Y'a plus de morale: Démissionnez, Tas de Politiciens Véreux!

Voilà que le passé rattrape sieur Frédéric Mitterrand. Quelle bévue, quel suicide politique n’avait-il pas commis là, en 2005 lorsqu’il écrivit dans son « roman » ses aventures sexuelles avec des garçons (mineurs ou majeurs?) thaïlandais.
Sûr que mis en parallèle avec sa défense réactive et tenace de Roman Polanski, pour lequel Cpolitic s’interrogeait déjà des éventuelles pratiques intimes et douteuses du successeur de l’infâme Albanel, tout cela a de quoi ébranler, c’est le mot, toute la classe politique française.
Il faut reconnaître à l’extrême-droite ce mérite, parfois, d’appuyer là où cela fait mal quand les polémiques sont de vraies « affaires » et non des scandales calomnieux et abjects montés de toute pièce (cf à l’encontre de Roger Salengro ou Cohn-Bendit) à des fins purement politiciennes.
Ainsi pourquoi ne pas emboîter le pas du FN lorsqu’il se plaint (via sa Marine) des déficits publics gargantuesques du Sarkozisme (difficile de dire le contraire) et du côté obscur du nouveau ministre de la Cul-ture.
En politique, il faut avoir les « couilles » de faire respecter ses valeurs, son code déontologique. Alors même que Benoît Hamon connaissait le livre de Frédéric Mitterrand, (et étrangement à s’en souvenir), il a été le seul à dénoncer avec le FN ce tourisme sexuel ministériel.
Les autres se sont inclinés bassement et ont botté en touche. Quel courage politique! Et voilà un magnifique symbole : Martine Aubry reprenant le même argument pitoyable du pitbull Frédéric Lefebvre, pourtant toujours prompt à mordre dans le premier cadavre venu : « non je ne l’ai pas lu » sous-entendu, « je n’ai pas lu le livre, donc je ne peux demander la démission du Neveu »
Cela rappelle la fameuse cassette Mery, que DSK n’avait pu visionner faute de… magnétoscope: 100% crédible!

On peut donc par une telle similarité dans la réaction, comprendre pourquoi notre pays va si mal depuis 30 ans : le PS réagit exactement comme l’UMP, pour Frédéric Mitterrand comme pour l’Europe. Il viendra également pleurnicher devant l’opinion publique quand les conséquences de ces actes ou ces non-actes arriveront aux yeux de cette même opinion. On l’a vu avec les services publics démembrés par l’Europe avec ce même PS qui a fait voter Oui à Maastricht et Lisbonne pour miauler dorénavant contre la privatisation de la Poste (voir cet exemple concret de la démagogie). On le voit et le verra avec les rebondissements de l’affaire Polanski soutenu par les bobos artistes de la gauche caviar.
Quelle est donc cette Europe où les politiciens européens peuvent conserver leur mandat d’élu et donc de modèle du peuple qu’il représente, tout en commettant des actes immoraux?
Ainsi on peut :
– tenir des propos ouvertement racistes et rester ministre de l’Intérieur avec un lourd passé de ministre de l’Immigration et de l’Identité Nationale
– mentir sur ses diplômes, s’opposer aux syndicats professionnels, imposer une carte judiciaire irréaliste et farfelue sur l’autel des économies et gaspiller l’argent public à tout-va tout en ayant été ministre de la Justice
– publier un rapport truffé de fautes et continuer les basses œuvres de son prédécesseur puis rester ministre de l’Education Nationale
– organiser et participer à des orgies avec des mineures, commettre des actes de corruption en lien directement avec la mafia et rester président du conseil italien
– organiser et agir à l’encontre des services publics, déréguler les marchés et le capitalisme et rester président de la commission européenne
– avoir fait partie de l’ancienne mouvance d’extrême-droite « Occident », pratiquer la censure 40 ans pour maintenir l’amnésie des mémoires collectives et occuper un poste de secrétaire d’État au Commerce, à l’Artisanat, aux Petites et Moyennes entreprises, au Tourisme, aux Services et à la Consommation ou ministre de la Relance.
Non c’est vrai vu comme ça la Politique a vraiment de l’avenir, et l’Europe idem, en obligeant ad vitam eternam un peuple « libre » de voter Oui à un référendum auquel il a pourtant déjà répondu par la négative.

