Attentat de Karachi: Quand Un Journaliste le Cherche, Nicolas Sarkozy Explose!

Nicolas Sarkozy aura réussi une pouesse, à défaut de promesse, assez remarquable pour être précisée. En effet, du haut de ses 50 balais passés, il est parvenu à collectionner les pires magouilles, entourloupes et autres casseroles à l’instar de ses prédécesseurs.
Mais alors que Mitterrand et Chirac, par leur carisme, leur pouvoir et leurs relations avaient réussi tant bien que mal à conserver une vériable chappe de plomb sur « leurs affaires », Nicolas Sarkozy et sa troupe de bras cassé (Balladur en tête d’affiche) parviennent à se faire griller dès la première partie du one-man show de présidentielle. La présidence de la République, c’était bien mieux avant!

Rappelez-vous nous avions déjà eu la sombre histoire de la Fondation Hamon impliquant André Santini, le parrain des eaux de Seine (jeux de mots, ramucho), Rachida Dati et Zébulon 1er, alias Nicolas Sarkozy.
Dorénavant la Justice, grâce à l’avocat de la partie civile (les familles des ingénieurs décédés), nous avons la saga judiciaire de l’été 2009, « les attentats de Karachi ».
Une affaire certainement aussi folle du point de vue de la simple morale que l’affaire des Frégates de Taïwan, avec un côté « gore » de part le crime perpétré.

detonateur

Pour résumé succintement: Balladur premier ministre, Léotard ministre de la finance, Sarkozy ministre du budget réalisent un package pour vendre un contrat mirifique au Pakistan, contrat doté de sous-marins nucléaires, qualité made in France!
Les Pakistanais devant un tel pactole demandent évidemment des commissions, qui iront notamment au veuf de Benazir Buttho. Côté Français, Balladur préparant la prochaine présidentielle, se voit obligé de prévoir aussi des rétro-commissions, avec le consentement évident de Nicolas Sarkozy du fait de son poste de ministre du Budget, mais aussi de « directeur de campagne » de la future défaite Balladurienne de 1995.
Au final, un joli contrat pour la DCN, de l’argent pour les dignitaires militaires pakistanais et pour le pouvoir français en place. Que demande le peuple?
Sauf qu’après les élections présidentielles françaises, Chirac découvre le pot aux roses et décide de couper le robinet. Couper? Pas totalement puisque en fait, selon le dernier article de Bakchich, une large partie des commissions sera détournée pour le propre clan chiraquien via notamment… Rafiq Hariri. (Le monde est petit, non?)
Et oui au Liban, les commissions n’ont pas la mauvaise image de la corruption à l’occidentale, elles font partie intégrante du business. Et comme Business is Business… tout le monde croque du gâteau.
Côté Pakistanais, en revanche, l’arrêt des versements aurait semble-t-il provoqué la fureur des autorités. Selon les derniers élements divulgués, les services secrets pakistanais ont menacé la France puis passé leurs menaces à exécution. Pour le plus grand malheur des ingénieurs de la DCN, véritablement sacrifiés.
Selon les dernières infos de Libération, la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure) a « cassé les jambes » de 3 amiraux pakistanais et tué un officier, en guise de représailles. Car depuis le début les autorités françaises savaient, toute l’enquête n’était que supercherie. Histoire de gagner du temps pour les prochaines élections?

Die Hard Sarkozy

Des attentats en représailles d’un commerce d’armes qui a mal tourné? Cela rappelle tristement la vague d’attentats perpétrés en 1986 par des groupes algéro-irano-libano-syriens sur le sol français, (notamment celui de station RER Gare de Lyon)(à lire ici), provoqués in fine par la vente sulfureuse de Super Etendard à l’Irak de Saddam Hussein.
Chirac était à l’époque tout nouveau premier ministre et la conclusion de l’affaire explique les relations inamicales entre le président syrien et notre Jacquo national.

