Journée de Solidarité: Le Comique "Cynique" de Répétition de la Vignette Auto

Le « Fond national de solidarité » ne vous dit probablement rien. Car c’est un temps que les moins de 60 ans ne peuvent pas connaître. Cette expression pompeuse était l’inscription présente sur la vignette automobile, la fameuse vignette qui perdurera jusqu’en 2001. Au départ, elle fut créée par Paul Ramadier pour venir en aide aux personnes âgées.
« Une petite pièce Messieurs, Dames c’est pour les vieilles et vieux du village… »
Sauf que de 1956 à 1959 les retraites n’augmentent pas en proportion des sommes prélevées. L’argent, au lieu d’aller dans les caisses de retraites, partait directement dans celles de l’Etat. Une loi en 1959 permet de lever le voile sur ce mensonge d’Etat mais le mal est fait, et pour longtemps.


Source Caradisiac.com

Juillet-Août 2003. La canicule bat son plein en Europe. Deux tiers des stations de Météo-France, ceux-là même qui se trompent une fois sur deux pour prévoir votre barbecue – relèvent des températures supérieures à 35°C. Selon l’institut national, « cette période de canicule dépasse de très loin tout ce qui a été connu depuis 1873 par son intensité et sa longueur tant au niveau des températures minimales, maximales que moyennes ».
Malheureusement les personnes les plus fragiles ne supportent pas cette vague de chaleur, et ce sont les personnes âgées, vivant seul, qui payent un lourd tribu.
N’écoutant que son courage, le ministre de la Santé de l’époque Jean-François Mattei habillé d’un modeste polo, nie depuis sa villa de vacances l’hécatombe chez le troisième et le quatrième âge.
Dans la réalité, les hôpitaux sont surchargés, les pompiers débordés et le chiffre de 15 000 morts tombe.
Entre en jeu Jean-Pierre Raffarin, ancien commercial dans la torréfaction de café, qui justifiant le manque de moyens et donc de financement pour aider les plus vieux ou des plus diminués d’entre nous, invente la Journée de la Solidarité.
Une journée « originale », inédite dans le droit du Travail puisqu’elle consiste « en une journée de travail supplémentaire (qui peut éventuellement être fractionnée en heures), est destinée au financement d’actions en faveur de l’autonomie des personnes âgées ou handicapées. Cette journée ne donne en principe pas lieu à rémunération supplémentaire ». Comprendre: vous travaillez sans être payé, le principe même de l’esclavagisme. Le MEDEF l’avait rêvé, l’UMP l’a fait…
Le 2 mai 2005, El Gringo Raffarin – comme le surnomme les Guignols de l’info – inaugure la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), chargée de collecter les fonds issus de la Journée de solidarité. A l’époque, l’apport financier de cette journée est estimé à 2 milliards d’euros.

Cette clairvoyante idée aura surtout permis d’organiser un véritable foutoir dans la vie économique et sociale française. Dès la première année, de nombreuses dérogations sont accordées, puis au fil du temps, il revient essentiellement au secteur privé et ses salariés, d’assurer seuls cette solidarité. La pagaille restant assurée dans le domaine du tourisme avec de nombreuses festivités organisées partout en France pour ce long week-end festif.
Les premiers qui ont dérogés à la règle? Les parlementaires, ceux-là même qui doivent montrer l’exemple à toute une nation. Ensuite certaines entreprises ont décidé d’offrir cette journée à leur personnel, comme la… SNCF, qui a demandé à ses employés de travailler en théorie un peu plus de 2 min par jour sur l’année, ce qui en pratique revient à travailler par deux fois 3 heures 30 de travail en plus. Pourquoi faire simple?
En 2009, une grande part des entreprises privées supprime une journée de RTT à leurs employés ce qui leur permet de conserver cette journée fériée, gage de simplicité pour tout le monde.

Roselyne Bachelot met à la poubelle l'Hopital Public

6 ans après la canicule, Pascal Champvert, président de l’Adpa (Association des directeurs au service des personnes âgées) dénonce un trou de 700 millions d’euros dans le budget permettant en théorie d’améliorer les conditions de vie des personnes âgées notamment par une augmentation des effectifs compétents.
« On s’est rendus compte au fil des années que cet argent du jour férié a permis de faire faire des économies à l’Etat et à la Sécurité sociale ».
Et d’ajouter « 60 millions qui ont permis de construire de nouveaux établissements alors qu’ils auraient du permettre d’augmenter le nombre de personnels » […] « 700 millions qui se sont totalement évaporés, qui sont partis pour financer ce qui existait déjà ». […] L’Etat « a décidé de diminuer les moyens dans 90% des établissements et des services à domicile ».
Difficile de ne pas imaginer que beaucoup d’intermédiaires – comme vu récemment dans la crise du lait – ont dû se goinfrer de cette nouvelle manne, notamment les amis industriels du pouvoir.