Frédéric Mitterrand et Bernard Kouchner dans Justice Aveugle

Démissionnez Mr Mitterrand, Mr Hortefeux, Mme Dati (député européenne fantoche), Mme Alliot-Marie, Mr Chatel, Mr Novelli, Mr Devedjian de vos mandats, « même si la loi ne vous y oblige pas, un peu de courage et de sens civique, que diable! »

Quant à Nicolas Sarkozy, terminons sur une bonne blague, puisque pour lui, la politique ce n’est finalement que ça: (merci à un autre Nicolas pour la transmission de cette œuvre publique)
Le Président de notre République, en faisant son footing matinal au parc du château de Versailles, tombe dans le Grand Canal après un nouveau malaise. N’écoutant que leur courage, trois jeunes ados plongent et sauvent Nicolas S. de Nagy Bocsa d’une mort certaine.
Le président, ayant retrouvé ses esprits, leur témoigne sa gratitude :
« Vous m’avez tous les trois sauvé la vie, demandez ce que vous voulez et je vous l’obtiendrai ! »
Le premier ado :
« Je voudrais une console PS3 et un MP3, mes parents me les refusent toujours… »
« Pas de problème, je te les ferai livrer, avec un pocket PC en prime. Et toi, que souhaites-tu ? »
« Pour aller au lycée, il me faut plus d’une heure en bus et en train… Avec un scooter, ce serait plus rapide »
« Aucun souci, je te paye même un an d’assurance ! Et toi, dit-il au troisième, que puis-je pour toi ? »
« Des obsèques nationales, Monsieur le Président »
« Comment, toi si jeune tu penses déjà à ton décès !!!! »
« Ben, si mon père apprend que je vous ai sauvé la vie, il va me tuer… »

Publicités

Une réflexion sur “Y'a plus de morale: Démissionnez, Tas de Politiciens Véreux!

  1. J’ai aussi abordé le sujet Frédéric Mitterand aujourd’hui sur mon blog, donc ce que j’ai a en dire ferait double emploi. Tous ces politiques à la double vie pas très « catholique » donneurs de leçons, me rendent hargneuse. On dit toujours que l’exemple vient d’en haut, mais pour l’exemple, il y aurait beaucoup à en dire et le haut me paraît bien bas, au dessous des paquerettes !…
    La blague sur Nicolas m’a pourtant apportée un large sourire ……
    Bonne journée et amicalement à vous
    genevieve

    J'aime

    1. Et oui, les donneurs de leçons devraient balayer devant leur porte, mais comme trop souvent, ils oublient…et se font rattraper par leurs « exploits ».

      Bien Cordialement,
      Cpolitic

      J'aime

  2. Népotisme, ploutocratie, puissants au-dessus des lois, faillite financière, faillite économique, faillite sociale, faillite idéologique, et, surtout, faillite morale.

    Nous sommes en train de vivre une fin de règne.

    J'aime

  3. plus grave ,il y a une caste d intelectuelle de tous bord soutenue par autre caste journalistique qui prennent franchement les francais lambda pour des idiots

    J'aime

    1. disons que ça fait partie du lot. ils ont eu l’intelligence d’infiltrer tous les milieux dont celui des médias pour mener à bien leurs saloperies à la tête du pouvoir.
      Et ça ne s’est pas fait en un jour… comme Rome.

      J'aime

  4. C’est une atmosphère de fin de règne.

    Comment va finir ce règne ?

    Relisons l’histoire de France.

    Nous savons comment finissent les empires, comment finissent les monarchies, comment finissent les républiques.

    Nous savons comment finissent les puissants qui se croient tout permis : à la lanterne.

    Nous savons comment ont fini le roi, la reine, …

    Le Dauphin mourra en prison, comme Louis XVII.

    J'aime

  5. Nous conjurerons le pire en remettant de la morale dans la politique. Oui, de la morale. Le mot « morale » ne me fait pas peur. La morale, après mai 68, on ne pouvait plus en parler. C’était un mot qui avait disparu du vocabulaire politique. Pour la première fois depuis des décennies, la morale a été au cœur d’une campagne présidentielle.

