Enquête Cpolitic: Economie Numérique, Quand l'Etat subventionne les partenaires de Dassault

Il y a des nouvelles surprenantes et des coïncidences troublantes. Aussi quand les actualités annoncent une enveloppe miraculeuse offerte par Nathalie Kosciusko-Morizet, une bagatelle de 30 millions d’euros pour le développement des jeux vidéos de type « serious gaming », il y a de quoi s’interroger.

D’autant qu’à la suite de la dépêche se trouvait une interview d’Antoine Bezborodko patron et fondateur de Ad-Invaders, spécialiste français de ce type de jeu ludique.
Via le choix de cette société par le journaliste, on comprend évidemment que celle-ci sera aux premières loges pour empocher la plus grosse partie de la cagnotte de loto l’Etat.
De quoi constituer un bon élément pour débuter notre modeste investigation googlesque et tenter d’expliquer un tel élan de générosité, alors qu’il est bien connu, que les caisses de l’Etat restent désespérément vides (dixit notre actuel Premier Ministre).

Deux ex numerical machina
En grattant un peu sur notre toile préférée, on découvre rapidement l’existence d’un partenariat fort entre AD-invaders et Dassault Systèmes, spécialiste de la conception industrielle 3D, notamment par son logiciel phare Catia. Ainsi Dassault Systèmes met à la disposition de AD-Invaders et de sa maison mère Sobuzzy des outils 3D (technologie 3DVIA Virtools) que celle-ci exploite dans ses différentes productions numériques.

Etonnamment – d’un point de vue éthique – SoBuzzy remporte même des contrats avec… Dassault Aviation. La société 3D à l’effigie d’une abeille à valise se vente copieusement de ce contrat certainement mirifique et vital pour elle sur son site web. Le client final fait donc partie du même groupe que le partenaire du fournisseur. Forcément quant à l’appel d’offre coté Dassault Aviation, personne ne doute de sa validité et de son impartialité. Non personne.

Pour un début, il fut plutôt fructueux alors intéressons-nous aux personnes maintenant. L’égocentrisme des patrons d’entreprise étant ce qu’il est, avec le développement des réseaux sociaux et des blogs, cela facilite les investigations concernant les différents liens officiels ou non entre les entreprises.

Ainsi en continuant la pêche aux infos, on découvre sans difficulté aucune, que William PERES, directeur général de Sobuzzy, n’est autre que l’ancien Directeur Marketing et Communication France et Benelux chez Dassault Systèmes. Il n’y a pas de mal d’utiliser ses relations professionnelles antérieures. Certes. Mais en quelques minutes et recherches, on parvient à comprendre l’effort des lobbies pour en arriver au constat suivant : quand NKM subventionne par une aide publique un secteur comme les jeux vidéos « made in france », il faut comprendre Nicolas Sarkozy enrichit Serge Dassault avec l’argent public. Ni plus, ni moins.

Le hasard faisant bien les choses, nos recherches nous ont menés ailleurs et notamment sur le blog Kablages publiant un article intéressant intitulé NKM remplace Eric Besson, écrit lorsque le jeu des chaises musicales fut orchestré par Sarkozy et Fillon, après la rébellion de la belle rousse de l’Ecologie en avril 2008 dénonçant « un concours de lâcheté et d’inélégance entre Jean-François Copé, qui essaie de détourner l’attention pour masquer ses propres difficultés au sein du groupe, et Jean-Louis Borloo, qui se contente d’assurer le minimum »

Détail de ce blog, dans la partie droite, Blogoliste, (les blogs préférés de l’auteur) se trouve celui du patron de Sobuzzy, William Peres. Curieux hasard où le monde de l’internet français semble aussi petit que notre Zebulon élyséen.
Question naturelle : qui est l’auteur de ce blog Kablages ? En fait, tout est déjà dans l’url et deux rubriques de ce site web permettent d’assouvir notre curiosité par pléthore de renseignements.
Ce blog sur les « Reseaux sociaux, blogs et autres phénomènes de société », est écrit par Hervé Kabla, un polytechnicien. Stop! On s’arrête de suite. De part son appartenance à l’X et la cohésion réputée des anciens de cette prestigieuse école, NKM la seule polytechnicienne du gouvernement néoconservateurs connaît probablement Hervé Kabla, surtout depuis qu’elle se trouve au poste de secrétaire d’État à la prospective et au développement de l’économie numérique. Un mélange des genres (déjà réalisé via son frère DG de PriceMinister.com) par conséquent embarrassant surtout avec l’occupation professionnelle de l’intéressé…

