Le mythe Bill Gates Ou Windows 7 péchés capitaux !

A l’occasion de la sortie de Windows 7 (prononcé en France « Sept » et pas « Seven »), pourquoi ne pas revenir sur le mythe du bon milliardaire à lunettes, dont la légende parcourt les décennies et la toile entière?

Du point de vue de son entreprise, le plus célèbre myope éternel ado relève plus du Bernard Tapie que de l’Albert Einstein. William Gates a ainsi acheté un système d’exploitation copie d’un autre et a débauché le créateur initial en la personne de Tim Patterson (le véritable génie de Microsoft), après avoir signé un contrat avec IBM. Toute l’idée qui fit le succès de Bill Gates et de son fidèle commercial Steve Ballmer (actuel PDG de Microsoft) réside dans le fait de vendre MS-DOS par licence à IBM : pour un PC IBM vendu, un dollar revenait à Microsoft. Avec le développement de clone de PC, le succès fut littéralement exponentiel.
Ajoutons simplement que l’essentiel des innovations ergonomiques comme la souris, les fenêtres ont été volées à l’éternel rival Apple (Steve Jobs et le génial Steve Wozniack) qui les a subtilement copiés après une visite au centre Xerox de Palo Alto.
Depuis vendredi, Microsoft Sept est officiellement commercialisé pour le grand public et ne constitue en fait qu’une version de correction de Windows Vista, « le » bide de l’industrie du logiciel de ce début de siècle, et devrait donc en toute logique s’appeler Windows Vista R2, « R » pour release, version en français.

Plante de Windows 7: ils n’ont pas tout corrigé!

Passons cet aparté un tantinet technique pour nous intéresser au « bon » fond de l’ami Bill, sujet principal de l’article. Aucun scoop d’ailleurs, puisqu’en fait le lièvre a été soulevé en janvier 2007 par le Los Angeles Times.
Comme nous l’avons vu précédemment, Bill Gates se révèle être plus un homme rusé en affaires qu’un excellent informaticien. Ce talent, il a su le mettre à profit (sans jeu de mot) pour créer sa fortune et surtout la pérenniser dans des placements sûrs… mais peu éthiques.
Ainsi les journalistes du LAT avait découvert que, parallèlement à sa merveilleuse fondation Bill et Melinda Gates– le binoclard investissait dans des entreprises pétrochimiques telles que l’italien ENI, le britannique Shell, les américains Exxon Mobil et ceux qui financent la junte birmane Chevron Corporation et… Total!
Évidemment si ces investissements s’arrêtaient à ces entreprises criminelles de l’Humanité, on pourrait y voir une certaine fatalité. Malheureusement les placements se font aussi dans des compagnies comme Dow Chemical (la catastrophe de Bhopal en Inde !), les meilleurs représentants du lobby pharmaceutiques via Merck notamment, ou des sociétés de crédit immobilier, celles qui expulsent les pauvres gens abusés par le credit revolving.
D’un côté, via sa fondation le gentil couple multi-milliardaire dispense le bien, la presse conventionnelle n’oubliant pas d’encenser ses bonnes actions, et de l’autre, pour asseoir sa fortune, il investit dans les pires industries ou établissements financiers de la planète. Là, moins de journalistes d’investigations pour remuer la merde. La boucle est ainsi bouclée: la fondation se bat contre des fléaux engendrés par les dérives du capitalisme, dérives financées en partie par le propriétaire de la fondation.
Avec le temps, la puissance de celle-ci est devenue proportionnelle à ses financements (30 milliards de dollars en 2006) dépassant ceux de l’OMS, manipulant la politique mondiale de santé au point qu’elle se retrouve détenue par un groupuscule d’individus entièrement privé!

Ces dernières années, via leur si généreuse fondation, le couple a ainsi investi dans un petit rocher près du village nommé Longyearbyen pour enfouir des semences et garantir pour les générations futures, des graines « pures » de toute pollution ou de manipulation génétique.
Un comble puisque les autres partenaires du projet sont notamment la Syngenta Fondation (AstraZeneca + Novartis) et l’infâme Monsanto (les créateurs de l’agent orange au vietnam, du round up soi-disant biodégradable finalement cancérigène, ou encore du maïs transgénique MON810)
Un tel groupement laisse entrevoir des fins beaucoup plus mercantiles à ce joli dévouement, comme par exemple la brevetisation dans quelques années des semences originelles stockées avec le concours des élus corrompus. Pas besoin d’être paranoïaque pour le comprendre, il suffit de connaître les entreprises qui financent et leurs activités respectives.
En politique justement, Bill a tout de suite su ne prendre aucun risque puisqu’il verse, chaque année aux USA, à part quasi-égale pour le camp républicain et le camp démocrate, histoire d’arroser un peu tout le monde.
Ajoutons que le requin de la Finance, Warren Buffet, a investi une partie de sa fortune dans cette fondation en 2006, flairant certainement la bonne affaire, en octroyant des millions de dollars sous forme d’actions de sa société d’investisssement Berkshire Hathaway. Actifs de cette société: Goldman Sachs (The Firm), Procter and Gamble, PetroChina…