Pour en revenir à Nicolas Zébulon Sarkozy, il nous a joué son meilleur sketch, dans la grande série de « la jeune vierge effarouchée ». Un journaliste de l’AFP lui pose une seule question concernant cette affaire pour le moins génante, qui aurait provoquée dans n’importe quelle démocratie du monde, la démission pure et simple de l’actuel président.
Au contraire, Nicolas explose littéralement son rôle de composition du « bambin pris la main dans le sac de bonbons ». Un vrai festival de bon mots allant de « grotesque » à « fable » le tout agrémenter d’un rire cynique et narquois, avant de se rappeler qu’il y a eu, dans cette affaire, 11 morts. Oups… Merci pour les familles.

A la question judicieuse, « Qui pourrait croire à des fables pareilles? » Nous, Monsieur ! Les mêmes cons aidés des 53 % qui ont votés pour vous et qui ont crus bêtement… à vos fables électorales.

Evidemment, plus que jamais, l’opposition (ce qu’il en reste) doit se rassembler et demander solennellement la démission du chef de l’Etat, dans le simple but que la Justice fasse son travail sereinement en toute indépendance. On peut rêver, non?

Un petit côté « Lord Of War » encore et toujours…
Sarkozy en Angola: Lord Of War

Publicités

Une réflexion sur “Attentat de Karachi: Quand Un Journaliste le Cherche, Nicolas Sarkozy Explose!

  1. Comme d’habitude il y aura une très, très,très longue enquête qui se terminera au bout de longues, longues années de procédure par un NON LIEU (Cf l’affaire des frégates de Tawain…..)

    J'aime

    1. Vous avez parfaitement raison puisque celle-ci a débuté en 2002. Et le juge, volontairement ou non, a pris son temps, mais en arrive comme souvent à la vérité. Après, libre au pouvoir en place de laisser faire la justice ou non. Car la vérité n’est certainement pas bonne à dire dans ce cas de figure. Les familles de victime n’ont plus rien à perdre.

      J'aime

  2. Un président de la République française serait pris en flagrant délit du meurtre d’un enfant pour lui voler sa montre, qu’il y aurait encore des êtres pour effacer toutes les traces, et que lui, méprisant jurerait que sa peine est grande et qu’il s’emploiera à tout mettre en oeuvre pour trouver l’immonde responsable de ce geste dément. Allons, ne rêvons pas ! IL N’Y AURA AUCUNE HAPPY END. Affaire classée, quel est l’autre dossier?… Sortons de ce système et enlevons le pouvoir de ces mains sales, toutes ces mains sales. Enfin, si nous le pouvons encore.

    J'aime

    1. Oui si l’acte ne se fait pas devant les caméras il est certain que les fanatiques sarkozistes trouveront mille et une excuses pour pardonner voire dire que le président n’a fait que se défendre. Rappelons nous l’affaire du scooter de Jean sarkozy pour laquelle c’est le responsable de l’accident, ne soyons pas dupes, qui a reçu un dédommagement!

      J'aime

  3. Le 18 mai 2007, Nicolas Sarkozy nomme Hervé Morin ministre de la Défense.

    Le 23 juin 2009, Nicolas Sarkozy garde Hervé Morin comme ministre de la Défense.

    Question 1 : pourquoi Nicolas Sarkozy tient-il à ce qu’Hervé Morin reste ministre de la Défense ?

    Question 2 : Hervé Morin va-t-il déclassifier tous les documents « SECRET DEFENSE », comme le lui demandent les familles des victimes de l’attentat de Karachi ?

    Question 3 : Hervé Morin n’est-il pas un ancien membre du clan Balladur des années 1993-1994-1995 (autres membres du clan Balladur : Nicolas Sarkozy, François Léotard, etc.) ?

    Question 4 : que sait Hervé Morin du financement de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1994 et 1995 ?

    Article HERVE MORIN sur le site Wikipedia :

    Carrière.

    Au ministère de la Défense.

    Hervé Morin est chargé de cours à l’université Paris V-René Descartes de 1989 à 1995. Il entre au ministère de la Défense en 1993, comme conseiller technique chargé des relations avec le Parlement, des affaires domaniales et des questions d’environnement, au cabinet de François Léotard, ministre d’État et ministre de la Défense.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Herve_Morin

    J'aime

  4. Hervé Morin (membre du clan Balladur : conseiller du ministre de la Défense François Léotard de 1993 à 1995) va-t-il vraiment déclassifier tous les documents  » SECRET DEFENSE  » ?

