Affaire Polanski, Clearstream, Motarde de Rennes: la Justice à la sauce néocons

L’actualité est étrange. Un arrière-goût subtil derrière cet enchevêtrement d’informations apparaît parfois en attendant patiemment un jour, deux jours voire une semaine.
En attendant ce déclic, à défaut d’éléments concrets ou d’arguments circonstanciés, l’actualité vous apporte finalement des éléments de réponse à un sujet qui vous tarabiscotait.
Une mise en correspondance, un rapprochement qui fait gamberger votre citron à mille à l’heure en vous apportant – in fine – le temps d’une courte plage de secondes, l’impression aussi éphémère qu’agréable d’avoir pu peser le pour et le contre de la manière la plus juste en toute objectivité sur un thème donné.
Faire fi de tous les préjugés – ou du moins le croire puisqu’on ne peut être objectif à 100% – en ne sélectionnant que les faits rien que les faits, comparer tel événement avec tel autre, si proche.

Justice. Un principe sacré qui a dû en provoquer des révoltes et des guerres lorsque celui-ci était appliqué de manière arbitraire. Ce ne sont pas une erreur judiciaire ou une grossière manipulation qui feront monter la pression dans la marmite. Non. C’est la succession de ces horreurs qui au final, tel un robinet qui fuit et augmente le niveau de l’eau, qui un jour, justifie l’injustifiable et l’envie irrépressible de faire justice autrement, généralement, par soi-même.
Si le National Sarkozisme possède une propriété forte, c’est bien celle d’une justice aux ordres. Non que celle d’avant semblait irréprochable, mais elle avait le mérite d’être modérée dans ses décisions et de rendre un éventuel contrôle, par les plus hautes sphères du pouvoir, moins visible sans imposer systématiquement et médiatiquement à la vue de toutes et tous, l’influence suprême, l’influence présidentielle.
Nous étions alors en présence d’une poigne de fer dans un gant de velours en somme.
Ce qui a changé entre les mandats de François et Jacques par rapport à celui de Nicolas, c’est ainsi cette manière, de faire et de dire. Si auparavant – il ne faut pas être dupe – le fils de tel notable pouvait voir sa peine se transformer en réprimande, presque naturellement, aujourd’hui, c’est le plaignant s’opposant au « fils de » qui subit les foudres d’Athéna. Un comble. (cf le scooter de Jean Sarkozy)

Il était une fois, une motarde, un 4×4, et un fils de Fillon!

Vu dans l’article de QNDM:Didier Porte “allume” le fils de François Fillon

Si avant les bavures policières étaient encadrées, dorénavant la mort d’un enfant en vélo fauché par une voiture de police sans gyrophare entraîne un an de prison avec sursis pour le conducteur… policier. (cf la fin tragique du petit Nelson) Que vaut la vie d’un enfant en National Sarkozie? Rien comparé à l’honneur et l’égo de l’Intérieur.
Autrefois, certes de manière non-systématique, les CRS et autres déficitaires en circonvolutions cérébrales étaient sévèrement réprimandés et une parodie de justice était organisée (cf la mort des 2 enfants électrocutés dans le central EDF) sous les bons auspices de l’actuel parodie de président alors ministre de l’Intérieur. De nos jours, le CNDS, commission nationale de déontologie de la sécurité, seule commission indépendante constituée de personnalités de la vie civile pour enquêter sur les bavures policières s’est vue… dissoute.

Sous Chirac, la présomption d’innocence restait encore sacrée…officiellement. On se rappelle encore de ses discours maîtrisés, sur fond de jardin de l’Elysée, parlant d’affaires politico-économico-judiciaires, et appelant sereinement la Justice à faire son travail tout en rappelant qu’un homme politique mis en examen reste innocent jusqu’au verdict final du juge. Botter en touche à l’antenne, tout en contrôlant sournoisement via le parquet notamment les différentes affaires « sensibles ».
En Sarkozia, on supprime directement le juge d’instruction, sous couvert des effroyables et forcément impopulaires erreurs judiciaires comme Outreau. Outreau, ou au passage, les deux principaux intéressés , le juge d’instruction tout puissant et le procureur aveugle tir au flanc, s’en sont sortis sans une seule égratignure. Le juge Burgaud ayant même pendant un temps, avant que les médias ne s’empart du scandale, vu sa carrière améliorée. Entre collègues de la magistrature, on ne va pas se tirer dans les pattes tout de même. (cf Quelle justice de merde!)