Au final, beaucoup de bruits pour rien. Les personnes âgées, handicapées ou dépendantes pourraient être bien mieux loties si, comme promis, l’intégralité des fonds versés à l’Etat partait dans les caisses adéquates.
De l’incompétence d’un ministre pourtant médecin reconnu, incapable d’organiser ses services pour avoir une veille sanitaire fiable, réactive et efficace, nous en sommes arrivés à la plus incroyable manoeuvre politique visant à instaurer une journée national du racket, au plus grand plaisir unique du MEDEF.
Et évidemment, rien ne prouve que le système de soin actuel parvienne à se mobiliser dans les temps et avec les moyens nécessaires si une nouvelle canicule venait à s’abattre sur l’Europe.
D’autant que la politique de Roselyne Bachelot – stagiaire ministre de la Santé – souhaitant transformer l’Hôpital Public en entreprise rentable, ne peut en aucun cas améliorer la situation passée.

Pour vous en convaincre, 2 cas concrets:
– une clinique privée bénéficiant du dernier cri en matière d’imagerie médicale, au détriment du principe de partage des moyens avec l’hôpital public pourtant à l’équilibre financièrement. A lire ici

– l’implantation d’une clinique privée – Clinique du Montaiguet – sur un espace naturel protégé et public. Ou quand la santé devient un véritable business. A consulter .

N.B.: La toile française s’agite d’une rumeur concernant une nouvelle vignette auto dont l’annonce se ferait après les élections européennes. Malheureusement l’information venant d’un extrait d’article venant du journal Minute, apparenté extrême-droite, article écrit par Bruno Larebière, cette « information » est donc à prendre avec des pincettes géantes, et pourrait probablement être une intox fomentée par le FN en vue justement des élections prochaines.

Plus d’infos:
Article de Martin Winckler sur LeMondeDiplomatique.fr à propos des causes du fiasco administratif et médical lors de la canicule de 2003 en France
Article de FranceInfo avec l’interview de Pascal Champvert
Article Wikipédia dédiée à la Journée de la Solidarité
Article officiel du gouvernement français à propos de cette journée et ce qu’elle engendre au niveau de son organisation et de la rémunération des salariés

Publicités

Une réflexion sur “Journée de Solidarité: Le Comique "Cynique" de Répétition de la Vignette Auto

  1. C’est sous Chirac que les premiers coups de bélier du secteur privé contre l’hôpital public ont commencé. Avec l’arrivée de Sarkozy, les lobbies privés ont largement anticipé la future loi Bachelot en créant des situations à régulariser grâce à ses nouvelles mesures en leur faveur.
    La clinique du Montaiguet à Aix-en-Provence en est la parfaite illustration : déficit de l’hôpital public par réduction de ses moyens financiers par l’Etat et déploiement du projet du projet privé dès 2005. Il s’agit là de mettre en place une politique du fait accompli que l’Etat validera car « on ne peut pas revenir en arrière ».
    Les deux cas que vous citez, dont celui d’Aix, ne sont pas des exceptions. Dans l’Oise, à Compiègne, le sénateur Marini fait la même chose en privilégiant l’installation de la clinique privée Saint-Côme. Dans d’autres régions, on ferme des centres hospitaliers publics, soi-disant non rentables, pour confier des missions (souvent des services de maternité) au privé.
    Le Canard enchaîné a révélé la semaine dernière comment certaines cliniques privées déclenchaient des accouchements par césarienne (jusqu’à 30% des cas pour seulement 10% dans le public) pour augmenter leur chiffre d’affaires en réduisant le temps de séjour des patientes.
    A Aix, nous avons engagé une vraie bataille contre le projet privé. Tous les recours possibles en justice seront utilisés ! Nous ne nous laisserons pas faire…

    J'aime

    1. Merci beaucoup pour ces précisions. Je compléte simplement par le cas de ma commune où une clinique privée s’étend après l’octroi de terrain public par la municipalité…UMP. Reste à connaître le prix payé, que l’on imagine certainement « préférentiel ».

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s