    Patrick Ouart (membre du clan Balladur : conseiller Justice de Balladur de 1993 à 1995, conseiller Justice de Sarkozy depuis 2007) va-t-il laisser les deux juges d’instruction aller jusqu’au bout de leur enquête ?

    On verra bien.

    Il faudra surveiller ça de très près.

    J'aime

  5. Quel a été le budget de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995 ?

    Le compte de campagne de M. Edouard Balladur est arrêté comme suit (en francs) :

    – Dépenses : Mandataire : 83 846 491 ; Partis politiques : 5 929 628 ; Avantages en nature : 0 ;
    Total : 89 776 119 francs.

    – Recettes : Mandataire : 85 676 060 ; Partis politiques : 5 929 628 ; Avantages en nature : 0 ;
    Total : 91 605 688 francs.

    http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/depuis-1958/decisions-par-date/1995/compte-balladur-1995/decision-compte-balladur-1995-du-11-octobre-1995.10707.html

    Rappel : Edouard Balladur ne pouvait pas compter sur l’aide financière de son propre parti politique, le RPR. En effet, pendant la campagne présidentielle de 1995, le RPR finançait le candidat Jacques Chirac.

    Question : en 1995, où le clan Balladur-Sarkozy a-t-il trouvé ces 90 millions de francs ?

    J'aime

  6. Dimanche 28 juin, Edouard Balladur est interrogé sur le financement de sa campagne électorale de 1995 et sur l’attentat de Karachi. Cette affaire est abordée à la minute 41 jusqu’à la minute 49 :

    http://www.rtl.fr/fiche/5468221/edouard-balladur-etait-l-invite-du-grand-jury-rtl.html

    Jean-Michel Aphatie : « On évoque le financement de votre campagne électorale de 1995. Etes-vous certain aujourd’hui, Edouard Balladur, êtes-vous certain, le savez-vous, vous êtes vous renseigné, que votre campagne électorale s’est déroulée sur le plan financier de manière régulière ?

    Edouard Balladur répond : « Les comptes de ma campagne ont été établis, déposés, contrôlés, validés par l’organe compétent à cet effet. C’est tout ce que je peux vous dire. »

    Fin de citation.

    Rappel : l’organe compétent était le conseil constitutionnel, dont le président était à l’époque Roland Dumas, un modèle d’honnêteté.

    Edouard Balladur conclut : « Si le juge le décide, je me rendrai devant le juge. Je ne lui en dirai pas beaucoup plus que ce que je viens de vous dire. J’en dirai même pas plus. »

    J'aime

    1. Merci pour ces précisions. Effectivement, ce financement de campagne électorale sombre dans le flou artistique le plus total. Le glauque n’est pas loin…
      Balladur, Sarkozy, Dumas, manque plus que Tapie ;-(

      J'aime

  7. Comment empêcher l’Assemblée Nationale d’enquêter sur l’attentat de Karachi ?

    Comment étouffer le Watergate français ?

    Réponse : il suffit de confier la mission d’information à la commission de la Défense. Le patron des députés PS Jean-Marc Ayrault est d’ailleurs scandalisé de cette décision.

    Cette commission de la Défense est constituée de 60 députés en tout. Sur ces 60 députés :

    – 36 députés sont membres de l’UMP.

    – 3 députés sont membres du Nouveau Centre (le parti du ministre de la Défense Hervé Morin, qui travaillait déjà au ministère de la Défense de 1993 à 1995, quand le contrat de vente des sous-marins a été signé).

    – il y a seulement 20 députés de gauche dans cette commission, et 1 député non-inscrit !

    Je vous laisse imaginer l’impartialité de la commission de la Défense !

    Je parie que la commission de la Défense va conclure que tout s’est passé dans les règles !