Justement, toute la semaine dernière, dans le même giron du copinage répugnant, un réalisateur d’origine polonaise, a été l’objet de toutes les attentions. Ses collègues et amis de la profession l’ont défendu bec et ongles contre l’impérialisme américain, ayant une mémoire fâcheusement bien longue.
1977, Roman Polanski est poursuivi pour détournement de mineur et viol. L’intéressé à l’époque reconnait l’acte mais nie le viol. N’écoutant que son courage, il quitta le pays et les emmerdes pour rejoindre la France et s’y faire naturaliser. 30 ans de sérénité puisque notre si beau pays des droits de l’homme n’extrade pas ses ressortissants… même vers des démocraties occidentales.
L’auteur d’innombrables films comme Frantic ou Le pianiste se paye même le luxe de se promener en Suisse malgré le fait connu, qu’il peut y être arrêté à tout moment. Mais étrangement rien ne se produit… jusqu’à la semaine dernière.
Polanski est en fait une nouvelle victime de la Crise avec un grand « C » : pour lâcher un peu de leste sur les banques suisses, les autorités dont une politicienne suisse orientée bien à droite Eveline Widmer-Schlumpf, (et donc pour les bonnes mœurs), décide de faire plaisir aux empêcheurs de tourner en rond américain. En même temps de l’autre côté de l’atlantique, le gouvernator Schwarzy pour tenter de faire oublier un mandat exécrable mettant en faillite son propre état, essaye de sortir la tête hors de l’eau par une telle affaire. Entre néo-conservateurs, on se débrouille comme on peut pour faire oublier les vraies responsabilités de la crise.

Frédéric Mitterrand et Bernard Kouchner dans Justice Aveugle

Voilà notre réalisateur, amateur de chaire fraiche, pris au piège, lui qui était attendu dans une de ses fameuses soirées mondaines entre professionnels du septième art. Caviar et champagne à gogo attendus. Mais retour direct par la case prison et ne recevez pas 20 000 euros !
Nous concernant, tollé dans l’intelligentsia française où les amis français de Polanski se mobilise avec en tête d’affiche le neveu de tonton, Frédéric Mitterrand, revendiquant son droit à protéger les artistes français.
On aurait pu préférer qu’il préserve le patrimoine historique français en décrépitude faute de crédit ou qu’il en profite pour sauver les libertés les plus fondamentales en maitrisant ses dossiers – Mossieur n’étant pas foutu de connaître la signification de l’acronyme H.A.D.O.P.I- plutôt que de sauver les lignes comptables d’exploiteurs et accessoirement producteurs de disque.

HADOPI?

Non, le sonneur de clochette (pour se faire apporter des plats sans lever le moindre petit bout de son arrière-train) a préféré défendre l’honneur d’un présumé…violeur. Enfin « présumé » en France, puisque le système américain se base sur un principe inverse du nôtre : c’est à vous de prouver votre innocence et vous êtes donc en attendant le verdict, présumé coupable !
Dès son arrestation, Frédéric Mitterrand a défendu ardemment « l’artiste », pour ensuite timorer ses propos et les accorder, autant faire ce peu, avec la ligne directrice du petit dictateur Nicolas 1er, en précisant que Polanski n’était pas « au-dessus des lois», mais pas «au-dessous des lois». Original…
Questions légitimes : N’y a-t-il que le domaine professionnel qui unit Frédéric Mitterrand et Roman Polanski ? Frédéric Mitterrand en sait-il plus sur l’affaire et les pratiques de son « ami » ? Accessoirement, ont-ils les mêmes goûts? Osons, puisque l’UMP n’a pas le monopole du cynisme…
Et notre French Doctor national, notre créateur de rapports à haute valeur ajoutée pour dictateurs africains sanguinaires se paye le culot de lui emboîter le pas. Autant défendre les rapports onusiens mettant en accusation les exactions de Tsahal avec des bombes au phosphore sur des civils innocents, le Doc trouve cela inutile, autant défendre un ami expert en mineure, aucun souci.

