Calais: ses plages, ses bourgeois, ses réfugiés et sa jungle

Sacré Besson. Après s’être fait le chantre de l’opposant aux tests ADN, se rappelant aux bons souvenirs de ses origines gauchistes, ou souhaitant au contraire prendre le temps de supprimer le peu de contraintes rendant plus digne cette loi ignoble, il nous réalise en deuxième semaine une belle prouesse pour justifier sa place dans le gouvernement néoconservateur.
La liquidation de la « jungle » de Calais s’est faite Mardi dernier. Un terme de « jungle » qui pourrait d’ailleurs être pris pour totalement discrimatoire, s’il était sorti de la bouche d’un maréchal Hortefeux. Mais à sa décharge, ce n’est pas une de ses nouvelles blagues nauséabondes, les afghans et autres survivants qui s’y cachent, ont surnommé eux-mêmes cette zone que l’on peut qualifiée de non-droit ou de solidarité selon votre opinion politique.

Qu’il semble facile de les blâmer ces migrants. Eux qui fuient la misère de leur pays, eux qui ont le courage voire la témérité de faire confiance à des passeurs escrocs pour accéder à l’eldorado anglais. Eux qui espèrent traverser la Manche, par tous les moyens au péril de leur vie, pour envoyer dans leur pays d’origine à leur famille, une partie du maigre revenu de leur travail, une fois sur place.
Comment pourrait-on les en blâmer ? Ne ferions nous pas la même chose si, la solution à tous nos problèmes résidait 40 petits kilomètres en face, après avoir parcouru plusieurs milliers de kilomètres dans des conditions inhumaines.

Photo Julie Rebouillat Contre-Faits.org
julie rebouillat photo réfugié kurde irakien calais

Migrants? Non, ils ont un nom officiel: pour la grande majorité, ce sont même des « réfugiés ». Ils ont quitté leur pays car leur vie et/ou celle de leur proche était menacée pour des raisons politiques, religieuses ou ethniques. Théoriquement la Convention de Genève les protègent et obligent les pays dits « civilisés » qui l’ont signée, à octroyer à ses laisser pour compte un visa approprié et une immunité.
Au lieu de cela, ils sont traités comme des moins que rien, des pestiférés, des sangsues par les moins
tolérants d’entre nous, nous les citoyens d’un pays soi-disant « des Droits de l’Homme », celles et ceux bien à l’abri dans leur confort à l’identité nationale bien française. Une chance de naissance qui nous a permis de profiter d’une sécurité sociale, d’assurances chômages dignes de ce nom comparés à la plupart des pays étrangers voire des pays occidentaux anglo-saxons et d’une certaine tranquillité policière, à l’écart du délit de faciès.

Et répondant aux peurs les plus archaïques et ridicules, certains politiciens installent ces réfugiés dans les campagnes…électorales et en font même des objectifs chiffrés, comme certains extrémistes amoureux de listes pendant la seconde guerre mondiale.
Des êtres humains dits « civilisés » considèrent ainsi un étranger en situation régulière ou non comme un profiteur, forcément mieux chez un pays voisin, que sur son sol. Un coup médiatique orchestré via des médias corrompus essayant d’expliquer, en vain, que la fermeture d’un centre par une intervention policière musclée peut résoudre un problème aussi complexe que ces multiples tragédies humaines.
Des vendeurs d’idéologies toutes faites qui, paradoxalement, oublient même leurs origines familiales grecques puis hongroises. La générosité de la France à l’époque où leurs arrières grands-parents sont entrés sur le territoire en toute illégalité n’aurait donc plus lieu d’être ? Difficile de trouver un égoïsme plus profond et pitoyable, mais celui qui le possède, occupe pourtant le poste envié de « président de la république ».
Au diable, les valeurs religieuses de générosité, de solidarité. Au diable, les valeurs humaines et républicaines comme l’égalité et la fraternité. Seul compte l’argent. D’où que vous veniez, qui que vous soyez, quelle que soit l’origine de votre richesse, qu’elle soit légale ou non, du moment que vous pouvez payer, vous êtes, vous et votre famille les bienvenus. Dans le cas contraire, l’administration et les autorités policières du pays d’accueil, pour peu que vous ayez en plus la peau légèrement colorée, se feront une joie de menacer votre liberté.

deuxieme_couche

Au XXIème siècle, il faut donc comprendre qu’il vaut mieux vaut être malhonnête, criminel et riche, plutôt que d’être respectueux des lois et de la morale et pauvre. En Angleterre, des mafieux russes aux poches remplies du proxénétisme, de la vente d’armes et de drogues, peuvent entrer sur le territoire, acheter des clubs de football, s’enrichir encore plus sans demander de compte à personne. Bien au contraire. Mais un pauvre réfugié afghan ou irakien désireux de venir pour simplement survivre de son travail manuel se trouvera refouler à la frontière dans les meilleurs des cas, mort par électrocution, noyade, écrasement, étouffement dans le pire.