Tous les chemins mènent non pas à Rome mais chez Dassault !
En effet, l’auteur du blog Kablages (apprécié aussi le jeu de mots) est directeur général de BlogAngels, dont la mission est « d’éduquer les entreprises sur l’utilisation de blogs à des fins de communication externe » et accessoirement… ancien salarié de Dassault Systèmes.
Et parmi les clients émérites de BlogAngels, devinez un peu quelle société on trouve….Dassault Systèmes, pardi! Décidément…

Nouvelle branche de recherche
L’équipe de BlogAngels est constituée, en plus de Hervé Kabla, de 2 autres personnes dont une certaine Deborah Elalouf. Petite tapotage rapide dans Google…
Au miracle, on retrouve la même personne à la direction éditoriale et production du site internetsanscrainte.fr. Un site web à but pédagogique chargé d’expliquer les bonnes pratiques de l’internet, un projet soutenu par la Commission Européenne et l’Etat français via la DUI, la délégation aux usages d’internet, « rattachée au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, qui coordonne le programme, veille à la mise en place des orientations publiques en matière de protection de l’enfance sur Internet, et soutient financièrement le programme ».

Une Deborah Delalouf que l’on retrouve également à la conception et à la direction de production du site web citoyendedemain.net, le fameux concept de l’enfant citoyen développé par l’Education Nationale. Lire, écrire, compter on verra plus tard, d’abord tu es citoyen, petit garnement!
Ces réalisations numériques s’étant faites via la société Tralalere.net que Mme Delalouf dirige, une société qui « réalise des programmes numériques pour les enfants, leurs parents, leurs enseignants » et travaille donc « avec des institutions, comme le Ministère de l’Education Nationale, le Ministère des Affaires étrangères, la Commission européenne ou le mémorial de la Shoah »
Voilà de quoi faire une belle boucle entre l’Etat, Dassault, des sociétés partenaires ou intervenant en qualité de fournisseur et… l’Etat voire l’administration européenne.

Et pour redessiner d’une manière plus tangible cette boucle incestueuse, il suffit de s’intéresser aux documents officiels liés à l’annonce du gouvernement pour l’attribution de ces aides qui se chiffrent en millions d’euros.
Des documents qui semblent au final, avoir été taillés sur mesure pour les sociétés précitées comme AD-Invaders, Sobuzzy (et donc Dassaut) ainsi que Tralalère: numérique, R&D, Web 2.0, et pédagogie (synonyme de propagande gouvernementale)

Pour cela, nous allons repartir de l’interview donner par le patron et fondateur d’AD-Invaders à ElectronLibre.info
Il donne ainsi de la définition du « serious gaming », l’objectif de « diffuser un message à caractère informatif ou éducatif » […] le serious game trouve bien sa place dans tout ce qui est prévention, comme la sécurité routière, la santé publique, les règles alimentaires, mais aussi la formation en entreprises, l’environnement, la défense, le tourisme, la culture… »
Effectivement, sa société comme celle de Deborah Elalouf correspondent à merveille à cette définition, que ce soit pour une utilisation directe via internet (le Web 2.0) ou via des logiciels à installer sur sa machine (mac ou pc)

Allons maintenant sur le site du gouvernement, dans la partie dédiée au volet numérique du plan de relance. On peut y lire l’Appel à projets sur les services innovants du Web.
Sur cette page, on y découvre en gras la mention les « services innovants du Web pourront en particulier être destinés à des systèmes d’information des entreprises » et « Web temps-réel (microblogging par exemple) »
Difficile de faire mieux pour cibler nos deux entreprises préférés dont BlogAngels qui se définit comme une agence de « Corporate Blogging », ce qui signifie traduit du langage marketeux pensant l’anglais comme indispensable pour être un temps soit peu crédible, agence pour la création des blogs d’entreprise (usage interne ou externe).
Les conseillers de NKM ont certainement dû hésiter un instant à reprendre directement le terme de Coporate Blogging, mais cela aurait été surement trop voyant.