Et voilà que l’actualité rebondit. On apprend qu’un multi-récidiviste vient de commettre l’irréparable sur la personne d’une joggeuse dans la forêt de fontainebleau. Meurtre précédé d’un viol.
Et la polémique sur la récidive fait rage, menée tambour battant par le petit nerveux décérébré. Son aide de camp Hortefeux n’y va pas par quatre chemins et met en accusation directement les juges : « une vie aurait pu être épargnée si l’application de la loi avait été faite dans l’intérêt des victimes. Cela pose une question d’application de la loi et, peut-être, une question d’adaptation de la loi »
Et oui, ils n’ont pas encore été tous supprimés, seuls les juges d’instructions n’en ont plus que pour quelques mois. Tollé des syndicats de magistrats, pics et polémiques dans les médias, tempête dans un verre d’eau, vite une nouvelle loi en attendant un nouveau fait divers, idéalement dans les domaines favoris des néocons de l’insécurité et de l’immigration.
Stop !!! Messieurs les fascistes, n’y a-t-il pas un problème? Les juges n’ont fait qu’appliquer la loi avec les moyens dont ils disposaient. Or qui votent les lois? Qui allouent les finances pour les administrations judiciaires et pénitentiaires? Les parlementaires. Et qui à le pouvoir depuis 2 ans, un pouvoir quasi-total avec Président + Gouvernement + Assemblée Nationale + Sénat? L’UMP et les collaborateurs de l’ouverture!
Vous qui aviez été élus pour le pouvoir d’achat (ok passons…), vous qui aviez été élu pour combattre l’insécurité (les « racailles » et le « kärcher », ok passons aussi…) vous qui aviez été élus pour une meilleure justice équitable, qu’a fait le parti de la majorité présidentielle en 2 ans?
Qu’a donc fait Rachida Dati à part dépenser l’argent public, s’attirer les foudres des syndicats de la magistrature toute couleur politique confondu et faire sa môme ? Rien, du vent, du plan com’ à la con.
2 ans où les promesses notamment judiciaires ont débouché sur du vide. Les mêmes problèmes nés de l’immobilisme chiraquien se retrouve 2 après d’un National Sarkozisme épuisant… pour les justiciables non-privilégiés, pour faire court toutes celles et ceux non encartés UMP ou ne payant pas l’ISF.
Alors de manière indirecte, si cette femme est morte, si sa famille doit se plaindre, c’est uniquement et logiquement contre vous et votre parti néo-conservateur, aussi bon à rien que ceux précédemment au pouvoir, mais bien plus culotté et dépensier, sans foi ni loi. Simplement et Justement.

Pour l’anecdote, la première peine du récidiviste en question lui a été infligée pour avoir violée une jeune fille de 13 ans, en France.
13 ans : C’est justement l’âge de la victime de Roman Polanski, Samantha Geimer, qui a rappelé depuis la relance de l’affaire qu’elle n’était pas consentante au moment des faits (contrairement aux allégations du courageux Roman Polanski) Celui l’a même qui a poussé l’arrogance, jusqu’à faire taire la jeune femme pour 500 000 euros.
D’ailleurs, si on pousse le raisonnement plus loin, qui nous dit qu’en arrivant en Europe, depuis 1978, le si célèbre et charmant réalisateur n’a-t-il pas pu récidiver lui aussi, mais de manière discrète ou en étant protégé. Qui sait?

