Versailles: Pour 400 briques, T'as Plus rien !

Le choix fut difficile. La facilité de reprendre la réaction officielle du PS, « tout ça pour ça », a évidemment caressé l’esprit mais autant faire une allusion cinématographique pour décrire le plus grand plan com’ de l’Histoire de France et du même coup, la plus magnifique gabegie de la Vème République.

Pour entrer dans le vif du sujet, Nicolas Sarkozy a précisé clairement qu’il ne fallait plus « gaspiller le moindre euro ». Et les parlementaires déguisés en décor, d’une naïveté déconcertante comme hypnotisés par le petit Nicolas, se sont empressés d’applaudir, oubliant les 450 000 euros dépensés pour le plus cher des monologues de président de la République Française. S’ils font preuve de la même lucidité durant leur travail de législateur, il n’est plus la peine de s’étonner que les finances du pays finissent dans les abysses.
Oublié également le Grenelle de l’environnement avec près de 900 parlementaires à transporter dans des cars tout confort et climatisés. A 45 places assises dans un car, comptez au bas mot une vingtaine de véhicules lourds et polluants. Tant que les députés et sénateurs n’auront pas l’obligation d’utiliser les transports en commun et leurs guiboles dans l’intérêt cumulé du budget de l’Etat, de l’Assurance Maladie et de la Planète, rien n’avancera. Oh oui, là ça pourra ensuite se gausser en écoutant parler une parodie de président parlant de « Révolution », mais pas avant!

sarkozy or dorure

Sur le fond, le petit sportif claudiquant dans les longs couloirs de Versailles, puis transpirant comme un bouc à son pupitre n’a pas fait de grandes révélations. Heureusement même que le PCF avait sorti du chapeau la burqa, sans quoi, la facture aurait été encore plus salée.
Non rien de bien folichon, si ce n’est ce fameux emprunt national. Une fausse nouveauté prenant la forme d’un pathétique réchauffé puisque le dernier emprunt de la République remonte à 1993. Pratique orchestrée par un ministre du budget et des finances du nom de… Sarkozy de Nagy Bocsa. Vous parlez d’une rupture.
Une idée d’autant plus saugrenue que ce genre d’artifice s’avère extrêmement coûteux pour l’Etat français avec des taux allant de 6 à 10% et nécessitant aux passages moults privatisations pour rembourser les contribuables prêteurs. Une excuse en or pour sabrer le modèle social français, pourtant porter en triomphe véritable amortisseur d’une crise injuste et aveugle, par son meilleur destructeur.
Qui pourra s’opposer ainsi à la privatisation complète de la Poste voire d’EDF afin de rembourser le généreux français? Personne, pas même les socialistes, enfin ce qu’il en reste.
Benoît Hamon, à la recherche d’un emploi – une petite piècette messieurs dames? – a d’ailleurs noté le paradoxe entre le fait que l’Etat rendait l’argent aux plus riches (le fameux bouclier fiscal) pour ensuite leur demander sous forme de prêt et leur faire fructifier avec un taux intéressant, mieux qu’une banque et bien plus sûr que la Bourse. De quoi faire les affaires des meilleurs amis du petit Nicolas.
Inutile de s’étendre sur les finances de l’Etat qui partent littéralement « en sucette » pour ne pas dire « en couille », appelons un chat un chat, avec un déficit public annuel triplé par rapport à l’année précédente. La crise… que voulez-vous? Le taux de chômage galopant? La crise! Les 18,5% de hausse du budget de l’Elysée? Les besoins vitaux du Roy!

sarkozy or dorure

La réaction d’Elisabeth Guigou: « Tout était fait pour filmer Sarkozy, les entrées étaient bloquées par les caméras! »

Car si le président et son gouvernement sont impopulaires, le pays en récession, il serait au moins « normal » de préserver a minima les caisses de l’Etat. Etrangement, l’UMP fait aussi bien sur ce plan que ses prédécesseurs socialistes. La critique reste tellement facile mais une fois que nos élus occupent les postes qu’ils convoitaient, ils retombent dans les mêmes travers que leurs homologues.
Car en décidant de ne pas prélever plus d’impôts, de ne pas pratiquer une politique de rigueur, il devient inutile de faire un dessin de la courbe des déficits de l’Etat. Raymond Barre, à son époque, avait choisi l’éthique du bon père de famille, regardant de près chaque dépense. Nicolas 1er n’a pas ce courage, ni aucun autre d’ailleurs.
On se retrouve donc avec un Etat mal géré, s’autorisant toutes les folies mais ayant le culot de critiquer et de couper les recettes des collectivités locales. Un Etat à la hauteur de son président en somme. Minable.

– Concernant Hadopi, le Roy a été ferme pour lutter contre le pillage des oeuvres d’Enrico Macias, de Didier Barbelivien, de Johnny Hallyday, de Luc Besson, et d’autres grands artistes comme Doc Gynéco: « j’irai jusqu’au bout » a t-il dit. Au bout de quoi? Du ridicule? Dommage qu’il ne tue pas, nous aurions déjà un nouveau président depuis un peu moins de 2 ans. Il suffit de se rappeler de l’affaire MGMT, dans laquelle le parti du président a utilisé à plusieurs reprises lors de meeting les musiques de ces artistes. Là encore que l’UMP balaye devant sa porte avant toute chose!
A moins que le bout ne soit, « jusqu’au bout de la censure ». Nul doute que la démocratie en prendra un sacré coup. LOPPSI et HADOPI sont là pour commencer le travail de sape de nos libertés.