Les pays occidentaux, véritable oasis sur une planète désolée par les guerres et la pauvreté, se permet même l’infâme provocation d’attirer les migrants en quête d’argent pour subvenir à leurs besoins les plus primaires tout en refoulant gentiment à la frontière. En coulisse, hors caméra, la main d’œuvre étrangère bon marché est vivement acceptée voire encouragée du moment qu’elle ne ramène pas avec elle sa famille. Forçats de l’ombre payés au lance-pierre, tu ne te plaindras pas et surtout tu retourneras d’où tu viens quand le travail viendra à manquer.

Mais le plus intellectuellement incompréhensible, c’est de ne pas envisager tout être humain comme une richesse potentielle, qui aurait plus à apporter qu’à prendre à la communauté.
Ainsi qu’aurait été l’issue de la conquête de la Lune, et par extension l’issue de la guerre froide, si un gradé nazi parmi tant d’autres, comme le dénommé Werner Von Braun avait été considéré pour ce qu’il représentait politiquement et non comme un réfugié de guerre. Sans lui, sans ses compétences d’immigré, les USA n’auraient jamais posé le drapeau américain sur le sol lunaire les premiers. Et l’histoire de l’humanité aurait certainement été profondément modifiée.
Reconnaissons, a contrario, que si la politique d’immigration européenne avait été aussi sévère et injuste il y a un peu plus de 50 ans, la France aurait pu s’éviter le plus improbable et le plus abjecte des présidents de la République qu’elle n’ait eu à subir.
Au final, pour cette nouvelle journée de l’apparence, une vingtaine de réfugiés ont été relâchés, car en situation régulière, et une petite centaine de mineurs ont été placés dans des foyers.
Comme d’habitude, l’essentiel des passeurs véritables cibles justifiables moralement s’est encore fait la belle. Les réfugiés eux ont perdu le peu qu’ils possédaient : des tentes, des réchauds et leurs vêtements.

Photo Julie Rebouillat Contre-Faits.org
julie rebouillat photo réfugié soudan darfour calais

Le collectif « Contre-faits » nous fait connaître grâce au photoreportage indépendant plusieurs de ses combats. Ainsi Julie Rebouillat s’intéresse ainsi aux sorts de ses réfugiés afghans, kurdes, somaliens ou encore irakiens qui essayent jour après jour, sans relâche, de passer la Manche dans l’espoir d’une vie meilleure. Une attente interminable partagée avec l’entraide de certains riverains charitables et bénévoles d’associations humanitaires à opposer avec les rafles policières stériles et injustes, souvent violentes, qui ne font qu’illustrer la plus sombre façade d’un gouvernement indigne et chaque jour un peu plus honteux.
La meilleure des solutions pour éviter de tels drames humains étant évidemment de réduire la misère dans leurs pays d’origines, provoquée directement ou indirectement par la folie des pays dits civilisés, ceux-là même qui se plaignent des réfugiés. Un effet boomerang au goût amer.

Extrait de « Leur révolte c’est l’exil »
 » Les histoires de ces migrants sont un hymne à la vie, un crachas au visage des nantis qui gouvernent notre monde et qui veulent faire d’eux des sous-hommes. Ils sont un miroir brandi à la face de notre monde individua/liste, libéral et liberticide. À travers leurs exils pour leurs libérations sociales, ces héros des temps modernes nous rappellent que la vie n’est jamais perdue, que la résistance et la détermination sont les alliées de l’espoir…. « 

Extraits de « Calais déversoir des exodes oubliés – ou la vie réinventée »
« No chance pour Calais qui vient de passer à droite ce 16 mars dernier, avec la victoire de la candidate UMP Natacha Bouchart. Menant une liste d’ouverture, elle a remporté la mairie après les 37 ans de règne de Jacky Henin (Parti Communiste). Certes la mairie PCF n’avait jamais rien fait en faveur des migrants de Calais, mais il est à craindre que la droite sarkozyste ne soit pas plus à leur avantage. Si Natacha Bouchart avait promis la création d’un Conseil des migrants et de pousser la réflexion sur un centre d’accueil des migrants près de la zone industrielle Marcel Doré, il est fort peu probable que la hiérarchie de l’UMP, prennent le risque d’accepter un nouveau Sangatte, que Sarkozy lui-même avait fait fermer en 2003. Promesses en l’air donc ? Une chose est certaine, cela ne contribuera pas à mettre un terme à l’omniprésence policière. Calais est un véritable chemin de ronde pour les CRS qui, du matin au soir interpellent les migrants le long des rues. »