    Mai 68 nous avait imposé le relativisme intellectuel et moral. Les héritiers de mai 68 avaient imposé l’idée que tout se valait, qu’il n’y avait aucune différence entre le bien et le mal, entre le vrai et le faux, entre le beau et le laid. Ils avaient cherché à faire croire que l’élève valait le maître, qu’il ne fallait pas mettre de note pour ne pas traumatiser les mauvais élèves, qu’il ne fallait pas de classement.

    Ils avaient cherché à faire croire que la victime comptait moins que le délinquant.

    Ils avaient cherché à faire croire qu’il ne pouvait exister aucune hiérarchie de valeurs.

    Ils avaient proclamé que tout était permis, que l’autorité c’était fini, que la politesse c’était fini, que le respect c’était fini, qu’il n’y avait plus rien de grand, plus rien de sacré, plus rien d’admirable, plus de règle, plus de norme, plus d’interdit.

    Souvenez-vous du slogan de mai 68 sur les murs de la Sorbonne : « Vivre sans contrainte et jouir sans entrave. »

    Voyez comment l’héritage de mai 68 a liquidé l’école de Jules Ferry qui était une école de l’excellence, une école du mérite, une école du respect, une école du civisme, une école qui voulait aider les enfants à devenir des adultes et non à rester de grands enfants, une école qui voulait instruire et non infantiliser, parce qu’elle avait été construite par de grands républicains qui avaient la conviction que l’ignorant n’est pas libre.

    Voyez comment l’héritage de mai 68 a liquidé une école qui transmettait une culture commune et une morale partagée grâce auxquelles tous les Français pouvaient se parler, se comprendre, vivre ensemble.

    Voyez comment l’héritage de mai 68 a introduit le cynisme dans la société et dans la politique.

    Voyez comment le culte de l’argent roi, du profit à court terme, de la spéculation, comment les dérives du capitalisme financier ont été portés par les valeurs de mai 68.

    Voyez comment la contestation de tous les repères éthiques, de toutes les valeurs morales a contribué à affaiblir la morale du capitalisme, comment elle a préparé le terrain au capitalisme sans scrupule et sans éthique des parachutes en or, des retraites chapeaux et des patrons voyous, comment elle a préparé le triomphe du prédateur sur l’entrepreneur, du spéculateur sur le travailleur.

    Voyez comment les héritiers de mai 68 ont abaissé le niveau moral de la politique.

    Nicolas Sarkozy, discours de Bercy, 29 avril 2007.

    http://www.u-m-p.org/site/index.php/s_informer/discours/nicolas_sarkozy_a_bercy

    J'aime

    1. Et étrangement c’est celui qui se plaint qu’il n’y a plus de morale, Nicolas Sarkozy, qui est justement le symbole même de cette absence de morale. Un paradoxe total!
      Lui qui était certainement à droite en mai 68, qui fait pire que les gauchistes des barricades 68. Un comble!

      « Voyez comment les héritiers de mai 68 ont abaissé le niveau moral de la politique »
      il faudrait plutôt dire: « Voyez comment les néoconservateurs et leurs collaborateurs ont abaissé le niveau moral de la politique »

      J'aime

  6. Natixis est la banque de financement et d’investissement du groupe BPCE, issu de la fusion des groupes Caisse d’Épargne et Banque populaire.

    Natixis a la particularité de posséder un institut de sondages appelé BVA.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/BVA_(sondage)

    De plus, le grand patron de Natixis est un proche de Nicolas Sarkozy : il s’appelle François Pérol.

