L'expérience de Milgram ou la Désobeissance Etudiée Scientifiquement

Il y a des expériences scientifiques troublantes de part leur conception mais aussi leurs résultats. Celles de Milgram, du nom psychologue américain Stanley Milgram en font partie.
Ainsi de 1960 et 1963, le scientifique « cherchait à évaluer le degré d’obéissance d’un individu devant une autorité qu’il juge légitime et à analyser le processus de soumission à l’autorité; notamment quand elle induit des actions qui posent des problèmes de conscience au sujet ». (Source Wikipédia)

Le principe était simple:
– un élève ou cobaye chargé d’apprendre et de répondre correctement sous peine de décharge électrique
– l’enseignant qui donne la leçon et corrige l’élève en appuyant sur le bouton de décharge
– l’expérimentateur qui représente typiquement l’autorité par sa posture, sa diction et les avertissements verbaux qu’il donne à l’élève.

Cette expérience a été renouvelée récemment en avril dernier: des candidats ont été invités à participer à un nouveau jeu de questions/réponses, intitulé « Zone Xtrême », afin de participer officiellement à un pilote de jeu TV.
En fait, l’expérience était organisée pour les besoins du documentaire « Jusqu’où va la télé? » afin de déterminer les pouvoirs de la télévision.
L’originalité résidait dans l’ambiance d’un plateau télé mais l’organisation restait conforme aux principes énoncés par Milgram avec:
– le cobaye: le candidat devant répondre au question issu du public
– le questionneur: chargé de posé les questions et d’appuyer sur le bouton après demande de…
– la présentatrice, Tania Young qui organise et contrôle le jeu
Ici, contrairement aux apparences, le véritable cobaye demeure le public, dont on testait la désobéissance ou non à un ordre immoral, à savoir punir un individu par la torture électrique.
Constat fascinant autant que surprenant: dans l’expérience de Milgram, 63% des sujets ont infligé des sévices électriques aux cobayes.
50 ans plus tard, dans le cadre de cette étude sur les pouvoirs et dérives de la TV (notamment la télé réalité) avec en toile de fond, l’enjeu potentiel des gains, le charme de Tania Young, l’ambiance du plateau, les décisions en groupe, ce sont 82% des personnes du public qui ont accepté de faire souffrir le candidat avec des décharges vendues pour du 480V.
Petit détail concernant le « potentiel » enjeu, dans la mesure où le jeu était un pilote, s’il venait à ne jamais être diffusé, comme le veut la règle en matière de télévision, le public savait pertinemment que les gains ne seraient pas versés aux vainqueurs!
Ainsi donc, 8 personnes sur 10 ont accepté sans récompense en retour d’infliger des souffrances à un être humain, ce qui implique que, seulement 2 personnes sur 10 se sont opposés à l’ordre immoral de la présentatrice.

Oublions la télévision vecteur de communication de l’Ordre, comme le sont aussi la famille, l’école, l’entreprise, l’armée, pensons à l’Etat. Ah l’Etat, qui pourrait et qui voudrait s’y opposer?
Et de penser évidemment aux Justes pendant la 2ème guerre mondiale, et à travers eux tous les résistants aux régimes fascistes. (cf l’affiche du film « La Rafle ») A la lumière de ces chiffres issus d’expériences scientifiques, nul étonnement que de constater le faible taux de « rebelles » au système.
Quel que soit le régime politique, la majorité acquiesce, suit l’Ordre établi, tel un mouton de Panurge. Dans les cas pré-cités, cette majorité avait pourtant tort, et son silence, son mutisme la rendait même coupable de complicité d’actes de barbarie.
Problème de taille. Si la majorité semble bien avoir tort dans ces instants cruciaux, pourquoi faire confiance à la majorité pour choisir un leader, un chef, ou un président de la République?

Le concept même de la démocratie se voit alors prendre un sérieux plomb dans l’aile. Une expérience somme toute assez simple, prouve qu’un des fondements du principe le plus respecté et respectable inventé par l’Homme pour vivre en société est tout simplement caduque.
Plus exactement, cette majorité faisant confiance aveuglement à une personne représentant l’autorité suprême, serait potentiellement amenée à accepter n’importe quoi d’elle.
Alors que sans cette autorité, la majorité des citoyens aurait trouvé légitimement abjects les actes perpétrés ou commandés, et aurait manifesté de manières virulentes leur désapprobation.
In fine, la majorité a raison, dans le sens où la démocratie la lui donne, mais cette majorité a aussi tort par son côté faillible à écouter sans discernement. Une puissance à double tranchant.

