Chirac-Delanöe: Règlement de Compte à la Mairie de Paris

Il y a une publicité sympathique du JDD qui montre exactement le souci des personnes – comme les blogueuses ou blogueurs – s’intéressant à l’actualité.
Cela donne une phrase du genre: « les nationalistes du PKK ont signé le décret pour la vaccination de la grippe A des éléphants africains, un accord salué par les places financière mondiales… »
Une bien belle métaphore humoristique pour illustrer la problématique de suivre les informations du monde et même uniquement de son pays relève depuis quelques années déjà de la simple gageure. Un défi surhumain qui rend impossible le suivi de « tout » et « tout le temps ».
Mais parfois, le hasard intervient et permet au moins de retrouver deux bribes d’informations en concordance: l’une d’elle donnant à rebours un éclairage particulier à la première. Pas de scoop ici, puisque les deux nouvelles sont parues dans les médias, mais le plaisir reste presque équivalent…

Un Bertrand Delanöe implacable
Parodie: Quantum Of Socialist

La preuve par l’exemple
On apprenait ainsi le 19 novembre dernier, en lisant e24.fr que « dans le cadre de l’enquête sur l’octroi de la concession du stade Jean-Bouin à Paris », Bertrand Delanoë et Arnaud Lagardère étaient convoqués par les juges pour éventuellement, ensuite, être mis en examen. Du lourd donc, et des pressions certainement sur les magistrats, puisque convoquer de telles figures, n’est pas sans dommage pour leur carrière dans la magistrature, que le dossier soit béton ou non.
On reproche ainsi aux intéressés un certain favoritisme (car pas d’appel d’offre) dans le renouvellement de la convention du Stade Jean Bouin à la sulfureuse association CASG Jean-Bouin, déjà épinglée par Bakchich.info dans ses articles Hippodrame à Auteuil et PSG : au Parc, on centre…commercial. Et bizarrement on tombe rapidement sur un proche de Nicolas Sarkozy – Delanöe n’étant pas du même bord pourtant mais les affaires sont les affaires… – un dénommé Sébastien Bazin, propriétaire du club de foot parisien, pas uniquement intéressé par le ballon rond et les valeurs du sport.

Jusque-là rien de bien novateur au pays des peoplitiques…
Sauf que le 22 novembre, dans leMonde.fr, curieusement Bertrand Delanöe laisse entendre que la ville de Paris pourrait retirer sa plainte dans le procès Chirac visant les fameux et déjà cultes emplois fictifs de la mairie de Paris. La ville est en effet partie civile depuis 2001 dans cette affaire au préjudice évalué à 3,5 millions d’euros.
Un signe d’autant plus « étrange » que la justification flotte au niveau des paquerettes: « Si c’était effacé, je préférerais pour tout le monde parce que moi je n’en veux pas particulièrement à Jacques Chirac ». Vraiment très mignon de la part de Bertrand confirmant ainsi l’idée que la politique reste un modèle de gentillesses incarnées entre ses fervents pratiquants.

Inutile d’être paranoïaque, mais seulement habitué des magouilles politiques, pour voir dans ses deux annonces, un joli appel du pied de Delanöe pour qu’on « lui lâche la grappe », une sorte de gagnant-gagnant judiciaire droite-gauche. Une curiosité relevée avec talent par leMonde.fr, qui n’oublie pas de mentionner en fin d’article, les ennuis actuels du maire de Paris. Un rappel lourd de sens.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s