« Des journalistes, les bénévoles en ont vu passer des myriades, posant irrémédiablement les mêmes questions et prenant toujours les mêmes images. Des politiques aussi il en est passé des dizaines, venues se faire mousser ou montrer leur impuissance, de Dominique Voynet à Dominique Strauss-Kahn, en passant par José Bové ou Isabelle Carré. Ce sont des milliers de regards extérieurs qui se sont posés sur Calais depuis que Sangatte a fermé ses portes. Mais les regards n’y ont rien changé. Le regard de l’opinion non plus ne semble pas vouloir changer : les européens n’ont toujours pas compris que de mettre des batteries de missiles le long des frontières ne suffira pas à arrêter des hommes et des femmes qui n’ont plus rien à perdre. « 

MAJ du 26/09/2009: Selon le journal 20 minutes du 24 septembre, le bilan de l’opération de com’ dans la jungle de Calais revient donc à l’interpellation de 130 migrants. La plupart ont été emmenés de force dans le Sud de la France près de Nîmes, Lyon, Toulouse et Marseille alors que paradoxalement les centres de rétention du Nord Pas de Calais sont « quasiment vides » d’après la Cimade.
Comme on pouvait donc le penser, le grand bluff’ d’Eric Besson n’aura consisté qu’à faire venir les caméras pour montrer que le gouvernement « agissait ». En fait, les migrants vont mettre plusieurs jours à revenir vers leur unique espoir Calais pour tenter une nouvelle fois leur chance vers le Royaume-Uni. Delà à penser qu’il faut les laisser-passer au compte-goutte, plutôt que risquer leur vie…
D’où la réaction le 26 septembre de la presse britannique, bien moins muselée que l’équivalente française aux ordres de la République Sarkoziste, qui est « unanime à considérer que le démantèlement de la « jungle » de Calais ne règlera pas le problème des clandestins, mais se contente de le déplacer ; elle s’accorde à considérer que la solution à ce problème ne peut être trouvée qu’à l’échelle du continent européen »
Pas besoin d’être britannique ou de gauche pour comprendre que l’UMP et le petit nerveux de l’Elysée restent de grands brasseurs d’air populistes…
Et afin de garder la tête haute et les caméras braquées, le médiateur de la République Jean-Paul Delevoye, a souhaité la création d’un fonds européen « afin de notamment accompagner les Etats dans la protection des mineurs en situation irrégulière dans l’Union européenne » tout en reconnaissant la nécessité d’une action européenne. Très touchant…

Pour tout comprendre en musique:

Publicités

Une réflexion sur “Calais: ses plages, ses bourgeois, ses réfugiés et sa jungle

  1. allons allons, vous savez sans doute faire la difference entre l’immigration d’hier, d’origine européenne, et celle autrement plus massive d’aujourd’hui, d’origine extra-européenne ?

    je suis de gauche, mais je vais vous dire, vous oubliez les fondamentaux…

    « L’immigration est l’armée de réserve du capital »

    Marx.

    Les gens de gauche devraient réviser leurs classiques, en particulier sur le thème du Dumping social.

    Amicalement,

    Marx

    J'aime

  2. Le précédent commentateur a raison, mais il ne faut pas pour autant s’en prendre à ces personnes qui sont autant victimes du « capital » que les travailleurs qui subissent le dumping social.

    On sait bien que le patronat a encouragé et encourage l’immigration clandestine pour tirer vers le bas les salaires.

    On sait également que Besson mène cette politique à des fins purement électoralistes…

    J'aime

    1. @Marx,
      Pour information: le site Cpolitic et son auteur sont totalement apolitiques! Cela peut paraître paradoxal, mais il en est ainsi. Lisez bien plusieurs articles sur plusieurs mois, et vous en serez certainement convaincu.

      Quant à votre commentaire, serait-il possible de détailler un peu plus, car il laisse perplexe sur le fond de votre pensée.

      @despasperdus,
      Merci pour ce recadrage, que je partage en tout point.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s