Est-ce utile de remonter jusqu’en 1940 pour réfléchir à ces concepts et ce problème de fond? Les enjeux électoraux de 2007 et les événements politiques qui se sont écoulés depuis suffisent à comprendre, que le principe démocratique joue en faveur du premier escroc venu.
Quelqu’un qui serait capable de faire proche des gens pour leur donner confiance.
Quelqu’un qui serait capable de les faire rêver à un monde meilleur en distillant un florilège de promesses plus belles les unes que les autres.
Quelqu’un qui une fois élu, pourrait alors faire tout et n’importe quoi: comme maintenir et encourager les pratiques qu’il s’était promis d’interrompre, piétiner les principes sacrés de la séparation des pouvoirs, oublier les valeurs républicaines insufflées dans la devise de son propre pays: « Liberté, Egalité, Fraternité ».

Alors dans la mesure où rien ni personne n’a remplacé la Démocratie par un meilleur système, les forces en présence assez lucides pour voir et comprendre correctement la situation actuelle se doivent de rester mobilisées pour retourner un à un les arguments et préjugés de l’Autorité Suprême.
Aux outils plus anciens, comme la presse, s’est ajouté internet. Pas étonnant que cette Autorité, de France ou d’ailleurs, fasse tout pour brider, filtrer et contrôler sous de faux prétextes, le plus puissant moyen de communication et de désobéissance à l’Ordre, potentiellement immoral.

Blogueur(se)s amateurs(rices), journalistes professionnel(le)s, opposant(e)s de tous horizons professionnels ou politiques, représentent ces 20% de désobéissants, encore capable de dire « NON ».

Plus d’infos sur LesEcrans, psychologie-sociale.com

MAJ 17 mars 2010: Un lien intéressant sur les coulisses de l’émission et le comportement scandaleux, s’il était vérifié, de Monsieur Hondelatte: mettre en parallèle homosexualité et sadisme. Un exemple montrant une fois de plus le pouvoir et l’égocentrisme d’un présentateur TV?

Publicités

Une réflexion sur “L'expérience de Milgram ou la Désobeissance Etudiée Scientifiquement

  1. Sans aller chercher très loin, la première autorité à laquelle on se soumet, c’est le père, même si l’on pense qu’il a tort, plus tard on se soumet à l’autorité de son patron si l’on veut garder son emploi, les femmes se soumettent souvent à l’autorité du mari, même si elles pensent qu’il est nul, alors que dire que la raison du plus fort est toujours la meilleure ?
    bonne soirée
    genevieve

    J'aime

  2. Wahooooooooooooo! Belle démonstration. Merci.

    Ce qui manque à la démocratie, ne seraient-ce des gardes fous pour faire respecter le programme du candidat élu ?

    J'aime

  3. Genevieve à Lutopick,

    Des gardes fous d’accord, parce que des fous il y en a pas mal et ils ne sont pas trop difficiles à repérer, mais encore faudrait-il les payer ? et vous savez-bien qu’il n’y a pas d’argent. et le peu qu’il y a, est employé pour la garde rapprochée des gens qui élaborent les programmes non tenus, mais pas pour les obliger à les tenir…. on tourne en rond.
    Amicalement
    genevieve

    J'aime

    1. Je doute que par « Des gardes fous » Lutopick fasse référence à des êtres humains qui seraient « à payer » comme vous dites.
      Ici, l’utopie personnifiée pense certainement à des textes de lois visant d’une manière ou d’une autre à rendre contractuelles les promesses faites lors d’un scrutin électoral.
      Les professions de foi du candidat élu constituent un excellent point de départ pour le contrat entre les Français et leur préféré.
      Et on ne peut être que « pour » un telle idée. Mais on imagine déjà la levée de boucliers des principaux intéressés, les politiciens, qui iront jusqu’à montrer du doigt le spectre de la démagogie pour éviter de s’y contraindre.

      Cdt,
      Cpolitic

      J'aime

    2. Dans la mesure où tout votre commentaire était centré sur le prix, veuillez excuser pour cette confusion mais elle était facile.
      Concernant le cinéma et le palmarès des César, sauf erreur de ma part, le film « Welcome » a gentiment été boycotté. Pas étonnant, trop politique.
      http://www.lescesarducinema.com/#palmares

      Qu’on ne me fasse pas croire, qu’un seul film puisse réunir miraculeusement: meilleur son, réalisateur, photo, scénario, montage, film, espoir masculin, meilleur décor, second rôle masculin, acteur. D’un point de vue statistique, ce miracle est impossible. Par contre, sans être parano, d’un point de vue magouilles entre gens de la profession…mais cela n’est plus à prouver!

      Pour le côté artistique, le simple fait d’organiser une compétition est en soit ridicule. Comme si on pouvait opposer Chopin à Mozart, Picasso à Rembrandt.

      J'aime

  4. Je vous rassure j’avais très bien compris ce que voulait dire lutopick et qu’il ne s’agissait pas d’êtres humains, mais j’ai détourné la signification de gardes fous simplement pour le plaisir…. mais je ne perds pas de vue le sens de gardes fous comme textes de lois visant à obliger ceux qui les font à les appliquer. Je pensais que vous commenciez à me connaître !…..cher Cpolitic

    Au fait, Prophète a rafflé tous les prix, bravo à Jacques Audiard et à son interprète principal…. mais toujours pas vu Tavernier ni dans la salle, ni ailleurs !….