Lapsus : Expression facile visant à dédouaner la parodie de président. Car comment comprendre qu’un avocat (ayant payé ses diplômes!) devenu l’homme politique le plus important et détesté de France peut se permettre de confondre les mots, sans se reprendre à l’antenne, de « présumé innocent » et « coupable »,le tout non repris par deux journalistes aux ordres servant la soupe! Pas étonnant que finalement, vous ne fassiez rien contre les récidivistes, Nicolas, puisque vous en êtes un aussi. Vous le provocateur qui aviez annoncé aux médias et une foule en liesse, l’arrestation du meurtrier du préfet Erignac, plusieurs années avant le 1er verdict. (cf vidéo en bas de l’article « Colonna: une nouvelle affaire Dreyfus) Un Dominique Colonna que votre famille, via votre première femme, Marie-Dominique Culioli vous connaissez personnellement. L’île de beauté est petite mais tout de même, la médaille Fields pour vos travaux sur la statistique devrait vous être remise.
Le déshonneur ne se fait pas par rapport à Nicolas Sarkozy. Il se fait par rapport à la France dont Marianne, l’emblème pas le « journal », se fait un mouron incroyable depuis 2007. L’indépendance de la Justice hier fragile, devient utopique en 2009. Et l’ancienne garde des sceaux, Rachida Dati, Mme Sans Gêne aux Dents Longues d’ajouter cyniquement : « s’il y a des charges, il y a des coupables ».
On ne peut pas mieux dire Mme Dati. Dans l’Affaire Polanski, il y a effectivement des charges accablantes, des aveux et un présumé coupable doublé d’un lâche préférant payer le silence de sa victime en 1993. Mais voilà, il est l’ami du gotha français dont un nouveau collaborateur de votre adoré petit président.

Parlons juste un peu de Dati, comment ne pas le faire, elle qui représente l’inaction et le populisme de la Justice à la Française. Ainsi avec le temps, depuis son départ forcé à Bruxelles, on découvre petit à petit ses erreurs professionnelles. La plus marocaine des anciennes ministres a ainsi laissé trainer dans un tiroir durant 2 longues années les mandats d’arrêt interpol à l’encontre des auteurs présumés de Mehdi Ben Barka !
Vendredi dernier, le ministère de la Justice sous la direction de MAM, faisait grand bruit en annonçant l’envoi de ces documents aux autorités compétentes entraînant de ce fait, la mise en examen des 4 officiels marocains dont 2 généraux Hosni Benslimane et Abdelhak Kadiri.
Etrangement le vendredi au soir, le même ministère de la Justice demande la suspension de ces mandats d’arrêt pour manque d’information. Et l’extrême amertume succède à l’espoir. A croire que MAM s’est fait soufflé dans les bronches ou au contraire qu’elle l’a fait contre un de ses proches collaborateurs, les intérêts franco-marocains ne pouvant souffrir d’un tel embarras…diplomatique. A vomir!

Cette semaine encore une parodie de justice: après De Villepin, une nouvelle sempiternelle et laborieuse décision, le jugement en appel de l’Erika. Inutile de dire que Total ne risquera rien. Quelques semaines auparavant, nous avions eu le vomitif jugement concernant l’affaire du mont Saint Odile.
Des charges, aucun coupable. 87 morts pour rien ! A l’heure de l’écriture de cet article, une future erreur judiciaire se met insidieusement en place : la version officielle du vol Paris Rio mettait en cause les pilotes. Faciles, puisqu’ils sont morts et muets. Alors qu’une enquête indépendante de deux pilotes prouve étrangement le contraire. Ces fameuses sondes Pitot changées par Air France sous la pression des syndicats de pilote seraient en fait directement impliquées et aurait dû être changées avant. Mais pour une histoire de rentabilité…
Terminons simplement par la morale de la fable de La Fontaine: « Selon que vous serez puissant ou misérable, encartés UMP ou pas, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. »

MAM et la justice: elle va trancher

Publicités

Une réflexion sur “Affaire Polanski, Clearstream, Motarde de Rennes: la Justice à la sauce néocons

  1. Faut-il punir le sexe de Polanski ou ce qu’il en reste 30 ans après ? j’ai bien compris que la passe lui avait coûté un maximum, 500.000 euros, c’est cher pour une virginité, mais tout le monde sait bien que la virginité n’a pas de prix !… et c’est là que je me rends compte que je n’ai pas su vendre la mienne, ah ! si c’était à refaire !… mais comme je sais qu’elle ne repoussera pas, alors il est trop tard pour avoir des regrets…
    Quant à la virginité de Dominique de Villepin, je n’engagerais pas un euro dessus….
    Vu la belle affiche de MAM, mais on envisagerait de lui trancher quoi au fait !…
    Bonne journée
    genevieve

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s