Crise du Lait: "ça Va être le Feu Dans les Campagnes !"

Contrairement aux propos laconiques des Sarkozystes, le chevalier De Villepin avait raison quant au climat révolutionnaire régnant en forme. Une évidence pour tout le monde sauf pour la caste privilégiée du monarque en place, déconnectée des réalités et à l’égo surdimensionnée.

Vache en lutte!

« Ca Va être le Feu Dans les Campagnes ! », ce qu’on peut entendre ce matin les auditeurs d’Europe1 – radio pourtant sarkozienne par excellence. Certes il y avait une vague condition, être écouté et avoir gain de cause après la nomination d’un médiateur, mais franchement connaissant les méthodes musclées et autistes du gouvernement d’incompétents en place, qui croira à un règlement rapide et sans violence de cette nouvelle crise du lait?
Médiateur car Michel Barnier, cumul des mandats oblige, prépare les élections européennes. Cherchez l’erreur…

Nouvelle car nous en parlions déjà, il y a de cela plusieurs mois, en août 2008 pour être précis, avec notamment « La guerre du lait chez Entremont »
A l’époque, suite à la dérégularisation du prix de vente du lait des producteurs aux coopératives et industriels, ces derniers faisaient régner leur loi, au détriment évidemment des éleveurs et producteurs de lait.
Le conflit s’était réglé encore par des accords non suivis et des promesses non tenues puisque moins d’un an après tout a volé en éclat, et pas de la moindre des façons.

Le prix payé aux producteurs par les industriels a baissé de 30%. Dans le même temps, à l’étalage les produits lactés n’ont pas diminué du moindre euro. A qui profite le crime? A qui profite cette violence tarifaire?
Car crime et violence il y a de part la crise provoquée, reparlons de « guerre du lait », sachant les impacts qu’un tel changement peut avoir à court, moyen et long terme surtout l’écosystème économique laitier.
Où va la différence? Aux industriels ou à la grande distribution? Au deux mon général, car les distributeurs (comme Intermarché ou d’autres) s’amusent à tirer les prix vers le bas, côté fournisseur, mais à oublier de répercuter côté client les ristournes consenties, parlons plutôt de sacrifices.

A qui profite la baisse du lait ? – Ma-Tvideo France2
A qui profite la baisse du lait ? – Caen – Manifestations des agriculteurs à Carpiquet pour défendre le revenu des producteurs de lait.

Le monde est petit comme Sarkozy
La sempiternelle histoire des marges et des intermédiaires dont les représentants de l’Etat ont fait supprimer la réglementation contraignante, du fait de lobbies et d’amis influents avec notamment Albert Frère, actionnaire de Entremont Alliance (fabricant des célèbres emmentals autrement bon) et milliardaire belge ayant financé la campagne de… Nicolas Sarkozy!
Sont-ils d’ailleurs encore représentants de l’Etat et donc du peuple, peuple qui les a élus indirectement ou représentent ils simplement les lobbies qui payent leurs campagnes électorales? Rien n’est moins sûr.

Ayant été pris pour ce qu’ils ne sont pas, les agriculteurs et éleveurs ont donc décidé de frapper fort: 1200 producteurs à Saint Lô, 250 producteurs à Rennes, 300 à Alençon protestent contre cette baisse des prix, baisse sauvage pratiquée évidemment sans le consentement de la FNSEA, leur principal syndicat.
Alors qui met le pays au bord de l’insurrection? Qui divise les français sinon les membres du MEDEF?

Pensaient-ils que des hommes et des femmes se voyant amputer leur salaire de 30% d’un claquement de doigt n’allaient pas broncher? Côté éleveur, les charges d’exploitation ont parallèlement grimpé de 25% selon la FNPL (Fédération nationale des producteurs laitiers, branche de la FNSEA). Un véritable étranglement.
Qui pourrait accepter cela? Quel haut-fonctionnaire? Quel patron? Quel salarié? Quel smicard? Personne, alors pourquoi les éleveurs?

D’où la question légitime: et si plus de 200 ans après, la révolution renaissait, une nouvelle fois, dans les campagnes françaises?

Sources: LeMonde.fr et leJDD.fr

Publicités

Une réflexion sur “Crise du Lait: "ça Va être le Feu Dans les Campagnes !"

  1. Et bien, je suis parfaitement d’accord à savoir que l’on ne s’explique pas que le lait soit payé si peu aux producteurs et que la montée en flèche ne profite qu’aux distributeurs, car les acheteurs n’ont jamais vu de baisse, au contraire…. alors les distributeurs têtent allègrement sans discernement les euros intermédiaires, j’espère qu’ils vont arriver à avoir une regurgitation douloureuse un de ces jours !
    Bonne journée à vous
    genevieve

    J'aime

    1. Pas sûr que les nantis et les riches ne défilent ne serait-ce qu’un jour dans l’année…

      Quant à la pratique abjecte de ces marges, il y a fort à parier que pour gagner du temps, Michel Barnier propose un « Grenelle du Lait »
      100% plan com’

      J'aime

  2. Bon, les jaqueries c’était au moyen-âge, maintenant, c’est la FDSEA qui est derrière, c’est à dire l’UMP. Donc les pauvres qui n’ont que des vaches à 10 L. Un hectare pour une vache, ne sont pas concernés. Les riches, avec 40 l par vache de lait en stabulation, eux sont dans la merde, leurs investissements sont ingérables, et ils se retrouvent comme des cons.
    Tant pis pour eux, je ne vais pas pleurer, il y a pendant ce temps des gens bien plus pauvres qu’eux et qui n’ont pas les moyens de manifester, et que ça se voit.

    J'aime

  3. Bonjour à tous,
    Je ne comprends pas bien le Secrétaire de la FDSEA du Calvados dans ce reportage télévisé. Une baisse de 30 € des mille litres fait 3 % de baisse pas 30 %.
    Ce qu’il faut retenir, c’est comme l’a dit cette productrice qui vient d’investir, c’est une hausse de 16 % des charges et 20 à 25 % de baisse du prix d’achat du lait. Bref, les banques ne vont pas leur faire de cadeaux à eux…

    J'aime

  4. Je vis a la campagne, je suis pas fortement influencer par ça, c’est vrai les fermiers, agriculteurs sont révoltés depuis longtemps,ils ont tirés la sonnette d’alarme bien avant, mais le discount les sombre, ils vendent le litre a moins de 30 centimes et nous on l’achete a 1 € environ, y a bien un probleme !

    J'aime

    1. Les puissantes centrales d’achat et les riches industriels de l’agro-alimentaire s’en donnent à coeur joie depuis que le gouvernement Fillon a dérégulé le prix du lait.
      Vive le libéralisme… vive la dérégularisation des marchés qu’ils disaient: un joli bordel oui, un joli gachis qui va à l’encontre du grenelle de l’environnement puisqu’importer revient moins cher que la production locale. Pitoyable donc

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s