    Votre sincère
    genevieve

    J'aime

  5. Pour de la magouille, il y en a toujours en ce qui concerne les lauréats et notamment dans le 7ème art, c’est pareil pour les prix litteraires, je suis tout-à-fait d’accord avec vous, je pensais que Le Concert méritait un prix ainsi que Welcome et bien d’autres, pourquoi tout donner au même !… Pour Adjani, elle était remarquable dans le film « la jupe » et je pense qu’elle méritait la récompense qu’elle a eue, bien qu’elle soit considérée comme has been, mais il y en avait aussi d’autres. le prix du meilleur acteur a été donné à l’acteur de Prophète, mais pourquoi, lui en donné encore un autre ?

    Bon là on s’éloigne de vos informations habituelles que j’apprécie, car je ne suis pas la politique très régulièremment, encore que…. mais j’écoute beaucoup les émissions politiques et je viens vous lire sinon, je me laisse aller souvent à mes instincts.
    Bonne soirée
    genevieve

    J'aime

    1. Et bien, tu crois pas si bien dire Lutopick. Les enjeux sont tels que dans notre société, les tentations sont grandes pour parvenir aux fins voulues.
      « Peu importe le moyen… » comme dit l’adage

      Après il y a magouilles et magouilles. Tricher de manière importante sur l’ensemble des scrutins régionaux semblent déjà moins probables mais à l’échelle locale, même dans ce type de scrutin, il y a toujours quelques tripatouillages. Question de proportion.

      Cdt,
      Cpolitic

      J'aime

  6. Milgram sans le savoir a touché à une notion que l’on commence seulement maintenant à comprendre et qui s’appelle la Conscience. Quel est l’être humain sur Terre qui utilise à chaque seconde sa Conscience à part peut être Raël dont les enseignements ne reposent pratiquement que sur cette valeur puisque toutes les autres en découlent (amour, respect, honnêteté, etc…). Evidemment la Conscience étant un luxe, il est bien évident que tout un chacun n’est pas obligée de l’utiliser et tous les pouvoirs depuis l’Antiquité n’ont eu de cesse que de manipuler les peuples par la peur pour que ceux ci l’utilisent le moins possible. La non-soumission à l’autorité est quelque chose de difficile car elle fait appel à de très hautes valeurs comme la responsabilité ou la Liberté d’être soi-même ce qui va toujours à l’encontre des règles établies par la société. Oser se lever pour dire non, c’est vouloir sortir de sa zone de confort, c’est oser prendre le risque d’aller vers l’Inconnu et faire donc le choix délibéré de perdre certains acquis ou biens matériels…ce n’est donc vraiment pas facile. Seules les personnes réellement intégres et en accord avec elles mêmes peuvent faire ça; c’est pour cela que la plupart des personnes qui font avancer l’Humanité passent toujours pour des « folles-dingues » car en total désaccord avec la norme ambiante. Tous les humains ont une Conscience (qui est la seule valeur qui le différencie de l’animal) mais très peu l’utilisent car cela demande un effort de chaque instant pour la maintenir éveillée, cela demande de ramer à contre courant du conformisme ambiant, de s’opposer aux médias et autres pouvoirs (politique, religieux, économique, militaire etc…) qui sont bien là pour l’étouffer au cas où il prendrait le désir chez certains de réveiller cette Conscience assoupie (la Supra Conscience étant la partie du cerveau qui décide d’utiliser ou non cette dernière). Il va falloir qu’une majorité de personnes prennent Conscience qu’elles n’utilisent plus leur Conscience pour qu’émane une société nouvelle basée sur de nouvelles valeurs. Il faudrait alors créer des écoles de la Conscience pour qu’émerge une Conscience collective digne de ce nom…je sais je rêve mais c’est ce type de rêve qui me fait encore tenir debout et à contre courant du « politiquement correct » et autres pensées uniques…

    J'aime

    1. La Conscience vaste programme. Je suis pour ma part, plus réservé quant à la séparation animal-homme à partir de la conscience.
      La difficulté étant de prouver la conscience chez les animaux. A l’instar de l’Homme, elle n’existe peut être pas chez tous les individus et les spécimens testés n’en étaient peut être pas pourvus.
      Mais je puis vous garantir que certains sont certainement mieux équipés que bon nombre représentant de la race humaine que ce soit en terme d’intelligence ou de conscience pure.
      C’est simple pour le savoir il leur faudrait la parole. Malheureusement l’évolution ne l’a pas voulu…

      Pour les écoles de la Conscience, doux rêve effectivement. Quant au nom, il fait plus penser à une secte qu’autre chose…
      Que dites vous de l’Ecole des Jedi ? ;-) Plus sérieusement c’est simplement un problème d’éducation. Malheureusement avec le temps, les seuls les plus à même de le faire, les parents, ont jeté l’éponge et le « jemenfoutisme » est trop souvent de mise.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s