Et de voir que KohLanta c'est politique!

Koh Lanta constitue l’exception qui confirme la règle dans les émissions de télé-réalité. D’où une audience record pour ce divertissement à caractère familial.
Et même si le doute subsiste quant à la manipulation des événements – montage, scénario, conflits orchestrés de toute pièce par la production – chaque saison nous apporte via des personnalités attachantes, son lot de conclusions sociologiques intéressantes, conclusions à retrouver alors dans notre société et dans la vie politicienne.

Cette mouture, sous-titrée « Le choc des héros », opposait une sélection d’anciens participants (vainqueurs ou non) et une équipe de sportifs (retraités ou encore en activité).
Dès le début, sachant qu’ils ne pouvaient s’imposer sur le domaine de la force pure (allez vous frotter à un Djamel Bourras, un Franck Leboeuf ou une Myriam Lamare), les anciens participants (les jaunes) ont su se distinguer par leur vision du jeu basée sur leur expérience. Ils jouaient la solidarité, le côté aventure. Les sportifs, (les rouges) misaient avant tout sur les défis sportifs.
Au final, en caricaturant, le téléspectateur a pu ainsi voir le résultat entre la Tête et les Jambes. Et sans surprise, c’est la tête qui a gagné tant à la régulière qu’à plat de coutures: les champions n’ayant remporté qu’une majorité de jeux de confort avant la traditionnelle réunification, les anciens participants, les fameuses et redoutés épreuves d’immunités.

Et de retrouver alors les facilités de la politique pour discréditer la victoire de l’autre des équipes.
La plus frappante, c’est la « Méritocratie ». Thème noble qui ne peut trouver légitimement aucun adversaire, thème que l’on retrouve à droite comme à gauche, du fait de son principe de Justice et d’équité, et populariser dernièrement par le fameux « Travaillez plus pour gagner plus ».
Celui ou celle qui en fait le plus sur le camp, celui ou celle qui gagne comme dans les épreuves, remporte la cagnotte. Logique imparable, vantée par la championne du monde de boxe Myriam Lamare.
Lors des discussions entre compétiteurs, évidemment aucun contre-argument ne peut invalider cette thèse. Personne ne peut lutter sur un tel terrain.
Sauf que, à l’instar de la Politique, celle par qui la « Méritocratie » arrive, est justement la source de l’anti-méritocratie, aidée il est vrai, par le reste de la bande de gentils sportifs.

Ainsi suite à l’échec du Taig Kris dans une épreuve déterminante, juste avant la réunion des ambassadeurs en vue de la réunification, c’est l’ami de Taig, le patineur multi-médaillé Gwendal Peizerat qui s’est vu éjecté par l’ensemble du groupe.
Raison invoquée: « trop fort », « il était moins bon à la pêche », « il fallait en choisir un »… Même lors du direct à Paris, la rancœur et la déchirure provoquées au sein du groupe étaient encore palpable, malgré plusieurs mois après le tournage!
Curieusement ainsi, la règle imposée par la championne de boxe pour sauver sa tête après la réunification avec les jaunes, ne s’est pas appliquée dans son propre camp.
Pas de morale, pas d’équité, pas de méritocratie, encore moins de franchise mais justement tout le contraire pour désigner le pauvre Gwendal totalement estomaqué par une telle trahison lui, l’équivalent du constructeur à la Freddy (le Mac Gyver des jaunes) chez les sportifs. Bien loin des valeurs du Sport!

Un « faites ce que je dis mais ce que je fais » que l’on retrouve avec une étonnante facilité dans les partis politiques.
Au hasard, le FN avec ses mains propres, alors que ses anciens élus les plus célèbres ne les ont pas.
Le PS, Martine Aubry qui crie à l’honnêteté et qui a remportée son poste de secrétaire nationale sur des magouilles électorales, traditionnelles au PS.
L’UMP avec son unique candidat en 2006 Nicolas Sarkozy, un parti éminemment démocratique, pour le côté populaire, comme pour les promesses, il faudra penser à enlèver le P à UMP.
Europe Ecologie, avec une Cécile Duflot qui part en vacances aux Maldives, bourde de son compagnon, une destination pas très écolo dans la lignée des escapades en hélico d’un certain… Nicolas Hulot.
Le Modem, avec le Bayrou qui nous critique le gourou Sarkozy et ses abus de pouvoir, et qui en fait de même en imposant sa vision dans son propre parti, le menant à la ruine…
Le Parti de Gauche avec son Mélenchon s’emportant contre un pauvre petit étudiant en journalisme ne peut alors donner de leçons à l’ignoble Sarkozy sur le respect vis à vis des journalistes.

