Manifestations du 7 Septembre: Pourquoi les Néocons devraient battre en Retraites

S’il y a bien un sujet épineux, plus encore que l’Education Nationale, c’est le sujet des Retraites. Beaucoup de ministres (Fillon) comme de premiers ministres (Juppé) s’y sont aventurés à leur dépend. « Aventurés » un terme parfaitement exact tant leurs véritables desseins semblaient pavés de mauvaises intentions et tant les conséquences fut désastreuses pour leur carrière.
Leur objectif inavoué et inavouable, derrière les artifices verbaux, étant bien évidemment de liquider le système de sa substance en le poussant de plus en plus dans l’ornière des déficits.
« Vous voyez bien cela ne marche pas, cela ne peut pas marcher, il faut donc changer le système » semblent-ils nous dire…ou l’art de jeter le bébé avec l’eau du bain.

Au lieu de parler immédiatement des manifestations, – les plus pressé(e)s iront en fin d’article avec les photos prises – mieux vaut parler du fond via l’instructif et passionnant débat hier soir sur France 5 dans C dans l’Air. Etant réunis autour d’Yves Calvi, Michel Godet Economiste et professeur au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), Elie Cohen Economiste et directeur de recherches CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences-Po,
Jean-Christophe Le Duigou Membre de la Confédération Générale du Travail (CGT) et rédacteur du COR et Mr Chérèque Secrétaire général de la Confédération Française Démocratique du Travail (CFDT).
Un débat tellement en profondeur, un comble pour une vulgaire émission de TV, que ce dernier, surnommé Shrek, s’est même étonné que le gouvernement n’ait pas dialogué sur tous les points analysés sur le plateau. Aussi incroyable que cela puisse paraître Woerth et ses sbires n’auraient donc même pas pris cette peine!

Quels étaient ces points?
Ils partent sur des consensus entre syndicalistes comme économistes: le déficit actuel des retraites prend sa source pour 1/3 dans la démographie et pour 2/3 dans les conséquences de la crise. Et Elie Cohen de préciser ces pertes par:
– la démographie qui a été identique voire plutôt mieux que prévue initialement lors des derniers débats sur les retraites en 2003.
Et oui, la France peut s’enorgueillir d’un renouvèlement des générations quasiment atteint grâce à un taux de fécondité élevé, légèrement supérieur à 2 enfants par femme.
La base même nécessaire du système à répartition des retraites: ainsi si ce taux avait été aussi faible que dans les autres pays européens (Italie, Espagne ou Allemagne), nul doute que le courage, le vrai pas celui fanfaronné par Jef Copé, aurait été de dire: « on repart du page blanche », mais nous n’en sommes pas là.
– l’économie, l’ancien responsable en charge des retraites, un certain François Fillon pensait en 2003 que la situation économique allait s’améliorer.
7 ans plus tard, celui qui s’est donc mis bien profondément le doigt dans l’oeil serait alors devenu par on-ne-sait quel miracle, le mieux placé avec sa bande de néocons pour décider quasiment seuls de l’avenir des retraites. Oh évidemment, ils feront semblant ces jours-ci de quelques amendements sociaux sur la pénibilité, mais rien de décisifs.
– l’économie toujours, la prévision du déficit établie pour 2020 s’est donc avancée à… 2010, cette année!
Du fait de ces erreurs magistrales, de nos politiques entourés « d’experts » forcément indépendants, nous avons anticiper la crise de 2020 dès aujourd’hui. D’où le pseudo-courage nécessaire pour tenter de corriger les bourdes du passé et pour faire n’importe quoi, n’importe comment, du moment que cela arrange les amis du pouvoir politique en place. Entre temps, de 2003 à 2010, les 28 caisses de retraites ont donc engrangé moins de cotisations, mais en fournissant un même niveau de prestations, soit tous dans les cas, un niveau bien trop élevé pour les recettes collectées.
– le trou: 30 milliards de déficit. Un somme coquette qui ne fait plus peur depuis la crise. Alors Elie Cohen nous force le trait en brandissant une hausse de 60% de l’impôt sur le revenu. Histoire de ne pas être taxé de démago, il expose alors une proposition du PS – la taxation des stocks options et des bonus – 2 milliards 700 000 euros qui seraient théoriquement possible collecter …avant de la discréditer (croit-il) en précisant que cette taxe tuerait sa poule aux œufs d’or l’année suivante.
Comme le rappelait à mots couverts, le représentant CGT sur le plateau: qui se plaindrait de la mort des bonus et des stocks options? A part les patrons voyous? Personne, sauf certains économistes visiblement.
Et l’économiste le plus crédible du plateau de conclure ses précisions par: « il faut trouver des gisements fiscaux, il n’y en pas! » sous-entendu, « le gouvernement a raison, augmentons la durée des cotisations et basta! » On ne peut que regretter de tels experts, dûment bardés de diplômes avec la réputation qu’on leur connaît, pratiquant la mauvaise foi sans vergogne, en oubliant les dérives de la Grande Finance comme les paradis fiscaux. Aussi compétents qu’ils soient, ils n’en restent pas humains, influençables et influencés.

