Taxe Carbone Carbonisée et Ouverture aux Gaullistes: La Descente du Sarkozisme

Chantal Jouanno « désespérée de ce recul, désespérée que l’écolo-scepticisme l’emporte ». « Je ne suis pas en phase avec cette décision. C’était possible de la faire en France avant de le faire en Europe ».
Laurence Parisot « soulagée, notamment pour toute l’industrie qui n’aurait pas supporté ce nouveau handicap de compétitivité ».
Michel Rocard « on parlera de crime contre l’humanité », « l’argument qui dit qu’il faut attendre un accord à l’échelle de l’Europe est criminel, compte tenu de l’urgence » […] « cette renonciation est une lâcheté extrêmement dangereuse ».
Et patatra. N’écoutant que les lobbies, le petit Nicolas a littéralement « fait dans son falzar« , après les régionales en enterrant provisoirement (ou pas) la taxe carbone.

gerbe funéraire grenelle et taxe carbone

Car comme à chaque fois, avec le National Sarkozisme, chaque loi part toujours d’un bon sentiment, d’une bonne idée. Ensuite par un savant jeu de dupes et de magouilles que seuls nos législateurs maitrisent, la loi est amendée, décortiquée et contorsionnée pour rentrer dans le moule des partisans et soutiens du pouvoir en place.
Concernant la Taxe Carbone, le principe était louable. Taxer les produits et industries entraînant une pollution importante. Qui peut être contre?
Mais la théorie a laissé sa place à la pratique: les lobbies se sont immiscés dans le jeu législatif et ont gentiment fait amender tous les paragraphes qui les concernaient. Ne restaient qu’une imposition…sur les particuliers, impossible en pleine crise!
De manière logique, histoire de faire passer la pilule, et pour ne pas perdre la face, le gouvernement s’est vu obligé de baisser la taxe initialement prévue à plus de 30 euros, tout en prévoyant un chèque de compensation. Totalement indigeste.
Résultat: Une taxe carbone…carbonisée par ses propres créateurs, retoquée par le conseil constitutionnel en raison des trop nombreuses exceptions octroyées aux industries les plus polluantes (merci Bolloré, GDF Suez, Areva, EDF, Bouygues, Total…) ridiculisant du même coup le principe de la fiscalité écologique pour longtemps en France.
Objectif, inavoué et inavouable, atteint!

Finalement, le PS et une bonne part de l’UMP demeuraient résolument « contre » avec pour motifs, la protection des ménages pour les uns,la compétitivité des entreprises pour les autres. Officieusement, les deux étant sensibles aux mêmes lobbies industrialo-pollueurs, mais chut!
Europe Ecologie, bien naïve, s’était prononcé « pour » le principe de taxe écolo tout en regrettant une taxe inutile avec une somme amoindrie.
Une belle chienlit en somme à laquelle il a bien fallut mettre un terme dès hier. Un acte bien éloigné des propos du croque mort Fillon: « Il ne faut pas arrêter les réformes, car les Français ne nous le demandent pas ».

Côté PME et agriculteurs, les réactions ont été « sans surprise »: Jean-Michel Lemétayer, président de la FNSEA, principal syndicat agricole. « On n’a jamais été opposé à une fiscalité verte dès lors qu’elle serait européenne. (…) Si un jour il y a la même taxe carbone pour tous les Européens, on en prendra acte « .
Pour Nicolas Paulissen, délégué général adjoint de la Fédération nationale des transports routiers, la FNTR  » a toujours dit que la taxe carbone n’avait de sens que si elle était européenne « .
Nicolas a voulu comme toujours mettre la charrue avant les boeufs, en tenant des promesses intenables, sans consultation. Les écolos se sont engouffrés bêtement dans le flot de bonnes paroles de joueur de pipeau élyséen. Et la réalité les a rattrapés.

taxe carbone et grenelle enterrée

Propositions concrètes
Évidemment la France ne peut en aucun cas s’autoinfliger cette taxe surtout devant le contexte économique actuel. Pour cette même raison, Il faut créer la vraie Rupture écologique à l’échelle européenne sur ce principe, suivant les pays nordiques précurseurs de 20 ans dans ce domaine. Tous les pays européens devraient naturellement imposer à leurs industries une ligne de conduite avec des objectifs chiffrés tout en instaurant en parallèle un système protectionniste à l’égard des produits manufacturés et sources d’énergie venus de pays n’encourageant pas de telles pratiques.
Le marché européen étant ce qu’il est, près de 500 millions d’habitants, le reste du monde (y compris la Chine bien contente d’importer en masse chez nous) sera bien obligé de s’y plier pour commercer avec nous… dans l’intérêt de la planète.
Au PPE, le parti des néocons et José Manuel Barroso de transformer leurs sempiternelles paroles en acte sans attendre une nouvelle parade du faux rebelle Cohn Bendit, tout en suivant les recommandations des associations de défense de l’environnement comme Greenpeace. Méthode radicale pour changer les mentalités et les pratiques qui n’ont que trop durées.
Comme d’habitude, on serait tenté de dire que la solution est là devant nous: une solution à un problème environnemental, économique et de santé publique allant à l’encontre des intérêts financiers (à court terme) des lobbies des industries nucléaires avec Areva, phytosanitaires Bayer, BASF et Monsanto, automobiles avec Mercedes, VW, PSA, Renaut, Fiat… Lobbies qui ne se laisseront pas faire et contre lesquels il faudra lutter.

