pas que cela devienne justement une excuse, pour attendre, attendre… Malheureusement c’est souvent le cas.

      « l’exigence de transparence totale »: Nul ne peut être contre, mais étant donné qu’actuellement, la Cour des Comptes n’a même pas le droit d’aller fouiner, alors qu’en plus elle n’a aucune autorité, sinon d’alerter, n’est ce pas là de l’utopie?

      Concernant la « séparation des pouvoirs », effectivement… d’où la suppression pure et simple.

      « notre régime est de plus de représentation parlementaire, avec une majorité plus représentative du vote du peuple. » Pourquoi une seule Assemblée, ne pourrait elle pas faire cela? Pourquoi ne pas réformer l’Assemblée Nationale et fusionner alors les avantages des deux assemblées, en réformant en profondeur le mode de scrutin afin que les urbains, les ruraux, les DOM TOM, les jeunes, les vieux, les riches et les pauvres, soient représentés équitablement?
      Pourquoi deux assemblées comme actuellement?

      Pour Monnerville, tant mieux. Mais cela remonte à 59… et depuis nous avons eu quoi? Rien n’a changé ou si peu. Cela n’empêche des dérapages verbaux à la TV, des horreurs prononcées par des députés UMP… Un joli symbole, un coup d’épée dans l’eau, malheureusement.

      Prouvant que le débat est possible, je vous propose alors la fusion des deux assemblées en une. A voir ensuite pour les modalités permettant cette fusion.
      Car n’oublions pas les deux mamelles de l’objectif: améliorer la représentativité démocratique mais aussi le coût de celle-ci.
      Sûr que les deux sont compatibles.

      Cdt,
      Cpolitic

      J'aime

  5. Jean-Luc Mélenchon accuse la police de se déguiser en casseur et de jeter des pierres.

    Jean-Luc Mélenchon était invité dans l’émission « Dimanche Soir Politique » sur I>Télé ce dimanche.

    Il est ensuite revenu sur les manifestations lycéennes où de nombreux incidents ont été à déplorer.

    Le leader du Parti de gauche y a nettement accusé certains policiers de se déguiser en casseurs et de jeter des pierres, avant de remettre le brassard de policier.

    Et pour Jean-Luc Mélenchon, pas de doute, ces policiers n’auraient pu agir sans ordre du ministère de l’Intérieur.

    http://www.lepost.fr/article/2010/10/24/2279740_jean-luc-meclechon-accuse-la-police-de-se-deguiser-en-casseur-et-de-jeter-des-pierres.html

    J'aime

  6. C’est vrai qu’aujourd »hui, çà change des trolls du FN qui de temps en temps font un petit tir de guérilla sur le Cpol Blog !!! Mais quand même, si on réfléchit bien à tous les échelons de la politique :
    Commune,
    Intercommunalité,
    Cantons,
    Département,
    Députation,
    Sénatus consulte,
    Région,
    Grande région,
    Europe:
    Cà en fait des politiques à entretenir !!! La République est aussi bonne fille avec tous ses représentants que ceux ci se montrent souvent en déphasage à l’égard du peuple qu’ils sont censés représenter !!! Et puis chacune de ces instances y va de son pré carré, avec ses initiatives économiques (bonjour les doublons !!!), avec chacune ses pauvres à gérer, chacune ses secrétariats et autres emplois réservés et j’en passe et des meilleures dans le style fromage pour les copains !!! Alors, s’il y a des économies à faire dans le train de vie de l’Etat (56% du PIB, c’est quand même le record mondial et pour quelle efficacité !!??), c’est surement là qu’il y en a : au lieu de supprimer des infirmières dans les hopitaux et des flics dans les quartiers, on ferrait mieux de supprimer le concile des vieillards cacochymes qui font la sieste au Palais du Luxembourg après avoir dégusté le homard thermidor à la cantine !!! Il y a aussi tous ces « machins » du style commission d’enquête et autres délégations ou missions spéciales qui ne servent pas à grand chose sinon à engraisser ceux qui les composent.
    Voilà, ça y est, j’ai fait ma poussée d’urticaire anti-parlementariste mais reconnaissez quand même qu’il y a un peu de vrai dans tout ça !!!!!

    J'aime

  7. @Cpolitic
    Si le problème est financier, alors c’est simple, le Sénat ne coûte rien à l’Etat français, puisqu’il est autogéré. :-)
    Fusionner ainsi en une seule chambre parlementaire n’apporterait donc rien sur ce point.