Pour prolonger votre envie irrépressible de vomir, d’autres sites web qui ont traités plus en détail les financements du couple Gates, Disparition des espèces : le tombeau de Bill Gates au Spitzberg et l’excellent Geopolintel via Bill Gates, apôtre de l’impérialisme humanitaire
Tout l’intérêt de cet article était simplement de raviver un tantinet la mémoire de certaines personnes mal informées ou trop naïves et ainsi, tenter d’empêcher de relire sur le web des lignes entières voués au culte du si génial gourou Bill Gates.

Bill Gates le gourou de Microsoft

Merci à Lutopick, fidèle internaute de CPolitic, pour sa contribution:
Bill Gates et Melinda Gates Las Vegas Jeu Grattage Parodie

Publicités

Une réflexion sur “Le mythe Bill Gates Ou Windows 7 péchés capitaux !

  1. Bill et Belinda, champions de la philanthropie sont totalement dédiés aux bonnes
    causes et tant submergés par leur passion et amour de l’humanité,qu’ils
    ont investi $24 millions(0,005 % de leur capital !) dans les œuvres de bienfaisance, dans le cadre de la « Bill & Melinda Gates Foundation »,
    avec le même enthousiasme que celle que Bill Clinton (Clinton Global Initiative); Kissinger, Soros, Brejzinsky,Rockefeller (Ford et Rockefeller foundation)
    Leur préoccupation principale étant d’assurer le bonheur et la prospérité de la population d’aujourd’hui en limitant tout « hacking » de la part de générations à venir; les ressources de la planète, « en veilleuse prolongée », risquent de ne plus nous suffire.
    Aussi les efforts de nos bienfaiteurs se sont tournés vers une solution « soft » (version « home ») de l’eugénisme. En attendant celle « hard » (version « entreprise ») ou génocide sélectif, qui « formatera » tous les tubes digestifs inutiles, qui infestent le « système » et sont sources de « bugs » et « d’arrêt intempestif ou brutal » du système.
    Tout achat de « Windows 7 » se verra récompensé par la remise d’un certificat de
    « bon citoyen du nouvel ordre mondial », et figurera sur les listes des candidats de la loterie Unesco.
    Le tirage désignera les heureux bénéficiaires d’un sursis de vie virtuelle de 10 ans, avec licence pour les mises à jour, d’un an.

    J'aime

  2. Bill et Belinda, champions de la philanthropie sont totalement dédiés aux bonnes
    causes et tant submergés par leur passion et amour de l’humanité,qu’ils
    ont investi $24 millions(0,005 % de leur capital !) dans les œuvres de bienfaisance, dans le cadre de la « Bill & Melinda Gates Foundation »,
    avec le même enthousiasme que celle que Bill Clinton (Clinton Global Initiative); Kissinger, Soros, Brejzinsky,Rockefeller (Ford et Rockefeller foundation)
    Leur préoccupation principale étant d’assurer le bonheur et la prospérité de la population d’aujourd’hui en limitant tout « hacking » de la part de générations à venir; les ressources de la planète, « en veille prolongée », risquent de ne plus nous suffire.
    Aussi les efforts de nos bienfaiteurs se sont tournés vers une solution « soft » (version « home ») de l’eugénisme. En attendant celle « hard » (version « entreprise ») ou génocide sélectif, qui « formatera » tous les tubes digestifs inutiles, qui infestent le « système » et sont sources de « bugs » et « d’arrêt intempestif ou brutal » du système.
    Tout achat de « Windows 7 » se verra récompensé par la remise d’un certificat de
    « bon citoyen du nouvel ordre mondial », et figurera sur les listes des candidats de la loterie Unesco.
    Le tirage désignera les heureux bénéficiaires d’un sursis de vie virtuelle de 10 ans, avec licence pour les mises à jour, d’un an.

    J'aime

  3. Sorry, un pépin de connexion (lente).
    La nausée certes, une fois éclaboussé par les obscénités de la propagande officielle, mais sobriété au volant est de mise lorsqu’on sillonne l’autoroute du web, on ne sait jamais ce que cache le brouillard ou le rideau de fumée…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s