    En exclusivité mondiale, voici un dialogue téléphonique qui a eu lieu entre François Pérol et Nicolas Sarkozy :

    « Allo, Pérol ? C’est Sarkozy.
    – Oui, chef !
    – Dis donc, j’ai un problème avec Frédéric Mitterrand.
    – A vos ordres, chef !
    – Tu vas dire à tes employés de BVA de publier un sondage.
    – Oui, chef ! Vous voulez quels résultats, chef ?
    – Je veux des résultats qui disent que les Français sont CONTRE la démission de Frédéric Mitterrand.
    – Oui, chef ! Euh … Et pour les sympathisants du Front National ?
    – Pareil. Je veux que les sympathisants du Front National répondent qu’ils sont CONTRE la démission de Frédéric Mitterrand.
    – Euh … Personne ne va le croire, chef. C’est trop énorme, chef.
    – Mais si, les Français vont le croire ! Je les connais !
    – Oui, chef ! Vous voulez le sondage lundi, au 20 heures de TF1 ?
    – Non : ça urge. J’ai ordonné à Canal + de le diffuser dès lundi matin, dans leur émission « La Matinale ».

    les Français semblent s’être fait leur opinion sur le scandale propagé la semaine dernière autour du livre du ministre de la Culture, «La mauvaise vie», et de ses déclarations relatives à l’arrestation de Roman Polanski.

    Pour 67 % des personnes sondées par BVA pour la Matinale de Canal +, Frédéric Mitterrand ne doit pas démissionner de son poste de ministre de la Culture et de la Communication.

    Le détail de ce sondage en fonction des sympathies politiques montre que le ministre est sensiblement plus soutenu à droite (78 % contre sa démission) qu’à gauche (63 %). Un écart que l’on retrouve en fonction des catégories socio-professionnelles : 73 % contre sa démission chez les cadres et professions libérales, 62 % chez les employés et ouvriers.

    Dans toutes les catégories, la proportion de sondés favorables à sa démission reste très largement minoritaire. Elle l’est même chez les sympathisants du Front National (35 % pour, 55 % contre), alors que l’offensive est venue de ce parti, avec l’intervention de Marine Le Pen lors de l’émission « Mots croisés », sur France 2.

    J'aime

  7. Sur le site de L’Express, du 07/10/2009 au 14/10/2009, un sondage a été proposé aux internautes.

    10 806 internautes ont voté :

    15 % souhaitent que Frédéric Mitterrand reste ministre.
    85 % souhaitent que Frédéric Mitterrand démissionne.

    http://www.lexpress.fr/opinions/sondages/?idSondage=792803

    Sur le site du Monde, le 09/10/209, un sondage a été proposé aux internautes.

    58 384 internautes ont voté :

    39,3 % souhaitent que Frédéric Mitterrand reste ministre.
    53,6 % souhaitent que Frédéric Mitterrand démissionne.

    http://www.lemonde.fr/a-la-une/sondages/3208.html

    J'aime

  8. Au début de l’année 1995, tous les sondages donnent Edouard Balladur élu président de la République face à Jacques Chirac. Tous les sondages montrent qu’après l’élection présidentielle de mai 1995, le Premier Ministre du président Balladur sera Nicolas Sarkozy. Les grands médias prennent parti contre Chirac. Les grands médias s’engagent en faveur du tandem Balladur-Sarkozy.

    – Premier exemple, en janvier 1995, la présentatrice de TF1 Claire Chazal écrit une hagiographie de Balladur. Ce livre est intitulé « Balladur ». Il est édité chez Flammarion.

    – Deuxième exemple, deuxième hagiographie. En mars 1995, le journaliste de Canal + Michel Denisot publie un livre d’entretiens avec Nicolas Sarkozy, « Au bout de la passion, l’équilibre », édité par Albin Michel. Tout au long du livre, Michel Denisot ne fait que servir la soupe à Nicolas Sarkozy. L’objectif est de montrer aux lecteurs que le jeune Nicolas Sarkozy est en réalité un homme politique raisonnable, calme et équilibré.

    http://www.decitre.fr/livres/Au-bout-de-la-passion-l-equilibre.aspx/9782226076168

    Quatorze ans plus tard, en 2009, Michel Denisot est encore et toujours sarkoziste. Il anime l’émission « Le Grand Journal » sur Canal +. Il défend encore et toujours son ami Nicolas Sarkozy.

    Dernier exemple en date : sur Canal +, le sondage bidon soutenant Frédéric Mitterrand.

    J'aime

    1. ça mériterait un article entier sur Denisot. Ceci expliquant pourquoi le Jamal Dati a été déprogrammé 3-4 jours avant sa venue.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s