    Je pense que notre démocratie se meurt de croire que seule la dictature – au sens de la réduction du nombre d’instances dirigeantes à son seul représentant légitime – soit efficace. Je pense que l’élection de N. Sarkozy doit beaucoup à cela. Un homme se montrant actif, énergique, plein de volonté et désirant tout changer en faisant table rase du passé. Tout cela a séduit, car cela répondait à une attente. Cette image d’un(e) chef puissant, et prêt à aller au combat est pourtant une illusion et a naturellement amené son lot de désillusion, notamment chez ceux qui ont cru à ce discours volontariste.

    Mais soyons sérieux et adultes, cela ne marche pas. Enfin, pas dans un pays moderne où les citoyens ont un accès à l’information aussi efficace (merci internet, les blogs politiques, etc…), et où le niveau moyen d’éducation ne cesse d’augmenter.

    Je vous rejoins ainsi sur le nécessaire besoin de rationaliser nos instances dirigeantes. Mais je pense qu’il n’est pas forcément nécessaire de réduire la représentation nationale (précision très importante: je ne suis pas un élu :-)). Les points les plus importants à mes yeux sont:
    1) Améliorer la transparence: obligation de forcer nos élus à déclarer toutes leurs actions, et ce, de manière exhaustive.
    2) Simplifier la fiscalité: toute mesure/compétence fiscale doit être accompagné d’un échelon représentatif élu.

    En gros : si un homme politique utilise mes impôts pour des actions que je ne souhaite pas (en ce qui me concerne: armée, dispositifs sécuritaires populistes, marketing, communication, niches fiscales, etc…), et bien je sanctionne et je vote pour quelqu’un qui semble plus en accord avec mes idées.
    Mais diversifier la représentation, dans une démocratie mature, cela me semble essentiel, car cela permet de
    1) garantir le renouvellement des dirigeants politiques,
    2) bien identifier les compétences/les responsabilités politiques.

    En ce qui me concerne, je veux pouvoir modifier la politique de financement des lycées (région), sans pour autant donner un quitus aux aides aux subventions de l’action culturelle (département). Le plus important, à mes yeux, c’est que la compétence soit claire.

    @Loubomyr

    Une des dépenses principales de l’assurance maladie (qui représente près de 22 points de PIB, donc presque la moitié des prélèvements obligatoires) est la santé des personnes âgées, notamment dans les 6 mois précédant leur mort. Pensez-vous pour autant, qu’euthanasier des personnes âgées sans le consentement des familles serait vraiment un progrès social ? En revanche, je vous garantis que l’on retrouverait beaucoup de marges de manoeuvre budgétaires :-)
    Juste une pique au passage…

    J'aime

    1. @Fabrice_BM
      J’avoue être d’accord sur l’essentiel des derniers points abordés: transparence des compétences et des finances.
      En revanche, concernant le Sénat, vous dîtes qu’ « il est autogéré » ce qui ne veut pas dire « autofinancé ». L’argent versé aux sénateurs, ce sont nos impôts.
      L’autogestion est elle en outre si bonne que ça? Cela laisse libre court aux abus en tout genre. Heureusement il y a des excédents mais en cas de déficit?

      Cdt,
      Cpolitic

      J'aime

  8. Bonjour,

    je tiens à passer un « coup de gueule » permettez moi l’expression, car j’ai effectivement écouté RMC concernant ces surprivilégiés au Sénat. C’est tout simplement SCANDALEUX, à l’heure ou l’on nous demande à nous, modestes et pauvres citoyens de se serrer la ceinture, à l’heure ou tout augmente, sauf bien entendu les salaires, ou le déremboursement de certains médicaments et suppressions de postes en milieu hospitalier s’appliquent sans notre consentement, alors que ces chers messieurs au Sénat s’en mettent pleins les poches, je suis révoltée.
    Je suis pessimiste quand à l’avenir de ce pays et me fait du soucis pour nos enfants.
    Le chomage explose et on nous fait « croire » que les chiffres se stabilisent, les jeunes et les sénoiors ne trouvent pas de travail, et voilà qu’on nous augmente de quelques années de plus les départ à la retraite?????
    Je ne comprend pas ce système, suis je trop bête pour le comprendre ou simplement , ais- je une une vision plus simplifié et réelle de notre quotidien???
    Je suis pour une suppression du Sénat, et une transparence totale et absolu des dépenses de l’état, car après tout, c’est grace à « nous », travailleurs Français, que ces politiques mènent grand train , quand d’autres triment et s’usent pour gagner à peine 1100E par mois. Merci de m’avoir lu !
    Une maman en colère.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s