Trouble (ou pas) de l'ordre public: De la "tranquilité nationale" à "Paris brûle-t-il?"

S’il y a un bien un « je-ne-sais-quoi » d’original dans ce mandat Sarkozien, c’est bien le thème de la « Sécurité ».
Autant il est largement utilisé pour rameuter l’opinion publique vers ses instincts primaires, typiques de l’électorat d’extrême-droite ne voyant pas plus loin que le bout de son nez, autant quand les responsabilités du ce même gouvernement (ou de ses amis) sont engagées dans des débordements par laxisme, incompétence ou copinage… on change de sujet. Paradoxal et déroutant.

Rappelons-nous ainsi de Poitiers ville saccagée par 200 émeutiers… avec à la clé seulement 18 interpellations.
Question simple: Que faisaient les autorités et notamment les RG? C’est pourtant leur mission de donner des indications aux forces de polices « classiques » pour prévenir de tels débordements, à savoir la transformation d’une simple manif’ en un déferlement d’une horde sauvage. Une situation prévisible dans la mesure où nos jeunes étiquetés « ultra-gauchistes » – mais « anti-néocons libéraux » suffira – avaient dissimulés à l’avance dans une église et dans du mobilier urbain leurs différents matériels: barre de fer, masque, cagoule…
Soit nous sommes typiquement en présence d’une incompétence notoire des différents responsables, pas d’ordre au bon moment (voire le mauvais) ou un problème d’organisation, soit tout cela a été voulu (voire planifié) pour relancer la chasse fictive à l’ultra-gauche et à l’opposition politique. (et noyez le poisson comme d’habitude…)

Hier belote et rebelote. Là encore, tout, absolument tout était prévisible, encore plus qu’à Poitiers.
Dans un premier temps, la manifestation aurait dû être annulée par la préfecture de police pour des motifs simples: la distribution d’argent sur la place publique est interdite et pour la menace d’un trouble de l’ordre public. Certes le premier ne fait encourir au responsable que 150 euros d’amende, mais le second empêche la tenue légale de tout rassemblement que ce soit, y compris 7000 personnes aussi naïves que désespérées financièrement pour croire à une telle mascarade de générosité.
Malgré tout, la Préfecture n’a fait officiellement que signaler aux organisateurs, Stéphane Boukris et son patron Jean-Baptiste Descroix-Vernier, que « la distribution d’argent comme support publicitaire était interdite » et qu’ils devraient assumer « les risques de troubles à l’ordre public »… sans qu’il y ait la moindre conséquence.
Là où le bat blesse, c’est quand cette même préfecture de police (« PP » pour ses intimes) précise qu’elle ne disposait « pas juridiquement » de la faculté d’interdire cette opération marketing.
Des propos totalement mensongés puisque le fait de troubler l’ordre public suffit pour annuler les manifestations habituelles de l’année!

sarko veut le chaos

La preuve avec de nombreux exemples pour lesquels les rassemblements ont été interdits pour… « risque de troubles à l’ordre public »:
– une manifestation anti-sionniste « journée mondiale de Jérusalem » sur le parvis du Trocadéro à Paris, le 26 septembre dernier. Ainsi ce n’est même pas le caractère potentiellement antisémite (et oui, anti-sioniste n’est pas la même chose!) dénoncé par le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) qui a entraîné l’interdiction.
– une manifestation de sans-papiers interdite par Brice Hortefeux, himself!, pour ce rassemblement prévu pour le 9 août.
– une annulation du spectacle de Dieudonné via l’arrêté municipal interdisant la représentation
– le festival Garance Reggae Festival organisé par la coordination lesbienne interdit par la direction du Parc des expositions de la porte de Versailles.

Un contre-exemple, les matches de foot à haut risque tels les PSG/OM, qui devraient être annulés purement et simplement, voire être joués à huis clos, par simple respect des deniers publics, mais qui pourtant sont maintenus, argent roi et business du sport obligent!

Suivant l’adage, « quand on veut, on peut », interdire une manifestation prévue de longue date, assez pour que le bon peuple soit au courant, mais qui menace de troubler l’ordre public, reste donc de l’ordre du possible, et même de l’habituel, que ce soit au niveau ministériel, préfectoral, régional voire privé. Sauf si la volonté n’y est pas!