Charmante cette méritocratie sélective… Mais la discrimination (réelle ou non là encore suivant le montage de la production) entre sportifs de haut niveau et simple particulier, le français lambda, de la commerçante au chef d’entreprise en passant par la mère de famille à l’étudiant, a elle aussi marquée les esprits. Une discrimination que l’on peut qualifier de manière organisationnelle, par la production du jeu, et aussi, malgré la réunification, dans le mental des joueurs.
Là encore, Myriam Lamare s’est distinguée en essayant d’expliquer que les sportifs devaient se réserver sur le camp tout en prétendant que les tâches domestiques pour y vivre étaient semblables énergétiquement parlant.
Et oui, quand on juge que le pauvre pékin moyen, qui ne connait rien au sport de haut niveau, à la nutrition, au métabolisme du corps humain, tous les arguments foireux pour ne pas aller chercher du bois, partir pêcher mais laisser les autres le faire, tous les arguments sont bons.
Là encore, comme en politique, on reconnaît la sombre technique du « plus c’est gros, plus ça passe » pouvant justifier l’injustifiable, l’injustice des actes et des faits, comme la ségrégation de certaines personnes, et du discrédit de la source suivant ses compétences ou son profil socio-professionnel.
D’autant plus choquant, qu’à l’écran (suivant le montage réalisé), on ne voit aucun des autres athlètes professionnels s’opposer à une telle thèse. Personne.
Et d’y voir un rapprochement évident avec les leaders politiques, quel que soit leur bord, où une fois le guide désigné, tout le monde le suit tels des moutons…même si l’intéressé ose proférer les plus incroyables des idées, « il défend le groupe, il a raison, personne ne le contredit ». Bayrou, Sarkozy, Jean-Marie…

L’histoire d’un groupe d’étudiants prêts à tout pour leur équipe « La vague ».
Nos jaunes et nos rouges de Koh Lanta?

la vague

Finalement cette nouvelle édition a été instructive sur le plan humain, permettant aussi via une belle sélection de candidats, jaunes ou rouges, de se divertir agréablement avec de magnifiques décors encore sauvages.
Toujours un peu de mal à voir des occidentaux profiter de la chaire d’espèces protégées, mais on ne se refait pas!

Publicités

Une réflexion sur “Et de voir que KohLanta c'est politique!

  1. Rien à ajouter, juste quelques remarques, si les uns ou les autres avaient fait des camps de scouts, nul doute qu’ils auraient su allumer un feu, construire une cabane et s’abriter de la pluie, maintenant se mesurer dans l’endurance en restant 3 heures sur un bâton planté dans la mer, ou manger des insectes grouillants, juste pour le folklore et quelques autres souffrances pour démontrer que l’on est prêt à tout pour gagner, on rejoint les politiques qui eux se nourrissent de caviar, dorment dans des suites grandioses pour lesquelles ils ne regardent pas aux prix, mais il n’empêche qu’ils sont prêts à tout pour gagner, sauf que le tout est très enviable et n’a rien à voir avec Ko Lanta. Mais c’est en effet, une des rares émissions actuelles qui a réussi à s’imposer face aux retransmissions des matchs de foot, rugby et tennis et bientôt le vélo, alors vive Ko Lanta !…

    Bon dimanche
    très amicalement
    genevieve

    J'aime

  2. Cet épisode est certainement le plus logique et le plus en accord avec la recherche d’aventuriers capables de survivre et en plus de faire preuve d’honneteté et de fair play .Alors que dans les series precedentes la magouille et la mauvaise foi etait le lot normal .
    Par contre on se pose la question que faisait dans cet épisode Mohamed qui avait été lamentable et mauvais perdant dans l’épisode ou il avait deja été nul ,et en plus qu’avons nous à faire de ces déclarations religieuses et inutiles dans la finale .Et sans interet .

    J'aime

  3. Je n’ai pas regardé ces émissions, mais si j’ai bien compris, l’équipe qui a gagné est celle qui a joué le plus collectif et le plus intelligent alors que les autres se défonçaient pour rien. Si c’est bien cela, alors c’est formidable ! c’est la négation (faite par la télé Bouygues en plus) du fameux « Travailler plus pour gagner plus » L’équipe gagnante a donc démontré qu’il faut « Travailler mieux pour gagner ensemble » – Ah si seulement on pouvait trouver quelque chose dans le même style pour éliminer du jeu de la vie quotidienne tous les profiteurs et spéculateurs qui nous ……..

    J'aime

    1. @Loubomer,
      Tout à fait. Cela prend ainsi le contrepied de la force brute et du rendement à tout prix…mais cela nous n’avions pas besoin de Koh Lanta pour le savoir ;-)

      J'aime

  4. Cette édition a été beaucoup respectable que les années précédentes. Les candidats ont suivis leurs engagements vis-à-vis du groupe c’est ce qui a permis d’éliminer les sportifs.
    Globalement les candidats qui étaient d’anciens vainqueurs ou figures des éditions précédentes étainet plus intelligents que la moyenne et on appris de leur première expérience.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s