La Recherche Scientifique en Deuil: Georges Charpak est mort

Première question avant la rédaction d’un tel billet: a-t-il sa place sur Cpolitic? Comme trop souvent, la réponse est finalement dans la question. Dernièrement son engagement avait pris un tournant politique, quant à son parcours, il démonte à merveille la politique nauséabonde actuelle… alors oui, cent fois, il fallait lui rendre hommage.

georges charpak

Une telle annonce à de quoi vous plomber votre journée. La mort d’un illustre chercheur de la trempe des vulgarisateurs, comme feu Pierre Gilles de Gennes, fait toujours de la peine. Alors qu’à côté, les mystificateurs et mythomanes de service les frères Bodganoff pavoisent toujours sur les plateaux TV, bouffons déformés par la chirurgie esthétique plus attirés par les projecteurs et l’argent, que par la Science, elle-même. Cela fait mal au cœur.

La vie de Georges Charpak fera une fois de plus mentir un autre bouffon, Eric Besson, et tous les racistes tapis dans l’ombre de bon nombre de partis, et pas seulement à droite ou à son extrême.
Lorsque Georges avait 7 ans, ses parents ont ainsi traversé une partie de l’Europe pour fuir le nazisme, puis sont entrés clandestinement sur le territoire Français. N’ayant croisé aucun Besson, aucun Hortefeux, ils sont restés, se sont intégrés et ont fondé un nouveau foyer, en bons nouveaux français.
En 1941, Charpak donnera même sa vie à son pays d’adoption en entrant dans la Résistance. Il fut arrêté puis déporté à Dachau.
Après la libération des camps et de l’Europe entière du fascisme, Charpak continuera ses études, une voie royale:
– classes préparatoires au Lycée Saint-Louis à Paris
– diplômé de l’Ecole nationale supérieure des mines de Paris
– 1947: élève de Frédéric Joliot-Curie au Collège de France.
– 1948: nommé chercheur au CNRS dans le laboratoire de physique nucléaire du Collège de France, dirigé par Frédéric Joliot-Curie
– 1955: diplômé d’un doctorat ès sciences
– 1959: Maître de recherche au CNRS
– de 1963 à 1989: physicien permanent au CERN à Genève
C’est là-bas, qu’il fera la mise au point de la chambre proportionnelle multifilaire un détecteur de particules ionisées. Derrière cette appellation pompeuse et bien floue pour les profanes que nous sommes, il faut simplement y voir les prémices d’extraordinaires applications dans le domaine de l’imagerie médicale, ayant trait aux rayons X.
Une découverte qui lui vaudra le prix Nobel de Physique en 1992.

Profitons-en pour rappeler que la découverte scientifique, ce n’est pas un seul homme, un savant fou caché dans un coin de labo avec des fioles et des diodes. Non de telles innovations sont le fruit d’un travail de longue haleine réalisé par des équipes entières, composées de femmes et d’hommes, du chercheur renommé et reconnu par ses pairs, jusqu’au plus méconnu des techniciens de laboratoires.

Nul doute que si un Eric Besson ou un Brice Hortefeux avait expulsé manu-militari la famille de Charpak en 1931, 60 ans après, non seulement, la France n’aurait pas eu l’honneur d’avoir un prix Nobel de Physique mais aussi et surtout les conséquences positives de ses travaux et leurs applications n’auraient jamais existé.
La vie de Charpak cristallise ainsi tous les arguments nécessaires pour ridiculiser la xénophobie, même celle d’un Etat devenu fou.

Paradoxe
Autre facette politique, son engagement pour le nucléaire…et son récent désengagement pour ITER.
Aussi troublant que cela puisse paraître, l’homme était un passionné de Science et fort logiquement, il trouvait dans le nucléaire, le début de la clé pour résoudre le problème énergétique mondial.
Regrettons simplement que comme trop souvent chez les scientifiques, sa naïveté n’avait d’égale que la cupidité des dirigeants de la COGEMA puis d’Areva. A moins que Charpak puisse penser que même avec le nucléaire, « on ne fait d’omelettes sans casser des oeufs »: d’un côté le rendement de l’atome sans concurrent technologique, de l’autre le problème de la pollution lors de l’extraction du minerai comme lors de son retraitement (400mcube de boues radioactives déversées chaque jour par Le Centre de la Hague dans la Manche!) , du stockage des déchets et de la prolifération nucléaire.