Pour la partie Serious Gaming, l’Appel à projets national « Serious Gaming » semble lui aussi né d’une véritable télépathie avec les dirigeants de Sobuzzy.
Le ministère de la mise en œuvre du Plan de relance et le secrétariat d’Etat à la Prospective et au développement de l’économie numérique (SEDEN) décident donc de soutenir via le présent appel des projets d’innovation visant à développer des outils professionnels s’appuyant sur des techniques issues du jeu vidéo. L’idéal.

FAQ notre amie
Mais la rubrique traditionnelle de la Foire Aux Questions (FAQ pour les intimes) ne fait que confirmer nos présomptions de collusion :
la catégorie des micros, petites et moyennes entreprises (PME) est constituée des entreprises qui :
emploient moins de 250 personnes et réalisent un chiffre d’affaires annuel inférieur à 50 M€ ou un total du bilan annuel inférieur à 43 M€. Les filiales de grands groupes ne sont pas considérées comme des PME. Le partenariat comprend au moins deux entreprises indépendantes l’une de l’autre, dont une PME, et aucune entreprise ne supportant seule plus de 70 % des coûts admissibles du projet

Et à la question « Le client peut-il faire partie du partenariat ? » on obtient une réponse sympathique pour notre petite théorie : Oui. Par contre, si le client est une collectivité locale, ou s’il ne participe pas aux travaux de R&D ou aux spécifications, il ne pourra pas bénéficier de subvention.
Justement comme vu au début de l’article, Sobuzzy et AD-invaders travaillent en étroite collaboration avec Dassault Systemes, sans pour autant être une filiale du géant de la conception 3D. Ayant des effectifs de moins d’une dizaine de personnes chacune (cf infos sur le site de l’Agence Française pour le Jeu Vidéo) , ces deux sociétés rentrent à merveille dans les critères établis par les services de NKM, tout en permettant à terme à Dassault Systèmes de financer au besoin ses travaux et recherches en développement à moindre frais, via les aides de l’Etat.

Intéressons nous au meilleur… le financement.
Ceci se fait via la page mise à disposition ici
On peut y lire la confirmation des propos tenus par le directeur général d’AD-Invaders, qui a très bien suivi le dossier du début jusqu’à la fin: « 45% de ces aides vont être attribuées à des PME de moins de 50 personnes, 35% pour les PME de moins de 250 personnes et 25% pour les grandes entreprises. »
Et là encore de part l’effectif très restreint, Sobuzzy et AD-Invaders sont prétendantes à la plus grosse part du gâteau. Gagnant au tirage comme au grattage !

Un gâteau généreux, avec une crème épaisse, indigeste pour le contribuable d’un montant de 20 millions d’euros pour les « serious games » et de « 10 millions d’euros pour des projets Web 2.0″
En l’état actuel des choses, de quoi se régaler entre Sobuzzy (ou apparentés), et Tralalere, plus présent côté web et ludique. Mais il y aura certainement des miettes pour d’éventuels petits concurrents, fictifs au besoin, histoire de crédibiliser un peu l’opération.

D’ailleurs pour la partie web, on constate que ce plan n’est que le début d’un long financement privé-public: à lire ici l’appel à projets, qui s’inscrit dans le contexte du volet numérique du plan de relance, sera complété, de manière très naturelle, par un volet « commande publique » visant à équiper les administrations des outils évoqués ci-dessus.
Histoire d’avoir en plus le beurre et l’argent du beurre avec des commandes de l’Etat, dans l’esprit Rafale commandé uniquement par l’Etat français et à ce jour, par aucun état étranger, au plus grand dam de Dassault Aviation.

Pour terminer cette partie financement, revenons encore à une déclaration d’Antoine Bezborodko, dg de AD-Invaders qui décidément nous renseigne fort bien sur l’éventuel marge et donc l’importance financière de l’aide accordée par l’Etat français à des sociétés ayant le profil de la sienne :
« Etant donné les budgets modestes des serious games, c’est-à-dire entre 10 000 et 50 000 € » A vérifier puisque les budgets informatiques sont les pires projets (avec ceux du BTP) concernant les dépassements de coûts. Pour les marges cela tombe plutôt bien, car comme précisé dans notre FAQ salvatrice, ici « Le comité de sélection ne s’est pas fixé de budget minimum ou maximum. » Gage d’un bon retour sur investissement, le fameux ROI