Allant dans le même sens que Madame Irma, (qui suit qui?) François Baroin, nouveau secrétaire d’Etat à la Fonction publique, de se prononcer sur cette taxe: « Que la France soit le porte-parole de cette taxe carbone à l’échelle européenne est une bonne mesure. Ca prendra plus de temps, c’est certain, mais ça se fera ».
De quoi alimenter les espoirs, entretenir le rêve, mais le retour des gaullistes dans un gouvernement pourri gâté suffira-t-il à inverser la tendance?

Car plus que les écolos, et le PS, les Sarkoziens n’ont peur que d’une chose: la Rupture en interne. Par un habile tour de force, ils ont réussi à prendre le pouvoir des gaullistes purs et durs et à le conserver. Ne pouvant lutter à armes égales, il suffisait d’attendre de voir le National Sarkozisme au pied du mur des réalités pour contre-attaquer. La véritable branlée aux régionales sonne l’appel à la mobilisation dans les opposants à Nicolas Sarkozy. Preuve en est la création prochaine par Villepin de son propre parti.
En attendant pour calmer les esprits et les dissensions, Nicolas et ses conseillers ont dû mettre de l’eau dans leur vin, mettre des chiraquiens comme François Baroin et même des villepinistes comme Georges Ton pour calmer la grogne en interne, une grogne anormalement visible entre le premier et le second tour malgré les appels au silence de Fillon.

Des faits intéressants politiquement montrant que la corde a été tirée jusqu’à l’extrême (droite?) mais qui n’enrailleront certainement pas la descente prévisible de la plus vaste fumisterie de la Vème République: le National Sarkozisme.

MAJ: A lire sur Lemonde.fr, l’abscès crevé de l’UMP sur…l’UMP
Au menu: « Il y avait plus de CRS que d’habitants dans les rues. » par Michel Lézeau (Loiret)
Les successions d’annonce – « notre peuple a le tournis » par Marc Laffineur (Maine-et-Loire)
« une erreur de casting, un mauvais film, avec un mauvais réalisateur et un piètre producteur » par Jacques Le Guen
« Au lieu d’écouter les Français, le président de la République a entendu l’UMP » par Maurice Leroy.

the descent of national sarkozism

Publicités

Une réflexion sur “Taxe Carbone Carbonisée et Ouverture aux Gaullistes: La Descente du Sarkozisme

  1. Je suivrai l’enterrement de la taxe carbone sans regret, car j’ai bien compris que de toutes façons, nous aurions encore eu à payer pour satisfaire les échologistes, lesquels obéissant aux idées de celui qui est dans l’ombre je veux parler de Nicolas Hulot. Les échologistes pour moi, c’est un beau paravent et une bonne excuse pour un certain nombre dont Cohn Bendit et Cécile Dufflot et cie, pour se lancer dans la politique et je ne suis pas sûre que la planète les intéresse vraiment, quand on voit l’ardeur qu’ils mettent pour se regrouper en vue des élections de 2012. Les pollueurs ils sont partout, et même si on arrivait à être plus blanc que blanc en France, les ailleurs ne le seraient pas (autres pays) et pour l’instant, il y a bien d’autres choses à payer alors que la plupart des bourses sont vides, pour faire plaisir à Mr Borlow et justifier son emploi au Gouvernement. On paye déjà des sommes non négligeables sous prétexte de l’essence à mettre dans les avions, entre autres, le trou de la sécurité sociale aussi, et tout le reste….donc c’est jamais fini….et moi j’en ai marre ! ! !

    Alors même pas une fleur pour cette taxe carbone…
    Amicalement
    genevieve

    J'aime

    1. @Geneviève,
      Effectivement ce rapprochement gauche ou modem demeure contre nature. Surtout avec des gens qui sont aussi mauvais, question collusion avec les lobbies pollueurs que la droite.
      Delà à avoir des doutes sur la sincérité de l’engagement écolo chez EE, il n’y a qu’un pas…plus que légitime

      Comparons cela à Le Pen et son faux racisme, un racisme brutal d’apparat, qui de part son historique, lui a toujours permis d’exister politiquement.
      Sans cela il n’aurait jamais émergé.

      Pour en revenir à la taxe carbone, les suédois ont déjà cette taxe pour leur essence…et le prix est similaire ou presque à notre litre de carburant
      En fait nous l’avons déjà cette taxe, mais l’argent va dans d’autres caisses sous un autre motif.

      Cdt,
      Cpolitic

      J'aime

  2. Genevieve
    Un jour ou l’autre il faudra payer , d’une façon ou d’une autre, pour essayer de rattraper les conneries (les nôtres et celles de nos parents) ; Aujourd’hui, si toute la population mondiale vivait comme un français moyen (et ce n’est pas grand chose) il faudrait plus de trois planètes pour y arriver. Alors c’est sûr, il y aura des sacrifices, des contraintes mais il faudra qu’elles soient équitablement réparties et c’était loin d’être le cas pour la sarkocarbono taxe : une fois de plus c’était le peuple qui allait payer et les gros pollueurs qui allaient en être exemptés !!! c’est parce que cette loi était inéquitable, pour ne pas dire inique, qu’elle méritait d’être carbonisée. Mais elle reviendra sous une autre forme et à ce moment là il faudra être vigilant quand à sa teneur réelle.
    A tous ceux que cette problématique de la protection de l’environnement, avec une économie harmonieuse et dans le respect de l’homme et du social intéresse, je fais une pub gratuite pour le mensuel « Alternatives économiques » : on y voit développées les thèses du vrai développement durable, pas celles des politiciens qui se sont emparés du concept pour en faire un jouet de communication supplémentaire. Si vous ne pouvez vous payer ce journal, volez-le, non mieux, allez le lire en bibliothèque!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s