Agriculture: Quand Nicolas Sarkozy fait du Maréchal Pétain dans le texte

« La terre de France n’est pas moins riche de promesses que de gloire. La terre ne ment pas. Elle demeure votre recours. Elle est la patrie elle-même. Un champ qui tombe en friche, c’est une portion de France qui meurt ».
« La terre fait partie de l’identité nationale. »

La première citation est issue d’un discours du Maréchal Pétain extrait de son appel du 25 juin 1940. La deuxième, moins ciselée car très certainement née sous la plume de l’infâme Henri Guaino, a été prononcée par Nicolas Sarkozy à Poligny (Jura) le 27 octobre dernier.

Ce thème de la terre commun aux deux hommes finit de choquer l’auditoire et commence déjà à enflammer les débats notamment sur internet. Nicolas 1er possédait déjà une sulfureuse réputation mais là, il vient certainement de franchir une ligne jaune en utilisant le thème du plus important représentant de la France de Vichy. Un sombre passé qui revient à la surface en 2009, à l’opposé même du gaullisme, dont se revendique, avec culot, le petit nerveux de l’Elysée.

Une faute de communication qui s’ajoute au bilan politique, économique et social désastreux avec comme ultime chiffre (puisque l’UMP les adorent) +25% de hausse du chômage en seulement une année.
D’un point de vue économique et sur le plan agricole, puisque notre parodie de président intervenait sur ce domaine, il a annoncé, en marge de cette phrase choc, 1 milliard d’euros d’aides aux agriculteurs.
Cela tombe bien, puisque dès le matin, ceux-ci demandaient à l’antenne d’Europe 1 – pourtant pro UMP – justement non pas un énième plan de subventions, sachant très bien que les caisses sont vides et que in fine ils devront rembourser les crédits, mais ils exigeaient simplement des prix de vente décents pour leurs produits (comme le lait) permettant de vivre honnêtement de leur travail.
Visiblement trop simple pour les populistes…

Quand « Patrie » est remplacé par « identité nationale »…et la Terre
Travail Famille Patrie

D’autres analogies troublantes aux thématiques du collaborateur Pétain à lire sur La France Nouvelle avec notamment « le statut des provinces françaises » réforme Balladur sur les régions, « l’aide américaine » pour sortir de la crise, « Travaillons plus, produisons davantage, pensons mieux » devenu « travaillez plus pour gagner plus ».
Ce n’est plus troublant d’ailleurs, c’est affligeant!

Publicités

Une réflexion sur “Agriculture: Quand Nicolas Sarkozy fait du Maréchal Pétain dans le texte

  1. C’est n’importe quoi cet article ! C’est pas parce que deux personnes reprennent le même thème (celui de l’attachement à la terre en l’occurrence, quoi de plus universel) qu’elles ont les mêmes idéaux ! c’est un raccourci très facile, et qui illustre bien le ton général de ce site. On voit bien que celui qui a écrit cet article non seulement ne connaît rien à l’Histoire, mais qu’en plus il fait des rapprochements absurdes entre des périodes aux contextes très différents. Quant à de Gaulle, cité dans le texte, ce n’était pas précisément l’ami du genre humain que vous semblez décrire. Pour preuve, certaines citations assez osées, entre autres:

     » C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine, et de religion chrétienne […] Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront peut-être vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et les Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s’installer en métropole alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées ! « .

    Epargnez-nous donc ces comparaisons hasardeuse, et rappelez-vous quand vous qu’on ne peut penser l’Histoire en dehors d’un contexte historique !

    J'aime

    1. Non je pense que ce qui est vraiment « n’importe quoi » c’est l’interprétation que vous en faites.
      Ai je dit que De Gaulle était parfait? Ai-je dit que De Gaulle était sans reproche et sans défaut? Evidemment non.

      Le contexte d’un discours, tout comme le contexte historique qui semble votre crédo, est à prendre ici. L’auteur est réputé proche des idées de la droite dure. Le thème de la terre n’est donc pas innocent. Sauf si vous êtes un grand naïf et que vous ne voulez pas voir les évidences.

      Quant à votre jolie phrase « celui qui a écrit cet article non seulement ne connaît rien à l’Histoire », veuillez svp balayer devant votre porte avant d’insulter les gens dont vous ignorez tout!

      Pour vous épargnez de tels articles, je vous conseille d’aller sur u-m-p.org cela ira plus vite pour que la réalité s’adapte à vos idées!

      J'aime

  2. Toutes les citations de Sarkozy sont tirées du sarkoshow du 27/10/2011. Les citations de Pétain proviennent de discours prononcés en 1940 et 1941.
    ***********
    Sarkozy : « Je demande simplement aux Français de se souvenir… »
    Pétain : « Français, vous avez vraiment la mémoire courte. »
    Sarkozy : « En 2008, c’est la crise d’un monde financier – disons les choses – qui faisait n’importe quoi. »
    Pétain : « Pour notre société dévoyée, l’argent, trop souvent serviteur et instrument du mensonge, était un moyen de domination. »
    Sarkozy : « Il faut surtout dire la vérité. »
    Pétain : « Ce n’est pas moi qui vous bernerai par des paroles trompeuses. Je hais les mensonges qui vous ont fait tant de mal. »
    Sarkozy : « On a expliqué aux Français qu’on pouvait passer de la retraite à soixante-cinq ans à la retraite à soixante ans. »
    Pétain : « L’esprit de jouissance l’a emporté sur l’esprit de sacrifice. On a revendiqué plus qu’on a servi. On a voulu épargner l’effort. »
    Sarkozy : « Les trente-cinq heures ont ruiné la compétitivité du pays. »
    Pétain : « Notre défaite est venue de nos relâchements. L’esprit de jouissance détruit ce que l’esprit de sacrifice a édifié. »
    Sarkozy : « Je suis là pour faire un travail difficile, qui demande le courage de prendre des décisions impopulaires. »
    Pétain : « Nous sommes en opposition d’idées avec un certain nombre de Français qui n’ont pas encore compris la nécessité d’un ordre nouveau, et restent attachés à l’espoir d’un retour à la vie facile. »
    Sarkozy : « A un moment, il faut faire son devoir. Je suis président de la république. »
    Pétain : « Lorsqu’on fait à son pays le don de sa personne, il n’est plus de sacrifice auquel l’on veuille se dérober. »
    Sarkozy : « Le problème, c’est que nous dépensons trop ; qu’il faut travailler plus. »
    Pétain : « A la veille du printemps, songeons, mes amis, au renouveau de la nature. Travaillons plus, produisons davantage, pensons mieux. »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s