    Lisez cet article :

    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20090630.OBS2518/une_mission_dinformation_sur_lattentat_de_karachi.html

    J'aime

  8. Le ministère de la Défense a bien reçu les demandes de levée du secret-défense des juges chargés de l’attentat de Karachi. Le cabinet d’Hervé Morin s’est engagé à répondre dès septembre. La procédure agace les militaires car ils ont le sentiment de jouer les boucs-émissaires de l’hyperprésident. Un jeu de dupes où la première victime risque bien d’être la vérité judiciaire. Enquête.

    http://www.rue89.com/2009/07/11/attentat-de-karachi-le-secret-defense-leve-en-septembre

    J'aime

  9. Attentat de Karachi : le site SARKOFRANCE fait le point.

    Karachigate : ce que l’on sait, et ce que l’on aimerait savoir.

    Finalement, cette affaire occupe ici ou là encore quelques journalistes. Les autorités françaises n’apportent aucune réponse, depuis les dénégations de Nicolas Sarkozy et d’Edouard Balladur il y a bientôt trois semaines. Peut-être faut-il rappeler quelques éléments, nouveaux ou pas.

    1. Les ventes d’armes françaises à l’étranger s’accompagnent de versements de commissions occultes.

    On soupçonne régulièrement le pouvoir en place au moment de ces juteux contrats de récupérer une fraction significative de ces commissions en retour. Dans l’affaire de l’attentat de Karachi en mai 2002, les enquêteurs ont mis la main, selon Libération, sur un mémo interne de la Direction des Constructions Navales qui portait la mention suivante : « Pour payer campagne BAL, AGO refuse de payer 2ème réseau. »

    2. Nicolas Sarkozy est au courant des commissions versées.

    D’abord parce qu’il est président. Ensuite parce qu’en 1994, alors ministre du Budget, il avait donné son accord au versement par la Direction des Constructions Navales de commissions à des intermédiaires dans le cadre de la vente des 3 sous-marins français au Pakistan. Selon Rue89, ces commissions se décomposent comme suit :
    – 6 %, soit 49,5 millions d’euros, pour Ali Asif Zardari, mari de feu Benazir Bhutto, et son réseau, composé d’officiels pakistanais ;
    – 4 %, soit 33 millions d’euros, pour le Syrien Abdul Rahman El-Assir, présenté comme l’un des financiers occultes du clan Bhutto, associé au Libanais Ziad Takkieddine.

    3. Ces commissions n’ont pas été intégralement versées.

    Selon le Point, il restait, en mai 1995, encore 15 % des sommes à payer. Impayées à cause de Jacques Chirac, ces sommes sont-elles suffisantes pour déclencher un attentat en représailles contre la France ?

    4. Le secret-défense serait levé en septembre.

    C’est une information de Rue89 : « Le ministère de la Défense a bien reçu les demandes de levée du secret-défense des juges chargés de l’attentat de Karachi. Le cabinet d’Hervé Morin s’est engagé à répondre dès septembre. La procédure agace les militaires car ils ont le sentiment de jouer les boucs-émissaires de l’hyperprésident ». Le cabinet d’Hervé Morin s’occupe directement de cette levée du secret-défense, demandée il y a quelques jours par les deux juges en charge de l’enquête sur l’attentat.

    5. On fait le ménage dans les archives de la Défense.

    Toujours d’après Rue89, les cabinets ministériels sont pris d’une frénésie de rangement : « Consigne a été passée dans les administrations concernées de faire un ménage de printemps. En clair, il s’agit d’isoler et de trier les documents relatifs à cette affaire. »

    On ne voudrait pas, au Ministère de la Défense, que les juges tombent sur des documents « par hasard ». Ce ménage est la raison pour laquelle les juges n’auront accès aux archives … qu’en septembre.

    http://sarkofrance.blogspot.com/2009/07/karachigate-ce-que-lon-sait-et-ce-que.html

    J'aime

    1. Malheureusement on imagine, et on peut d’ores et déjà le vérifier, le petit Nicolas a placé tous ses pions pour désamorcer le scandale.
      ça fera pschittt…

      J'aime

  10. ça ne va pas faire pschiiittttt…d’ici 1 semaines ou deux ça va refaire boum…et les familles ne lâcheront pas!!!
    (sympa les affiches de cinéma!!!)

    J'aime

    1. Nicolas ayant tous les pouvoirs, législatif, exécutif et judiciaire (avec MAM), je ne suis pas aussi optimiste que vous sur le dénouement de l’affaire.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s