Des idées alors!
Pourquoi ne pas parler de 80 milliards d’euros de particuliers ou des 538 milliards d’euros des entreprises bien françaises le tout planqué dans des paradis fiscaux?
Pourquoi ne pas appliquer la taxe Tobin, défendu même par Nicolas Sarkozy dans son magnifique numéro d’acteur à l’OIT de Genève?
Pourquoi ne pas taxer les robots d’usine comme les êtres humains à la CSG?
Là seulement on pourrait parler de courage politique!

Plutôt qu’une bataille de chiffres, il faut garder à l’esprit 2 principes:
– nous pouvons conserver le principe par répartition en raison d’une forte natalité, natalité qu’il faut préserver à tout prix
– ce système ne peut s’auto-suffire, il faut donc le compléter par des prélèvements fiscaux
Et pour le dernier point, il ne faut pas hésiter à prélever là où se trouve l’argent. Quoi de mieux ainsi que les responsables de la crise, les responsables des 2/3 du problème: les banques et assurances?
Ce n’est donc pas fiscalité ou solidarité mais bien fiscalité ET solidarité, la fiscalité pour compenser la crise mondiale et pour compléter ce que le principe par répartition ne peut éponger et notamment les 20 milliards d’euros d’avantages en tout genre, non générés par le travail (les aides pour les familles, les chômeurs…)

Côté popularité de la manifestation, même topo. Plutôt qu’une bataille de chiffres, là encore, à savoir 1 millions de manifestants d’après la police, 2,5 d’après les syndicats, une définition basée sur du bon sens. Une manifestation est un succès quand elle réunit sous les mêmes bannières, les pompiers, la police (syndicat Alliance), les professionnels des milieux hospitaliers, les profs, les étudiants et lycéens, les salariés du privé, les fonctionnaires… et nous en oublions!
Et ce fut le cas:

22 v’la les flics! Merci à eux d’être venus
même la police dans le cortège - manif 7 septembre syndicat alliance

Au feu les pompiers, la retraite elle brûle!
même les pompiers dans le cortège - manif 7 septembre

Tout le reste n’est que bavardage voire mensonges pour tenter d’étouffer et de crédibiliser la journée d’hier qui fut un formidable succès. Pas besoin d’être de gauche pour en être convaincu. Comme par hasard, et comme précisé dès hier dans cet article en plus des autres mesures destinées à lâcher du lest, Nicolas Sarkozy fera des annonces au conseil des ministres ce mercredi. A voir…

De la crédibilité
Réformer les retraites, oui évidemment. Mais réformons les retraites autrement par les solutions proposées par nos néocons en puissance qui s’appuient uniquement sur les plus fragiles d’entre nous, et notamment les femmes Ce n’est pas pour rien que les féministes étaient à la manif.
Preuve d’un débat tronqué, le temps consacré: à titre de comparaison, en 2003, le temps de débat parlementaire avait été 3 fois plus long!
Qui aura le culot de nous expliquer qu’avec 3 fois moins de temps, le gouvernement Fillon, dont le chefaillon a déjà été responsable de conséquences gravissimes sur nos retraites, peut faire mieux qu’en 2003? Qui?
Preuve de participants aux intentions bien éloignées de celle du peuple avec ces deux exemples concrets.
Auchan innove en testant en ce moment, des caddies avec la localisation GPS du magasin. Oui, vous l’avez compris, plutôt que d’embaucher, Auchan préfère s’équiper de ces gadgets bling-bling pour orienter le client à travers les rayons: gain de temps par course 20 minutes.
Auchan préfère donc du chômage et une absence de rentrée d’argent dans les caisses de retraites afin d’accroître ses bénéfices. Pour info, en 2009, Auchan c’est 661 millions d’euros de bénéfice sur un chiffe d’affaires de 39,7 milliards d’euros.
Autre exemple avec Ryanair, avionneur low-cost et low-ethic, qui lui ose le tout pour le tout:  » il y a un pilote de trop dans l’avion » En plus de faire des chômeurs, et enfoncer le déficit des retraites, chez Ryanair, on préfère mettre en péril la vie des passagers. Merci beaucoup.
A quoi bon écouter le MEDEF et ses lobbyistes de l’UMP? Mieux vaut écouter les représentants des PME, car le MEDEF n’est pas le patronat, ce sont les PME qui emploient le plus de salariés en France, ne l’oublions pas!
Preuve d’un pouvoir politique corrompu ou aveugle: en plus de l’incompétence mentionné, l’aveuglement du gouvernement actuel ne fait aucun doute. Ainsi on apprend que Sarkozy exempt Canal+ à la hausse de la TVA. Dans le même temps, on apprend que le cinéma français peut compter sur les investissements de Canal+.
Besoin de faire un dessin? Ce n’est pas l’Etat qui décide en France des réformes, ce sont les grandes entreprises privés. Il en va de même dans les retraites. Quand un pantin de l’UMP parle, c’est un PDG de multinationale qui manipule les ficelles via ses lobbyistes. Ni plus ni moins.
Preuve de la mauvaise foi des banques: suite à la crise, il y a eu les fameux stress tests et maintenant la réforme Bâle 3 visant à accroître les fonds propres. L’objectif est de 10%, pour 100 euros prêtés, la banque possède réellement 10 euros. On ne pourrait que s’en féliciter si nous n’apprenions pas, dans le même temps, que Lehman Brothers avant de faire faillite, avait jusqu’à 12% de fonds propres! (dixit Radio UMP)