– Concernant les prisons « L’état de nos prisons est une honte pour la République ». Justement qu’avez vous fait, le gouvernement et notamment la souriante Rachida Dati, pendant 2 ans pour améliorer le sort des détenus? Nada, peau de chat!
« Nous construirons d’autres prisons, des places dans les hôpitaux pour les détenus souffrant de troubles psychiatriques ». Enfin un éclair de lucidité, histoire de préparer l’après Elysée, votre place Monsieur le Président reste au choix dans une prison, idéalement celle d’Alcatraz, soit dans un hôpital psychiatrique style « Vol au-dessus d’un nid de coucou ».

– Concernant la réforme des universités, le petit Nicolas qui ferait mieux d’y mettre les pieds pour étudier, souhaite poursuivre le massacre engagé par Valérie Pécresse. Si les méthodes (aucune consultation des professionnels, mise à l’écart de certains syndicats, suppression des postes là où il faudrait embaucher), le Roy va droit dans le mur.

– Concernant la taxe carbone, le petit Nicolas souhaite « aller le plus loin possible sur la taxe carbone » Le Roy nous fait donc une reprise du succès de Dalida « Paroles, paroles et paroles ».
Des chiffres pour prouver que le Tiers Etat est pris pour ce qu’il n’est pas: les voyages forcément vitaux du président ont engendré 7061 tonnes équivalent CO2 soit la consommation de 1000 français pendant un an, soit en 1750 fois le Tour de la Terre. (source Terra Eco) Un vrai géant vert, ce nain politique!

Concernant les retraites avec un aplomb inébranlable, le petit Nicolas a été capable d’annoncer des grandes décisions à la mi-2010 sur les retraites. « Applause! » Maintenant regardons le calendrier… Après les élections régionales dites vous? Voilà qui est courageux. Il est incroyable de constater qu’à chaque fois, les mauvaises nouvelles sont toujours remises aux calandres grecques ou après une échéance électorale.
Exemples concrets:
– Michelin annonce 1000 emplois supprimés en France et la construction d’une usine en Inde d’ici 3 ans.
– L’âge de la retraite sera reculé jusqu’à 67 ans (si seulement les politiciens pouvaient respecter cet âge!)
– Florence Cassez, littéralement abandonnée par le Quai d’Orsay, ne faisant pas partie de l’aristocratie comme Ingrid Betancourt, purgera finalement sa peine de 60 ans de prison dans les magnifiques prisons mexicaines. Un comble quand on sait qu’elle est victime du calendrier électoral dans lequel le président mexicain Calderone joue son mandat avec des promesses liées… à la sécurité. De quoi vous rappeler un certain type de candidat élu en 2007.
– Etrangement le même jour, pendant les festivités de Versailles, Philippe Val pratiquait les grandes purges de Moscou à Radio France en limogeant ce qu’il appelle lui-même « le problème » en la personne de l’éditorialiste Frédéric Pommier en charge de la matinale, et responsable d’un record d’audience pour cette tranche horaire. Travaillez plus et mieux…pour être virer en somme. Parler de Siné Hebdo peut donc nuire à l’emploi? (à lire sur rue89.com)
De là à dire que la gabegie de Versailles n’a été qu’une diversion pour certains agissements de sarkoziens, il n’y a qu’un pas…

– Concernant la formation, Nicolas mise tout sur les « hommes » et la « formation ». Dommage que la réalité rattrape les « fausses bonnes idées » du sieur Sarkozy. La formation n’a jamais créé d’emploi, votre Majesté, tout comme les heures supp’ qui elles, en suppriment même en temps de crise. La logique n’a jamais été le fort des apprentis dictateurs, déconnectés des réalités économiques.

Citons aussi les phrases bateaux, d’un pathétique sans nom, capables de rallier n’importe quel militant politique:
Il faut « créer de nouveaux des conditions favorables à cette aspiration française à mettre l’économie au service de l’homme », « La burqa n’est pas un problème religieux, mais un problème de dignité de la femme ». Aussi évident que le beau temps est toujours préférable à la pluie.

Et la phrase la plus culottée de toute: « le modèle français a de nouveau sa chance ». Il faut avoir de bien grosses maracas pour que son meilleur ennemi (destruction de la sécurité sociale au profit des mutuelles privées, privatisation des services publics, chantre des partenariat privé/public) ose prononcer devant les élus du peuple une telle provocation!
Encore une, pour la route? « Nous ne devons pas avoir peur de nos valeurs ni de les défendre ». Maintenant lisez cet article à propos de l’abolition de la loi de 1880 qui ôtait aux établissements catholiques le droit de délivrer des diplômes en France. Et vous aurez une idée concrète du défenseur des valeurs républicaines.

Que retirer de cette allocution de la parodie de président? Le Roy s’est fait rudement plaisir, un bonheur presque jouissif de mater les parlementaires ainsi, d’imposer sa parole sans pouvoir y répondre directement. Et du moment que le Roy peut festoyer librement dans ses appartements et les jardins du Château de Versailles. D’ailleurs, le palais de l’Elysée semble si petit à côté. Que ne diriez-vous pas d’une Rupture dans le protocole présidentiel… et d’un grand déménagement?
Faites comme il vous plaira votre Majesté!

Publicités

Une réflexion sur “Versailles: Pour 400 briques, T'as Plus rien !

  1. Bonjour,

    Belle synthèse sur la mascarade royale de Versailles. Il faut mettre, bien évidemment, un Burqa à cet agité. Bien joué !

    A Bientôt !

    A2N

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s