Et justement dans le cas de samedi dernier, il y a justement un gros doute sur cette volonté à la lumière non seulement des excuses employées mais aussi du pedigree des organisateurs.
Comme le signalait ArretSurImages.net, Stéphane Boukris possédait déjà la casserole du site web infâme moralement Faismesdevoirs.com. Mais le décérébré n’est qu’un maillon de la chaîne, la grosse tête étant Jean-Baptiste Descroix-Vernier, dit JBDV, patron de Rentabiliweb spécialiste de l’argent facile et notamment expert dans l’art abject de revendre les coordonnées personnelles de clientèle. Niveau éthique, difficile de faire mieux.
Or le plus intéressant est l’entourage de ce JBDV, « Bernard Arnault, Jean-Marie Messier (dont JB est le parrain du dernier enfant), mais aussi l’ancien ministre libéral Alain Madelin, ou le producteur de télé-réalité Stéphane Courbit, figurent parmi ses associés, ou ses administrateurs » rajoutons son lien avec « Bernard-Henri Lévy, dont il a conçu le site, et qu’il a amplement aidé dans la dernière campagne victorieuse de ce dernier, contre l’accession à la tête de l’UNESCO de l’ancien ministre de la culture égyptien Farouk Hosni. »

D’où une volonté très timorée (seule Rachida Dati s’y est risquée) de la part du gouvernement ou des diverses autorités comme le préfet de police de Paris d’empêcher et même de blâmer les coupables d’un désordre monstrueux.
Au point que, contrairement aux propos initiaux de Brice Hortefeux qui voulait porter plainte, ce sont aux victimes des dégâts de porter plainte contre les casseurs et éventuellement contre les deux abrutis de Rentabiliweb, et encore sous réserve! Car comme le précise Alliot-Marie, « il sera éventuellement possible de poursuivre la société pour qu’elle rembourse par exemple les véhicules qui ont été détruits si on établit un lien de cause à effet entre l’action qu’elle a engagée et ce qui s’est passé ».
Quant à la responsabilité des haut-fonctionnaires qui ont manqués, par volonté ou par corruption, à leur devoir de protection des administrés et des biens publiques: Rien à signaler.

Ah monde merveilleux où les amis des amis des amis restent protégés même pour leurs pires agissements mettant en péril des vies humaines et des biens publics par pur appât du gain, alors que dans le même temps, des groupes de personnes organisées en associations voient leur droit de manifester et donc leur liberté d’expression bafouée pour des raisons purement politiques sans lien réel avec la vraie raison invoquée pour leur interdiction. Vous avez dit « copinage »?

Une UMP nul en tout mais aussi bonne à rien y compris en matière de « Sécurité »!
A ce propos, si vous avez des informations exclusives concernant l’inculpation de Julien Coupat, l’enquête sur les explosifs retrouvés à Paris au Printemps Boulevard Haussman, voire si vous connaissez la cachette de Treiber planqué dans sa forêt de Bonbon…

Publicités

Une réflexion sur “Trouble (ou pas) de l'ordre public: De la "tranquilité nationale" à "Paris brûle-t-il?"

  1. Quand le trouble public est occasionné par les matchs de foot ou autres et que les dégâts sont imposés aux victimes des dégradations, il semblerait que l’on en parle peu et qu’ils soient jugés moins graves que ceux occasionnés pour une toute autre raison. Alors doit-on considérer qu’au nom du sport, il est normal de venir casser, avec une permissivité sousjacente et une indulgence notoire ?

    Pour les désordres et saccages divers plus importants et quand on sait d’avance ce qu’il va se passer, on peut se demander si la police est entrain de boire le thé ? Ce qui est sûr c’est qu’elle n’est jamais au bon endroit au bon moment, les policiers ont-ils tous des montres qui retardent ou avancent, auxquels cas il faudrait les équiper…

    Quant aux 7000 personnes rassemblées pour la pluie d’euros, je ne pense pas qu’il s’agissait de désespérés, mais plus de casseurs habituels dont c’est devenu le métier, venus là pour faire de l’exercice, car nul ne peut croire que des gens sensés ont cru à la distribution de billets tombés du ciel !
    Pour le père Noël c’est un peu plus tard !…
    Bien amicalement
    genevieve

    J'aime

    1. Pour le foot, c’est le sport business qui parle et qui empêche les annulations nécessaires.
      Pour les saccages, pas d’ordre, on ne bouge pas. C’est comme l’armée!
      Pour les 7000 personnes, impossible de donner des estimations fiables. On va dire que les casseurs se sont noyés dans la masse. Comme d’habitude…

      Cdt,
      Cpolitic

      J'aime

  2. Difficile de ne pas faire un écart pour parler de la main qui a caressé le ballon, ce que j’ai fait aujourd’hui, on est toujours dans le foot et si nous passons pour des fêlons, qualification qui dans ce cas n’est pas usurpée, on est loin de s’occuper avec autant de vigueur des mains des casseurs, qui une fois, appréhendés, seront à nouveau dans la nature pour préparer les prochaines bagarres, juste le temps de se refaire une santé !
    Bonne journée et WE à vous et je vous tend la main.
    genevieve

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s