Si tout bloque…
Finalement, qui doit décider? Le medef? Non. L’UMP? Non. Le PS? Non. Le peuple!
Si malgré les explications présentées ici, vous n’êtes pas convaincus, si les experts ne peuvent se mettre d’accord, les politiciens n’ont plus alors la seule décision valable dans une démocratie reste la voix du peuple. Encore faut il que les questions du futur et nécessaire référendum d’initiative populaire puisse être posées et non biaisées.
Car pour l’heure malgré sa promesse, malgré la modification de la constitution, Nicolas Sarkozy a sciemment rendu impossible la faisabilité d’un tel referendum.

Mais question promesses, la risée politique d’Europe connaît bien, le bougre: la preuve Quand Sarkozy et Fillon ne voulaient pas toucher à l’âge de la retraite (Contrairement à ce que prétend BFM)

Maintenant il n’y a plus qu’à attendre ce que voudront bien faire notre gouvernement de fantoches et les parlementaires godillots.

Post Scriptum: petite mention spéciale à Yves Calvi avec cette phrase concernant le bouclier fiscal: « on ne rembourse aucun déficitavec ça ».
Mr Calvi n’est donc pas à 10 ou 15 milliards près, c’est rassurant.

Et maintenant extraits de l’album photo
Petite manif’?
manif 7 septembre

manif 7 septembre

Seulement pour les retraites? Non contre tout le système corrompu!
manif 7 septembre woerth bettencourt

manif 7 septembre woerth bettencourt

manif 7 septembre woerth bettencourt

Et évidemment du « people »
manif 7 septembre aubry
Question où étaient les autres « peoples », les Duflot, les Joly, les Mélenchon, les Besancenot? Planqués ou simplement déjà passés en tête de cortège? Les commentaires sont là aussi pour ça.

Amitiés à Claire et Ervé, compagnons de cortège…

Publicités

Une réflexion sur “Manifestations du 7 Septembre: Pourquoi les Néocons devraient battre en Retraites

  1. @cpol : il n’y a pasque les néocons, mais également les néo-sourds, les néo-libéraux endoctrinés, et les néo rien du tout qui n’ont rien inventé d’autre que l’autocratie, modèle rétrograde et dépassé… L’histoire le démontrera… déja, un peu partout, des résistances s’organsient face à un pouvoir qui n’entends plus que lui-même.

    J'aime

  2. En complément, je vous invite à podcaster l’émission « Là bas si j’y suis » de ce jour pendant laquelle Daniel Mermet s’entretient avec Gérard Filoche (inspecteur du travail) lors de la manif d’hier à Paris => http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/labassijysuis/ . Vous y trouverez tous les arguments comme quoi il est possible de trouver d’autres sources de financement, non seulement pour les retraites mais aussi pour les salaires. Puis réécoutez plusieurs fois, prenez des notes, reliez ces notes à d’autres sources (comme « Alternatives Economiques » ou les publications de Dorion) et à partir de là, composez votre argumentaire, blindez-vous et allez porter partout la bonne parole sans hésiter même à débattre de façon contradictoire avec des sarkolâtres et autres néocons du même accabit. C’est un moyen de continuer l’action car une journée de grève ne suffira pas – Il faut également porter cette parole auprès des syndicats car ceux ci sont prèts à s’allonger pour quelques miettes sur la pénibilité !!! La pénibilité, c’est déjà das les cartons de Sarko , Woerth et autres soi disant spécialistes du social avec un seul but : nous faire oublier le fin fond de l’affaire, à savoir nous faire payer , à nous les petits, à nous les sans grade, les gabegies de tous les gouvernements successifs, depuis Beregovoy.

    J'aime

  3. Woerth maintenu envers et contre tous !

    Que peut-on reprocher à l’un des dix doigts du Roi de France ?
    -D’avoir menti à une presse qui lui a porté atteinte en diffusant ses empreintes ?
    -D’avoir remis au goût du jour la notion de privilèges qui existe depuis toujours ?
    -D’avoir servi indirectement son pays, en favorisant directement son parti ?
    -D’avoir misé sur les plus grosses fortunes pour permettre à son Roi de décrocher la lune ?
    -D’avoir un peu souillé l’éthique du grand public pour confirmer la primauté du politique ?
    Mais le majeur n’a rien fait d’autre qu’obéir à la volonté générale, incarnée par son Roi et exercée par les neuf autres doigts.
    On ne peut pas le couper sans couper la main, le bras et la tête de celui qui l’a maintenu rien que pour nous montrer ce que c’est qu’un doigt d’honneur.

    http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20de%20Woerth

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s