Toujours est-il que cette naïveté fut dissoute lorsque enfin il découvrit le pot aux roses du nouveau programme ITER. Et oui, le Politique et la Finance avaient mis leurs mains bien sales.
« Le coût prévisionnel de construction d’Iter venant de passer de 5 à 15 milliards d’euros, il est question d’en faire subir les conséquences aux budgets de financement de la recherche scientifique européenne. C’est exactement la catastrophe que nous redoutions »
Jean-Pierre Petit, ancien chercheur du CNRS réagissait d’ailleurs dans une lettre ouverte à cette réaction (en chaîne?) quasi-inespérée de Charpak: « J’ai lu dans la presse vos prises de positions contre le projet ITER.. Dans trente années, quand l’échec du projet sera devenu patent, il sera facile à ces gens de partir à la retraite en disant « nous sommes désolés, nous nous sommes trompés », en confiant ce bébé, devenu un monstre non viable, au terme d’une pénible et coûteuse gestation, aux générations suivantes. « 

Il n’y a plus qu’à espérer, sans tomber dans la paranoïa la plus ridicule, que la mort de ce génie soit totalement naturelle. Car la France a vu nombre de ses personnalités influentes mourir pour bien moins que 15 milliards d’euros…

Toutes nos pensées vont à ses proches comme à ses collègues et ses anciens étudiants.

La France perd un Grand Homme…le petit, ignare et arrogant, lui reste malheureusement bien vivant.

Articles connexes: Science sans Conscience en Sarkozia
ITER, le projet de fusion nucléaire, explose ses coûts
Areva, Andra, EDF: Le Cauchemar du Nucléaire… et de la Honte!
Pièces A Conviction, Uranium : le scandale de la France contaminée

Source Biographie Charpak: Wikipédia
Source image: http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:CHARPAK_Georges

Publicités

7 réflexions sur “La Recherche Scientifique en Deuil: Georges Charpak est mort

  1. A lire ce billet qui mixte humour, humeur, tendresse et respect (pour le prix Nobel) je me suis mis à réver à une émission spéciale et en direct de « là bas si j’y suis » car sur ces connivences de communication et de qualités humaines, la synergie entre notre C’Pol et Daniel Mermet ferait des étincelles !!!!!
    Sinon que faites vous samedi? pour savoir où aller à la manif le plus proche de chez vous consultez la liste complète sur http://news.suite101.fr/article.cfm/retraites–ville-par-ville-les-manifestations-du-2-octobre-a18662 – Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas – Il faut que le tintamare soit extraordinaire, non seulement audible mais qu’il redonne l’ouie aux sourds qui font semblant de nous gouverner !!!!!

    J'aime

  2. @ Loubomyr

    Bonjour !

    Je vous rejoins sur la qualité du billet de CPolitic et sur le fait que Daniel Mermet ferait des étincelles à ce sujet. Je pense qu’il ne manquera pas de nous pondre une émission digne de ce grand homme.

    A bientôt !

    J'aime

    1. @ErvéDo @Loubomyr
      Merci à vous deux ;-) J’ai plus qu’à découvrir qui est Mr Mermet ;-)

      J'aime

  3. Pour connaitre Daniel Mermet, deux moyens :
    1/ Consulter wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Daniel_Mermet .
    2/ L’écouter du lundi au vendredi de 15H00 à 16H00 sur France Inter.
    Et là je peux dire en conclusion « A bon entendeur salut! » Et pas comme certains lorsqu’ils donnent des leçons mais plutôt parce qu’il y a il beaucoup de bon à entendre sur cette émission. Bonne marche pour cet après midi !!!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s