Que le monde est petit chez les Dassault et associés! Un lobby que l’on imagine intense dont l’objectif est de guider voire d’insuffler la politique du gouvernement, acquis à sa cause.
En croyant aider un secteur entier, les jeux vidéos et les NTIC – nobles causes que l’Etat doit défendre – c’est en fait uniquement les amis du pouvoir présents dans ce secteur qu’il soutiendra financièrement.
Dassault Systèmes et ses sociétés partenaires (clients ou fournisseurs) fournissent la technologie pour prêcher la bonne parole du gouvernement et par extension la politique de l’UMP: l’enfant citoyen, apprendre à se servir d’internet (HADOPI mon ami), le devoir de mémoire…
Et forcément, comme tout travail mérite salaire, l’UMP finance via l’argent public les entreprises amies de son principal bailleur de fond, et membre plus qu’influent Serge Dassault.

Plus d’infos sur les modalités d’obtention de la subvention: ici

Source interview ElectronLibre.info

Publicités

Une réflexion sur “Enquête Cpolitic: Economie Numérique, Quand l'Etat subventionne les partenaires de Dassault

  1. C’est quoi le jeu ? c’est faire assaut de ses connaissances en bibliothèque politique ? Au fait, j’ai été voter bien que pour moi aujourd’hui n’était pas un jour comme un autre !…
    Bonne soirée
    genevieve

    J'aime

    1. Visiblement vous vous êtes trompée d’article pour commenter car « la bibliothèque » c’est l’article suivant. C’est pas grave, je suis tolérant ;-)
      Un brun énervé vu le ton de la phrase ou bien? A vous de juger vous a mise sur les nerfs? Enfin, non la bibliothèque est juste un petit défi lancé par un blogueur auquel j’ai répondu. Simplement. Si en plus cela peut faire découvir à d’autres des ouvrages intéressants, pourquoi pas?
      Profitons en tant qu’ils sont encore en vente et légal d’en acheter. Qui sait ce que demain sera fait?
      A l’heure où même les SMS sont filtrés et les enfants arrêtés par les courageux gendarmes…

      Pour le vote, excellent! Réponse ce soir.

      Cdt,
      Emachedé

      J'aime

  2. Bonjour.

    Je suis ravi d’en avoir appris de bien bonnes sur ma société, celle de mes amis Deborah et William, ainsi que mes liens avec NKM sur votre blog! Merci pour la franche rigolade.

    En revanche, la prochaine fois, essayez de me passer un coup de fil avant d’écrire un texte aussi long, ça vous permettra d’avoir des sources un peu plus cohérentes qu’une boule de cristal, vous y gagnerez surement en notoriété et en sérieux.

    J'aime

    1. Bonjour

      Et bien si au moins cela vous fait rire. On verra bien si au final, il y a subvention ou pas… Mais franchement avouez que cela fait un paquet de coïncidences dantesques tout de même.
      Quant à vous contacter:
      1/ je ne vais pas vous embêter avec des thèses aussi farfelues, vous avez mieux à faire.
      2/ vous auriez évidemment démenti en bloc alors l’intérêt serait limité

      Sinon j’ai un article des tricheries électorales de Serge Dassault, ça vous fera rire certainement aussi. Chacun son point de vue.

      Cdt,
      emachedé

      J'aime

  3. Coincidences certes, mais conclusions totalement farfelues. Mes liens avec Dassault Systèmes sont on ne peut plus tenus, je vous invite d’ailleurs à lire ma prose sur ce sujet ces derniers jours. Et je ne connais pas NKM : désolé, il y a plus de 300 X par an, difficile de les connaître tous… Mais bon, si cela fait fantasmer les lecteurs adeptes du grand complot…

    J'aime

    1. Par un curieux hasard, les entreprises mentionnées ont étrangement le profil type pour bénéficier des subventions d’Etat.
      Ne pas y voir un complot, encore moins un fantasme, mais plutôt une chance incroyable.

      J'aime

  4. Il y a plusieurs centaines qui répondent a ce profil. Et qui, vraisemblablement, bénéficieront de ces aides, et avec intérêt d’ailleurs. Ne s’intéresser qu’à celles mentionner dans l’article ne relève ni du complot, ni d’un fantasme, mais d’une chance incroyable itou?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s